MICHEL SARDOU VOTERA GEORGES MARCHAIS AUX PROCHAINES PRÉSIDENTIELLES

Michel-Sardou-chante-les-lacs-du-Connemara.jpg

 

On s’en étonnera à peine dans le contexte actuel où n’importe qui soutient n’importe quoi du moment que le n’importe quoi exprime une opinion bien sentie et tout à fait à côté de la plaque à propos de l’influence de l’immigré sur le bien-être social de l’indigène lambda, l'enracinement national de l'amour du prochain, le travail et le Wifi pour tous, et le rejet de toute forme de libéralisme: Michel Sardou votera Georges Marchais aux élections présidentielles prochaines. 

C'est un Michel Sardou tout sourire, limite hilare qui nous a reçus, comme dopé par une injection massive de communisme, et à l'opposé de l'image un peu austère qu'il a longtemps donnée.

On ne m’a jamais compris. Faut croire que beaucoup de gens de Gauche n’ont pas accès au second degré. Le temps des colonies, par exemple, si ce n’était pas pour me moquer des colonisateurs… Ne parlons pas des autres degrés, ha ! ha ! ha ! J’ai toujours beaucoup de mal à rire mais là, j’y vais de bon cœur...

Vous savez que je ne bois plus. Comme Renaud. Moi, j’ai arrêté l’eau. Je ne bois plus que mon pastis pur. Je ne voulais pas faire des textes aussi plats que lui. On y jetterait un mot savant qu’il rebondirait à l’infini sur la surface de ses dernières paroles, ha ! ha ! ha !

Je reviens d’une tournée des bistrots avec Didier Wampas qui est vraiment super ha ! ha ! ha ! Vous savez qu’il est fan de mes chansons, et qu’il m’en a même consacré une. Lavilliers a eu les Fatals picards. Moi j’ai eu Wampas. Renaud n'a plus personne pour le chanter, lui, sinon Sirkis et Bénabar, ha! ha! ha! Et maintenant Fillon.

Mais cela nous éloigne un brin du sujet pour lequel vous êtes venu m’interviewer. (Il se racle la gorge, prend un air grave et ancien, comme s'il allait entonner Le France devant les ouvriers des chantiers navals du Havre et déclare : ) Je voterai Georges Marchais aux Présidentielles de 2017. Je ne vois pas qui à l'extrême-gauche pourrait lui ravir la place de candidat. Mélenchon? Mais le soutien de la mère Bardot va le griller complètement...

Oui, j’ai mis un peu de temps à me rallier au personnage Marchais. Mais je trouve qu’il était gonflé de défendre le bilan indéfendable de l’URSS pour pouvoir continuer à prendre ses vacances au bord de la Mer Noire dans les espaces réservés à la Nomenklatura, en jetant des cartes de parti au petit peuple roumain. J’aime encore bien, comme vous savez, cette forme de cynisme-là, de foutage de gueule du prolétaire…

Ni Fillon, ni Hollande, ni la grognasse de Le Pen ne me feront changer d’avis. Ce sera Marchais sinon moi, ha ha ha !

 

Les commentaires sont fermés.