L'AUTEUR IDÉAL et autres histoires d'écrivains

La littérature est une planète habitable.
Éric Chevillard

librairie2.jpg

 

L’ AUTEUR IDÉAL

Cet éditeur rêvait une fois encore de l’auteur idéal : beau et bon, aimable, humble et doué de tout le talent nécessaire pour remporter un grand prix d’automne quand son rêve devint réalité... L’écrivain était là, bien réel, l'éditeur pouvait le toucher partout et même lire dans ses pensées qu’il rêvait une fois encore de l’auteur idéal…

 

bannierelire1.jpg

 

LES HÉTÉRONYMES

Cet écrivain avait tellement d’hétéronymes qu’il ne savait plus qui était qui et qu’il lui arrivait même, en interview, parlant au nom d’un d’entre eux, de pourfendre l’œuvre d’un autre.

 

bannierelire1.jpg

 

UNE BIBLIOGRAPHIE NAUSÉABONDE

Son premier roman, La Corbeille, passa inaperçu. La Poubelle fit un four ; La Décharge se révéla un échec cuisant, L’incinérateur, un feu de paille. Heureusement son chef d’œuvre, Déchet Vide Ordure, qui eût enflammé la critique mais brûlé n’importe quel éditeur, est resté inédit.

 

bannierelire1.jpg

 

UN BARON DES LETTRES

Cet écrivain qui ne croyait pas à la littérature parvint malgré lui au sommet de la pyramide littéraire et se mit alors aimer le pouvoir des mots. Aujourd’hui qu’il est un baron des Lettres reconnu, secondé par une armée de sectateurs et de conseillers fort payés, il est devenu indétrônable. Même mort depuis longtemps, ses affidés nient la triste réalité et, pour prolonger son souvenir, publient leurs plus beaux livres sous son  nom.

 

bannierelire1.jpg

 

LA SERIAL LISEUSE

Cette lectrice préférait le corps des écrivains à leurs livres tant qu’ils étaient vivants. Elle tenait à connaître leur goût, éprouver leur texture, sonder leur profondeur. Après leur mort, qu’elle provoquait, elle lisait autrement leurs ouvrages. Car elle voulait les lire de son vivant à elle. Même si, de la sorte, elle abrégeait leur œuvre mais aussi (à toute chose malheur est bon) leurs dispersion en commentaires oiseux sur les réseaux sociaux.

 

bannierelire1.jpg

 

L’ÉCRIVAIN BIDON

C’est le propre de l'écrivain bidon de faire beaucoup de bruit avant que ses livres-poubelles ne soient enlevés par les éboueurs de la critique.

 

bannierelire1.jpg

 

LES LIVRES PARLENT

Un jour, les livres se mirent à parler, à se dire. Ce furent d’abord quelques murmures dans telle librairie de province, dans telle bibliothèque de village, sur tel rayonnage de particulier. Mais la rumeur se propagea : telle une épidémie, elle se répandit à tous les lieux enfermant des livres auxquels on ne put plus accéder qu’avec des écouteurs branchés sur du stoner rock ou muni de protections auditives puissantes. De nombreux libraires et bibliothécaires ainsi que des lecteurs imprudents qui ne s’étaient pas prémunis perdirent l’ouïe. D’autre part, ils peuvent maintenant se rendre aux lectures publiques sans crainte d’être indisposés par la mauvaise diction, l’accent épouvantable de tel premier prix de conservatoire autoproclamé de la lecture à haute voix qu’un brave traducteur en langue des signes rompu aux borborygmes du mal disant convertit en langage nettement plus compréhensible.

  

bannierelire1.jpg

  

SANS NOUVELLES

Cet écrivain mégalomane dont le monde littéraire était sans nouvelles depuis sa précédente publication il y a six mois vient de faire une spéculaire réapparition en couverture d’une autopublication de la rentrée littéraire.

 

bannierelire1.jpg

 

ATTENTION, DANGER !

Ce libraire prenait soin de délimiter le rayon poésie de sa boutique par des panneaux de danger. Plusieurs fois des lecteurs imprudents avaient été pris d'effroi en constatant l’endroit où ils avaient malencontreusement abouti et leur prise en charge avaient nécessité les soins d’un psychologue spécialisé dans les traumas littéraires. 

 

bannierelire1.jpg

 

L’OGRE DES LIBRAIRIES

Dans les librairies de ce pays, les livres vinrent à manquer. On constatait la disparition de rayonnages entiers, parfois même de toute une section. Plus trace soudain des livres de cuisine, des manuels de bien-être, de littérature marclévyesque, de thrillers danbrowniens, de romans feel good, de carnets luisants de mots léchés, d'ouvrages de pataphysique pour les nuls, de recueils de poésie du routard ou de volumes de maths financières. Une enquête initiée par le Fonds des Lettres mais surtout un système de caméras surveillance infaillible conclut à l’existence d’un dévoreur de livres.

Ce bâfreur restait introuvable malgré une faim gargantuesque qui décimait des librairies entières, plongeant les boutiques de livres papier au bord du dépôt de bilan.

C’est par hasard, bien des années après la disparition de toute librairie, qu’on retrouva l’ogre, haut et gros comme un Atomium, recouvert d’un manteau de miroirs pour passer inaperçu, explosé par un éclatement stomacal, étendu sur l’esplanade de la Bibliothèque Nationale, d’où par ses monstrueux orifices s’échappait un sang d’encre qui rejoignait par les rues de la ville un fleuve de phrases immondes où des cadavres puants de lecteurs dérivaient depuis des années...

 

bannierelire1.jpg

 

UNE OFFRE SUPÉRIEURE À LA DEMANDE

Les auteurs sont devenus plus nombreux que les lecteurs, si bien que nombre d’auteurs n'écrivent pour personne. Et les éditeurs, plus fréquents que les auteurs, de sorte que de nombreux éditeurs ne publient aucun auteur... Le lecteur est devenu si rare que des salons lui sont consacrés. Auteurs et éditeurs s’y pressent dans l’espoir de comprendre l’étrange phénomène qui les a mis sur la paille.

 

bannierelire1.jpg

 

JOURNAL D’UN INTOLÉRANT LITTÉRAIRE

Dans Journal d’un intolérant littéraire, cet allergique à Proust, Gracq, Simon, Borgès, Dostoïevski et quelques autres écrivains prises de tête propose un programme de lecture sans génie, un régime light à base de Bourdeaut, Barbery, E.L. James, Delatour, Jardin et autres auteurs de polar qui provoquent une agréable lecture sans aigreurs d’estomac ni migraine et n’altèrent en rien votre habituelle vision des choses.

 

 

E.A.

3823953834.jpg

Les commentaires sont fermés.