LE COMPLOT

ob_51501a_the-bilderberg-group-art.jpg   Le professeur de sciences occultes avait reçu carte blanche et ce, depuis le 11 septembre 2001, pour éliminer les enseignants suspectés d’un assassinat directorial le jour de la remise des prix.

   Comme chaque année, le professeur de sciences occultes avait occis quelques professeurs parmi les plus susceptibles de porter atteinte à l’intégrité du chef d’établissement : le prof de règlement de contes, le prof de sciences contemporaines, le prof de chimie ésotérique, le prof de véganisme industriel, le prof de géométrie des abdos aux barres perpendiculaires, le prof de comptage dentaire, le prof de connaissance des méthodes, le prof de religion organique, le prof de gestion du spectre cathodique, le prof d'étude du milieu de terrain, le prof de lecture de sketch, le prof de langues palliatives, le prof de lavage de cerfs-volants, le prof de physique lunatique, le prof de résilience de bureau, le prof d'esthétique de la sandale, le prof de carrosserie de la casserole, le prof de mécanique des flammmes, le prof de digestion assistée par ordinateur et, last but not least, le prof d'utilisation de la touche eject du magnétoscope lors du visionnage d'une vieille VHS de James Bond. 

   Pas moins de vingt enseignants parmi les meilleurs dans leur discipline ultra pointue et sans le moindre intérêt avaient définitivement été rayés des listes de l’Education nationale. Et, comme chaque année, grâce à l’intervention judicieuse du maître ès magie noire, le préfet des études était sorti sain et sauf de sa réunion de fin d’année.

   En salle des professeurs, debout sur une escabelle, beau comme un demi-dieu-nageur sur son plongeoir, il avait annoncé les mesures de la rentrée, distribué les horaires et souhaité de belles et grandes vacances à la poignée d’enseignants survivants. Comme chaque année, prenant sa voix la plus sombre - et difficilement audible -, il avait enfin débité la liste des disparus par accident ou empoisonnement malencontreux de l’année scolaire écoulée qui, comme les précédentes, avait été une fois de plus fort cruelle.

Les commentaires sont fermés.