L'ITALIE ENTRE CHIEN ET LOUP - Un pays blessé à mort (1969-1994) de ROSETTA LOY

leuckx-photo.jpgpar Philippe LEUCKX

 

 

 

 

 

 

118494_couverture_Hres_0.jpg   En faut-il du courage pour une romancière reconnue, qui n'a plus à faire ses preuves, de s'embarquer dans un exercice de mémoire, de révolte et de contestation radicale pour honorer les citoyens de son pays, longtemps meurtri à coups d'assassinats, d'actes mafieux, de corruptions et de lâchetés! En faut-il du courage pour rameuter ce qui la violente : l'histoire proche, si proche d'une génération perdue qui a dû subir, jour après jour, durant plus de vingt-cinq ans les coups des mafieux (Riina, Provenzano...), des politiques trempés jusqu'au cou dans les coups bas (Berlusconi de sinistre mémoire, Craxi, Andreotti moult fois inquiété et sans cesse rebondissant des eaux sales...), la liste des victimes (de 1969 à 1994 et au-delà...) de la justice (que de procureurs, juges, avocats assassinés par les pires procédés), du monde de la police, de la société civile, des familles rackettées, etc. L'argent des mafieux et les arrangements des politiques ont nourri, sur base d'accommodements avec le pire, la politique du pire.

   Le dernier livre de l'auteur de "Ay, Paloma" ou encore de "La première main" a quitté le registre fictionnel pour relater de son point de vue, en synthétisant de façon remarquable ce qu'il est connu de mille et une enquêtes sur la barbarie noire, rouge ou mafieuse (Les groupes d'extrême-droite, Les Brigades Rouges, les Cosa Nostra, Camorra et autres), en insérant de temps à autre un point de vue plus personnel, plus intime : bribes de la mémoire liée à une époque chaude au coeur. Les Borsellino, Pasolini, Falcone, Palermo, les magistrats de Milan de "Mani pulite", les entrepreneurs coincés par la mafia révèlent leur visage courageux et presque toujours martyr. On connaît aujourd'hui dans les détails ce qui leur est arrivé, ce qu'ils ont dû subir comme revers, pressions, rumeurs, procès d'intention, campagnes de calomnies parce qu'ils déroulaient le tapis de la vérité juste mauvaise à révéler.

   Travail documenté jusqu'à l'os, et qui donne froid dans le dos : Rosetta consigne dans le détail toute une série de vies professionnelles qui ont été gâchées et pourries par des années de plomb, d'omertà et de compromissions!

   On suit ces évènements de la proche histoire italienne comme les soubresauts vitaux d'un roman passionnant, sauf à croire qu'il s'agisse d'invention romanesque. Tout est vrai, à la virgule près, et à vomir : le livre est devenu pour l'auteur une nécessité vitale quand, se rendant sur les lieux d'une des nombreuses victimes, elle a compris qu'il y avait là nécessité aussi de la raconter pour qu'on ne perde pas le détail de l'histoire, c'est-à-dire le compte rendu précis, argumenté, historique de ces années qui ont plombé un pays, une culture, une société.

   Le livre, cet essai historique, est une mine de (r)enseignements sur le fonctionnement des institutions, sur les réseaux à l'oeuvre entre politique et monde mafieux, sur les vains espoirs d'une génération qui se disait toute prête à accueillir la vérité, les "mains propres", à lutter contre les corruptions de toutes natures, et qui s'est vue déboutée par les faits, les personnalités envahissantes. La charge contre Berlusconi ou d'autres est à l'aune de leurs méfaits. Un travail admirable, d'un courage (tel que celui de Gramsci, Zola, Pasolini, Sciascia, Saviano), remarquablement servi par la traduction de deux experts de la littérature italienne, F. Brun et R. de Ceccatty.

Rosetta LOY, L'Italie entre chien et loup - Un pays blessé à mort (1969-1994), Ed. Seuil, 2015, 294p., traduction de l'italien par Françoise Brun et René de Ceccatty, 21€.

Le livre sur le site des Editions du Seuil

h_00511503.jpg

Rosetta Loy

 

Les commentaires sont fermés.