LE PETIT GARÇON SUR LA PLAGE de PIERRE DEMARTY

13332843_1113565728701097_3993885120564707459_n.jpg?oh=a4624a0ca791f99180121b3d4ff7c825&oe=5A0756F1par Nathalie DELHAYE

 

 

 

 

 

31Y2vtPVmyL._SX195_.jpgLes larmes d'un homme 

Un homme à la petite quarantaine, marié et père de deux garçons, se trouve seul en ce début d'été 2014. Sa femme et ses enfants viennent de partir en train pour leur destination de vacances, il doit attendre une semaine pour les rejoindre. De quoi rompre la routine de sa vie bien rangée, il se sent toutefois très seul et erre comme une âme en peine chez lui, ne trouvant plus les moyens d'avancer. La vie reprend son cours et un soir, ne sachant que faire, il entre au cinéma. Le film ? Il n'en a aucune idée. Il voit une affiche mystérieuse, style science-fiction, et le visage d'une actrice américaine sexy, sur une affiche. Il prend son billet, entre dans la salle, et attend la projection. L'histoire ? Une extraterrestre qui séduit des hommes et prend possession d'eux pour survivre. Ce film ne lui plaît pas plus que cela, il regarde sans voir, jusqu'à cette image, l'image d'un tout jeune garçon, encore bébé, qui ne sait pas marcher, assis au bord de la mer. Devant ses yeux, ses parents et son chien. Tour à tour, chacun d'eux va plonger, puis ne jamais revenir. Et le garçonnet, impuissant, se retrouve bientôt abandonné, pleure, puis hurle...

Cet enfant émeut notre homme, il sent sa gorge se nouer, les larmes couler sur ses joues, s'étonne de tant d'émotion face à cette scène pourtant irréelle, il se sent pour un temps dans le corps de cet enfant, et s'interroge sur ce bouleversement insolite.

3 septembre 2015. L'image d'un enfant étendu sur une plage, inerte, victime de la mer et de l'indifférence du monde, a fait le tour de la planète. Une sacrée claque pour chacun(e) d'entre nous, l'indignation a envahi les médias, la toile, les grands de ce monde ont réagi sur Twitter... et puis...

Et puis de nouveau notre homme, encore fragilisé par le film vu l'été de l'année précédente, va replonger dans une profonde tristesse. Le pourquoi, le comment, le poursuivent à nouveau. 

 

14461595-ah-enfin-un-roman-qui-ne-raconte-pas-grand-chose.jpg

Pierre Demarty



Pierre Demarty, dans ce livre, entre dans le coeur et l'âme de cet homme. Un homme qui ne pleure jamais, qui vit sa vie tranquillement, sans heurt et sans grandes émotions. Heureux d'avoir fondé une famille, il protège les siens affectueusement, mais sans démonstration. La naissance de ses deux fils l'ont comblé de bonheur, mais c'est dans l'ordre des choses. Alors, quand il se trouve face à ces deux images, il est chamboulé par des sentiments presque inconnus, honteux de voir jaillir les larmes et le trouble. Peu bavard, son silence soudain n'étonne personne. 

Lui seul sait, sent, même si à peine, cet été-là, combien ce silence en lui s'est infléchi. Ce n'est plus le même, plus exactement comme avant. Rien ne le trahit pourtant. Ce n'est presque rien, une imperceptible déclinaison. Comme une goutte d'encre diluée dans de l'eau claire, y ajoutant un rien de couleur, d'ombre, un rien d'âcreté que nul à moins d'y goûter ne saurait déceler.

Très touchante, cette histoire est particulière par son approche. Le titre, plutôt évocateur, nous trompe sur le contenu du livre. On ne s'attend pas à ce dénouement, à ce voyage au plus profond d'un être que rien n'avait amené à se livrer autant. Prenant, émouvant, étrange, ce lâcher-prise en dit long sur les convenances, l'ordre établi et le refoulement des émotions chez la gent masculine. 

Tout ceci est servi par une écriture empreinte de poésie, de pureté et d'émotion. Les descriptions sont autant de petits plus apportés aux lecteurs, afin qu'ils puissent visualiser les scènes sans trop d'interprétation personnelle.

 

     Le livre sur le site des Éditions Verdier 

Les commentaires sont fermés.