• Scandin. Songs (17): NINA KINERT

    Nina Kinert est une chanteuse suédoise. Elle sort son premier album en 2004. Son troisième album, Pets & Friends, est sorti en 2008.

    I shot my man Ce soir ou jamais en déc. 2009)


    Beasts

    Bad hands

    http://www.myspace.com/ninakinert

  • Un texte résistant

    Tous nous avons connu des textes qui résistent à la lecture. Avec plus ou moins de force. Mais, ce jour-là, je tombai sur un texte extrêmement retors. À tel point qu’il était louable de se demander quelle était sa motivation. Pourquoi il luttait à ce point contre sa fonction première, qu’est-ce qu’il avait à prouver. J’hésitai à l’adresser auprès d’un docteur en littérature spécialisé dans ce genre de maladies textuelles Ou à l'envoyer à la Bibiopoubelle Nationale. Mais ce texte, malgré des signes évidents de rébellion, ne me fit pas capituler. Je le laissai puis revins plusieurs fois vers lui, histoire de l’amadouer, de l’habituer à ma présence, de faire tomber ses défenses. Enfin, un jour, très tard, pensant le surprendre à la faveur de la nuit, je fis une ultime tentative, elle aussi vouée à l’échec. Dans ma fureur, la feuille sur laquelle était imprimé le texte  séditieux vola par terre et, au moment où je m’apprêtais à la piétiner rageusement avant d’y mettre le feu, je vis - j’aurais dû m’en douter -, écrit en petit au verso, que l’auteur de ce texte, c’était moi.

  • Scandin. Songs (16): SIGUR RÓS

    Sigur Rós est un groupe islandais créé en 1994. Ils chantent généralement en islandais ou en vonlenska, langue inventée par le leader du groupe. Ils sortent leur premier album en 1997. Suivront quatre albums studio jusqu'en 2008.

    Staralfur

    Gobbledigook (clip)

    Gobbledigook (live) avec Bjork

    http://www.myspace.com/sigurros

  • LE MAL SELON HANEKE, par Philippe Leuckx

    Au dernier festival de Cannes, le film "Le ruban blanc" (Das weisse Band) de Haneke a fait sensation et est reparti avec la palme.
    Palme méritée cent fois tant l'oeuvre, un noir et blanc épuré qui relaie un univers de noirceur, une mise en scène extraordinaire qui donne vie à un village d'il y a un siècle, perdu dans ses moissons et ses miasmes d'époque révolue...
    Apreté, violence, haineuses relations humaines créent l'arrière-plan d'un film qui explore le mal jusque dans ses plus vils retranchements.
    Un village, Vachendorf. Des notables : un baron, un docteur, un pasteur, un instituteur...les petites gens des fermes...un régisseur... des enfants...
    Et le mal est partout : dans ce regard des enfants, dans les malheurs qui s'égrènent au fil des images : la mort d'une fermière dans une scierie, une grange qui brûle, un enfant qu'on martyrise, qu'on pousse à l'eau, un handicapé exclu, la guerre qui frappe...
    Un pasteur puritain, qui se sert des verges, musèle la puberté de son fils aîné...un docteur incestueux, une sage-femme qui doit ravaler l'odieuse présence de son mari, un instituteur, qui enquête et nous raconte l'histoire, bien plus tard, déjà vieux...
    Il relate ces drames. Il décrit les visages, les tensions, les scènes. Interroge le réel...
    Le début du film relate longuement les relations tumultueuses au sein d'une famille de métayers, relevant du "domaine" du baron. Le père, la mère - qui vient de décéder -, le fils aîné qui impute la responsabilité de cette mort au seigneur, Frieda, qui travaille au château...Et puis tout se déglingue. Le champ de choux du baron est laminé. La vengeance des uns, des autres....Sigi, le fils du baron paie l'erreur de jugement et/ou l'injustice notoire...Haneke ne répond pas à toutes les questions qu'il pose par sa narration et il rend son spectateur seul responsable de "ses lectures".
    On ne peut oublier les enfants de ce film, corrompus par le mal des adultes, et prompts à devenir eux-mêmes tortionnaires (futurs kapos, futurs SS) : Karli, Anna, quatorze ans et la gravité d'une adolescence pervertie, Rudi - symbole de l'innocence questionneuse, Klara, sorcière aux cheveux blonds, Erna, Martin cloué sur son lit, mains liées pour ne pas succomber au péché masturbatoire...
    Le mal...partout, décliné avec maestria, profondeur, acuité par un cinéaste qui s'est souvenu, avec bonheur des maîtres : Visconti , Pasolini, Tarkovski...Le spectateur est interpellé à l'instar des sentiments qu'il éprouvait à visionner telle séquence des "Damnés" (la fameuse scène du grenier avec le fils de famille bourgeoise pédophile) ou telle autre de "Mamma Roma" (celle qui montre le héros sacrifié dans une cave de commissariat, cloué sur sa table de mort comme le Christ) ou encore à suivre cette fillette paralytique chez Tarkovski (certes avec un regard autre : Tarkovski délivrant l'enfant de sa contrainte par un don de télékinésie....dans "Stalker")...
    Et peut-être, surtout, Bergman dans cette vision sans concession d'une société mutilée de toutes ses valeurs. En effet, comment ne pas penser à cet enfant du "Silence" (1964), nez collé à la vitre des gares passagères, ne comprenant rien, borné par le verre, comme les autres par des contraintes...Comment ne pas songer à cette incommunicabilité renforcée par Haneke en une langue impropre au partage : l'enfant dépose une cage d'oiseau par pur don face au "silence" impressionnant d'un père pasteur engoncé dans son rigorisme comme le mal dans le fruit...
    Haneke a réalisé là un film épuré, glaçant par ses constats sans ambages.
    L'interprétation, faut-il le dire, est à la hauteur de la réussite formelle et l'on est heureux de retrouver un acteur de la trempe d'Ulrich Tukur, qu'on a apprécié dans "La vie des autres", "Séraphine"...

    Courez voir...il passe encore à l'Actors Studio, Bruxelles, cette semaine, séance 19h05
    .


    Philippe LEUCKX

  • Scandinav. Songs (15): The Tallest Man on Earth

    Jens Kristian Mattsson alias The Tallest Man on Earth est un chanteur de folk suédois, évidemment influencé par Dylan. Il a deux albums à son actif. Il sera en tournée dans nos contrées en février et mars prochain (voir son Myspace).

    Where do my bluebird fly (live)

    The gardener

    http://www.myspace.com/thetallestmanonearth

     

     

     

  • Le plus grand poète du monde

     

    C’était le plus grand poète du monde. Il avait derrière lui des tonnes de mots. Quand, un jour, il vit sur  un mur de sa rue un poème tagué par un garçon de dix ans, il se jeta à corps perdu dans le temps pour retrouver son enfance perdue. Jamais on ne le revit.

     

  • Scandinavian Songs (14): BJORK

    Bjork est née en 1965 à Reykjavic. Elle enregistre son premier album à l'âge de 11 ans. En 1983, elle crée le groupe KUKL qui deviendra The Sugarcubes en 1987. Elle enregisre son premier album solo en 1993. En 2000, elle reçoit à Cannes le prix d'interprétation féminine pour le film Dancing in the Dark de Lars Von trier. Pour ses vidéo-clips, elle a fait appel aux meilleurs réalisateurs du genre parmi lesquels Michel Gondry, Jean-Baptiste Mondino ou Spike Jonze.

    Wanderlust

    Hyperballad (live)

    Big time sensuality

    http://www.bjork.fr/

     

  • Les beaux côtés

    C’était un triangle pas ordinaire, un triangle à quatre coins. Dont on se moquait depuis qu’il était tout petit. Depuis qu’on avait deviné qu’il ne grandirait pas comme les autres de son espèce. Combien de « pauvre triangle » a-t-il entendu sur son parcours ! Combien de marques d’apitoiement ! Quand ce n’était pas des insultes. Vous l’avez-vu, si c’est pas malheureux de s’afficher ainsi, quelle honte pour sa famille ! Il se fermait aux autres, il ne sortait plus. Si bien qu’on le perdit de vue, qu’on oublia sa particularité et même d’où il provenait. Le jour où, atteint d’une maladie incurable des formes, il fut admis à l’hôpital, l’infirmière de service s’extasia sur ses beaux côtés, sur la façon de les tenir parallèles 2 à 2 et encore bien égaux pour son âge. Depuis qu’il repose au cimetière des carrés, il fait pour certains figure de modèle.

  • Scandin. Songs (13):Frida Hyvönen

    Frida Hyvönen est suédoise. Elle a 32 ans. Son premier album sort en 2005 ; le second, Silence is wild, en 2008.

    I drive my friend

    Birds

    http://www.myspace.com/fridahyvonen

  • TES CRÈMES

    Tu étais la crème

    dans mon café

    le ciel bleu

    sur mon nuage

    la petite neige

    sur l’écran gelé

    de mes idées noires

     

    Tu as filé

    avec mon café

    sans nuage

    et ma télé vapeurs

    brûlante de tes images

    Je ne saurai jamais

    où tu es allée

    et c’est tant mieux

     

    Quand j’aurai revendu

    toutes tes crèmes de beauté

    à une star du porno soft

    ou à un curé un peu snob

    j’aurai assez de blé

    pour tenir

    avec tes crèmes solaires

    à l’abri des u. v.

    jusqu’à la mort de la planète

    en me rappelant à jamais

    l’été de mes lèvres nues

    dans la glace fondue

    de tes parties crémeuses


     

  • Scandin. Songs (12): Sondre LERCHE

    Sondre Lerche est norvégien. Il enregistre son premier album en 2000. Son dernier, Heartbeat Radio, est sorti en septembre 2009.

    Heartbeat radio

    Modern nature, avec Lillian Samdal

    http://www.myspace.com/sondrelerche

  • Un peu plus compliqué que ça !

    La chronique hebdomadaire de François Morel sur Fr. Inter du vendredi 22 janvier

  • Scandin. Songs (11): Emiliana TORRINI

    Emiliana Torrini, fille d'un père italien et d'une mère islandaise, se fait connaître mondialement en 1999. Suivront deux albums y compris Me & Armini en 2008.

    On l'écoute dans deux titres très différents.

    Gun

    Birds

    http://www.myspace.com/emilianatorrini

     

  • LE RIRE

    Quatre philosophes débattaient du rire. Le premier argua que le rire était la manifestation d’une tristesse refoulée, le deuxième déclara que le rire était un existentialisme, le troisième défendit l’idée d’un rire-idée que nos rires-objets tentaient d’approcher et le quatrième partit d’un grand rire sur lequel il ne put rien dire. Et moins il parvenait à le qualifier, plus il riait. Le rire finit par l’emporter à l’extérieur du cercle de philosophie duquel ses pairs jugèrent bon par ailleurs de l’exclure.

     

  • CHOS'E n°2, c'est en ligne!

    Le 2ème numéro de la revue électronique d'Henri Chiparlart est en ligne.

    33 auteurs se partagent 158 pages d'une revue originale, classieuse (et gratuite) consacrée notamment à la poésie et aux arts graphiques.

    Parmi les auteurs de ce n°2, citons Éric Dejaeger, co errante, Thierry Roquet, Marc Bonetto, Louis Mathoux, Thomas Vinau, Roger Lahu, Anna de Sandre...

    Allez-y voir, vous serez étonnés de la qualité de la Chos'e.

    http://fr.calameo.com/read/000036710e78a571ff259

     

    Voir aussi Le ventilateur, le blog d'Henri Chiparlart:

    http://henrychiparlart.blogspot.com/

     

     

  • Scandin. Songs (10): EFTERKLANG

    Efterklang est un groupe danois entre rock et musique électronique formé en 2000.
    Leur troisième album, Magic chairs, sort fin février.

    Modern Drift

    Caravan (live), avec l'Orchestre national de chambre danois

    http://www.myspace.com/efterklang

  • La naissance d'un dragon, par Denis Billamboz

    Pour cette deuxième lecture, je vous propose un long périple aux antipodes, jusqu’à Taïwan, pour partir à la rencontre d’une nouvelle littérature issue du choc de la culture chinoise ancestrale et du libéralisme économique prôné par ce petit dragon de la Mer de Chine. En effet, le nouveau contexte économique et social et social né de la pratique d’une économie libérale ne correspond pas exactement aux normes de la tradition chinoise très patriarcale et très centrée sur elle-même, n’oublions pas que les Chinois, eux-mêmes, prétendant habiter le royaume du milieu et que les autres n’étaient, de ce fait, qu’à la périphérie, dans la banlieue en quelque sorte. Donc, l’ouverture au monde et la remise en cause de la transmission familiale du patrimoine, du savoir et du pouvoir ont été créé une nouvelle société que la littérature s’est empressée de mettre en scène dans des romans passionnants comme celui que je présente ci-dessous ou comme ceux de Baï Xyanyong, Li Ang encore Fan Guang, pour ceux que j’ai eu l’occasion de lire. Avec eux vous assisterez à la naissance d’une nouvelle culture et d’une nouvelle littérature nourries à deux sources qui n’avaient aucune vocation pour alimenter une seule et même rivière.

     

    Processsus familial de Wan Wenxing (1939-…)*

    Quand le Dragon, né de la côte de la Chine, s’éveille, une nouvelle littérature apparaît. Wan Wenxing est avec Baï Xyanyong (lire de celui-ci l’excellent « Garçons de cristal ») le chef de file de cette littérature taïwanaise des années 70 qui « paradoxalement (…) a su mieux que cinquante ans d’ostracisme communiste conserver et transmettre la culture chinoise traditionnelle et son art de l’écriture ». Processus familial retrace le cheminement qui conduit le narrateur depuis l’enfance et l’adoration du père jusqu’à l’âge adulte et au rejet de ce dernier. Le roman débute par la disparition du père qui sera l’objet de toute l’histoire avec les recherches entreprises par Fan Yé, le fils qui a osé rejeter le père. Pour conduire son récit, Wang a construit un plan articulé autour de deux séries de chapitres qui s’entremêlent : une série qui raconte la recherche du père par le fils et une autre de 157 chapitres qui, comme les pièces d’un puzzle, reconstitue la relation des deux principaux protagonistes du roman au sein de leur famille. Tout au long de ces chapitres souvent très courts, de quelques mots à quelques pages en passant par quelques lignes, Wang retrace la vie de ces Chinois du continent imbus de leur statut familial antérieur à travers les scènes de la vie quotidienne, les images, les sons et les souvenirs des événements marquants de la vie d’un enfant.

    Au cours de sa quête du père disparu, Fan Yé se remémore ce père qu’il a admiré dans sa prime enfance et dont peu à peu il s’est éloigné jusqu’à le rejeter totalement et même le haïr. Avec un père irrésolu, poltron et puéril dominé par une mère querelleuse, jalouse et menteuse, le fils puiné, la promiscuité aidant, voit les tares de ses parents prendre une importance de plus en plus rédhibitoire jusqu’à ce qu’il ne puisse plus les supporter.

    Lors de sa parution, ce livre scandalisa la critique, il incarne la révolte contre la piété filiale, véritable loi sacrée que nul ne doit transgresser dans la Chine traditionnelle et symbolise la révolte contre les régimes dictatoriaux qui se succèdent à cette époque sur l’île.

    C’est toute la tradition familiale du confucianisme qui est remise en question par cette nouvelle littérature née d’une Chine capitaliste et pragmatique dont les succès dans le domaine lui vaudront le surnom de « Dragon ». C’est la rupture avec la Chine millénaire et la Chine de Taïwan et la naissance d’une nouvelle société avec toutes les douleurs que cela implique.

    Ce livre est aussi une véritable leçon d’écriture, tout ce qui est écrit est nécessaire, rien ne manque, rien n’est inutile et tout est juste.
    Une référence pour ceux qui meublent, croyant faire suffisant !

     

    Denis Billamboz

     

    * aux éditions Actes Sud, 432 pages.

     

    decoration

  • Scandin. Songs (9): THE TINY

    The TINY est un duo suédois composé de Ellekari Larsson au chant et au piano et de son mari, Leo Svensson, au violoncelle. Gravity & Grace, leur troisième album, depuis leur début en 2003 est sorti en octobre 2009.

    Last week-end

    Burn (acoustique)

    http://www.myspace.com/thetinythetiny

     

     

  • Lavage de

    T’es-tu lavé les mains, et les dents, et les oreilles? questionne la mère. Et les pieds, et les bras, et le ventre ? Et les fesses ? C’est important pour qu’elles brillent, pour bien glisser dessus, pour accueillir les baisers, insiste la mère. Et le chou et la fleur, et le radis et l’abricot ? Et les feuilles, et les fruits, t’es-tu lavé les fruits? Et les cheveux, et la tête, et le haut de la tête, là où s’accrochent les rayons, là où coule le soleil ? Et les genoux, et les épaules, et les coudes? Et les reins et le foie, et la bile? Il ne faut rien oublier du tout, poursuit la mère. Je ne me suis rien lavé, gueule l’enfant. Rien du tout. Sinon le cerveau et il n’était même pas sale.   

  • LULU LA NANTAISE

    Quatre garçons dans le vent, seulement armés de leurs instruments, dézinguent joyeusement mais avec respect les musiques des films des années 60 et 70 signées, excusez du peu, Ennio Morricone, Nino Rota, Lalo Schifrin, Jean Wiener, Michel Magne ou encore Michel Polnareff. 

    Au programme de la séance: Le Parrain, Dirty Harry, Le Casse mais aussi Fantomas, Jo, La folie des grandeurs...

    En attendant qu'ils reçoivent la Palme de la musique de film, écoutez-les sans tarder! On se demande ce qu'ils mettent dans leurs instruments pour rendre leur musique aussi revitalisante. On peut même acheter leur cd (voir leur Myspace).

    Découvrez-les dans le reportage de Télé Nantes, genre film des années 60.


    Leur version de la B.O. du film Le Casse (Ennio Morricone)

    Le Myspace de LULU LA NANTAISE:

    http://www.myspace.com/lululanantaise44

     


  • André NAVEZ à la Galerie BECIANI

    André Navez expose ses oeuvres à la galerie Beciani du 23 janvier au 6 mars

    Le vernissage aura lieu le samedi 23 janvier de 15 h à 18 h.

    Lieu: Galerie Beciani - Rue de Montigny, 36 - Charleroi

    http://www.galeriealainbeciani.be/galerie.html

     

    "André Navez  est peintre du sensible, ses textures sont prétexte à la couleur et inversement. Entre pigments et matière les devenirs s'échangent et se répondent. L'artiste nous invite à une vision tactile, à toucher du regard, à caresser une chair abstraite.
    Parfois, André Navez utilise des oxydes pour finaliser la surface pigmentée,
    à d'autres moments sa gestuelle seule opère. Evoquer la technique des oxydes renvoie à la maturation de l'oeuvre, en quoi elle advient en partie selon ses propres règles, son propre temps...

    Nombreuses toiles évoquent l'alterationd'un monochrome premier, une sorte de jeu du temps sur une surface originelle dont la mémoire se marque. L'eau y agit comme un révélateur, comme un fluide mirifique.

    André Navez vit au rythme de ses oeuvres, dans son atelier laboratoire il est comme l'accompagnateur de la vie des chairs minérales.Il ensemencedes champs de  couleurs avec d'infimes poussières, observe de dégradés et des courants, céedes revers et des surfaces, joue de l'altérité."

    Jean-Philippe Goffaux

     

    decoration

     

  • Scandin. Songs (8): Taken By Trees

    Victoria Bergsman est suédoise. Elle est la chanteuse des Concretes et la voix féminine du Young Folks de Peter, Bjorn & John. Elle en est à son deuxième album en solo, East of Eden, enregistré avec un groupe de musiciens traditionnels pakistanais.

    To lose someone

    My boys

    http://www.myspace.com/takenbytreesmusic

    Un article parmi d'autres sur East of Eden:

    http://www.desoreillesdansbabylone.com/2009/09/taken-by-trees-east-of-eden-2009.html

  • Stéphane Guillon: Merci Besson

    La chronique de ce matin de Stéphane Guillon sur France Inter consacrée à une déclaration d'Eric Besson sur les Sans papiers haïtiens.


     

  • après tout

    ah la nuit

    si elle t’avait connue plus tôt

    au sortir du jour

    quand tu avais encore

    tes bonnes joues

    et tes lèvres glissantes

    et des couleurs à donner

    à chaque forme

    à chaque langue

     

    pas un homme

    pas une femme

    pas un chien

    pas une herbe folle

    pas le moindre frisson

    ne t’aurait oubliée

    après tout

    le monde aurait il été différent

    et moi moins malheureux qu’hier 

     

  • Scandinavian Songs(7):Lisa EKDAHL

    Lisa Ekdahl est une chanteuse de jazz suédoise. Elle a sorti une dizaine d'albums depuis 1994.

    Give me that slow knowing smile, à One Shot Not

    Avec Henri Salvador, All I really want is love

    One life (live)

     

     

  • Rien de bon

    Voici un rêve. Il y avait toi, il y avait la pluie et je trouvais refuge dans ta bouche. Puis tes dents me croquaient et je glissais dans le fond de ta gorge. Brisé, broyé, déchiré, déconfit, confus, je faisais un voyage dans ton intérieur. Quand je sortais, ma conscience, réduite à la portion congrue, peinait à se faire une idée du monde et du temps qu’il lui restait pour retrouver une forme convenable. D’autant plus qu’il pleuvait toujours et que tes lèvres en s’éloignant m’envoyaient des baisers qui ne me disaient plus rien de bon.

  • Scandinavian Songs (6): Röyksopp

    Röyksopp est un duo norvégien de musique électronique. Ils jouent depuis 2001. Leur quatrième album studio est attendu pour 2010.

    What else is there, avec Karin Dreijer Andersson, la voix actuelle de Fever Ray

     Röyksopp forever

    http://www.myspace.com/royksopp


     

  • L'Écolo des fans

    Une refonte de la célèbre émission de Jacques Martin sera proposée aux spectateurs de RTL TVpire pour le carnaval. Face au médiatique Nécolo Hulot, un plateau réunissant cinq candidats belges: Evelyne H. de Bruxelles, Jean-Marc N. de Fontaine-l'Evêque, Jean-Michel J. de Amay, Sarah T. de Bruxelles et Paul M. de Charleroi. Tous les candidats présenteront leur action de lutte contre le réchauffement climatique. Tous gagneront et chacun recevra une panoplie complète du Petit Homme Vert comprenant une station d’épuration en état de marche, une trieuse mécanique de déchets, un brûleur de viandes électrique, une centrale nucléaire miniature, un pc en bois de hêtre, un économiseur d’eau à eau, une éolienne de jardin (qui remplacera avantageusement le nain), un rouleau de sacs poubelles, une tête à pipes figurant Claude Allègre avec fusil à plomb sans oublier la gamme des produits Ushuaïaï. Cette émission destinée à devenir aussi mythique que son modèle sera présentée par l'inénarrable  Jean-Claude Defossé déjà revenu de son escapade en Pays vert.  

     

  • Scandinavian Songs (5): Kings of Convenience

    Kings of Convenience est un duo norvégien qui peut faire penser à Simon & Garfunkel. Ils ont sorti quatre albums depuis 2001, y compris Declaration of Dependance, en 2009. Un de mes coups de coeur de l'année écoulée.

    Mrs Cold

    Rule my world


    http://www.myspace.com/kingsofconvenience

     

     

  • Tristan TZARA: "Hurle" + Gare

    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle

    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle hurle
    Qui se trouve encore très sympathique

     

    extrait de 7 manifestes Dada (1924)

    in Poèmes à dire, une anthologie de poésie contemporaine francophone, Poésie / Gallimard

     

                                       ++++++++++++++

    GARE

     

    danse crie casse

    roule j'attends sur le banc

    tout-de-même quoi? les nerfs sont silences

    d'instants coupés

     

    lis tranquillement virages

    le journal

    regarde qui passe?

     

    je ne sais pas

    si je suis tout seul

    la lumière écoute mais de quel

    côté et pourquoi

     

    le vol d'un oiseau qui brûle

    est ma force virile sous la coupole

    je cherche asile au fond flamboyant

    volant du rubis

     

    j'ai donné mon âme

    à la pierre blanche

    dieu sans réclame

    précis et sage

     

    ordre en amitié

    dire : la douleur du feu

    a noirci mes yeux

    et je les ai jetés dans la cascade

     

    partir

    vois mon visage

    dans le cercle du soir ou dans la valise

    ou dans la cage neige

     

    je pars ce soir

    l'étincelle pleure

    dans mon lit dans l'usine

    hurlent les chiens et les jaguars

     

    as-tu aussi donné ton âme

    à la pierre bracelet

    saltimbanque au crâne oblong

    mon frère monte

     

    je fus honnête

    soeur infini

    fini pour cette

    nuit

     

    coeurs des pharmacies plantes

    s'ouvrent aux lueurs sphéroïdales

    et les liqueurs de la religion c'est vrai

    les lions et les clowns

     

     

    extrait de 25 poèmes, 1918.