Scène finale de PROFESSION REPORTER

Au cinéma, on a rarement synthétisé à ce point tous les tenants et aboutissants d'une existence humaine. 
Le spectateur assiste EN DIRECT et avec la progression d'une caméra-ludion à la vie même qui se déroule sous ses yeux : la caméra part d'une chambre, ouvre l'espace de grilles qui donnent sur une place d'un village espagnol.
Une jeune femme tue le temps dans la poussière de l'été; un enfant joue; un vieillard assis contre le mur d'une arène regarde; une voiture d'auto-école traverse en tous sens l'espace...
Pendant ce temps, quelqu'un meurt dans une chambre...
Le temps de tout montrer, la caméra revient à son point de départ. Le plan a duré 7 minutes.
Prouesse technique, certes, magie du cinéma dans cette perception du temps vécu, ressenti...
Tourné en 1972-1973, après les aléas d'une coproduction inachevée (Techniquement douce ne sera jamais réalisé), le film sort en mai 1975 à Cannes.
Interprété par Jack Nicholson et Maria Schneider (fille de Daniel Gélin), c'est une oeuvre saisissante sur le destin d'un journaliste qui a décidé de changer d'identité.

Philippe Leuckx



Commentaires

  • A mon humble avis un des tous meilleurs films de Michelangelo Antonioni, un des plus aboutis en tout cas, autant niveau contenu que niveau esthétique.

Les commentaires sont fermés.