YANNIS RITSOS mis en voix par Jean-Jacques MARIMBERT

LES CHOSES SONT SIMPLES

Les choses sont simples.
Bien sûr bien sûr - dit le second -
puisqu'elles ne peuvent pas faire autrement .
Tu mords le pain
le couteau brille
le soleil entre par la fenêtre
dans la rue on crie
la marchande d'herbes le poissonnier le rémouleur
chacun avec sa voix
le troisième avec le silence.
Moi j'écoute.

*******

AVEC LE VENT

Le vent se mit à souffler, à courir sur la voie publique, dans le pré.

Devant le vent couraient les boeufs, les laboureurs, le fils de la sage-femme.

En dernier, clopinant, venait Dieu. Par la fenêtre,

une femme le regarda dans les yeux de derrière les carreaux.

Puis elle baissa les yeux, lui tourna le dos,

s'approcha de la table et se mit  couper du pain.

                                                                  Samos, 15.VIII.71.

*******

MOTS INDISPONIBLES

Mots indisponibles

tuméfiés

éparpillés.

Une porte enfoncée

une deuxième une troisième une cinquième.

Dans la rue les réverbères se sont allumés.

Les cafards  s'ébattent dans la cuisine.

Qu'est-ce que l'aveugle entend d'autre? -

il sort son mouchoir de sa poche

le laisse sur la table.

Dans la bouche de l'aveugle se rejoignent

la prière et le blasphème.
Et toi assis à l'envers 

sur la chaise

tu regardes ailleurs 

tu n'oublies pas.

*******

TRISTE RUSE

La cheminée, l'église, la rue, la taverne, - c'est bien

connu.

Dans la chambre obscure, un poisson qui tourne dans son bocal.

L'un, seul comme toujours, il observer; il ne fait pas vraiment

attention; -

l'éclat mouvant, imperceptible du poisson; et cette sensation

d'un manque de sentiment. Un infime engourdissement

aux doigts de pied - la paresse latente

de se déplacer, d'allumer la lumière ou bien de rester là,

cloué au sol,

dans la petite voiture fictive du paralytique, d'où il sort

son bras gauche qui rencontre une de ses roues métalliques

comme s'il tenait le gouvernail d'un antique et lointain

pouvoir

fatigué et indifférent qui ne demande à s'exercer sur personne.

De même te retiens-tu au poème comme à un secret

qu'on aurait juré de garder,

de crainte qu'on ne voie qu'il n'avait rien à révéler.

                                                      Athènes, 9.V.72 

 

images?q=tbn:ANd9GcQMRfuGXauGosFlMi9minoKJHwOrVQFrPNaasB6_tAfPbFcViwM1O2K7BJhin Le mur dans le miroir et autres poèmes

de Yannis Ritsos (1909-1990)

(Poésie/Gallimard) ,

traduits par Dominique Grandmont

Yannis Ritsos & Dominique Grandmont:

http://yannisritsos.wordpress.com/

---------------------------------------------------------------------------------------

Jean-Jacques MARIMBERT.

Dernières parutions

... aux éditions du Cygne

DESTIN D'UN ANGE suivi de LA FOURCHE, 94 pages, 10 euros

http://www.editionsducygne.com/editions-du-cygne-destin-ange-fourche.html

... aux Carnets du Dessert de Lune

JOUR  Collection Pleine Lune. Le recueil est préfacé par Anna de Sandre et joliment illustré par Yves Budin. 10 €.

http://lescarnetsdudessertdelune.hautetfort.com/archive/2013/06/17/des-notes-de-lecture-pour-les-parutions-de-juin.html

On peut retrouver ses mises en voix de ses textes propres ou d'autrui sur YOUTUBE


Les commentaires sont fermés.