• LA ROBE DE LA MARÉE

    10 PHRASES SEULES

     

    Le fou d’écriture rêve d’être une ombre pour épouser l’eau.

    De cette union naissent les livres.

    Edmond Jabès

    pt155022.1363522.w430.jpg

     

    1.

    En construisant son œuvre labyrinthique comme un secret d’alcôve, cet architecte du sens a égaré le mystère de fabrication.  

     

    2.

    En piquant l’aiguille dans le nerf optique de l’air, l’homme à tête de verre a sauvé les apparences.

     

    3.

    En retournant les grandes lèvres du ciel sur les gencives de la nuit, le décrocheur d’étoiles a découvert le langage du rêve.

     

    4.

    En appelant l’Être suprême à se dresser contre la mer, le moine plieur à chiffonné la robe de la marée.

     

    5.

    En répandant son ivoire sur la porcelaine du monde, l’éléphant de la montagne a accouché d’une souris blanche aveugle.

     

    6.

    En mettant son grain de sable dans le livre de l’oubli, le mémorialiste du songe a perdu le fil de l’intrigue.

     

    7.

    En faisant naître un sourire sur le visage de la Vierge, l’archange Gabriel ne savait pas quel prodige il avait conçu.

     

    8.

    En travaillant à la maîtrise du feu avec des étoiles neuves, ce fabricant de nébuleuses perdit l’usage de ses flammes.  

     

    9.

    En poussant la fille des lumières à repeindre la nuit en aube, la mère des ténèbres vit assez pour recoudre un bouton d’étoile.

     

    10. 

    En découvrant un brin de givre sur le cou d’un cygne, le soleil fondit l’or des épées pour en faire des cristaux de neige. 

     

  • LA ROUTE DES CENDRES de CLAUDE DONNAY (Éditions M.E.O.)

    route-cendres-1c.jpgL'homme rompu

    À bientôt quarante ans, David Guesdon franchit la barrière de bois de son domicile sans se retourner. Mais, contrairement aux autres jours, il ne se rend pas à la gare de Bobigny pour aller au boulot; il enjambe les rails pour se diriger vers la Nationale et faire du stop. Mais que fuit David qui prend comme avatar William Jack, formé des  prénoms des écrivains emblématiques de la Beat generation? Et qu’emporte-t-il dans son sac qui lui casse le dos ?

    En se dirigeant vers le Nord, un peu à la façon du McCandless d’Into the wild (vers le blanc, le froid, l’effacement, le recouvrement du passé?) à pied, en voiture et même en péniche, jusqu’aux Pays Bas en traversant la Belgique, il va faire des rencontres remarquables (surtout des femmes, ces « inconnues au regard qui encensent ta journée ») qui seront autant de stations dans sa fuite en avant et sa marche du souvenir. Car il se remémore Séréna, la femme qu’il a laissée et sans doute assassinée après cinq ans de vie commune, en des fragments qui composent un portrait attachant d’une femme insaisissable qui se sentait mal aimée. En la racontant, il dévoile aussi bien des pans de son enfance auprès d’une mère qui lui a toujours préféré son frère et l’a programmé à devenir un handicapé du cœur, un fuyard de ses propres sentiments...

    Autant William Jack est avide de moments de vive émotion sensorielle « où l’on se sent vraiment vivant », autant on le sent incapable de se donner entièrement et exclusivement à un être, délaissant en permanence le sujet de son affection pour une quête impossible, préférant la perfection du rêve à l’imparfait du réel. David Guesdon possède une mentalité de voyeur même si celle-ci n’exclut pas des plongées dans la pure sensualité mais des immersions ponctuelles qui ne modifient pas en profondeur sa structure mentale et affective.donnay-web-paysage.jpg

    « William Jack ne s’aime pas, mais le plus grave, il le sait maintenant, c’est qu’il ne peut aimer vraiment. Cette faille, ce vertige, ce vide qui sourd de lui, Séréna l’a perçu avec sa sensibilité de femme rompue à toutes les fragilités, à toutes les délicatesses.  » Plus loin, on lit que « Séréna en avait pris conscience très tôt et ce que William Jack prenait pour une froideur de son être n’était qu’une protection contre le sentiment que William Jack ne pourrait véritablement l’aimer. »

    Jan et Dries, un couple de Hollandais qui l’embarquent sur leur péniche descendant vers Rotterdam, représentent  pour l’homme rompu, le vagabond céleste qu’est David/William, le couple rêvé, rassurant, qui respire la complicité amoureuse.

    Un roman juste et beau (à l’image du titre et du final) écrit dans une langue fluide qui fait le partage entre le récit et des moments de pure poésie. Le genre du road-trip, parfaitement maîtrisé, est le prétexte à relater une cavale, reflet d'une fuite intérieure, mais aussi à raconter un amour impossible et qui puise dans la conscience de cette impossibilité sa grandeur. La route des cendres est aussi bien (parmi d’autres interprétations) un roman sur la lumière qui éblouit sans nourrir et l’attente de l’ombre, sur l’impossible enracinement et la vanité du voyage, sur la difficulté à vivre ici et maintenant en regard du bleu rêvé du ciel et de l’amour des femmes…   

    Éric Allard

    Le livre sur le site des Editions M.E.O

    Le blog de Claude Donnay et de Bleu d'Encre

    Claude Donnay sur Matélé pour présenter son roman

  • POUR COMMENCER 2017: LE CONTE EST BON

     arton117866-225x300.jpgpar Denis BILLAMBOZ

    La rentrée littéraire de janvier est bien espiègle. Elle nous propose des « Contes espagnols » de Lorenzo Cecchi, chez Cactus inébranlable, des contes qui sont surtout de très bonnes nouvelles qui raviront les amateurs du genre et de la littérature percutante. Elle nous propose aussi, chez Espace Nord, la réédition du magnifique roman de Pascal de Duve, « Izo » qui est peut-être, lui, par contre un très beau conte. Mais peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse et avec ces deux livres vous l’aurez, j’en suis sûr… l’ivresse des mots et de leur musique.

     

    couverture-contes-espagnols-1.jpg?fx=r_550_550CONTES ESPAGNOLS

    Lorenzo CECCHI

    Cactus inébranlable

    Lorenzo Cecchi nous offre neuf contes, apparemment le compte est bon même si l’éditeur tend un petit piège au lecteur inattentif, mais l’important reste que ces contes soient bons et ils le sont. A priori, sans connaître l’auteur, il semblerait que le narrateur soit très proche de lui et qu’il décrive dans ses contes des moments d’émotion particuliers qu’il aurait vécus avec des Hispaniques, notamment des Espagnols et surtout des Espagnoles, côtoyés à Bruxelles ou en Espagne. Il faut souligner pourtant une exception à cette généralité, la neuvième et dernière nouvelle n’a rien à voir avec les autres même si elle concerne bien une belle Ibérique, elle ne concerne pas le narrateur, elle raconte l’horrible vengeance, au XVII° siècle, d’un triste noble italien incapable de satisfaire sa femme et fou de rage quand il apprend qu’elle le trompe. J’ai apprécié toutes les nouvelles du recueil, Cecchi a l’art de la narration, il sait raconter et son regard sur les gens, leur comportement, leurs sentiments, leurs émotions, leurs motivations est très perçant. Il voit juste, à travers les quelques faits divers qu’il raconte, c’est un peu la diaspora ibérique qu’il met en scène avec ses petites tracasseries, ses aventures et mésaventures. Ces contes sont peut-être plus des nouvelles que des contes sauf peut-être ce fameux neuvième et dernier conte qui évoque un fait qui pourrait être historique, l’est peut-être, ou n’est finalement qu’un conte, peu importe l’histoire est aussi abominable que le texte est bien troussé. J’ai dégusté ces vieux mots oubliés qui sonnent si joliment aux oreilles des amateurs d’histoire dont je suis.

    L’auteur a peut-être connu cette Conchita qu’il prenait pour une Espagnole qu’elle n’était pas ou cette Frida qui, elle, était bien espagnole alors qu’il la croyait suédoise. Je suis presque sûr qu’il a effectivement vendu sa première marchandise à un émigré hispanique ayant pris en pitié sa grande maladresse commerciale. Par contre, je doute qu’il ait été l’heureux bénéficiaire de la fureur sexuelle de la belle mexicaine qui s’est vengée de la tromperie de son mari avec le premier venu. Ainsi le lecteur, pourra laisser courir son imagination pour essayer de comprendre ce qui vient directement de l’imagination de l’auteur ou ce qu’il a puisé dans carrière professionnelle et dans sa vie d’immigré du sud de l’Europe. La querelle entre le narrateur italien et son voisin espagnol, plus macho l’un que l’autre, sent le vécu plus que l’histoire du gars qui écrit à son meilleur ami, juste avant de se suicider, qu’il part heureux de savoir qu’il n’a jamais couché avec aucune des femmes qu’il a eues.

    Même si on respire une certaine pointe de mélancolie dans ces textes, j’y ai personnellement surtout trouvé beaucoup de vie, d’envie de vivre, d’espièglerie et même de dérision dans les moments les moins favorables de l’existence. Un recueil à mettre sur son chevet pour lire un ou deux textes les soirs de blues. Je ne voudrais surtout pas oublier les illustrations chatoyantes de Jean–Marie Molle, son rouge notamment qui, à lui seul, dégage une véritable fureur de vivre.

    Le livre sur le site du Cactus Inébranlable

     


    350_L230.jpgIZO

    Pascal DE DUVE

    Espace Nord

    « Espace Nord » a, pour célébrer le cinquantième anniversaire de la mort du peintre René Magritte, décidé de rééditer « Izo » le célèbre roman publié par Pascal de Duve en 1989. Izo, le personnage éponyme de ce roman, avec sa redingote noire, son chapeau noir et ses gros souliers noirs, semble directement « plu » de « Golconde » la tableau de Magritte que l’éditeur a placé sur la couverture de cette réédition, conférant ainsi une nouvelle dimension à cette toile en inventant pour l’un des personnages, celui ayant eu la chance de choir directement sur une chaise du Jardin du Luxembourg à Paris et non comme les autres de se diluer dans le sable et les pelouses de ce jardin, un bout de vie éphémère prolongeant ainsi l’histoire racontée sur la toile.

    Le narrateur se promenant un jour d’orage dans les Jardins du Luxembourg aperçoit alors que le ciel déverse des torrents d’eau, un homme affalé sur une des chaises qui meublent ce jardin, un homme coiffé d’un anachronique chapeau melon noir et vêtu d’une tout aussi anachronique redingote noire. Il le secoue, le secourt et l’emmène chez lui pour le réconforter. Il s’attache au sort de cet étonnant personnage et s’occupe de lui procurer le gîte et le couvert. L’homme ne parle pas et ne prononce que quelques mots inintelligibles, l’auteur retient un énigmatique « Isobretenikkhoudojnika », il décide de l’appeler ainsi mais en simplifiant cet imprononçable patronyme en un beaucoup plus pratique « Izo ».

    Izo se révèle vite être un être très doué, surdoué, doté d’une mémoire fantastique et d’un esprit d’analyse et de déduction particulièrement impressionnant, il découvre tout, il semble ne rien connaître, il paraît venu d’ailleurs, son esprit est vierge comme celui d’un nourrisson ouvrant les yeux pour la première fois. Il se passionne pour des choses futiles, même insignifiantes, ou pour des choses beaucoup plus complexes, élaborées, matérielles ou intellectuelles comme le métro qu’il considère comme un autre monde, ou les langues étrangères qui lui permettent de nouer conversation avec n’importe qui dans les rues de Paris ou par téléphone au hasard des numéros qu’il compose de manière de tout à fait aléatoire.

    Izo, c’est une page blanche sur le bureau de l’écrivain, il n’a aucun sens des valeurs, rien ne l’a encore pollué, il a une merveilleuse faculté d’émerveillement qui le fait s’extasier devant la moindre babiole comme devant une définition très complexe pêchée dans l’une des encyclopédies qu’il ingurgite comme d'autres des verres de bière, sauf que lui retient ce qu’il absorbe. Son impressionnante culture, acquise en quelques semaines, sa faconde, son innocence, sa fraîcheur, son enthousiasme lui facilitent les contacts avec les personnes qu’il rencontre et avec lesquelles ils nouent des liens d’amitiés. Il devient vite un habitué des cafés les plus prestigieux de la capitale où il connait les personnels et quelques habitués ayant une certaine notoriété. Il devient ainsi quelqu’un de connu sans en avoir la moindre idée. Il conserve sa fraîcheur et son innocence jusqu’à ce qu’il comprenne que la vie n’est pas linéaire, qu’elle évolue et donc qu’elle va vers un aboutissement qu’il voudrait comprendre. Commence alors pour lui une recherche de ce que pourrait être cet aboutissement et sa signification, à travers les religions : le catholicisme, le protestantisme, l’islam et même le communisme pensé comme une forme de religion lui aussi. Mais, pour la première fois ses étonnantes facultés buttent sur une énigme qu’il ne saisit pas.

    Je retiendrai de ce texte outre bien sûr la grande maîtrise littéraire de l’auteur, la richesse de son vocabulaire, la fluidité et l’élégance de son style, quelques belles assonances, la qualité picturale de ses descriptions, tout est en couleur, surtout la capacité d’émerveillement du héros. Izo est un être irréel, venu d’ailleurs, enfant légitime de l’imaginaire matérialisé sur terre, découvrant un monde rempli de choses merveilleuses que nous nous ne voyons pas ou plus. On dirait que Pascal de Duve cherche à nous délester de toutes les scories que l’histoire a accumulées sur nos épaules et dans nos têtes pour que nous redécouvrions un monde simple, candide, joyeux, sans aucune prétention, sans appât du gain, sans recherche du pouvoir, juste un monde où les gens vivraient en bonne intelligence. Cet émerveillement devant ce monde possible me suffirait mais l’auteur nous entraîne sur un autre chemin, il nous démontre que ce monde n’est qu’éphémère et qu’il faut penser à ce qu’il y aura après et quand on pense à ce qui vient après la vie on créée la religion même si cet après n’a pas un ou des dieux, c’est déjà une pensée religieuse. Et, pour Izo, les religions conduisent à une impasse, alors faudra-t-il suivre l’auteur sur le chemin de la philosophie pour trouver les réponses aux fameuses questions qui obsèdent tous les êtres pendants ? J’aimerais, pour ma part, rester avec Izo sur le chemin merveilleux de l’innocence et de la découverte en jouant la politique de l’autruche.

    « Izo » c’est plus qu’une lecture, c’est une réflexion philosophique, mais c’est aussi une ouverture à l’émerveillement. « Mon apparition c’est le monde, je veux dire l’existence, cette chose magnifique à la quelle on ne pense jamais, et que je viens de découvrir. » Voilà tout est dit, l’auteur de ces quelques mots plein d’espoir pouvait s’envoler quelques années plus tard, jeune, trop jeune, beaucoup trop jeune, vers le monde d’Izo où il a certainement trouvé son après.

    Le livre sur le site d'Espace Nord

  • PAUL FURLAN: " JE NE SAVAIS PAS QUE J'AVAIS DÉMISSIONNÉ. "

    588b143ecd70e747fb5a3e55.jpg

     

    Ce vendredi 27 janvier, comme les autres jours de la semaine depuis juillet 2009, date de sa première entrée en fonction en tant que ministre, Paul Furlan s’est rendu à l’Elysette sans passer par la Maison communale de Thuin dont le personnel alarmé, ne le voyant pas, a cru à une démission en cascade voire à une dissolution pure et simple du PS dans le marasme de la Gauche européenne.  

    Au 25/27 rue du Mazy, à Namur, Paul Furlan a salué Jean-Claude, Maxime, Paul… tous sont restés cois de le croiser aujourd’hui. Il s’est ensuite dirigé vers son cabinet pour s'étonner de la présence d’une nouvelle secrétaire, une Rocherfortoise bon teint, qui a demandé qui elle devait annoncer à Pierre-Yves Dermagne. Paul a souri, il a cru à une plaisanterie, à une maladresse de débutante… Il aurait même ajouté avec sa bonhomie habituelle: C’est la St Elio aujourd’hui  ou quoi? Car le grand St Elio, c’est connu, met parfois son noeud papillon à l’envers et le parti sens dessus dessous.

    - Paul Furlan, c’est moi le ministre des Pouvoirs Pouvoirs locaux, de la Ville, du Logement, de l’Energie et… des Intercommunales florissantes uniquement pour ses dirigeants et administrateurs. Ministre, a-t-il répété, l’anagramme d’InterimS.

    La secrétaire lui a alors fait doucement comprendre qu’il n’était plus ministre suite à sa démission de la veille. Elle lui a montré un article de journal attestant de ses dires. Paul Furlan a fait des grands yeux, il a bredouillé quelques paroles inaudibles avant d’énoncer clairement, comme se réveillant d’un mauvais songe : « Je ne savais plus que j’avais démissionné. » 

    Aux dernières nouvelles, il ne serait pas encore arrivé à Thuin.

    Il se murmure qu’il serait parti vers le Sud-Est, loin des grandes villes corrompues, en direction de la Famenne, là où se trouve la réserve de forces vives et immaculées du Socialisme en route vers le rose paradis de Éthique.

     

  • GRANDE OURSE de ROMAIN VERGER

    13332843_1113565728701097_3993885120564707459_n.jpg?oh=91c6fd129789e1998b64a6adf7a2769b&oe=591A08F1par Nathalie DELHAYE

     

     

     

     

    003630036.jpgRomain Verger nous conte ici de bien étranges histoires. D'une part, celle d'Arcas , homme préhistorique qui se retrouve seul, abandonné, sa famille, sa tribu, ont disparu. Il essaie de survivre, niché dans sa grotte, se nourrissant des quelques réserves encore existantes... Et puis un jour, il ne reste plus rien, rien qu'un ventre qui appelle, une faim qui l'affaiblit. Autour de lui, un univers de glace et de neige, rien à manger, pas âme qui vive... De dépit, il s'en va, se dit que marcher lui fera le plus grand bien, part vers l'inconnu...
    Puis arrive l'histoire de Mâchefer, homme de notre temps, anorexique, qui réduit jour après jour ses portions de calories et s'en fait un point d'honneur. Vie triste d'un gardien de Musée, qui partage un pavillon coupé en deux avec Ana, la propriétaire, étrange bonne femme, il poursuit son chemin sans plaisir, attendant patiemment le point de non retour, que sa maladie gagne, qu'il ne lui reste que la peau et les os...

    Ces deux êtres, à des dizaines de milliers d'années, vont connaître un drôle de destin. Les maux qui les rongent, la faim et la solitude pour Arcas, la volonté de ne plus manger et, aussi, une certaine solitude pour Mâchefer, montrent des similitudes fortes. Comme si Mâchefer descendait de la lignée d'Arcas, comme si ces deux hommes se fondaient l'un en l'autre, et souhaitaient ne laisser derrière eux qu'un petit amas presque insignifiant... Mais la vie est toute autre, et les êtres qui croiseront leurs vies respectives, afin de les sauver, leur feront perdre pied, la folie n'est pas loin, l'irréel, le fantastique prennent le pas sur la raison de ces deux hommes perdus.rv-012-72.jpg

    L'écriture de M. Verger est très fine, précise et éloquente, le jeu du rêve et de la réalité très troublant, les descriptions parfois peu ragoutantes ajoutent une part de lourdeur, quelque chose qu'on a du mal à digérer, comme une bouillie trop épaisse, et ramènent ces deux hommes à un état primaire, dans leurs états d'âme, dans leurs pulsions, dans leurs priorités...
    Un sentiment d'oppression grandissant au fil des pages, le même ressenti lors de la lecture de "Zones sensibles" du même auteur.

    Le livre sur le site de Quidam Editeur

     
  • LE DILETTANTE OUVRE SON CATALOGUE 2017

    arton117866-225x300.jpgpar Denis BILLAMBOZ

    Avec deux ouvrages sortis le 18 janvier 2017, Le Dilettante a ouvert son catalogue pour cette nouvelle année littéraire. Bill D’Isère propose un roman reconstituant le fameux enlèvement d’un transport de fonds dans la région lyonnaise en 2011 en s’intéressant principalement à la personnalité et au parcours de celui qui aurait pu être l’auteur de cet impressionnant détournement. Hélène Couturier quant à elle évoque la condition des femmes toujours amoureuses de leur mari qui cherchent un peu de fantaisie ailleurs.

     

    9782842638894FS.gifTEDDY LE KOSOVAR

    Bill D’ISÈRE

    Le Dilettante

    Lire c’est s’exposer à d’étranges coïncidences. Ainsi, devant effectué un voyage en train assez long, je m’étais muni d’un livre assez copieux, un livre qui relate le vol d’un véhicule de transport de fonds dans la région lyonnaise en 2010, et, en rentrant chez moi, j’apprends que ce jour même, un autre véhicule de la même société transportant cette fois de l’or industriel a été braqué près de Lyon lui aussi. Etonnant non ? J’étais coincé entre l’actualité qui tournait, ce jour, autour du vol de l’or et ma lecture qui me ramenait à la disparition d’un véhicule rempli de billets de banques.

    Bill d’Isère qui n’est pas Bill mais est bien d’Isère, réinvente à sa façon l’affaire du vol de ce véhicule de transport de fonds commis par un employé de la société délestée « un beau jour d’automne 2010 ». La victime ayant purgé sa peine, nous devons éviter d’évoquer tout ce qui pourrait permettre de la reconnaître. Bill consacre peu de pages au déroulement des faits qui sont bien connus maintenant et qu’il est facile de retrouver à travers des livres, films et sites Internet… le sujet a fait couler beaucoup d’encre et de salive et généré une petite montagne d’octets sur les fameux réseaux dits sociaux. Bill concentre principalement son texte sur la personnalité et la parcours de ce jeune homme issu de l’immigration qui, un jour sans raisons apparentes, bascule dans la délinquance, grande par le montant du forfait, plutôt banale par les moyens mis en œuvre.288.jpg

    La première préoccupation de l’auteur a été de transformer son héros en le dotant d’une nouvelle identité, d’un arbre généalogique plus exotique et d’une jeunesse chaotique. Ainsi, le voleur devient Mirosh pour sa mère, Michel pour l’état civil français et Teddy pour la presse et le grand public. Il serait le fruit de l’escapade de sa mère à Cuba. Elle vivait dans l’Albanie très fermée d’Hojda, elle eut la chance de pouvoir participer à un transport présidentiel à Cuba où la douceur des îles, les flèches du soleil, le sang chaud des autochtones l’invitèrent à laisser une large place à la gaudriole. Elle revint donc de Cuba avec une petite graine bien plantée au plus profond de son être. Elle comprit que son avenir en Albanie était très compromis, elle imagina alors un stratagème audacieux pour fuir le pays dans un conteneur de chemises. Arrivée en France, elle fut accueillie comme réfugiée et bientôt mère d’un joyeux bambin qu’elle éleva du mieux qu’elle put jusqu’à ce qu’elle rencontre un nouveau conjoint qui voulait faire le bonheur du gamin contre sa volonté. Commence alors un long cheminement qui conduit directement le môme aux premiers larcins, au chantier de rééducation puis à mille petits boulots tous moins lucratifs les uns que les autres, qu’il dégote surtout grâce tout ce qu’il a appris quand il fréquentait l’école des gitans en quête de quoi vivoter.

    Et puis il trouve enfin un job stable, payé régulièrement : convoyeur de fonds, il travaille consciencieusement jusqu’au jour où définitivement saturé par le comportement des patrons, des riches, de ceux qui ceux qui donnent les ordres et les punitions, il décide de se venger de toutes les humiliations subies en se barrant avec le camion plein de beaux billets de banque. La suite vous la connaissez, le grain de sable qui fait capoter le plan le plus efficace tellement il est simple, la reddition, le jugement, l’appel, la taule sans remise de peine ou presque, la libération mais pas la liberté car dehors les flics le traquent sans cesse, ils veulent trouver les quelques millions qui manquent dans le camion et qu’ils croient qu’il a planqués. Mais Bill, il ne tombe pas dans le piège de la reconstitution, il invente une fin grandiose au nez et à la barbe de tous les flics de France.

    Bill d’Isère a repeint cette histoire très médiatisée aux couleurs de Frédéric Dard dans une ambiance à la Guyard, j’ai pensé à son roman : « Soudure » où les malfrats, comme ceux de Bill sont surtout des victimes du système (le fameux système qui ronge tout le monde et que tous les politiciens veulent changer avant chaque élection) qui profite uniquement à ceux qui possèdent déjà trop pour être tranquilles comme les policiers qui auraient bien pu étouffer les quelques millions qui se sont évaporés avant que la camion soit officiellement retrouvé mais ça c’est Bill qui nous le glisse en douce, entre les lignes, nous on ne sait rien.

    Le livre sur le site du Dilettante 

     

    9782842638795.jpgIL ÉTAIT COMBIEN DE FOIS

    Hélène COUTURIER

    Le Dilettante

    « Combien de fois tu m’as trompé ? » La question est brutale, elle cingle comme un coup de fouet, Mathilde ne l’attendait pas, elle n’a même pas l’intention d’y répondre mais Jo s’acharne, revient à la charge, alors elle ment, comme elle l’a toujours fait, avant de comprendre que son mari essaie de lui faire endosser la responsabilité de leur séparation qu’il va lui annoncer. Elle n’avait pas envie de cette rupture, elle avait trouvé un équilibre entre son mari et ses amants, elle était même restée fidèle pendant huit ans avant de trouver sa vie un peu monotone se lassant de la rigueur de son mari alors qu’elle aime la fête, la nuit, les rencontres imprévues, les émotions fortes.

    Jo veut des comptes qu’elle ne peut même pas lui fournir, elle ne compte pas, elle pourrait tout juste lui raconter ses errances dans les calle barcelonaises, dans le quartier des pakis, des dealers et des prostituées. Et, ce soir, pour éviter de lui répondre, elle part pour une nouvelle odyssée dans ce quartier de la marge où réside son fournisseur, où elle pourrait trouver un homme pour finir la nuit.Couturier.jpg

    Le plume d’Hélène Couturier court aussi vite que les escarpins de son héroïne sur l’asphalte de Barcelone quand elle part en bordée dans les quartiers interlopes à la recherche de stimulants aptes à lui fournir l’énergie et l’excitation nécessaires pour faire la fête jusqu’au bout de la nuit. Mais ce soir, son odyssée n’est qu’une vaine errance, elle réalise alors que son mari lui manque, qu’elle s’en passera difficilement, qu’elle n’est plus la belle jeune femme qu’elle a été, que son potentiel de séduction a diminué et qu’il diminuera encore sérieusement dans les années à venir. Jo voulait des comptes, elle n’avait qu’un conte à lui offrir.

    Ce conte c’est l’histoire de bien des femmes de cinquante ans qui ont été de belles filles, de belles jeunes femmes, des épouses qui ont séduit des hommes élégants, plein de charme, qui ont élevé un ou deux enfants et qui, vers la quarantaine, s’ennuie auprès d’un mari qui essaie de faire carrière et

    qui commence à lorgner vers des femmes plus jeunes. Alors maintenant que le sexe ne conduit que très rarement à la procréation, il peut offrir divers plaisirs avec d’autres hommes, pas forcément toujours les mêmes, pas forcément des amants attitrés, seulement des hommes charmants, attentifs, attentionnés qui n’ont nullement envie de s’attacher à une femme, mais seulement envie de passer de bons moments avec des femmes indépendantes, autonomes, sensuelles, cultivées et très peu encombrantes Des femmes juste pour le plaisir qui cherchent des hommes juste pour le plaisir.

    Ces femmes ne veulent pas pour autant laisser leur amour en déshérence, elles veulent juste séparer le plaisir sexuel de leur vie sentimentale, elles aiment leur homme et leur famille, elles aiment leur job et la vie qu’elle mène, elles voudraient juste que leur homme ne les enferme pas dans le sempiternel dilemme :

    « Trop de morale pas de sexe

    Trop de sexe pas de morale ».

    Un livre qui intéressera bien des femmes mais aussi des hommes, tous ceux qui cherchent à faire la part du sexe dans la vie et dans l’amour et surtout ce que le sexe peut apporter pour sortir de la monotonie qui s’installe progressivement dans presque tous les couples.

    Le livre sur le site du Dilettante

  • L'AUTEUR IDÉAL et autres histoires d'écrivains

    La littérature est une planète habitable.
    Éric Chevillard

    librairie2.jpg

     

    L’ AUTEUR IDÉAL

    Cet éditeur rêvait une fois encore de l’auteur idéal : beau et bon, aimable, humble et doué de tout le talent nécessaire pour remporter un grand prix d’automne quand son rêve devint réalité... L’écrivain était là, bien réel, l'éditeur pouvait le toucher partout et même lire dans ses pensées qu’il rêvait une fois encore de l’auteur idéal…

     

    bannierelire1.jpg

     

    LES HÉTÉRONYMES

    Cet écrivain avait tellement d’hétéronymes qu’il ne savait plus qui était qui et qu’il lui arrivait même, en interview, parlant au nom d’un d’entre eux, de pourfendre l’œuvre d’un autre.

     

    bannierelire1.jpg

     

    UNE BIBLIOGRAPHIE NAUSÉABONDE

    Son premier roman, La Corbeille, passa inaperçu. La Poubelle fit un four ; La Décharge se révéla un échec cuisant, L’incinérateur, un feu de paille. Heureusement son chef d’œuvre, Déchet Vide Ordure, qui eût enflammé la critique mais brûlé n’importe quel éditeur, est resté inédit.

     

    bannierelire1.jpg

     

    UN BARON DES LETTRES

    Cet écrivain qui ne croyait pas à la littérature parvint malgré lui au sommet de la pyramide littéraire et se mit alors aimer le pouvoir des mots. Aujourd’hui qu’il est un baron des Lettres reconnu, secondé par une armée de sectateurs et de conseillers fort payés, il est devenu indétrônable. Même mort depuis longtemps, ses affidés nient la triste réalité et, pour prolonger son souvenir, publient leurs plus beaux livres sous son  nom.

     

    bannierelire1.jpg

     

    LA SERIAL LISEUSE

    Cette lectrice préférait le corps des écrivains à leurs livres tant qu’ils étaient vivants. Elle tenait à connaître leur goût, éprouver leur texture, sonder leur profondeur. Après leur mort, qu’elle provoquait, elle lisait autrement leurs ouvrages. Car elle voulait les lire de son vivant à elle. Même si, de la sorte, elle abrégeait leur œuvre mais aussi (à toute chose malheur est bon) leurs dispersion en commentaires oiseux sur les réseaux sociaux.

     

    bannierelire1.jpg

     

    L’ÉCRIVAIN BIDON

    C’est le propre de l'écrivain bidon de faire beaucoup de bruit avant que ses livres-poubelles ne soient enlevés par les éboueurs de la critique.

     

    bannierelire1.jpg

     

    LES LIVRES PARLENT

    Un jour, les livres se mirent à parler, à se dire. Ce furent d’abord quelques murmures dans telle librairie de province, dans telle bibliothèque de village, sur tel rayonnage de particulier. Mais la rumeur se propagea : telle une épidémie, elle se répandit à tous les lieux enfermant des livres auxquels on ne put plus accéder qu’avec des écouteurs branchés sur du stoner rock ou muni de protections auditives puissantes. De nombreux libraires et bibliothécaires ainsi que des lecteurs imprudents qui ne s’étaient pas prémunis perdirent l’ouïe. D’autre part, ils peuvent maintenant se rendre aux lectures publiques sans crainte d’être indisposés par la mauvaise diction, l’accent épouvantable de tel premier prix de conservatoire autoproclamé de la lecture à haute voix qu’un brave traducteur en langue des signes rompu aux borborygmes du mal disant convertit en langage nettement plus compréhensible.

      

    bannierelire1.jpg

      

    SANS NOUVELLES

    Cet écrivain mégalomane dont le monde littéraire était sans nouvelles depuis sa précédente publication il y a six mois vient de faire une spéculaire réapparition en couverture d’une autopublication de la rentrée littéraire.

     

    bannierelire1.jpg

     

    ATTENTION, DANGER !

    Ce libraire prenait soin de délimiter le rayon poésie de sa boutique par des panneaux de danger. Plusieurs fois des lecteurs imprudents avaient été pris d'effroi en constatant l’endroit où ils avaient malencontreusement abouti et leur prise en charge avaient nécessité les soins d’un psychologue spécialisé dans les traumas littéraires. 

     

    bannierelire1.jpg

     

    L’OGRE DES LIBRAIRIES

    Dans les librairies de ce pays, les livres vinrent à manquer. On constatait la disparition de rayonnages entiers, parfois même de toute une section. Plus trace soudain des livres de cuisine, des manuels de bien-être, de littérature marclévyesque, de thrillers danbrowniens, de romans feel good, de carnets luisants de mots léchés, d'ouvrages de pataphysique pour les nuls, de recueils de poésie du routard ou de volumes de maths financières. Une enquête initiée par le Fonds des Lettres mais surtout un système de caméras surveillance infaillible conclut à l’existence d’un dévoreur de livres.

    Ce bâfreur restait introuvable malgré une faim gargantuesque qui décimait des librairies entières, plongeant les boutiques de livres papier au bord du dépôt de bilan.

    C’est par hasard, bien des années après la disparition de toute librairie, qu’on retrouva l’ogre, haut et gros comme un Atomium, recouvert d’un manteau de miroirs pour passer inaperçu, explosé par un éclatement stomacal, étendu sur l’esplanade de la Bibliothèque Nationale, d’où par ses monstrueux orifices s’échappait un sang d’encre qui rejoignait par les rues de la ville un fleuve de phrases immondes où des cadavres puants de lecteurs dérivaient depuis des années...

     

    bannierelire1.jpg

     

    UNE OFFRE SUPÉRIEURE À LA DEMANDE

    Les auteurs sont devenus plus nombreux que les lecteurs, si bien que nombre d’auteurs n'écrivent pour personne. Et les éditeurs, plus fréquents que les auteurs, de sorte que de nombreux éditeurs ne publient aucun auteur... Le lecteur est devenu si rare que des salons lui sont consacrés. Auteurs et éditeurs s’y pressent dans l’espoir de comprendre l’étrange phénomène qui les a mis sur la paille.

     

    bannierelire1.jpg

     

    JOURNAL D’UN INTOLÉRANT LITTÉRAIRE

    Dans Journal d’un intolérant littéraire, cet allergique à Proust, Gracq, Simon, Borgès, Dostoïevski et quelques autres écrivains prises de tête propose un programme de lecture sans génie, un régime light à base de Bourdeaut, Barbery, E.L. James, Delatour, Jardin et autres auteurs de polar qui provoquent une agréable lecture sans aigreurs d’estomac ni migraine et n’altèrent en rien votre habituelle vision des choses.

     

     

    E.A.

    3823953834.jpg

  • BOUDDHA et autres textes mous

    LES MOIGNONS (VII)

    240_F_2179574_9zsb8ejqffZsCN7o7I2UxdjLnc4t4O.jpg

    Bouddha

    Le Bouddha est un homme-tronc comme les autres. Il a fait le deuil de ses membres, de tout mouvement associé, de préhension comme de déplacement. Il a intégré la notion de mouvement: il roule pour lui-même. On ne verra jamais un Bouddha tracer vers le marchand de journaux, vers son bureau ou le club de fitness. Ayant atteint l’éveil en semblant n’avoir pas dormi mille nuits d’affilée, il semble enraciné dans sa position de lotus jusqu’à la fin des temples. Il sommeille assis, il rêve éveillé. S’il s’élève, ce n’est pas de plus de quelques centimètres du sol. Le Bouddha dort et parle en dormant. Il raconte ses rêves et ses rêves font loi. C'est une sorte d’analyste froid, qui note et empoche. Parfois il jette ses membres à qui en veut. Il rit sous cape en voyant ses adeptes essayer de les saisir au vol, prendre toutes les postures de la lévitation.

    Le Bouddha est un homme-tronc comme les autres. Il soigne, il polit ses moignons. Et qu’on ne vienne surtout pas l’empoigner !

     

     

    figurine-resine-bouddha-42-cm.jpg

     

    Les maîtres

    Le maître des horloges ne maîtrise pas tous les temps. Le maître des clés s’est fait tromper par une serrure. Le maître des ambassades n’a pas prise sur le pays entier. Le maître du suspense se lasse des intrigues. Le maître des bains ne supporte pas les jacuzzis. Le maître des rires ne supporte pas qu'on s'esclaffe. Le maître des enterrements mourra un jour. Le maître des emportements s’est laissé embarquer par le courant. Le maître des accents porte un chapeau. Le maître des identités ne sait plus qui est qui, qui il est, qui quoi qu’est-ce. Le maître des fentes ne connaît pas toutes ses failles. Le maître des peines d’amour souffre d’infidélité chronique. Le maître des textes n’aime pas celui-ci (qui l'en blâmerait?). Le maître de la conduite sans points n’a pas de suspension.

    figurine-resine-bouddha-42-cm.jpg

     

    Les mers

    Il collectionne les mers, il en a des centaines. Des roses, des vertes, des mal peintes, des bien dessinées. Des rondes, des en cube, des très froides, des toutes chaudes, des qui descendent les montagnes, des qui montent au ciel. Des normales qui font des vagues et de l’écume, des spéciales qui font du lait et des légumes comme vaches ou jardins. Des quelconques en forme d’œuf ou de poire, des plus curieuses en forme de coquilles ou d’autos tamponneuses. Des qui piquent ou qui sonnent, des qui font des peluches ou la fine bouche. Des effacées, des extravagantes, des un peu sottes, des carrément givrées. Des grosses, des fines, des puantes, des parfumées. Mais celle qu’il préférait, c’est sa mer noire aux reflets nacrés, celle qu’il prend au petit déjeuner avec des brassées de pain complet léger et des sucres comme des banquises fondant au soleil.

     

    figurine-resine-bouddha-42-cm.jpg

     

    La motte

    Quand je pars en exploration dans une motte de beurre, j’en ai pour ma journée. Une motte de beurre, on n’en a jamais fait le tour; il reste toujours quelque chose à découvrir: une pente à descendre, un versant à escalader, un boyau à découvrir, un grain de sel à détailler, une mollesse qui ne ressemble à aucune autre mollesse, un jaune très jaune, un filet zébré tirant étrangement vers le blanc de la crème de lait baratté qui a sa source dans la vache et le fermier qui la  trait avec toute la poigne de l’homme avide de prendre son plaisir là où il s’en trouve. Point à la ligne et retour à la ferme.

     

    figurine-resine-bouddha-42-cm.jpg

     

    Rêver dur

    Je fais des rêves durs qui font mal à mes nuits. Je dois avoir un problème de transfert onirique. Je devrais changer mon système d’interprétation des songes. Au matin, j’ai des douleurs de crâne, je peine à réaliser que c’est le jour. Je marche sur des fantasmes.  Je piétine des chimères. J’écrase un ou l’autre cauchemar. J’irréalise, je m’illusionne, j’imagine des rêves mous aux claires formes qui glisseraient de la nuit au jour comme une ombre chère. Je pleure, je crie, je suis malheureux comme une pierre mais rien n’y fait. Je fais toujours des rêves durs comme un calcul sur la tombe d’un aérolithe. Comme un moellon sur la stèle d’un galet. Comme une épave de paquebot sur le cénotaphe d’une baleine.

     

    240_F_2179544_RqAG9TqbpaKiwCixqaTrFG9FzFqwgZ.jpg

  • BLEU DE BLEU de JEAN MOGIN

    nu-bleu.jpg

     

    Quand j’ai besoin de bleu,

    Quand j’ai besoin, de bleu, de bleu,

    De bleu de mer et d’outre-mer,

    De bleu de ciel et d’outre-ciel,

    De bleu marin, de bleu céleste ;


    Quand j’ai besoin profond,

    Quand j’ai besoin altier,

    Quand j’ai besoin d’envol,

    Quand j’ai besoin de nage,

    Et de plonger en ciel,

    Et de voler sous l’eau ;



    Quand j’ai besoin de bleu

    Pour l’âme et le visage,

    Pour tout le corps laver,

    Pour ondoyer le cœur ;



    Quand j’ai besoin de bleu

    Pour mon éternité,

    Pour déborder ma vie,

    Pour aller au-delà

    Rassurer ma terreur

    Pour savoir qu’au-delà

    Tout reprend de plus belle ;



    Quand j’ai besoin de bleu,

    L’hiver,

    Quand j’ai besoin de bleu,

    La nuit

    J’ai recours à tes yeux.

     

     

    Jean MOGIN (1921-1986)

    La Belle Alliance (1963)

     

    QUELQUES CHANSONS BLEUES...
































    LE BLEU KLEIN 

    LE BLEU AU CINÉMA


    51%2Bhs3JwSLL._SX301_BO1,204,203,200_.jpg

  • L'EXAMEN

    image.jpgLe jour de l’examen était arrivé et le professeur était fébrile. C’était un jour d’examen exceptionnel, un de ces jours qui comptent dans une vie.

    Le professeur se tenait à l’entrée de l’amphithéâtre pour accueillir les étudiants. Pour chacun, il avait un mot, une attention. Pour chacun, il savait exactement ce qu’il devait leur dire pour les mettre en confiance, leur donner toutes les chances de réussir leur épreuve. Quand les deux cents étudiants furent installés, leur smartphone fermé, leur matériel sorti précautionneusement de leur étui ou de leur valisette, il alla s’installer au milieu de l’estrade, un peu à côté du pupitre où se tenait le micro et son portable. Il n’était pas nécessaire, cette fois, de parler et, d’une certaine façon, ça l'apaisait: il avait trop souvent jargonné.

    Chaque étudiant savait précisément ce qu’il avait à faire et le fit comme il l’avait répété pendant la période de blocus. Le professeur suivait scrupuleusement leur petit cérémonial personnel pour conjurer le stress; quand il observait un geste mal exécuté, un manquement qui pouvait leur être préjudiciable, il le leur signalait d’un regard appuyé, ou d’un raclement de gorge suggestif. L’étudiant comprenait son erreur et se corrigeait.

    Quand le professeur jugea que plus aucun doute ne subsistait sur le résultat de l’examen - c’était un homme avisé et nanti d’une longue expérience -, il donna l’ordre de départ du concours.

    Les deux cent balles de calibre 9 mm atteignirent toutes sans exception sa tête. C’était la meilleure session de sa vie professionnelle, une épreuve de prestige au final éblouissant qu'il avait eu raison de proposer; la seule aussi qu’il n’aurait pas besoin de corriger.   

     

  • L'ACCORDÉON DU SILENCE d'ANNE-MARIELLE WILWERTH (Éd. du Coudrier)

    5f6034c6-e0fc-11e3-9861-5a72a6fd8fe4_web_scale_0.154321_0.154321__.jpg.h380.jpgpar PHILIPPE LEUCKX 

     

     

     

     

     

     

     

    l-accord-on-du-silence-scan-couverture_1_orig.jpgAprès vingt recueils, Anne-Marielle Wilwerth signe ici peut-être son plus beau livre. L’écriture y coule avec grâce, densité, sensibilité, n’hésitant pas à livrer des pans plus méconnus d’un portrait saisi « dans l’encrier de l’avenir », avec ce dosage d’optimisme et de gravité.

    Avec audace et détermination, la poète signale ici un travail raffiné sur soi, sans tapage ni égotisme, livrant failles, « absence de soi-même », puisqu’il faut, dit-elle « déboutonner les inquiétudes », chercher « une vie plus souple ».

    Elle écrit selon sa formule personnelle en peu de vers pour mieux livrer la « paroi poreuse du monde », nous « faire des confidences », tout attentive à ce « poème à naître » comme un enfant qu’on soigne avec délicatesse.

    Qu’elle parle des îles (Ouessant) ou des voyages en « mémoire clandestine », l’auteur se pose des questions sur ces « joies métisses », sur « l’instant tellement palpable ».Anne-Marielle-WILWERTH.jpg

    La fluidité des poèmes (« un poème rampe sous la dune ») chante aussi bien « le chant rassurant de l’océan » que le doute d’avoir « maraudé en vain/ dans le vaste verger marin ».

    Poésie fleurie, dont les images vagabondent librement dans la nasse de notre lecture.

    Nous avons aimé la simplicité des notations (« l’invisible est semeur d’écume »), la petite musique qui honore « félinement » le « blanc », le goût « de la transhumance », « cette nomade liberté » qui enchante ces vers, comme « les joies simples de l’âme », lorsqu’on s’est « dépouillé de soi ».

    En pleine maîtrise, la poète entame un nouveau pan de sa création : bon vent à celle qui sait aussi bien écouter les silences et en faire un nid chaud de poèmes transparents.

     

    Anne-Marielle WILWERTH, L’accordéon du silence, Le Coudrier, 100p., 20€. Illustrations très réussies de Pascale Lacroix. 

    Le recueil sur le site des Éditions du Coudrier

    Bergère du silence, le site d'Anne-Marielle Wilwerth 

  • UNE RÉSIDENCE D'ÉCRITURE BIEN TENUE

    ILLUSTRATION-Fontevraud-residence-1024x577.jpegDans cette résidence d’écriture bien tenue, le soleil est changé tous les matins, la mer est passée au bleu, tous les soirs on vaporise de l’essence de muse dans les chambres pour une bonne oxygénation onirique, de la lecture labellisée est administrée aux résidents que la Société des Gens de Lettres a choisis pour se refaire une santé littéraire sans compter la petite bourse de psychostimulants marqués du paraphe de leur écrivain préféré...

  • NOS AMIES LES (BELLES) POULES par GAËTAN FAUCER

    poule-rousse1-300x187.jpg

     

    La poule aux oeufs dort.

     

    Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    J'ai découvert un texte sans coquille écrit par une belle poule.

     

     

    Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    Le documentaire sur la poule à poil est classée X.

     

     

    Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    Ma poule sans eux est très solitaire.

     

    Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    La poule au pot n'a pas eu de chance.

     

    Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    La poule de luxe ne mérite pas la basse cour.

     

     Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    L'étude de la poule : plumologie

     

     Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    Ne surtout pas la prendre pour une dinde !

     

     Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    Prière de ralentir devant un nid-de-poule.

     

     Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    La poule de mer ne vit pas à la campagne.

     

     Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    La faisane est une poule gradée.

     

     Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    La poule d'eau est un genre de poule mouillée.

     

     Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    La poule cougar aime les jeunes coqs laids.

     

     Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    Certains coqs abusent un peu trop de cocotte.

     

     Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    Dans la basse cour, le jeune coq joue au poulet.

     

     Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    C'est dans les vieilles casseroles que l'on fait les meilleures poules.

     

     Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    La poule aux yeux d'or.

     

     Poule_coq_chapon-621ff61accdfabf6daf883cfc766debb.jpg

     

    La belle poule aime la culture... surtout le maïs.

      

    poussin.jpg

     

    Gaëtan FAUCER (un petit poussin)

  • LES GNOUS

    Gnou_1_2gnous-468.jpg


    Je me réveillai avec un e en moins au niveau des genoux. Comme toutes les métamorphoses, celle-ci eut lieu de nuit. C’est une espèce de lourdeur au niveau des jambes qui me fit me réveiller. Heureusement les gnous étaient, tout comme moi, encore endormis.

    Le gnou est un bovidé du genre connochaetes, il est herbivore et , contrairement aux apparences, il s’agit d’une antilope, comme me l’apprenait le site Wikipedia que je consultai vite via mon smartphone après avoir identifié la nature des animaux qui avait pris possession de mes rotules, et pour tout dire, s’étaient substitués à elles.

    En effet, le gnou, de prime abord ne fait pas penser à une gazelle mais à un buffle et il ne sent pas moins fort. C’étaient de petits gnous heureusement et les cornes n’étaient pas trop disgracieuses. Je me dis qu'elles valaient bien les cornes de rhinocéros. Marcher avec des gnous à la place des genoux n’est pas de tout repos, il va sans dire. Et d’abord sortir du lit s’avéra vite casse-gueule, puis descendre les escaliers s’apparenta à de la haute voltige mais ne s’habitue-t-on pas à toutes les sortes de handicaps et ne finit-on pas, même, par en tirer profit?

    Parvenu avec peine dans la cuisine, je pris mon café pour me redonner de l’allant. Je me lavai péniblement car les gnous s’étaient réveillés et réclamaient de l’attention. Il s’agissait maintenant, sinon de les dresser (avec tout le respect, il va sans dire, dû à leur espèce), de modérer leurs ardeurs, de leur faire entendre raison (cela viendrait en son temps). Je leur expliquai comme je pus que j’avais ma vie et même quelques opinions et qu’il n’était pas question que je demeure à la maison à glander.

    Je donnai cours ce matin-là sur la reproduction du ver de terre (hermaphrodite comme chacun sait) à une classe de girafes qui n’eurent d’yeux que pour mes gnous. Puis je rentrai sans repasser par la salle des profs qui sentait l’étable depuis le lot des dernières mutations survenues dans le corps professoral après la succession de désordres en tout genre subis dans le secteur. 

    Dans l’auto, les gnous s'assoupirent, mon métier de malade les avaient mis, bien tassés, sur mes genoux et je pus regagner mon domicile sans ennui. Mais quand je fus arrivé chez moi, passé le seuil, les gnous manifestèrent l’envie de se sustenter, ils n’avaient rien mangé de la journée. J’eus l’impression qu'ils avaient grandi car je dus passer la porte sur les gnous. (Une petite voix me disait bien que j’accumulais bêtement les jeux de mots mais les jeux de mots, c'est parfois l'ultime rempart avant la déraison.)

    Je trouvai ma femme dans la cuisine en peignoir et les chevaux en bataille. Elle me trouvait l’air d’un transfomer et me demanda ce qui m’était arrivé avant que je lui pose la même question. J’ai pris un jour de congé maladie aujourd’hui, me dit-elle sans mettre son propos entre les guillemets d'usage. Je lui répétai alors qu’en effet je ne l’avais pas vue à la direction de l'école durant la journée. Les chevaux sont trop lourds à porter, il me faudra quelques jours d’apprentissage, me dit-elle. Il y a une journée de formation prévue à cet effet ce week-end, lui appris-je après l'avoir lu dans le carnet d'avis réservé aux maîtres animaux.

    Après quoi nous échangeâmes à propos de la politique intérieure comme de l’expulsion de centaines d’ouvriers du bâtiment transformés en bourricots. Mais il était trop tard pour prendre attitude, pour protester contre la marche du monde, pour s’afficher unijambiste ou antispéciste, pour prendre sa carte du parti bête ou du parti ultra littéral (cela viendrait en son temps): les mulets avaient déjà quitté notre cité en direction du port pour le quai d'embarquement où était amarré l'Arche de Noé. 

     

  • TES LÈVRES, L'HIVER

    TAKE FIVE (IV)

    L’usage d’une seule métaphore

    attristerait mortellement

    la neige.

    François Jacqmin

    img-20202310d0e.jpg?v=11

     

    Pour sortir

    dans l’hiver

    et marcher sur la neige

    je chausse mes poèmes

    de cinq vers.

     

     

    Dans la blancheur

    absconse

    de janvier

    me souviendrai-je

    de la texture de tes lèvres ?

     

    *

     

    Mon passé s’évanouit

    sous la neige.

    D’un seul cristal de glace

    solidifier

    tout l’avenir…

      

    *

     

    La chute de neige

    n’éteint pas le feu.

    Chaque flocon qui tombe

    entretient le tison

    de l’hiver.

     

     

    La couverture de poudreuse

    suffit à ta peau

    pour se protéger

    de mes baisers

    frileux.

     

    *

     

    Quand il te faut parler

    à l’hiver

    avant toute parole

    exerces-tu tes lèvres

    aux gerçures?

     

    *

     

    L’arbre insensible

    au gel

    ne voit pas

    l’oiseau de neige

    qui grésille sur la branche.

     

    *

     

    Sur ta peau si pâle

    j’imagine des luges

    arrêtées à tes seins

    incapables d’imaginer

    un vertige plus grand.

      

    *

     

    Derrière les paroles embuées

    tes lèvres, l'hiver

    donnent à espérer

    le sauna

    d’un baiser.

     

    *

     

    Le regret de la neige

    ne dure pas.

    Comme toutes les amours

    il laisse place

    à la fonte des espérances.

     

    *

      

    Sur le verglas

    flambant neuf

    du jour

    j’ai brûlé

    un feu rouge.

     

     

  • POUR COMMENCER L'ANNÉE 2017

    arton117866-225x300.jpgpar DENIS BILLAMBOZ

    Première lecture de l’année

    Pour commencer l’année 2017, Philippe Picquier nous emmène, presque de force, en Corée du Nord, en fait c’est Vincent-Paul Brochard, l’auteur, qui nous dirige sur les traces des personnes enlevées et conduites en Corée du Nord contre leur volonté. Une question qui a défrayé l’actualité il y a quelques mois déjà avant que l’ONU condamne cette pratique. Un roman qui pourrait passer pour un témoignage.

     

    9782809712193FS.gifLE PONT SANS RETOUR

    Vincent-Paul BROCHARD

    Editions Picquier

    « Le pont sans retour », c’est celui qu’on ne peut traverser qu’une fois sans espoir de le franchir un autre jour, même très lointain, dans le sens inverse, ceux qui se rendent en Corée du Nord comme ceux qui se rendent en Corée du Sud ne feront jamais le voyage dans l’autre sens. C’est le trait d’union qui unit si mal les deux parties de la péninsule séparées depuis 1953, depuis la fin de la guerre de Corée. C’est le symbole choisi par Vincent-Paul Brochard pour concrétiser le sort de Julie Duval, l’héroïne qu’il met en scène dans ce livre, emmenée par la force et par la ruse en Corée du Nord par des membres d’un groupuscule révolutionnaire japonais réfugié dans ce pays fermé à tous pour échapper à la police nippone.

    En novembre 2002, Kim Jong Il, le dictateur coréen alors au pouvoir, a reconnu que ses services avaient enlevé un certain nombre d’étrangers notamment des Japonais, d’après quelques témoignages de très rares réfugiés, il apparaitrait qu’il y aurait eu quelques Français parmi les personnes retenues de force en Corée du Nord. Vincent-Paul Brochard à travers la fiction qu’il a construite essaie d’expliquer ce qui a conduit les Nord-Coréens à perpétrer ces enlèvements désormais condamnés par l’Organisation des Nations Unies, et l’aberrante logique de ce pouvoir totalitaire, fantasmagorique et erratique.

    Julie Duval constituait une excellente cible pour les activistes chargés de recruter de force des jeunes Françaises pour les besoins des services nord-coréens, elle parlait et écrivait excellemment le Japonais, les liens avec sa famille étaient presque inexistants, il était donc facile pour une jeune Japonaise de l’aborder sous le prétexte d’échanger des cours de conversation française contre des cours de conversation nippone. Julie accepte donc cet échange avec Keiko, les deux filles sympathisent vite et nouent une amitié suffisamment forte pour que la jeune Japonaise propose à son amie de l’accompagner pour des vacances dans son pays natal. Enthousiasmée, Julie accepte mais à Hong Kong le voyage tourne à l’enlèvement et elle se retrouve vite « l’invitée forcée » du groupuscule japonais qui l’a enlevée, dans un camp de formation où on l’endoctrine de force, elle doit acquérir tous les éléments de l’idéologie prônée par Kim Il sung pour asseoir son pouvoir : le Juche.

    auteur_1481642268_1.jpg

    Ayant acquis les fondamentaux de cette idéologie et après être passée par les geôles locales, elle est confinée dans une demeure isolée au fond d’une campagne déserte où elle doit former une jeune Coréenne à la langue, la culture et les mœurs françaises. On lui fait croire que cette élève très douée embrassera la carrière diplomatique et qu’elle servira la cause de la révolution en participant au rapprochement du peuple coréen avec le reste du monde par la diffusion du « kimilsungisme ». Et que ceci facilitera le rapprochement des deux parties de la péninsule. La séparation est pourtant brutale, la jeune Française reste en Corée sous la protection d’un haut cadre du parti et la jeune Coréenne poursuit son parcours révolutionnaire dans la mission qui lui est confiée.

    Vincent-Paul Brochard l’avoue, il y a très peu de documents sur le sujet et pourtant on dirait qu’il a vécu cette expérience lui-même, il connait le fonctionnement de l’administration nord-coréenne comme s’il avait séjourné dans cette partie de la Corée. Il connait aussi remarquablement les problèmes que la Corée du Nord a dû surmonter dans les années quatre-vingt-dix, l’histoire des relations entre le Nord et le Sud, les querelles intestines qui minent le pouvoir, les artifices, les manipulations, les exactions, les mensonges, tout ce que le pouvoir utilise pour faire croire au bien fondé de son action et à la nécessité de soutenir un pouvoir fort et autoritaire pour échapper au diable occidental qui a contaminé le Japon et gangrené la Corée du Sud, tout ce que Bandi a écrit dans les textes qu’il a fait passer sous le mur qui sépare les deux parties de la péninsule.

    C’est donc, plus qu’une fiction, plus qu’un roman d’espionnage, plus qu’une carte postale sur la Corée du Nord que nous propose Vincent-Paul Brochard, c’est presque un essai sur cette république démocratique, seule survivante du communisme du XX° siècle, et son régime qui résiste encore et toujours malgré une conjoncture très difficile et un pouvoir démentiel, à conserver une indépendance insolente, agressive et hautaine qui fait trembler même les états les plus forts.

    Le site des Éditions Philippe Picquier

  • HAÏKUS D'HIVER de NATHALIE DELHAYE

     

    Arbres dénudés

    Oiseaux qui ne chantent plus

    Hiver à deux pas

     

    15822642_1328069797250688_1755571403471536941_n.jpg?oh=3715e76fdbc9159551d08194bde3e3da&oe=58D85619

     

    *

     

    Figé par le froid

    Le sapin s'offre au soleil

    Pluie de perles d'eau

     

    15941188_1328075147250153_4633077357291792001_n.jpg?oh=c68dc5934268ce767d124f992adc1ead&oe=58D9C268

     

    *

     

    J'ai vu en songe

    Neige et écume se mêlant

    En ballet ardent

     

    15826176_1328075547250113_2015015352282170886_n.jpg?oh=272a5d931dd154a365bc7f0f6c27133d&oe=5917C42E

     

    *

     

    Fins pas sautillants

    L'oiseau perdu dans la neige

    Marque le sol blanc

     

    15823411_1328076520583349_5833592102889597784_n.jpg?oh=8a0f9009e1ec920bc6a298475c44d0db&oe=591FDECF

     

    *

     

    La lune alanguie

    Abat sur l'étendue blanche

    Son reflet bleuté

     

    15823594_1328077017249966_3186436364696127191_n.jpg?oh=72e92a2db1337c3e398ebada8bf456d6&oe=58D9078E

     

    *

     

    Sur l'étang gelé

    Les cygnes se rapprochent

    Amour éternel

     

    15826462_1328086393915695_6633839167445626869_n.jpg?oh=3e21ccf3a5f6c890d154dec0a17b960f&oe=591BE806

     

    *

     

    Dans la cheminée

    Les flammes ne troublent pas

    Le repos du chien

     

    15871708_1328079133916421_3555510546863540551_n.jpg?oh=bb702d77797ff98a59204c8a9b25057b&oe=5920316C

     

    *

     

    Les perce-neige

    Bravant les affres du froid

    Sourient au soleil

     

    15894709_1328081273916207_6820043754237741009_n.jpg?oh=c270e95a67db8e75a42924683dacc40c&oe=58E49690

     

    *

     

    Les nuages blancs

    Saupoudrent l'épicéa

    De sucre glacé

     

    15894402_1328079627249705_3307199991681675096_n.jpg?oh=609555dee3fd09b567bf707d02bc7c30&oe=58DE5D2B

     

    *

     

    La terre endormie

    Sous un linceul de flocons

    Guette le printemps

     

    15873322_1328082797249388_8202715179650496340_n.jpg?oh=c86833bef2af7cbe06f37680f43bfdf2&oe=58D81E53

     

  • POÈMES DU SANG QUI BAT

    Le sang engendre des fantômes

    Carlos Edmundo de Ory (Aérolithes 

    Slow%2BSlidings%2Bof%2BPleasure%2B2.jpg

     

    LE SANG QUI BAT

     

    Le sang qui bat

    bout

    dans mes déveines

     

    Le sang qui bat

    blesse

    les cœurs cadenassés

     

    Le sang qui bat

    taille

    des roses de chair

     

    Le sang qui bat

    lance

    des lames de lumière

     

    Le sang qui bat

    rit

    comme l’éléphant pleure 

     

    Le sang qui bat

    guette

    la néfaste bactérie

     

    Le sang qui bat

    rate

    les sentiments rances

     

    Le sanq qui bat

    gare

    à la voie fermée !

     

    Le sang qui bat

    you

    and me for ever?

     

    Le sang qui bat

    tonne

    comme l’orage éclair

     

    Le sang qui bat

    fouille

    les fonds de langue

     

    Le sang qui bat

    bouche

    les artères fémorales 

     

    Le sang qui bat

    lustre

    le cuir des coeurs

    Slow%2BSlidings%2Bof%2BPleasure%2B8.jpg

     

    LA COUPURE

     

    Avec la bouteille brisée

    du songe

    j’ai coupé

    la racine

    de ton regard

     

    À partir de là

    tu m’as vu trouble

    légèrement rosé

    comme si j’avais bu

    à ta source

     

    Il me restait

    à taillader ta chair

    en un endroit précis

    pour échapper

    au sentiment d’étanchéité

     

    Du sang a coulé

    de tes yeux

    à mes mains

    et j’ai ramassé

    tes pupilles

     

    Il me restait

    à décrire

    le crime

    avec le tranchant

    de ma plume

     

    ad0f3972bec9972032c0a8e118e.jpg

     

    L’IMAGE TEMPLE

     

    Couchées

    à demi-nues

    dans la lumière

    de l’aube

    tes lèvres

     

    Ont léché

    le sang

    de mes nuits

    s’écoulant

    entre tes rêves

     

    l'image temple

    du regard

    que des prêtres

    en soutane

    contemplent

     

    Et l’âme du miroir

    brisé

    s’ouvrant

    sur l’autel

    de tes hanches

     

    D’où fuit

    à jet continu

    le sang

    d’un vitrail

    en feu

     

    Capture-1.bmp

    gliss.png 

    glissements_progressifs_du_plaisir_successive_slidings_of_pleasure_1974_alain_robbe_grillet.jpg

    32d7a1e5ecdabeb18169f6b76f3f1337.jpg

    Les photogrammes sont tirés du film d'Alain Robbe-Grillet,

    Glissements progressifs du plaisir (1974), avec Anicée Alvina.

     

  • TWEETS, TEXTOS, STATUTS & ROTS D’AUTEURS

     db7bbdd40a979053096d219d5e2eb1ac.jpg

     

    Tous les écrivains emplumés de la fin de l'année ne sont pas de la revue.

    #Gare à l’amalgame

     

    En 2017, « Trop tweet », mon roman en 140 tweets paraîtra sur le site de microblogage avec une préfacebook de mon e-twitter. Hâte de triturer les vues du titre sur Snapshat !

    #Je pense donc je tweete

     

    Les crottes de lecture de ce critweet se lisent en un clic d’œil.

    #Gazou maudit

     

    Cet éditeur et son auteur fétiche borgnes ont décidé d’arrêter net leurs publications en semi-braille. Et de se remettre à lire l’un pour l’autre à voix haute comme avant qu’ils ne cyclopent le marché éditorial.

     #Riz jaune

     

    Tous les grands auteurs de statuts ne finissent pas par écrire des tweets.

    #Gare à l’amalgame

     

     

    31e70398356a99f0a3d64baf9566f282.jpg

     

     

    Pendant la saison des salons et des transports de livres, l'éditeur a bon dos pour ses auteurs. 

    #Vis ma vie d'éditeur

     

    À chaque sortie de livre, ce papa heureux de l'édition se prend en selfie devant sa famille élargie.

    #Jesaisphotographierpuisquejesuisécrivain

     

    Cet éditeur analphabète publie de beaux livres à colorier.

    #Vis ma vie d'éditeur

     

    Cet auteur d'une rare pudeur n'accepte qu'on monte et joue ses interviews sur scène qu'à guichets fermés.

    #Thé, art & autres rizeries

     

    J’écris sur le trapèze et dans les airs

    J’écris au mât chinois et aux anneaux

    J’écris sur la sciure et sur le dos des chevaux

    J’écris dans la gueule du tigre et sur les défenses de l’éléphant

    J’écris dans le cercle de la jongleuse et sur ses dessous de soie

    J’écris sur le nez rouge du clown et sur les genoux du spectateur

    J’écris pour divertir, pour émouvoir, pour faire rire ou bien peur

    De la littérature de cirque avec des mots de la balle

    Qui feront le tour de la piste ou bien du monde

    #Quand j'étais poète

     

    31e70398356a99f0a3d64baf9566f282.jpg

     

     

    Cet oiseux sourd aux gazouillis des réseaux sociaux a fini par apprendre le langage des 140 signes.

    #Je pense donc je tweete

     

    Depuis que je n'ai plus de veine avec les éditeurs, je me fais un sang d'encre.

    #Quand j'étais écrivain

     

    Le conseiller littéraire en chef de cet éditeur déconseille tous les auteurs sauf lui-même.

    #Vis ma vie d'éditeur

     

    Mon éditeur ne peut pas me voir en photo de couverture des autres livres que les siens!

    #Vis ma vie d'éditeur

     

    C’est un auteur de précision qui manque sans arrêt son coup. De peu, de très peu. A tel point que si on est mauvais lecteur on peut croire qu’il a mis dans le mille.

    #À vue de texte

    31e70398356a99f0a3d64baf9566f282.jpg

     

     

    Cette poétesse n’arrête pas d'écrire sur le dos de ses éditeurs quand, dans le feu de la passion, elle les chevauche.

    #La passion d'écrire

     

    Pour complaire à leurs parents, le fils de cet auteur et la fille de cet éditeur ont été contraints à faire un mariage d’intérêt.

    #Mes parents sont livres morts

     

    En allant de la littérature générale vers la littérature majorette, cet auteur troqua son képi et ses étoiles contre une mini-jupe et un bâton.

    #Littérature transformiste

     

    Ce grantécrivain régional qui aspirait à une gloire posthume disparut le jour même de la mort de Michel Houellebecq, de l’entrée sous la coupole de Frédéric Beigbeder et de l’attribution du Goncourt à Oxmo Puccino pour l’ensemble de son œuvre rappée.  

    #L'Édition de vos régions

     

    J’écris sur mon corps puce des aphorismes insectueux.

    #Aphorismes & tweetineries

     

    31e70398356a99f0a3d64baf9566f282.jpg

     

    Tous les écrivains (dés)abusés ne finissent pas dans la littérature jeunesse.

    #JehaislaLittératurejeunesse

      

    Entre le tiers et la moitié du livre, je pète un quart. 

    #Littérature à la page

     

    Le renvoi d'ascenseur n'existe dans le milieu littéraire mais bien le rot d'escalier de service.

    #Ton monde littéraire impubliable!

     

    À force d’avoir craché sur les maisons d’édition qui ont du souffle, cet auteur se retrouve à publier ses glaires dans la phtisique édition.

    #L'Édition de vos régions

     

    Tous les tweets ne voyagent pas en vers libres.

    #Je pense donc je tweete

     

    31e70398356a99f0a3d64baf9566f282.jpg

     

    Seule ombre au tableau de mon inspiration : je ne chanterai jamais les pieds de ma muse qui est une sirène.

    #Muses & autres scies littéraires

     

    Ma mère a lu tous les romans que je lui ai dédiés mais elle refuse toujours de lire le seul poème que j’ai consacré à mon père.

    #Mes parents sont livres morts

     

    La littérature d’avant Lagarde (et Michard)...

    #Littérature à l'école

     

    Même si, à trente volumes lessivés, je vis toujours chez mon éditeur-blanchisseur, je continue de donner mes lignes à laver à ma mère.

    #Mes parents sont livres morts

     

    Page 33, je tousse.

    #Littérature à la page

     

     31e70398356a99f0a3d64baf9566f282.jpg

     

     

    Un pet de mot peut-il infester l’air d’un texte ?

    #Je pète donc je suis écrivain #Je suis écrivain donc je (me la) pète

     

    Mesurer la longueur du mot millimètre.

    #Littérature métrique

     

    J’écris que tu écris qu'il écrit que vous écrivez qu'ils s'en contrefichent.

    #Jesaisécrirepuisquejepublie

     

    Ecrire à la belle étoile un poème à décrocher la lune...

    #Quand j’étais poète

     

    Tous les écrivains engagés ne prennent pas la direction d’un journal, d’un parti ou du premier caboulot venu.

    #Gare à l’amalgame

     

    31e70398356a99f0a3d64baf9566f282.jpg

     

    Avec des tirettes de mots-éclairs, ouvrir des livres de lumière.

    #Quand j’étais poète

     

    Chronométrer le temps mis pour dire le mot seconde.

    #Littérature métrique

     

    Cet écrivain sans langue de bois ne plaît pas aux oiseaux de feu.

    #Quand j'étais poète

     

    L’écrivain de l’eau inonde l’écrivain de la terre, l’écrivain du feu enflamme l’écrivain de l’air sans parler de ce que fait l’écrivain de l’île déserte à tous les autres.

    #Love & publishing

     

    - Avec quoi écrivez-vous : bic, marqueur, porte-plume, crayon?

    - Avec le stylo dont mon éditeur s'est servi pour signer mon contrat d'édition.

    #L'interview vérité

     

    31e70398356a99f0a3d64baf9566f282.jpg

     

    Cet auteur sans prix aimerait parfois bien coûter plus cher.

    #Littérature sans prix

     

    Cet auteur qui avait souffert de sa passion de la littérature et était mort sous les coups cruels de la critique p(h)arisienne a miraculeusement ressuscité d’entre les mots (de ses livres pilonnés) trois ans plus tard en éditeur tout puissant dans lequel croient des centaines d’écrivains ; il est monté aux cieux et est aujourd’hui assis pour les siècles des siècles aux pieds de de Gaston Gallimard, entre les orteils de Maurice Nadeau, José Corti et Jérôme Lindon.

    #Je crois en l'Éditeur tout puissant

     

    À la fin du texte assassin, je comptabilise tous les mots abattus.

    #Littérature métrique 

     

    Diablerie d’écrit vain : écrire le mot écrire 6 exposant 6 exposant 6 fois.

    #Le diable est dans le verbe 

     

    En prenant le chemin de l’écriture, cet auteur s’égara dans différents genres, s’arrêta sur les contreforts de la poésie où il manqua d’air, fut ébloui par l’éclat de la philosophie où il perdit l’esprit, s'égara dans un grand roman désert, se dispersa dans la critique littéraire, ne monta jamais sur la scène théâtrale, s’allongea dans l’aphorisme, s’énerva dans le commentaire de réseau social, termina sa vie sur une épigraphe légendaire vite effacée par Snapshat.

    #Biopic d'écrivant

     

    31e70398356a99f0a3d64baf9566f282.jpg

     

    Cet auteur automarrant rit à l’idée même de se relire.

    #Jé(c)ris donc je suis écrivain

     

    Après les mots orage, colère, vengeance, j’aime lire les mots ciel, clémence, pardon.

    #Les beaux mots

     

    Cet auteur du Pays Noir écrit des chefs d’oeuvre en terril.

    #L'Édition de vos régions

     

    Le Prince de la grammaire à la belle syntaxe n’a pas un beau vocabulaire.

    #Les bons mots

     

    Je me tiens à distance des mots quand ils sont dans la bouche d’imbéciles.

    #Les bons mots

     

    31e70398356a99f0a3d64baf9566f282.jpg

     

    Avec ses mots fuyants, cet auteur souffre le partir.

    #Les bons mots

     

    Quand il eut terminé d’écrire, il se mit enfin à vivre.

    #Write and let down

     

    Tous les auteurs d'aphorismes imbibés n'ont pas les idées gourdes.

    #Marre de l'anal game

     

    J'ai inventé le mot aorptiqperazsps et, jusqu'à preuve du contraire, je suis le seul. 

    #Les bons mots

     

    Combien d’octets pour coder le mot mot ?

    #Littérature binaire

     

    31e70398356a99f0a3d64baf9566f282.jpg

    En se retenant d'écrire longtemps, cet auteur jouit plus fort.

    #La passion d'écrire

     

    Je connais un bibliothécaire aimant la solitude au travail qui emploie de la mort-aux-rats-de-bibliothèque.

    #La fin de la lecture

     

    Ce poète anarchiste fait régner une métrique de vers dans ses sonnets. 

    #Anar gisant

     

    Le président de l'Association des Auteurs Auto-publiés vient de remettre sa démission car il va être publié aux Editions des Auteurs Auto-publiés qu'il vient de créer.

    #L'Édition de vos régions

     

    Cet éditeur novateur a inventé sans le savoir les livres à l'obsolescence programmée.

    #L'Édition du jour 

     

    31e70398356a99f0a3d64baf9566f282.jpg

      

    Chaque fois que j’ai terminé un livre, je l’enterre dans mon jardin en indiquant sur un mini-écriteau le titre et le nom de l’auteur. Ma bibliothèque est un cimetière de livres dans les allées duquel je fais mes promenades de santé.

    #Write & let down

     

    6692a3d2.gif

     

     E.A.

    Tous les MAUX D'AUTEURS sont ICI!

     

  • PAS LIEV de PHILIPPE ANNOCQUE

    13332843_1113565728701097_3993885120564707459_n.jpg?oh=91c6fd129789e1998b64a6adf7a2769b&oe=591A08F1par NATHALIE DELHAYE

     

     

     

     

     

    pas-liev.jpgEt si la réalité

    Je vais essayer de vous parler du livre de Philippe Annocque. Ou pas. 

    De l'inquiétante histoire de Liev, ou Pas Liev, qui m'a désorientée, bouleversée, déstabilisée, gênée, dérangée, émue, contrariée, attristée.

    C'est une lecture peu commune, un étrange remue-méninges qui affecte Liev, ce précepteur venu d'on ne sait où accomplir sa tâche. Surréaliste, ce mot convient. Ou pas. 

    Le cadre, une campagne à faux-plats qui s'étend à perte de vue. Une maison, grande bâtisse isolée semble-t-il, ou pas. Des personnages étranges et une ambiance inquiétante. 

    Ce livre met mal à l'aise. Ou pas. 

    On se surprend à s'attendrir, à sourire, à souffler parfois, à s'agacer de certaines répétitions qui heurtent l'esprit du pauvre Liev. Mille façons d'interpréter, de commenter, de s'énerver face à cet être qui oscille sur ses chaussures à bascule. Je l'ai vu souvent dodelinant de la tête, une petite musique à l'intérieur. Je lui ai souhaité quelques moments de lucidité, ses yeux bien qu'ouverts ne voyaient rien, ses oreilles n'entendaient pas, et les quelques mots qu'il prononçait n'étaient pas ceux attendus, c'est comme si ce personnage vivait dans une autre dimension. 

    Et puis, le dénouement, qui m'a poussée à terminer ce livre rapidement, non pas qu'il me déplaisait, mais il m'intriguait fortement, je voulais savoir...

    Perdu, le Liev, ou pas Liev. Il est mais il n'est pas. Il fait mais n'agit pas. 

    Désarçonnant...

     

    Le livre sur le site de Quidam Editeur

    HUBLOTS, le blog de Philippe ANNOCQUE

    Philippe-Annocque.jpg

  • BONNE ANNÉE 2017!

    bonne-annee-type.jpg