UNE LITTÉRATURE EXTRAORDINAIRE

C'est pourtant depuis qu'il n'écrit plus à la plume que l'écrivain pond ses livres.
Éric Chevillard 

la-liseuse-jean-jacques-henner.jpg

 

1.

Quand ils ont limité à l'unité le nombre de publications par décennie et par écrivain, j’ai bien ri.

Quand ils ont interdit aux romanciers de plus de quarante ans de publier, j’ai dit Place à la littérature jeunesse!

Quand ils ont interdit toute nouvelle publication de quelque genre que ce soit pour le plus grand bien de la planète, je me suis repris deux fois en selfie.

Aujourd’hui que je ne regarde plus que les photos de mes auteurs préférés sur Instagram, je me dis que c’est bien dommage qu’on ne puisse pas les rassembler dans un livre d’art.

 

ecole_livre06.gif

 

2.

L’Association des Auteurs du Dimanche a créé une Banque de Greffons de Textes prélevés dans les œuvres des auteurs morts à laquelle chaque éditeur peut faire appel en cas d’accident littéraire grave, de perte de sens ou de puissance, de manque criant de fond. La Banque a ainsi déjà sauvé des milliers de livres tout à fait inutiles.

 

ecole_livre06.gif

 

3.

L’absence de publication depuis six mois de cet auteur a ému considérablement le milieu littéraire. On s’est posé mille questions : sa créativité serait-elle à l’arrêt? redouterait-il un prix? écrirait-il – enfin - le livre de sa vie ? serait-il atteint d’une maladie incurable? ses muses auraient-elles pris le large, et ses éditeurs la caisse ? On a enquêté dans toutes les directions, on a émis les hypothèses plus fantaisistes. On a finalement moins craint qu’il ne publiât plus jamais qu’il ne vînt encore à  sortir un nouvel opus. Bref, la réaction à son silence éditorial a  peut-être été le fait littéraire le plus remarquable de sa monotone carrière d’écrivain.

 

ecole_livre06.gif

 

4.

Cet auteur de mictions souffre d’énurésie; manquerait plus qu’il ait la prose plate.

 

ecole_livre06.gif

 

5.

Dans les transports en commun littéraires, quand un obscur auteur cède sa place à un écrivain dans la lumière, il ne manque jamais de lui tendre sa carte de visite reprenant les ouvrages de sa maigre bibliographie.

 

ecole_livre06.gif

 

6.

Est-ce en marchant sur des oeufs en papier qu'on devient homme-lettres ?

 

ecole_livre06.gif

 

7.

Parfois, de très loin, on pense avoir détecté une littérature habitable, une poésie nouvelle, un théâtre viable. Les médias culturels s’affolent, les éditeurs lancent des OPA, les Maisons de passe de la poésie rallument leurs néons... Mais les sondes critiques déchantent à mesure que se rapproche l’objet de convoitise, que se laisse lire l'étoile promise. Les espoirs pâlis, les illusions tombées, il ne reste qu’à reprendre ses recherches dans une autre direction de la galaxie littéraire.

 

ecole_livre06.gif

 

8.

Cette résidence d’écriture très mal notée plusieurs fois sur Livragot par des poètes mécontents de l’accueil (« un petit personnel inculte et sans égard pour les artistes »), de la literie (« en peau de vache »), des couverts (« en plastique mou »), de la qualité du soleil (« on aurait dit une vieille lune ! ») et de la vastitude de la mer (« en fait, un simple bras de mer ») vient de perdre deux plumes à son enseigne.

 

 

ecole_livre06.gif

 

9.

Cet écrivain de fictions établi se mit sur les réseaux sociaux à raconter sa vie en des statuts fameux récoltant des likes au kilo, à délivrer ses opinions politiques dans des causeries formidables attirant les foules fascinées par tant d'insignifiance. Heureusement, il n’en fit jamais de livres et arrêta même d’écrire de la fiction.

 

ecole_livre06.gif

 

10.

À la fin du volume, le livre ne se terminait pas. Le nombre de pages le séparant de la fin restait constant malgré un effort de lecture soutenu. Fort de ce constat, et pour m’enlever tout doute sur la pertinence de mon observation, je me mis à noter dans un carnet les grandes lignes de l’intrigue qui perdurait, ne semblant jamais s’achever... Depuis que j’ai commencé cet exercice il y a fort longtemps, j’ai rempli une infinité de carnets.

 

ecole_livre06.gif

 

11.

Cet écrivain de pharmacie publie sur le papier bible des posologies, dans des boîtes de médicaments, des fictions bienfaisantes, des poèmes vitaminés. Nulle prose assimilable à un celle d'un manuel de développement personnel, non mais des histoires revitalisantes, des récits antalgiques, de la fiction fortifiante. Dans les officines où sont vendues ses publications, on observe une diminution sensible des drogues usuelles comme des produits de bien-être.

 

ecole_livre06.gif

 

12.

Pour ne pas froisser son éditeur, doit on dire de cet écrivain sans la moindre sensibilité et dépourvu de toute intelligence qu'il construit une oeuvre non pas infirme, estropiée, bancale mais tout bonnement extraordinaire?

 

2279.jpg

Commentaires

  • Vous auriez pu choisir un BRAHY pour illustrer ce beau texte surréaliste. Merci d'y avoir recours à l'occasion.

  • Je n'y manquerai pas, cher Philippe, à la prochaine occasion.

Les commentaires sont fermés.