MON OMBRE

lui-ou-lui.png

 

Mon ombre me joue des tours. Régulièrement, des proches me signalent la présence de mon ombre dans des endroits où je ne me suis jamais trouvé.  Ils sont formels, il s’agit bien de mon ombre, reconnaissable, paraît-il, à plus d’un contour. 

J’avais observé, les derniers temps, son comportement étrange, distancié. Depuis plusieurs semaines, mon ombre ne me collait plus au train. Quand elle faisait mine de me fausser compagnie, je lui adressais un regard de biais et elle reprenait sa place.

Mais elle a fini par filer doux et j'ai fait, pour la forme, lancer une alerte enlèvement qui n'a rien donné. Même si des signalements d'ombre isolées en provenance d'ici ou là parvenaient à la police.  

Contrairement à l’idée répandue, on vit très bien sans son ombre. 

Mais ce qui devait arriver arriva : mon ombre fut prise dans une histoire de mœurs, elle a été vue en compagnie de deux silhouettes féminines dans un spectacle osé d’ombres chinoises. 

On a passé des ombres de menottes à mon ombre ainsi qu'à ses deux complices. On les a embarquées au poste où j’ai été prié de rejoindre la mienne afin que tout rentre dans l’ordre.

Pendant que nos ombres purgeaient leur peine, les deux propriétaires des ombres renégates et moi-même avons profité de l’aubaine, à l’écart de nos doubles respectifs, pour reconstituer la scène licencieuse.

 

Les commentaires sont fermés.