AU GRAND MENU DES MICROFICTIONS: HOEX ET MENU

5f6034c6-e0fc-11e3-9861-5a72a6fd8fe4_web_scale_0.154321_0.154321__.jpg.h380.jpgpar Philippe LEUCKX

 

 

 

 

 

 

 

 

41IM6qSr9yL._SX343_BO1,204,203,200_.jpgLe temps d'une ou deux pages, Hoex, qu'on sait poète et joueuse (sous sa plume, que de décollations!), s'en donne à corps joie et jouissance en mêlant aux rêves de son personnage principal nombre de "Valets de nuit" que 33 nouvelles gâtent de beaux atours. Les lectrices s'en pourlècheront les babines (oui, lectrices ; dans une coquille-lapsus où se loge le narrataire, du plus bel effet , p.45: "C'est elle qui m'électrice", en langage lacanien " c'est elle qui m'est lectrice "- on attendait électriSe).

Que de corps musclés et rêves réjouissants pour la narratrice qui se métamorphose en mouche, en sable, que sais-je...L'imagination et la prose brillante font le reste : les micro nouvelles se lisent vite et se nourrissent de métaphores, d'humour, de chutes de reins et de rêves.

Du beau travail vraiment, sous la bannière, chaque fois, de grands auteurs qui prêtent à épigraphes (Daudet, Giono, Rimbaud...).Toutes les professions y passent et la belle narratrice jauge les exploits d'abbé, d'explorateur, de pompiste, de pâtissier, jusqu'à éprouver les délices d'un boucher!

CorinneHoex-par-JFVannier.jpg

 

"Je suis agenouillée dans la pénombre d'un confessionnal où des yeux flamboyants me fixent au travers de la grille" (p.137)

"Quand enfin il lève son visage, ses yeux sombres sont sur moi. Et lorsqu'il me demande "Et avec ça?", je sens que j'en voudrais encore" (p.52)

Parmi les 33, ma préférée : la lettre d'amour pour "Le facteur"...

Le livre sur le site de Les Impressions Nouvelles

 

petitesmechancetes.jpgEntre Hoex et Menu, l'espace de dix-neuf livres, puisque Marc Menu en est à son premier et la romancière du "Grand Menu" à vingt.Photo-Menu-180x240.jpeg

"Petites méchancetés sans grandes conséquences" signe 76 micro histoires, avec chutes assez sombres et bien senties. Parfois quatre lignes suffisent pour pourfendre la douceur et creuser cruauté et vertige. "Rigoletto", "Scène de ménage", entre autres, disent assez le regard acéré d'un jeune nouvelliste, qui flirte parfois avec "Le petit farceur" revisité et les histoires de fou qui repeindrait son mur.

Parfois, "Novembre", par exemple, échappe à la chute d'office, et montre ses dents de moraliste sombre.

"La mort de l'arbre" signe aussi une exploration plus incisive et la "mort d'un canard" une farce sardonique.

De beaux débuts donc au menu de ce premier recueil.

Le livre sur le site des éditions Quadrature

Corinne HOEX, Valets de nuit, Les Impressions Nouvelles, 2015, 160p., 14€.

Marc MENU, Petites méchancetés sans grandes conséquences, Quadrature, 84p., 10€.

Les commentaires sont fermés.