LES CHANTS DE JANE / CLAUDE MISEUR

23659568_1037716776377690_5225234570459587413_n.jpg?oh=2442334eba82af830e1f7acb647caab1&oe=5AD3DEEC« Petits tableaux pour se risquer plus loin que la couleur »

Longtemps Claude Miseur a été avare de ses poèmes. Depuis peu, il nous en livre davantage. Ici, vingt, une aubaine pour le lecteur de ses vers.

Sa poésie parle d’absence, de silence et de mer, d’effacement, de non-dit, d'espace et de chemin… Elle nous parle du secret et de l’essence des choses. C’est une poésie vigilante, attentive qui guette l’être dans l’incertain, dans ce qui affleure des choses et du vivant, sur le brisant des mots, dans cette clarté qui se dérobe / à la lumière. Car il sait que l’être est pensée, cheminement incessant, façon de dire et d’écrire en rapport avec la beauté.

 

Nouer sur soi

La phrase dévêtue

Des mots imprononcés

 

Le prononcé n’est jamais qu’une expression malheureuse du non-dit, un malentendu de l’inaudible à l’œuvre dans notre rapport à soi et à autrui. S’entend-on bien, se voit-on clairement, comment s’appréhende-t-on par rapport au monde ? C’est ce sur quoi s’interroge Claude, par le biais des mots qui résonnent en nous, alpaguant notre émoi, engageant notre cœur.ob_836214_clm-4325.jpg

 

Je tiens

à ce qu’aucun mot

ne sorte d’ici

sans s’habiller de silence

 

Mais nommer ce silence et la tragédie n’est plus.

Miseur dit ce caractère éphémère voire impossible d’une telle entreprise de dévoilement qui ne doit pas décourager le poète dans sa quête inlassable.

 

Dans l’encre de l’estampe

s’effondre l’illisible

d’un battement d’ailes

 

La vérité des choses repose sur des bases inaccessibles aux sens. L'énigme qui régit le monde n’est atteignable que par la poésie (des mots, des images). Ce qu’on voit, ce qu’on perçoit, comprend est susceptible de se dérober à la vision, à la compréhension au profit des forces de l’invisible. Rien n’est sûr, assuré, aucune assise n’est raisonnable mais pourtant il ne faut guère s’arrêter de penser et de guetter la sève sous le sang, de relever les appâts sur le blanc des mouettes...

 

Toujours ce rivage

Me hante d’une île

Et qui semble se rompre

aux lèvres de la mer

 

Exil où le cœur

S’accroît des mots murmurés

Dans le lit de la page.

 

Parfois, de cette attention aux sources des choses, au voilé, à l'inaperçu, surgit un éclat, une clarté, un poème, cette épiphanie de mots et de lumière qui fait voir comme dans un éclair ce que nous sommes dans le monde et dans le temps.

 

Éric Allard

 

ob_836214_clm-4325.jpgClaude Miseur sur le site du Grenier Jane Tony

Claude Miseur sur le site de la Maison de la Poésie

Commentaires

  • Un très chouette poète, avec une sensibilité magnifique ! Je recommande le livre!

  • Un très chouette poète, avec une sensibilité magnifique ! Je recommande le livre!

Les commentaires sont fermés.