SHAME de STEVE McQUEEN

19841064.jpgL'histoire d'un sex addict dans la solitude new yorkaise qui baise comme on tue... des parties de soi. Pendant le temps où il héberge sa soeur, il va régler sur un plan symbolique son problème d'addiction. 

Rien n'est expliqué dans le film mais tout est suggéré par la disposition des plans, le traitement des images, Steve McQueen étant un ancien plasticien passé à la réalisation. Les dialogues ne sont pas explicatifs. Ainsi la scène où Brandon fait l'amour à une de ses collègues, celle où il invective sa soeur et la pousse au suicide. On comprend que la seule liaison affective, quoique problématique, qu'il ait jamais entretenue, c'est avec à cette soeur qui le relie à une enfance qu'on devine difficile.

Avec les remarquables Michaël Fassbender (acteur fétiche du réalisateur qui a d'ailleurs obtenu pour ce rôle un prix d'interprétation) et Carey Mulligan qui donne une version saisissante de la chanson New York, New York, interprétation qui constitue aussi une scène-clé formidable de non-dit expressif. E.A.

Un film à revoir sur Arte+7 via ce lien

Un bel article de Thomas Satinel sur le site du journal Le Monde: SHAME, Steve Mc Queen trouve la grâce derrière l'abjection.

 

10247811_ori.jpg

still-of-carey-mulligan-in-shame-(2011)-large-picture.jpg

 


tumblr_m6crqoDNjN1r92sc8o5_r5_250.gif

Les commentaires sont fermés.