FACES & Cie de GAËTAN FAUCER

image_27569_1_20304_1_9323_1_38646_1_131866.jpgLe petit livre de mots

Le dernier ouvrage de Gaëtan Faucer, dont la dédicace me touche, et qui l'affirme en tant qu'auteur d'aphorismes est, comme il me l’écrit, un petit livre de mots, de bons mots pour sûr, qui n’est pas sans contenir des mini leçons d’éthique et derrière lesquels se tapit une vision malicieuse du monde.

Les aphorismes jouent sur tous les ressorts du genre et cela donne pas loin de deux cent phrases pour sourire, réfléchir, trouver le monde bon, con ou  long à mourir.  

On ne sait pas si, comme cet aphorisme grivois du recueil, ils seront un jour adaptés au ciné, en court, mais trash, sinon en vidéo, ou s'ils ont plus de chance, vu l’implication de l’auteur dans le Théâtre (en tant qu’auteur dramatique et que metteur en scène), d'être dits sur scène.

Comme la quatrième de couverture le mentionne, le programme du recueil affiche la question de la mort, de la vie et aussi de nos amis les bêtes. Thèmes traités avec bonheur auxquels il faut ajouter le ridicule, la vérité qui ment ou le mensonge qui dit la vérité, les cons (sujet, il est vrai, inépuisable), le désir, les croyances, bref, la bêtise au sens flaubertien du terme.

Et puisque je vous sens fébrile, voici dix aphorismes (seulement) qui illustrent ce qui précède et vous inciteront, j’en suis sûr, à commander l’ouvrage sans tarder pour faire vous-même votre top 10.AVT_Gaetan-Faucer_1900.jpeg

Durant une année, les miss sont les dames-nations d’un pays.

 

Pour cacher la vérité, il faut la rendre grotesque.

 

L’histoire se répète, la bêtise aussi.

 

Dans une beuverie estudiantine, c’est souvent pack +5.

 

Les traces laissées par les fantômes sont des traits d’esprit.

 

C’est en lisant dans le train que j’ai appris à passer d’une ligne à l’autre.

 

Le chef épouvantail possède une armée d’hommes de paille.

 

Sur son lit d’hôpital, le pyromane s’éteint à petit feu.

 

Un père qui change de sexe tout en l’avouant à ses enfants est trans parent.

 

Même la fine mouche aime les grosses merdes.

 

Plus cet aphorisme qu’Anne Siety, la psychopédagogue des maths, ne démentirait pas : Compter sur ses doigts est une façon de compter sur soi.

Et je ne résiste pas à une dernière face & cie faucerienne, le temps que vous receviez l’ouvrage dans votre boîte aux lettres : 

C’est très beau quand les cerfs-volants prennent de l’élan…

 

Éric Allard 

Pour commander le livre

 

Commentaires

  • Belle lecture en perspective ! ;-)

Les commentaires sont fermés.