CINQ POÈMES TRISTES de MARCEL THIEU

?c=isi&im=%2F7308%2F83617308%2Fpics%2F3234371339_2_2_oRadaBVV.jpg&w=760

 

Un homme

S’est

Jeté

Sous

Le

Train

De voyelles

A E I Oh

Dit la femme

Quelle belle

Tête

Il

Avait

En la voyant rouler

Sur le ballast...

Hue !

Dit le paysan

À son cheval

Un instant

À

L’arrêt

Un fer

          en

                 l'air

On n’a pas que ça

                   à

              lire

!

  

*

 

 

J’ai perdu

Mon titre

De transport

Ou bien

Je l’ai égaré

Vais-je sauter

Du train

Ou bien

Tuer 

Le receveur?

 

*

 

Suis-je triste

Ou bien

Désespéré ?

Dit le pinson

Qui peine

À retrouver

Son chant

Dans le

Poème

Éclat

É

 

*

 

Dans la nuit

Mon rêve est tombé

Si bas

Que 

Pour le

Relever

J'ai dû 

Demander de l'air

Au vent 

Qui balayait

Ma

Vie

Depuis

Que

J'étais né

 

+

 

- Je suis

MO

       R

           T

Mais je vous écris

EncORe….

 

- Merde

Merde

Merde

Merde Merde Merde Merde Merde Merde Merde

On ne sera donc

Ja

Mais dé

Bar    

              rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

A

Ss

EZ

De

LUI !

 

 +++

 

Marcel Thieu a peu écrit et c’est tant mieux. Il écrivait des poèmes très tristes qu’heureusement aucun éditeur n’a lus. Sinon, ému par leur ton et par leur forme, il les aurait publiés.

Après avoir écrit ces cinq poèmes restés trop longtemps inédits, il s’est pendu. On n’a pas retrouvé la corde ni le corps. Cette nuit-là, il y avait du vent qui a dispersé les cendres. Car sa veuve a tout brûlé en mettant le feu à son bureau. À ses dires, ce sont les plus beaux poèmes de son aimé.

Connaissant mon goût pour les poèmes très tristes aux formes innovantes, elle me les a envoyés pour que je les dépose sur le net. Ses dernières volontés accomplies, elle a tenu à disparaître aussi... dans un endroit de rêve avec les petites économies de Marcel.

Le titre est un compromis entre la proposition de sa veuve (Tristesse) et la mienne (Cinq poèmes).  

 

Les commentaires sont fermés.