• RENTRÉE LITTÉRAIRE 2017 : HOMMAGE AUX ILLUSTRATEURS

    arton117866-225x300.jpgpar Denis BILLAMBOZ

    Certains éditeurs, je pense particulièrement à Jean-Louis Massot, réservent régulièrement une place aux illustrateurs dans les publications qu’ils éditent. Je voudrais, pour ma part, faire une petite place dans mes chroniques à ces artistes souvent très talentueux mais trop peu reconnus. Je vous propose donc un recueil de textes courts illustré par Virginie Dolle et un recueil de poésie édité en 2016 mais que j’ai lu récemment, illustré par Caroline François-Rubino.

     

    s189964094775898902_p836_i1_w1654.jpegLES SAMEDIS SONT AU MARCHÉ

    Thierry RADIÈRE & Virginie DOLLE

    Les carnets du dessert de lune

    Denis Montebello, le préfacier de ce recueil dévoile que le chaland qui fait son marché le samedi matin à Fontenay-le-Comte en notant dans sa mémoire le spectacle proposé par les marchands haranguant la foule derrière la palette chatoyante des fruits, légumes et autres marchandises entassés sur les étals, est bien celui qui a inscrit son nom sur la couverture de ce recueil : Thierry Radière, le poète, le nouvelliste, le spécialiste des textes courts, et de bien d’autres formes d’écrits. Denis Montebello informe qu’il est un presque voisin de Thierry Radière et que comme lui il sacrifie à la cérémonie du marché du samedi matin. 

    Chaque samedi Thierry se rend donc avec sa femme et sa fille au marché pour faire provision de produits cultivés dans la région, des produits bien frais, goûteux, aptes à satisfaire sa gourmandise sans prendre le risque d’altérer sa santé et celle des siens. Le marché avant de le voir on l’entend, on entend l’accordéon du musicien des rues qui se démène pour faire chanter son instrument en espérant récolter quelques pièces pour se nourrir. Cette musique et le sourire de l’accordéoniste mettent le chaland de bonne humeur et le prédispose à faire de belles emplettes. Joyeux et souriant, il l’est le brave musicien, le dessin de Virginie Dolle en atteste sans équivoque aucune. Une fois de plus l’éditeur a eu l’excellente idée d’associer un poète et un illustrateur, en l’occurrence une illustratrice, Virginie Dolle, pour présenter ce recueil.photo-radiere_orig.jpg

    Ainsi, Thierry pourra baguenauder tout au long des allées du marché, admirer les couleurs des fruits et légumes presque aussi chatoyantes que celles des dessins de sa fille, s’étonner devant les mimiques de certains commerçants apprécier la rondeur des œufs de canes. Il n’aura besoin d'aucune note pour se souvenir de ce qu’il a vu, Virginie a tout dessiné et même si c’est en noir et blanc, Thierry saura écrire des mots en couleur pour accompagner ces dessins. Il saura même dire tout ce que ce marché lui inspire : les odeurs, les saveurs, les couleurs, les impressions, les émotions, les étonnements et les souvenirs qui remontent à la mémoire : la terre qu’il a quittée, la mère qui trimait dur, un bout de sa vie passé ailleurs dans une autre campagne.

    Mais le marché, ce n’est pas que la nécessité d’acheter les provisions pour la semaine à venir, c’est aussi l’occasion de rencontrer des amis et même parfois de faire un détour pour les visiter. Le marché c’est un petit monde qui s’ouvre une fois par semaine, pour quelques heures seulement, une bouffée de fraîcheur pour rompre la monotonie des jours qui se suivent et souvent se ressemblent. Mais attention au marché on n’y achète pas tout, on n’y vend pas tout, le poème illustré qui sera adressé à la grande sœur sera offert, la poésie ça ne se vend pas au marché, ça s’offre.

    virginie-dolle_orig.jpg

    Virginie Dolle

    Un joli petit recueil de textes courts racontant le marché dans ses moindres détails sous la plume toujours aussi alerte, précise, sensible et empreinte de tendresse de Thierry Radière. Et aussi, un petit livre illustré avec beaucoup de talent et une pointe d‘humour par Virginie Dolle.

     

    Le livre sur le site des Carnets du Dessert de Lune

    Sans botox ni silicone, le blog de Thierry Radière

    Virginie Dolle sur le site des Carnets

     

     

    arton7838.jpg?1446220425KVAR lO

    Sabine HUYNH & Caroline François-Rubino

    AEncrages & Co

    Lors d’un récent salon littéraire, ce recueil a attiré mon regard, c’est un joli objet, grand format (170x240) orné de jolies encres de Caroline François-Rubino, mais ce qui a surtout attisé ma curiosité c’est les mentions habituelles figurant sur la couverture. Le nom de l’auteure qui porte un prénom bien français mais un patronyme qui semble beaucoup plus exotique. La première page nous en dit beaucoup plus :

    « Tu es née d’un ventre

    Près d’un fleuve rouge »

    Je ne connais qu’un seul Fleuve rouge, l’immense cours d’eau qui baigne le Vietnam, le Mékong. J’avais donc en mains un livre écrit par une fille d’origine vietnamienne élevée vraisemblablement en France. Et le titre énigmatique du recueil, « Kvar lo », excitait encore plus ma curiosité. J’ai donc acheté ce livre pour connaître son histoire et découvrir ce que cette auteure voulait nous dire sur son histoire à elle.

    sabine-huynh-fiche.jpg?w=640

    Sabine Huynh

    Ce livre n’est peut-être pas un recueil mais plutôt un long poème qui évoque l’histoire de l’auteure née au Vietnam, élevée en France avant de partir pour d’autres horizons : la Grande-Bretagne, le Canada, les Etats-Unis et enfin Israël, ce pays qui a donné son titre hébreu à ce livre : « Kvar lo » (Déjà plus) où elle réside maintenant. Tout ceci pourrait déjà constituer la trame d’un vaste roman d’aventure entraînant le lecteur dans un grand périple autour de la planète. Ce livre est bien une quête à travers le monde dans un grand voyage mais l’auteure ne semble pas avoir toujours choisi le parcours ni les étapes de cette odyssée commencée sous la forme d’une fuite pour sauver sa vie.

    Sabine Huynh raconte ce voyage comme un parcours à travers les langues qui lui a fallu apprendre ou absorber, selon les cas. La langue c’est ce qui donne l’identité, la culture, la raison d’être, le patrimoine à transmettre, ce qui permet de se construire, de s’insérer dans une société.

    « venue au monde sans

    mémoire dans l’absence

    d’une langue de cœur

    Tu es clochette fendue…. »

    Elle a voulu se construire

    « Te construire

    Sur ce kvar lo »

    Sans langue maternelle proscrite par la langue des envahisseurs

    « Ta mère nouait

    gorge et langue, te coupait

    vestes carrées, t’exécutait

    pulls serrés, te cousait

    robes raides

     

    les lèvres »

    Elle a cherché une langue où s’installer comme un oiseau cherche la branche où poser le nid qui verra naître ses petits.

    « La française, te plier

    à sa cadence pour survivre

    l’anglaise, s’échapper

    sans surveillance, chanter

    avec l’espagnole, jouer

    avec l’italienne, oser

    séduire en suédois »

    Alors, elle choisit l’hébreu, « cette langue … sans forme début ni fin flot incessant qui te lave, te réveille »

    « Recevoir l’hébreu

    C’est (l’)aimer »

    C’es la langue qu’elle pourra transmettre à sa fille, partager avec sa fille, vivre avec sa fille dans un monde qu’elle a choisi, dans une culture qu’elle a choisie, s’ « émouvant dans cette langue façonnée pour elle et toi »

    pla-peinture-de-caroline-francois-rubino-est-suggestive-et-non-contemplative-laurent-bodet-p.jpg

    Caroline François-Rubino

    On chanterait pendant des heures cette épopée, cette odyssée, dans le monde des langues où Sabine a cherché à oublier qu’elle ne sait pas, écrivant un merveilleux poème plein de douceur et de tendresse même s’il est né dans la pire des violences. Une magnifique page d’amour et de la littérature. 

     

    Le livre sur le site de l'éditeur

    Le site de Caroline François-Rubino