SINUEUSES TRACES de GUY BEYNS (Les Chants de Jane)

leuckx-photo.jpgpar Philippe LEUCKX

 

 

 

 

 

"Sinueuses traces", vingt poèmes que la petite revue "Les chants de Jane" du Grenier Jane Tony de septembre-octobre 2017 publie pour fêter le poète brainois Guy Beyns (1943), édité de nombreuses fois par les Editions du GRIL de feu Paul Van Melle, et aussi par l'Arbre à paroles (deux beaux recueils récents), illustrent à merveille le double travail du peintre et poète. Beau titre d'abord, qui, à l'envi, suggèrent ces "traces" de mots, de peintures, avec, à la clé, pour ce "gardien des larmes", l'écriture subtile, sobre, économe d'un monde intime, préservé :

"quand la mort et la vie

nouent un pacte de salive

les chiennes en chaleur

et Cerbère ricanent

 

la bavebeynsguy.jpg

coule

silencieuse

 

les chiennes épuisées

se couchent ventre au ciel

dans l'attente d'éternité" (p.12)

 

"vous sinueuses traces

maladroite écriture

perdue sous les strates

où s'enfoncent et s'effacent

les rives de l'enfance

et meurent les questions

 

vous sinueuses traces" (p.14)

 

Aussi, le poète définit-il son projet, à coups d'allitérations bien senties. Aussi laisse-t-il "baver" les mots comme le pinceau sur le mur, s'insinuer en nous la noueuse vie qu'il nous tend en miroir de ses mots. Aussi il y a du chien en nous qui bave, boit les mots les sons. A l'âge mûr, la mort se profile et induit cette pure tension, en dépit de "la paix du soir/ se livre le soleil/ sais-tu que la beauté/ est la sœur de la mort".

 

"laisser l'encre couler

l'inonder de lumière

curieux de l'ombre

affirmer sa brûlure" (p.9)

Le poète "reste cet enfant/ attentif au silence/ qui fait frémir les blés" (p.9) : sous les mots vibre une âme, pleine de vagues maîtrisées; "nul n'est tenu/ d'aimer les vagues/s'il pêche en étang", apologue magnifique de discrétion et de vérité.

Pourquoi donc ce poète n'est-il pas plus connu et repris dans les anthologies?

 

Guy Beyns, Sinueuses traces, Les Chants de Jane, septembre-octobre 2017, n°11, 24p

Le site du Grenier Jane Tony

Guy Beyns sur le site de l'AEB

Écrire un commentaire

Optionnel