LIRE AU PRINTEMPS 2017: AUSSI POUR RIRE

arton117866-225x300.jpgpar Denis BILLAMBOZ

Le Dilettante a depuis toujours réservé une place importante à la littérature drôle, décalée, truculente, dévergondée, … à tous les écrits qui font rire tout en posant des questions qui, elles, ne sont pas toujours innocentes et même parfois pas très drôles. Mais, tout le monde sait qu’il vaut mieux rire des petits malheurs qui nous affectent que de les grossier dans morosité. En ce printemps 2017, il nous propose deux textes qui m’ont bien amusé, un de Jean-François Pigeat qui raconte les coups tordus de malfrats pas très dégourdis et un autre de Marc Salbert qui reprend le thème de la vieillesse par la dérision, la même que celle de ses héros qui mettent la pagaille dans une maison de retraite.

 

bingo.jpgBINGO (PÈRE & FILS)

Jean-François PIGEAT

Le Dilettante

Bingo ! Gagné ! Mais pour savoir si c’est effectivement gagné, il faudra lire le livre jusqu’au bout, à ce stade je ne peux que vous dire que Bingo c’est avant tout le surnom que Jacky Bingolacci a transmis à son fils Florian. Jacky c’est un jeune homme beau comme un Apollon dont le plus grand souci est de repousser la meute des filles qui voudrait se l’accaparer au moins pour un petit moment d’intimité. Il a transmis son physique à son fils qui exerce le même magnétisme sur la gente féminine sans savoir bien gérer cette attraction.

Bingolacci père n’est pas très attiré par l’école qu’il quitte vite, il veut devenir artiste de cinéma, prend même quelques leçons, obtient des figurations, des rôles sans importance qui ne lui permettent pas de nourrir décemment la famille qu’il fonde avec Nicole et Florian. Il tombe dans les petites combines et finit par tomber lui-même pour une banale histoire de vol de statues en bronze. En prison, petit fretin, il est repéré pour sa candeur et sa faiblesse par un vrai caïd qui lui propose un marché sous une très forte pression. Il doit déplacer un trésor de guerre dont la cache est menacée par un projet immobilier. A sa sortie de prison, il entreprend donc le transfert de ce trésor quand des malfrats s’immiscent violemment dans cette opération.

Pendant ce temps, le fils, pas plus passionné que son père pour les études, déserte le lycée accomplissant consciencieusement mille petits boulots pour conquérir la belle dont il est follement amoureux malgré qu’elle soit en situation irrégulière et chaperonnée par trois cousins velléitaires qui n’hésitent pas à utiliser la violence pour intimider leurs victimes. Florian n’est pas le bienvenu, la cousine est promise à un gars du pays, un pays qui n’existe pas dans un pays qui n’existe plus, et elle doit être livrée intacte, vierge.Jean-Francois-Pigeat.jpg

Le père et le fils ne se voient plus, le fils ne veut pas d’un père en taule et à sa sortie de prison le père s’est évaporé dans la nature mais les deux mondes dans lesquels ils gravitent vont finir par interférer l’un dans l’autre. Les petits malfrats de la cité vont percuter les bandits internationaux sans l’avoir voulu, coinçant dans ce combat le candide Florian qui se débat comme un lapin de garenne dans le piège du braconnier. Florian n’est qu’un amoureux transi égaré dans un grand jeu qui lui échappe totalement où les coups sont très violents et même souvent mortels.

Un polar comme on en écrivait au siècle dernier, un Simenon sans Maigret, un McBain, on dirait que Pigeat s’est inspiré de ces auteurs et qu’il a voulu leur rendre hommage à travers ce roman très animé, bien rythmé, plus parodique que vraiment noir. Mais un roman bien de notre temps qui met en scène les mouvements révolutionnaires désagrégés mais enrichis et des petits voyous de banlieue plus forts en gueule que vraiment dangereux. L’auteur décrit ainsi la transmission du pouvoir de la marge des brigades révolutionnaires aux réseaux de trafiquants venus de l’Est.

Pigeat ne se complait jamais dans une violence sanguinolente, il l’évoque quand c’est nécessaire mais à la limite de la drôlerie, avec plus de gouaille que de pathétisme, sans exhibitionnisme déplacé, sans complaisance outrancière, sans débordement dégoulinant d’hémoglobine. Un bon moment de détente qui fera oublier l’ambiance morose qui règne actuellement dans l’actualité.

Le livre sur le site des Editions Le Dilettante 

 

1507-1.jpgAMOUR, GLOIRE ET DENTIERS

Marc SALBERT

Le Dilettante

Les lecteurs de ma génération, celle qui vient juste après celle mise en scène dans ce roman, reverront inéluctablement en lisant ce texte Jean Gabin, Pierre Fresnay, Noël-Noël et compagnie déguisés en vieux campagnards marchant sur le chemin de Gouillette pour accomplir leurs espiègleries, sottises et autres forfaits tous plus désopilants les uns que les autres, dans le célèbre film de Gilles Grangier « Les Vieux de la vieille ». Marc Salbert a la même verve que ce réalisateur, il dessine des personnages tout aussi truculents, hauts en couleur, au langage fleuri, au verbe haut, prompts à exploiter toutes les faiblesses de notre société pour échapper à la condition qu’on essaie de leur imposer pour qu’ils encombrent le moins possible la vie de leur progéniture devenue grande et pensant être la partie la plus raisonnable de la population.

Dans un coin perdu du Pays d’Auge, par un beau matin, Stanislas débarque au Jardin d’Eden, une maison de retraite plutôt confortable dirigée par son fils qui ne l’attendait surtout pas, il n’avait pas vu ce père depuis bien longtemps et n’avait pas envie de renouer avec ses frasques et sa mythomanie. Stanislas n’a plus que cette solution : se faire héberger par son fils, il accuse son associé de l’avoir spolié et il vient de se faire larguer par sa dernière, jeune comme toujours, maîtresse à laquelle il avait promis un rôle qu’il ne pouvait plus lui donner car Stanislas est réalisateur de films tournés avec des budgets semblables à ceux dont dispose Jean-Pierre Mocky pour ses dernières productions. Les films de Stanislas pourraient sans aucun problème figurer dans l’inventaire dressé par Christophe Bier dans « Obsessions » (qui parait le même jour que le présent roman) un recueil des chroniques qu’il diffuse sur les antennes de France Culture depuis près de vingt ans dans l’émission « Mauvais Goût »). Stanislas a surfé sur toutes les vagues, profitant de l’engouement des spectateurs pour tourner des sous-produits de films à la mode : péplums, films d’action, films érotiques, etc…, utilisant toutes les ficelles du racolage pour attirer quelques spectateurs et tous les boniments des meilleurs camelots pour vendre ses films aux producteurs. Toute une vie de fastes, quand il avait de l’argent à flamber, mais aussi toute une vie de vaches maigres quand la roue tournait dans le mauvais sens. Une vie trop compliquée pour s’occuper de l’enfant qu’il avait fait à l’une des premières conquêtes qu’il voulait transformer en vedette de l’écran.marc-salbert-presente-son-nouveau-roman_1.jpg?itok=IqC75yl5

Au Jardin de l’Eden, Stanislas met rapidement de l’ambiance en racontant des histoires toutes plus fantasmées les unes que les autres sur sa carrière de cinéaste et les relations qu’il a nouées avec les grandes vedettes de l’écran. Son imagination débordante et sa débrouillardise se conjuguent magistralement pour inventer en catimini toute sorte de combines pour échapper à la rigueur de la vie austère de la maison de retraite qui devient vite un lieu de plaisir au grand dam de l’ancien légionnaire surveillant tout le monde. Son fils ne s’indigne pas longtemps, les charmes de la pétulante femme, médecin de l’institution, l’occupent trop pour qu’ils s’intéressent aux turpitudes de son père et de sa bande de dévergondés.

Marc Salbert conseille ce texte comme remède contre la « déprimitude » ambiante. J’abonde, dans ce sens, si vous lisez ce livre vous vous sentirez déjà mieux, « Pour ce que rire est le propre de l'homme » nous a enseigné François Rabelais mais aussi, pour ceux de mon âge, c’est une petite lueur d’espoir que nous pourrons rallumer le jour où on nous accompagnera dans une quelconque résidence destinée aux vieux adultes dont on ne sait plus que faire. Ce livre a aussi cette autre face, celle qui évoque le problème des personnes âgées dans notre société, la place qu’on leur réserve et l’attention que nous leur prêtons.

Un livre très drôle, désopilant, truculent, amoral, démolissant tous les tabous sur la vieillesse, on aime à tout âge, on s’amuse à tout âge, on fait des bêtises à tout âge, mais on a aussi du cœur, de la tendresse, et de la générosité à tout âge. Une leçon d’optimisme assaisonné d’un filet d’amertume.

Le livre sur le site du Dilettante

Les commentaires sont fermés.