LECTURES DU PRINTEMPS 2017: CLIN D'OEIL AUX AMIES

arton117866-225x300.jpgpar Denis BILLAMBOZ

 

Je suis bien en retard pour présenter mes lectures de printemps mais, promis, je vais rattraper ce retard en commençant par un petit clin d’œil à deux amies qui ont eu la gentilles de m’adresser leur livre. Avec la Toile tout est magique, Marcelle de Bruxelles m’a adressé un joli petit livre de contes pour enfants et Anita de Montréal m’a envoyé un beau petit livre qu’elle a écrit en l’honneur d’un couple expatrié qui se décarcasse pour satisfaire ses clients dans la petite cafétéria qu’il a ouvert dans une galerie marchande. Merci les amies !

 

113622434.jpg

LES AVENTURES DE BILLY

Marcelle PÂQUES

Chloé des Lys

Les livres pour enfants, je n’en ai jamais commenté, c’est la première fois que je me frotte à cet exercice, et pourtant, avec ma petite troupe, j’en ai lu une belle quantité et j’ai pu mesurer toute la créativité qui habite les auteurs de ces livres au public impitoyable. C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai découvert « Les aventures de Billy » mais aussi avec le regret de ne pas pouvoir le partager avec mes petits-enfants, les premiers sont trop grands et les derniers sont encore trop petits. Je vais mettre ce petit recueil de côté et le sortir dans quelques mois quand le cinquième entrera à la maternelle.

Billy c’est un petit ours en peluche qui a déjà bien vécu, il n’est plus très frais, il est bien râpé, il a accompagné beaucoup d’enfants dans leurs angoisses, leurs peurs, leurs petites douleurs, leurs frustrations… il a épongé bien des larmes, apaisé bien des colères et même sorti ses petits amis de bien des mauvais pas car Billy il possède des pouvoirs spéciaux, une fée lui permet de prendre sa taille et sa force réelles pour leur apporter son secours. C’est ainsi que Billy prend sa forme initiale pour couvrir de sa chaude fourrure la petite fille perdue dans la neige.

Billly, il arrive toujours quand rien ne va, il accompagne les enfants tout au long de leur vie, c’est ainsi qu’il vient au secours de la vieille Clara qui n’est autre que la petite-fille de la première histoire. Marcelle, elle sait ce que les enfants aiment, elle doit avoir elle aussi des petits-enfants, peut-être ceux à qui elle dédicace ce recueil de contes : Romain, Ludwig, Julien, Eva, Zachariah. Elle sait aussi que l’âge venu les anciens rêvent encore et qu’ils espèrent parfois avoir le secours des fées et autres êtres magiques pour surmonter les difficultés qui ne manquent jamais de s’accumuler sur leurs épaules voûtées.Marcelle.jpg

Et pour que ce recueil de contes soit un vrai livre pour enfants, il fallait bien quelques illustrations, alors Marcelle a demandé à sa belle-fille, Catherine Hannecart, de meubler son texte avec des dessins naïfs comme les enfants savent en faire et aiment en regarder. Il faut bien savoir quelle allure il a ce brave Billy qui semble tellement vieux, les mots ne suffisent pas à le décrire, il faut des images. Des histoires écrites par « Mamie », avec le concours de maman ou de tata pour faire plaisir à ses petits-enfants. Une histoire de famille ne peut qu’être une belle histoire.

De jolis contes qui véhiculent les valeurs traditionnelles qui devraient habiter les enfants comme les adultes pour que tous vivent en paix et en harmonie. Et, Marcelle sait aussi qu’il faut parfois faire la leçon aux adultes qui ne sont pas assez perméables à la sensibilité des enfants.

Le livre sur le site de Chloé des Lys

Le blog de MARCELLE PÂQUES

 

SANS000050581.jpgLE PETIT CAFÉ QUI PARLE

Anita VAILLANCOURT

Auto édition

Pour écrire la chronique du petit café où elle aime boire son petit noir, Anita Vaillancourt a choisi de donner la parole au breuvage lui-même, prenant ainsi une certaine distance avec les personnes qui y travaillent ou celles qui le fréquentent comme simples consommateurs. Si Anita a choisi de parler de ce café, c’est qu’elle apprécie tout particulièrement l’ambiance qui y règne grâce aux propriétaires Roubina et Harout, elle Libanaise, lui Arménien. J’ai vraiment l’impression qu’elle voulait rendre hommage à leur grande disponibilité, à leur générosité, à leur humanité, à leur convivialité… Pour Anita, ce café est un vrai lieu de rencontre avec un couple formidable et avec des personnes heureuses de déguster un bon petit café dans un endroit chaleureux tenu par un couple accueillant.

Le petit café sous toutes les formes proposées par Harout et Roubina, se balade de table en table pour satisfaire l’envie ou le plaisir des clients mais le petit café, il n’a pas ses yeux dans ses poches, il observe, il voit le bonheur des uns, le malheur des autres, les délicates attentions des propriétaires qui essaient de panser les plaies des uns tout en se réjouissant du bonheur des autres même si certains clients ne méritent pas de telles attentions.13233139_10209297458570733_7152692238634760045_n.jpg?oh=5adae1d9c03527bf71481bac855bf106&oe=59DE9464

Cet établissement n’a pas que son petit café qui parle pour satisfaire sa clientèle, il a aussi, grâce la grande culture de ses propriétaires, liée à leurs origines, ils parlent tous les deux de multiples langues, une somme de connaissances à transmettre à ceux qui, comme le petit café qui parle, savent écouter. Et, comme Anita, le doux breuvage est curieux de toutes les nouvelles connaissances qui passent à portée de ses oreilles, il ne les laisse pas passer, il les enregistre dans sa mémoire. Il sait aussi, comme Anita encore, être attentif à toutes les émotions qui circulent dans l’établissement où il est servi, sa sensibilité est à fleur de tasse. C’est une grande joie pour lui, comme pour les clients, quand une ou un artiste se produit dans l’établissement pour un moment de musique, de poésie ou pour une exposition de peinture… celles d’Anita peut-être ? « Je suis un Café qui parle, je suis un Café qui écoute, je suis un Café qui retient… »

Cette petite balade au fond d’une tasse a été pour Anita l’occasion de nous répéter son éternel message : nous sommes malheureux parce que nous ne savons pas être heureux, nous plaçons les choses inutiles et nuisibles au sommet de nos préoccupations, nous sommes incapables d’accomplir toutes les petites choses qui suffisent à rendre les autres heureux, si chacun portait un peu plus d’attention à son voisin, le monde nagerait dans le bonheur car : « le Bonheur il est en toi. Il s’agit pour toi de le nourrir. Aimer. Aimer. Aimer. Voilà la plus merveilleuse des recettes ». « Nous vivons dans un monde de souffrances », parce que nous ne savons cultiver notre bonheur.

Avec cette petite chronique de son café préféré, Anita délivre un hymne à la vie, à la joie de vivre, au bonheur qu’il faut vivre chaque jour, chaque minute, sans en gaspiller la moindre miette. Ils en ont de la chance, Roubina et Harout, d’avoir une cliente !

Commentaires

  • Merci Denis !!!
    C'est une grande joie de figurer avec Anita Vaillancourt dans ta rubrique " lectures du printemps 2017".

Les commentaires sont fermés.