UNE MERVEILLE DU PEU : SILVIO D'ARZO ET SA "MAISON DES AUTRES" - VERDIER

images?q=tbn:ANd9GcRU2j4zdhlpY05aYKlLOxmbthHSX-wd-Qn5-bt1Jy3UhYqQtBvfjGD9gQpar Philippe LEUCKX

 

 

 

 


9782864327912.jpgD'un jeune écrivain, mort à trente-deux ans, en pleine ère néo-réaliste, Ezio Comparoni, connu sous le pseudonyme de Silvio D'Arzo, ce court roman, paru à plusieurs reprises (en 1952, 1953, 1960, 1980, 1981, 1988 pour cette version française due à Bernard Simeone et Philippe Renard, traducteurs, italianistes accomplis, tous deux partis trop tôt), se distingue d'emblée par une écriture d'une sobriété, d'une densité, d'une pureté, d'une transparence exceptionnelles.
La préface d'Attilio Bertolucci (poète et père de l'auteur de "Novecento") éclaire un parcours rare : débuts d'Ezio à 15 ans ("Maschere"), un roman à vingt (" l'enseigne du Bon Coursier") et d'autres oeuvres d'une longue période particulièrement créatrice (1942-1952) : "Essi pensano ad altro", "Penny Wirton e sua madre"...
"Maison des autres" (suivi de "Un moment comme ça") a connu diverses versions. Celle proposée en français par Simeone, le traducteur, compte cinquante-six pages de toute beauté, ou comment du peu peut surgir l'intense vie d'un lieu presque oublié - montagne - avec quelques âmes, quelques bêtes, et un temps, presque enfoui.

silvio-darzo.jpg


Un prêtre et une vieille. Des saisons froides qui enclosent le monde réduit à portion congrue.
Une vraie rencontre entre deux âmes qui se flairent, s'observent, se comprennent, se fuient, se rapprochent, pour un mystère dont le livre garde le secret jusqu'au terme.
Une vieille et sa chèvre, unies pour un travail épuisant de lavandière de montagne.
Un sens aigu d'un monde perdu, au bout du monde, que Silvio décrit en maître : ne pas déborder du cadre, laisser au prêtre-narrateur le soin de ne pas en dire trop pour que le lecteur s'apaise d'un drame, qui se profile, est déjà là.
Une immense nostalgie nous étreint.
Comme le passage d'un chagrin sur le visage d'un enfant.
Un chef-d'oeuvre absolu.
__
Silvio D'Arzo, "Maison des autres", Verdier, 1988, 96p., 10,96€ (6,20€ en poche) Réédition de 2013.
Le livre sur le site des Éditions VERDIER

Les commentaires sont fermés.