NUAGES DE SAISON de JEAN-LOUIS MASSOT

ob_06554e_couverture-nuages-de-saison.jpg

Merveilleuse balade

Avec ses Nuages de saison, Jean-Louis Massot nous balade dans le ciel. Il suffit pour cela d’un endroit fixe et d’un regard. Les yeux tournés vers le haut, il passe en revue un défilé de nuages des plus divers et laisse vaguer son imagination pour nous donner des saynètes subtiles.

Des Cirrostratus

Comme de légères traces

Laissées par le pinceau

D’un peintre distrait

 

Et cet avion qui traverse

Sans s’attarder au tableau

 

Des questions fusent sur la marche des nuages qui modèlent notre humeur, des interrogations physiques et psychologiques...

Le propre du nuage, c’est son caractère fugace et variable. Il est l’objet de toutes les métamorphoses et de toutes les métaphores, c’est-à-dire du changement de forme et de lieu. Et les nuages qu’observent Massot figurent tour à tour, et suivant leur espèce (cirrus, cumulus,  stratus et variantes), étoffe, drap, oreiller, rideau, mouton, accent, cachalot, faucilleur, feuille de papier, peau… Ils glissent, froissent, flottent, s’effilochent… En groupe, ils forment cavalerie ou bien foule.

S’est froissé le ciel

Ce matin,

Comme les draps d’un lit

Dans lequel

L’amour aurait été fait

 

Sauvagement

 

Ils voilent et tracent, dans les deux sens du terme, déposant des signes, une signature, dans l’horizon vertical, que l’observateur peut interpréter à sa guise comme présage ou écho à ses états d’âme.

On ne sait pas plus d’où ils viennent, ni où ils vont.

Nuages

Qui passez

Si lentement

 

Savez-vous

Votre destination ?

massot.jpg

Jean-Louis Massot


Lieux du mystère, de l’indécidable, ils sont complices du poète, du jardinier, de ceux qui sèment mots et graines dans les têtes et dans les terres.

À la fin du recueil, le poète inquiet du ciel, des mouvements des nuages qui conditionnent son mode de vie se met à la place d’un d’entre eux pour voir ce qu'il se passe ici-bas et lui-même comme dans un reflet. Ciel-miroir de nos peurs, de nos espérances…

En lisant ce recueil de Jean-Louis Massot, on réalise pourquoi l’étranger de Baudelaire préfère à tout ce qu’il n’a pas (ou dont il est éloigné : amis, famille, patrie, beauté, argent) les nuages qui passent… les merveilleux nuages…

Les textes du présent recueil sont accompagnés de photos-montages d’Olivia HB où des nuages sont mis en scène & en ciel, prolongeant, comme reconfigurant les images verbales du poète.

De la neige au nord,

Du brouillard au centre,

De l’infini

Au sud,

 

Trois fois rien

Pour tout dire.

 

Éric Allard

nuages-de-saison-e1492596148889.jpgLe recueil sur le site de Bleu d'Encre Editions

 Jean-Louis MASSOT, poète, sur Espace livre & création

 OLIVIA HB sur le site des CARNETS DU DESSERT DE LUNE 

JeanLouisMassot_copyrightJeanFrancoisFlamey_web_ctup82.jpg

Écrire un commentaire

Optionnel