LECTURES D'AUTOMNE, par PHILIPPE LEUCKX

 Philippe LEUCKXleuckx-photo.jpg

 

 

 

 

 

9782343094335f.jpgLIGNES DE TERRE

Pierre SLADDEN 

L'Harmattan

Ce deuxième recueil de l’auteur – le premier est paru en …1996 – révèle un talent précis pour joindre mots et sensations.

De brefs poèmes en hommage à la terre, le lecteur prélève des pépites comme « L’homme ne survivra que par sa terre » et nombre de passages où les éléments tissent une poésie de l’essentiel :

« Boire debout le vent

Sur le cœur cette fraîcheur

Qui aspire la joie »

D’un léger toucher, cette poésie n’élude aucune de nos questions sur le devenir, sur cette « mort qui pourrit dans la terre », sur « l’infinie réserve » des choses.

Un sens du haïku : « Dépris de toute ombre/ Se plaire à se perdre/ Dans l’arbre blanc criblé de bleu » ajoute aux qualités du poète né en 1945.

Pierre SLADDEN, Lignes de terre, L’Harmattan, 2016, 76p., 12,50€.

 

*

couverture-icare.jpg?fx=r_550_550LA RECHUTE D'ICARE 

MICHEL DELHALLE

Cactus Inébranlable Editions

Delhalle manie l’aphorisme comme l’on raconte des blagues. Ça tire dans tous les sens et les jeux de sens font le reste :

« Myope comme un serpent à lunettes »

« Le fossoyeur se tue à la tâche »

« C’est toujours le militaire qui casque »

« Qui vieillit se met en veilleuse »

À coups d’absurde ou de sens de l’à-propos, l’auteur dévoile un sûr métier d’une langue parodique et inventive.

ee9abf0c-9909-441d-9dcf-8da19a85ead2_original.jpg

Michel DELHALLE, La rechute d’Icare, Cactus Inébranlable, 2015, 76p., 7€.

 

*

couverture-les-hamsters....jpg?fx=r_550_550LES HAMSTERS DE L'AGACEMENT

Francesco PITTAU

Cactus Inébranlable Editions

L’auteur, entre aphorismes et micro-récits, déroule son sens de la dérision, de la moquerie et l’inventive écriture qui, en quelques mots, dézingue la réalité.

Parfois la poésie affleure : « Dans ses moments de grande solitude, il égrenait les fourmis de la cour ».

Dans l’ensemble, les notations sont d’humour noir ou absurdes : « Les murs raillent et les gardes rient ».

AVT_Francesco-Pittau_3697.jpeg

Ce qui le définit le mieux, peut-être : « Tous les matins, il mettait du fiel sur son pain ».

 

Francesco PITTAU, Les Hamsters de l’agacement, Cactus Inébranlable, 2016, 102p., 9€.

 

*

s189964094775898902_p816_i1_w1181.jpegCARNET D'UN PETIT REVUISTE DE POCHE

Jacques MORIN

Les Carnets du Dessert de Lune

Douze textes seulement composent ce « Carnet » où Jacques Morin, excellent revuiste, décline son métier de « gardeur de revue » et révèle son goût du travail forcené.

Oui, « la revue est un genre ingrat ».

Oui. Mille fois.MORIN-Jacques-200px.jpg

« Le revuiste travaille sans cesse sur le temps »

« Il n’a que deux yeux, une main et du temps compté »

Jacques MORIN, Carnet d’un petit revuiste de poche, Les Carnets du dessert de lune, 2016, 22p., 5€.

 

*

OCCASIONI / OCCASIONS

Bruno ROMBI

Ismecalibri

« J’ai faim de la vérité du pain » éclaire une quarantaine de poèmes, en version juxtalinéaire italien/ français, parmi les derniers de leur auteur, né en 1931.

L’amour de son île natale (La Sardaigne), l’amitié honorée ou trahie, l’appréhension des fins entourent cette poésie d’une attentive douceur, prégnante comme l’air ou « le néant/ au premier souffle du vent ».

Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Telles sont les questions qui innervent cette langue (« je n’ai cueilli aucune nouveauté/ sur les lèvres de la rue ») et de grands poètes, Neruda, Senghor,

hélés par le poète, l’accompagnent dans ce parcours lucide, éclairé des armes de la poésie pure :

« Efface avec une énorme éponge blanche

les bleus gravés sur ton cœur »

ou

« Que je respire plus fort

en ouvrant grand les poumons

pour n’être plus qu’air »

Bruno ROMBI, Occasioni/Occasions, Ismecalibri, 2016, 72p., 12€. Traductions de l’italien par Monique Bacelli.

Les commentaires sont fermés.