LES BELLES PHRASES - Page 5

  • GEORGE SAND À 20 ANS de JOËLLE TIANO

    13332843_1113565728701097_3993885120564707459_n.jpg?oh=8bdd3b565a7bc9c7fe32f07784ab2d71&oe=587BD4F1par NATHALIE DELHAYE

     

     

     

     

     

    004042461.jpgChrysalide

    Intéressante biographie que nous propose Joëlle Tiano, dans la Collection "à 20 ans" des Editions "Au Diable Vauvert".
    Nous découvrons en détail la jeunesse de George Sand, Aurore encore à cette époque.
    La petite Aurore, élevée à Nohant par sa grand-mère paternelle, grandit partagée entre cette dernière et sa mère, qui est partie vivre à Paris et rejoindre sa première fille, née d'un précédent lit. 
    On ressent dans cette histoire le déchirement qu'a dû connaître la petite fille. Sa grand-mère était très bonne pour elle, mais la mère, lointaine, était magnifiée et adorée.

    Ces influences ont tôt fait de forger à Aurore un certain caractère. De plus, ses origines maternelles modestes et paternelles bourgeoises, voire nobles, devaient être difficiles à concilier. 
    Ce début de vie assez difficile et particulier a dû cimenter pour toujours la volonté de la future George Sand.

    Nous passons en revue son adolescence, sa période mystique, son envie d'entrer au couvent, puis ses multiples prétendants au mariage. 
    Son dévolu se jettera sur Casimir, peu après le décès de sa bonne maman, sa grand-mère. Elle a dû retourner chez sa mère à la suite de ces tristes événements, mais les choses ne se passent pas bien. Elle aspire à fuir cette mère jusqu'à présent quasi inexistante et dont elle se détache de plus en plus. 
    Alors elle épouse le jeune homme, et devient rapidement mère. AVT_Jolle-Tiano-Moussafir_6364.jpeg


    Les années passant, elle se rend compte que cette vie n'est pas faite pour elle, elle a d'autres ambitions, surtout celle d'être indépendante, et va enfin se révéler.

    Ce livre apporte beaucoup d'éléments sur la jeunesse de George Sand. Ces premières années sont révélatrices, on peut retrouver beaucoup d'influences ou de repères dans ce que sera son oeuvre. C'est une belle approche.

    Quelques ouvrages sont cités, souvent "Histoire de ma vie" où l'auteure de ce livre a recueilli certains passages. Mais c'est un livre surtout ciblé sur cette jeunesse singulière, les références bibliographiques sont peu présentes, mais ne manquent pas pour autant. Tout est axé sur la chrysalide qui deviendra papillon.

    sand-george-02.jpg

  • LE LIVRE DE SA VIE

    amour%20livres.jpegCet homme était tombé amoureux fou d’un livre.

    À la première phrase, il avait compris que c’était le livre de sa vie. Il l’avait lu et relu des dizaines de fois et il n’en restait pas moins épris, raide dingue, bleu de bleu de ce livre. Il pouvait demeurer en admiration devant la première de couverture ou la quatrième ; feuilleter ses pages lui procurait des sensations inouïes. Il restait des heures à contempler sa tranche, la préface, la postface, les pages liminaires, tout le paratexte.

    Pour ses amis, après avoir été un objet de curiosité, le livre était devenu sujet de plaisanterie puis d’agacement. Pour sa femme, un véritable objet de jalousie, un motif de scènes terribles.  Elle en était arrivée à ne plus le voir en peinture, il n’était plus question qu’on y fasse allusion.

    Ses amis (qui avaient trouvé le livre bien ordinaire), ses collègues de bureau (qui n’avaient jamais rien lu), son patron (qui ne comprenait pas qu’on pût s’intéresser à autre chose que lui), sa femme, donc, s’allièrent pour le faire renoncer à cet amour contre nature (il en reste en ce domaine malgré l’ouverture d’esprit extraordinaire, et parfois pittoresque, de ces dernières décennies) et firent tout pour l’éloigner du bouquin chéri.

    Mais l’homme résistait à ces manoeuvres multiples.

    Sur le net, il avait trouvé des extraits du livre en téléchargement libre. Il en cachait des pages dans la maison sous le tapis de sol, dans les vieux jouets des enfants et, au bureau, dans ses classeurs de travail. Il finit par apprendre le texte par cœur comme ces personnages de Fahrenheit 451.

    Mais peut-on aimer par cœur sans revoir jamais l’élu de ses jours, sans toucher ce qui lui tient de support, sans le humer, le parfumer, le caresser, le lécher, le presser contre soi et se presser contre lui, de tous ses pores, jusqu’à verser quelques sécrétions...

    La lecture des phrases, imprimées ou non, était à chaque fois source d’éblouissement et d'un contentement vif non moins qu’intense.

    Le livre, son livre, était un objet et un être, un contenant enveloppant une individualité foisonnante de richesse et de beauté.
    Aujourd’hui, notre homme vit heureux sans femme ni amis ni boulot, en seule compagnie du livre de sa vie dont il ne se lasse jamais comme il se doit avec un amour aussi vif qu'éternel.

     

  • LECTURES D'ÉTÉ

    5f6034c6-e0fc-11e3-9861-5a72a6fd8fe4_web_scale_0.154321_0.154321__.jpg.h380.jpgpar Philippe LEUCKX

     

     

     

     

     

     

     

    9782330014285.jpgPROFANES (Actes Sud, 2014, 288 p.)

    « Profanes » de Jeanne Benameur convoque un nombre restreint de personnages mais réussit à faire d’un décor unique le lieu de mutations et de respirations nouvelles. Un vieux chirurgien du cœur, Octave, décide de terminer ses jours en invitant quatre personnes, trois femmes, un homme, à venir s’occuper de lui, au fil de ses journées, en parfaite alternance. Ainsi, Hélène, Yolande, Béatrice et Marc, peu à peu, se glissent dans la peau de cette étrange villa, pleine de souvenirs et de mémoire. Octave a perdu sa fille, n’en a jamais guéri, séparé de sa femme. Le temps, celui des journées partagées, celui du souvenir âpre, celui des clartés gagnées sur la nuit, à force d’échanges, de poésies (Ocave s’adonne au haïku), le temps est le grand compagnon du vieil homme, tendu cependant, mais fécond comme quelque chose que l’on remporte sur soi, une sombre victoire.

    maxresdefault.jpg

    Jeanne Benameur

    L’histoire se déroule en peu de jours et laisse en la mémoire du lecteur une richesse insoupçonnée de caractères, de psychologies et de climats. L’écriture, très fine, très poétique, souvent elliptique, maitrise ses champs : on sent l’auteur proche des thèmes qu’elle traite avec une infinie élégance et une aisance douce.

    L’on retiendra longtemps les conciliabules prégnants entre Octave et ses amis du jour ou de la nuit. Voilà un roman intimiste qui plaira aux plus exigeants.

    Un auteur à suivre. Au grand talent.

    Le livre sur le site d'Actes Sud

     

    ***

     

    pluie_jaune-168x281.jpgLA PLUIE JAUNE (Verdier Poche, 2009, 144p.)

    Le livre traduit de l’Espagnol Julio LLamazares est une prodigieuse analyse d’un destin humain, aux prises avec une nature hostile et le Temps, inexorable dévoreur.

    Un homme vit dans un hameau isolé des Pyrénées espagnoles, complètement vidé de ses habitants. Il est marié à Sabina et possède une chienne fidèle.

    Au fil du temps, les habitants sont partis, laissant le village s’effondrer sur lui-même. 

    La mort de Sabina, l’attente épuisante, le lent travail sur lui-même et sur sa mémoire qui peu à peu s’altère, la mort des choses et la perte des liens acheminent le roman vers la déliquescence.

    imagen-julio-1.jpg

    Julio Llamazares

    Le lecteur sort de ce livre effrayé par la dose de réalisme et d’étrange que le romancier a pu injecter à sa fiction : tout y est vraisemblable et prégnant, comme toute existence qui se sait presque finie, étouffée par tant de contraintes.

    Un classique envoûtant.

    Le livre sur le site des éditions Verdier

     

    ***

     

    rafale-soseki.jpgRAFALES D’AUTOMNE (Picquier, 2015, 212p.)

    Soseki (1867-1916) l’auteur de « l’Oreiller d’herbes », est mort il y a juste cent ans.

    L’auteur japonais excelle à décrire des personnages englués dans la solitude. Ici, un homme de lettres, professeur déchu, Shirai Dôya, deux jeunes hommes, amis d’études, Nakano et Takayanagi.

    L’écriture est au cœur du roman : Dôya passe toutes ses journées à écrire sans en retirer un avantage pécuniaire ni beaucoup de notoriété. Son ancien élève du secondaire, Takayanagi, veut quant à lui faire de l’écriture sa vie mais n’y parvient guère.

    Dans un jeu de relations amicales d’entraide et de compréhension, les trois personnages de Soseki révèlent l’impitoyable société d’alors, peu amène pour les créateurs littéraires, fascinée par les apparences et la fonction. On sent l’auteur critique de ces usages, dans des descriptions d’un univers attaché à ses convenances.natsume.jpg

    Une grande finesse d’analyse perce les enjeux de cette histoire aigre-douce, dont l’amertume tient surtout à ces parcours d’écrivains de l’ombre, tout à leur art et abandonnés dans une vie qui les ignore.

    Un classique naturaliste, sans doute, dans l’acuité des observations, et par une écriture qui cerne au plus près l’essence de la vie.

    Un auteur à (re)découvrir.

    Le livre sur le site des éditions Picquier

  • LISA HANNIGAN

    LisaHannigan-actualites.jpg

     

    LISA HANNIGAN est née en 1981 en Irlande. Après des titres en duo avec Damien Rice et quelques collaborations, elle a sorti trois albums. Son dernier, paru en 2016, s'intitule At Swim.

    "En pleine lumière, la jeune femme a œuvré pour le cinéma d’animation, s’est improvisée journaliste en mode podcast, a connu la reconnaissance d’un deuxième album double platine. Et quitté Damien Rice. Dans l’intimité, du moins le suppose-t-on, la fille de Dublin (elle interprète ici a cappella un poème de Seamus Heaney) en a croqué des noires et des pas mûres, perdant des proches et un amour, et se liquéfiant dans ces deuils.

    C’est exactement ce que l’histoire d’eau d’At Swim nous raconte : une drôle d’épopée en nage à contre-courant, où l’artiste en bave, certes, mais parvient en onze chansons à sublimer un romantisme récurrent pour offrir tout, et le reste. La finesse extraordinaire à évoquer les gens de peu, le chant bouleversant d’une femme de l’époque, des musiques comme un écrin translucide, et la capacité à rendre compatibles ses différentes racines (grosso modo, Maria Callas prenant le thé avec Piaf sur fond de rock alternatif).

    Ce troisième album, produit par Aaron Dessner de The National, interrompant cinq années de silence en solo, utilise une polychromie bouleversante et met des couleurs dans nos vies à grands coups d’aplats virtuoses, un chant en apesanteur beau à pleurer et une instrumentation subliminale servie par un modeste piano ou quelques percussions. La beauté d’un diamant noir, et l’un des disques de l’année." Christian Larrède (Les Inrocks)

     






    400LisaHannigan_AtSwim.jpg




     

    Lisa Hannigan chante le poète Seamus Heaney*

    lisa-hannigan-at-swim-min.jpg

    *La lanterne de l'aubépine de Seamus Heaney (Le temps des cerises) par Denis Billamboz

    LisaHannigan.jpg

     LISA HANNIGAN le site officiel

  • RENTRÉE LITTÉRAIRE 2016: 2ème livraison

    arton117866-225x300.jpgpar DENIS BILLAMBOZ

    Après ma première livraison concernant la rentrée littéraire 2016, je vous propose une deuxième sélection de livres comportant deux titres édités par Le Dilettante. Un livre de Sylvie Dazy, « La métamorphose d’un crabe », qui n’a rien de d’une fiction, c’est tout simplement la triste réalité de la vie dans une célèbre prison française. L’autre, « Bonneville », par contre, est une pure fiction dans laquelle Laurent Saulnier raconte un vieux fantasme, celui que de nombreux gamins de ma génération ont eu : conduire une de ces immenses et rutilantes voitures américaines que nous ne voyions qu’au cinéma. Deux textes un peu décalés comme en publie très souvent cet excellent éditeur.

     

    9782842638764FS.gifLA METAMORPHOSE D'UN CRABE

    Sylvie DAZY

    Le Dilettante

    Ni roman, ni témoignage, ce texte c’est l’histoire d’un gars qui incarne la vie d’un crabe, d’un maton, d’un gardien de prison perdant progressivement la petite vie confortable de fonctionnaire qu’il s’est construite à l’ombre des murs de la Santé et l’idéal ethnographique qu’il pensait pouvoir concrétiser au contact des détenus.

    Christo, né à Bapaume, à l’ombre du Centre de Détention, titulaire d’une « inutile licence d’anglais », décide de passer le concours de l’administration pénitentiaire car elle semble bien nourrir son homme et que les gardiens de prison de la ville paraissent plutôt heureux quand ils boivent un coup dans les bistrots du centre-ville. Admis au concours, il est affecté à la Santé où ils trouvent de nombreux « pays » qui l’adoptent vite mais il a du mal à se fondre dans la masse, il est plus intellectuel que les autres, il cherche à comprendre les détenus et leur milieu, il se voudrait l’ethnologue de la centrale. Les autres s’éloignent de lui, son supérieur lui propose alors de passer le concours de brigadier qu’il réussit et devient, en un temps record, un gradé respecté des gardiens comme des détenus.

    Absorbé par le petit prestige qu’il découvre à l’ombre des murs de la Santé, il délaisse son épouse qui l’abandonne, le mettant en difficulté vis-à-vis des ses collègues et surtout des détenus pour qui la perte de la femme est une tare car en milieu carcéral, « …la femme qui part ne prête pas à rire. C’est l’angoisse de tous les prisonniers : un autre homme est entré dans l’arène, profite de votre faiblesse, et puis plus de linge propre, de visites, de mandats. » Il se replie de plus en plus sur lui-même avec son indic comme meilleur ami. Et en prison, « Les alliances ici obéissent à des règles simples : du plus fort au plus fort. »

    dazy_sylvie_16_ledilettante.jpg

    Sylvie Dazy

    Sylvie Dazy a travaillé elle aussi à la Santé comme éducatrice chargée de la réinsertion des prisonniers, elle connait bien l’étendue de la tâche et tous les pièges qu’elle comporte. Elle cherche à décrire, à travers la destinée de ce crabe, la micro société qui se crée à l’ombre des murs des prisons, notamment de celle de la Santé. A contre courant des nombreux auteurs actuels qui dénoncent les difficiles conditions de détention des détenus, elle évoque la situation intenable des personnels qui travaillent au sein de la prison, la ligne ténue qui sépare le détenu du gardien, la violence qui affecte aussi bien l’un que l’autre, les pressions, le chantage, subis des deux côtés des barreaux, l’enfermement qui affecte parfois plus le crabe que le prisonniers. « Toute une grammaire des corps s’apprend à la va-vite, des postures sans dérogation possible font de nous, plus que l’uniforme ou le droguet, un surveillant ou un détenu. »

    Outre les détenus et leurs gardiens, il y a beaucoup de monde en prison, beaucoup de gens et de choses circulent, on trouve tout en prison. « On vit mal en prison, il y a trop de gens en prison, trop de gens non recensés. Tout le monde s’en fout. On vaque. » Et tout le monde est à la merci d’un dérapage. Ainsi, l’auteure dénonce tous les dysfonctionnements du monde carcéral qui transforment des jeunes gens déterminés et idéalistes en maris taciturnes et indifférents... ça sonne tellement juste qu’on a l’impression que l’auteure aurait elle-même partagé un bout d’intimité avec l’un de ces jeunes gens victime de la métamorphose carcérale.

    « La taule, c’est la mort des sens. »

    Le livre sur le site de l'éditeur

     

    9782842638610FS.gifBONNEVILLE

    Laurent SAULNIER

    Le Dilettante

    Bonnevile, c’est la Pontiac Bonneville 1969 achetée par le père du héros, le narrateur, sur un coup de tête qui lui fit perdre son rôle de chef de famille, sa femme, passionnée par l’élevage des gallinacées, lui ayant, à cette occasion, confisqué la gestion des comptes familiaux. Désormais, la Pontiac, elle est clouée au garage, elle ne roule plus, des pièces sont défaillantes et des pièces de voiture de ce type on n’en trouve pas en France surtout dans la campagne profonde où la famille a trouvé refuge dans une gare désaffectée. Le narrateur, jeune homme baraqué mais inoffensif n’a pas brillé à l’école qu’il n’a pas fréquentée très longtemps, il a vite trouvé un boulot dans une station-service où il se plait bien et travaille assidument.

    Depuis que le père est mort, il vit seul avec la mère au rythme des trains qui ne s’arrêtent plus devant leur gare. Il n’a plus qu’une idée en tête, remettre Bonneville en état pour sillonner les routes du coin. Pour réaliser ce projet il faut de l’argent qu’il n’a pas, après mûre réflexion, il pense que des petits larcins commis dans les belles voitures en stationnement lui apporteraient les fonds nécessaires sans nuire beaucoup aux propriétaires détroussés. Mais voilà, le papillon qui bat des ailes au-dessus de la baie de Rio pour déclencher un ouragan en mer de Chine est de passage par la région, tout part en vrille, rien ne se passe comme prévu. Les événements imprévus et indésirables s’enchaînent les un aux autres prenant une tournure de plus en plus dramatique.

    Laurent-Saulnier.jpg

    Laurent Saulnier

    L’auteur évoque le célèbre inspecteur Columbo, considérant le nombre de cadavres qui jonchent les pages de ce petit roman, j’ai plutôt l’impression d’avoir traversé une série comme Barnaby, une série où l’on ne lésine pas trop sur le nombre de victimes. Bien sûr, il est un peu particulier le jeune homme, il se relève chaque nuit pour s’installer au volant de Bonnevile avec Mister B, un énigmatique passager qui le guide et la belle Julia aux gros seins, la livreuse de carburant. Ensemble, avec Bonneville, ils parcourent la campagne environnante jusqu’au jour où tout foire.

    Ce texte m’a rappelé un roman de Chris Womersley, « La mauvaise pente », j’avais alors écrit « Le roman de deux vies qui ont dérapé lorsqu’un grain de sable s’est coincé dans la mécanique de leur destinée ». Et dans ce texte, la destinée semble avoir pris la même mauvais pente même, même si le roman de Saulnier est beaucoup moins noir que celui de l’Australien, il est plutôt fataliste. C’est l’histoire d’un pauvre gars dont les muscles remplacent, sans qu’il s’en rende bien compte, la cervelle et qui est emporté par des événements qui le dépassent malgré tout ce qu’il entreprend pour remettre le cours de son existence dans le bon sens.

    Les passions de l’enfance peuvent prendre une tournure imprévisible et générer des situations dramatiques comme dans cette histoire presque drôle qui ressemble plus à une parodie de roman noir qu’à un texte réellement noir. Des doux dingues qui partent en vrille n’existent pas que dans les guerres larvées, il peut y en avoir partout même dans les gares désaffectées.

    Le livre sur le site de l'éditeur

  • UNE CELLULE DE RECHERCHE DE MOTIFS DE GRÈVE AU SEIN DU TEC CHARLEROI

    902720367_B978429926Z.1_20160419091324_000_GG16KEFCT.1-0.jpg


    La coalition syndicale du TEC Charleroi, toujours au fait des nouvelles avancées sociales, vient de former une cellule de recherche de motifs de grève.

    Tous les sujets proposés, sans tabou, seront analysés par la cellule de crise, a déclaré le responsable de la cellule qui tient à rester anonyme.

    La société souhaite rester en tête des sociétés de transports publics totalisant le plus grand nombre de jours de grève dans le monde.

    Les usagers sont priés aussi de participer au beau projet en fournissant des motifs de grève. Pour le départ en grève de vendredi prochain, le motif a été aisé à trouver, et nous remercions la Direction Générale de Caterpillar. Cela tombait à point pour bien commencer notre série et ne pas nous laisser devancer dans la course au record.

    Un retard est vite pris, puis difficilement récupérable. Il faut alors mettte les bouchées doubles. Et il n’est pas certain que l’avenir nous apportera des motifs aussi indiscutables et, pour tout dire, louables. Il faut aussi rester crédible et penser à véhiculer de temps à autre l'usager, pour ne pas perdre tout à fait le contact. J’y veillerai ainsi que tous mes camarades et affiliés.

    Une initiative qui prouve une fois de plus la vivacité d’esprit, le sens de l'innovation et la bonne ambiance qui règnent au sein des délégations syndicales du TEC Charleroi.

  • BADMINBOOK

    ob_94fe69d0f9b8645fd5b1db19b125bfbc_bad-8.jpgAu lieu d’envoyer au pilon ses invendus, cette maison d’édition les adresse à un centre sportif pratiquant le badminbook.
    Ce nouveau sport de raquette fut inventé entre deux rentrées littéraires par Victor Ernest Victor, un pseudo cachant en fait un écrivain éconduit de plusieurs maisons d’édition pour infidélité chronique (il ne supportait pas plus de six mois la vie commune avec un éditeur).

    Il consiste à se servir du livre comme d’un volant ou d’une balle en mousse et de se le renvoyer comme il se doit au-dessus d’un filet (le filet fait partie intégrante du sport, on imagine mal un sport sans filet) tendu transversalement à mi-longueur (comme c'est souvent le cas) du terrain. Le bord supérieur du filet de badminbook est dressé au-dessus du filet de badminton car, comme on le sait, le livre est appelé à voler haut (pas nécessairement loin). Si les échanges sont moins rapides qu'au badminton, ils sont aussi plus consistants (au lu toutefois de la quatrième de couverture des projectiles). Certains livres peuvent être munis de plumes mais risquent alors d'être pris pour des oiseaux et tirés par la critique...

    Le livre, violemment battu (car de moins en moins aimé), s'effiloche, perd de la consistance; l’air traversé prend dans ses feuilles et produit la chute automatique de l'objet volant.

    Il s’agit pour le bon joueur d’estimer pendant la trajetoire l’état de dégradation du livre pour adapter sa frappe et le bon coin du livre à (a)battre. Un joueur bon lecteur n'est pas un avantage car il aura tendance à lire pendant le jeu et la lecture émousse les réflexes moteurs.

    Des tournois sont régulièrement organisés après la remise des prix littéraires où on voit des livres fuser lors de riches échanges mais, surtout, comme il se doit dans ces sports de jambes nues (comme le filet, la jambe nue fait partie intégrante du sport, on imagine mal un sport sans jambe nue), on reluque des cuisses fermes de garçons et de filles et on savoure des cris de gorge rappelant la jouissance des lecteurs ébahis à la lecture d’une phrase orgasmique ou d’un passage exaltant d'un ouvrage ordinaire (non, je rigole).

    Qu’il s’agisse d’un roman minuscule de Michon ou d’une brique de Musso, d’un scénario de Gunzig ou d’un exercice oulipien de Perec, d’un recueil de nouvelles de Pavese ou d’une élucubration de Zemmour, d’un roman proustien ou d’un texte ultra court de Monterros, d’une fiction borgesienne ou d’un essai de Kundera, d’un journal gombrowiczien ou d’une pensée pascalienne, d’une fusée baudelairienne ou d’un pensum sartrien, d'une pièce de Bernhard ou d'un sonnet shakespearien, d'un conte bref de Karinthy ou d'un aphorisme nietzschéen, d'une aventure de Grey ou d'une Histoire de l'Oeil, d'un poème à marteler de Pey ou d'un apophtegme de Lec, du Mahabharatah ou d'un guide du (Matthieu) Ricard,  importe le titre et l'auteur de l’ouvrage, comme on l’aura compris :  au fil des parties, tous les livres deviennent des loques, des compilations de feuillets en accordéon qu’on abandonne au bord du court, pages offertes à l'action du vent marin ou au filet tiédasse d'un air saturé de particules fines.

    Parfois, un ramasseur de livres se prend de pitié pour une page d’un livre sauvé du carnage (comme un mouton de la fête de l'Aïd), relève le titre et, si l’affinité est élective, il télécharge le livre sur une plate-forme de vente en ligne de e-books et d’articles de sport.

  • TRISTES TROPISMES

    Vous-même l’avez dit, vous l’avez affirmé : sans les mots, il n’y a rien. Les mots, c’est la sensation même qui surgit, qui se met en mouvement. 

    Les fruits d'or (1963), Nathalie Sarraute (1900-1999)

     

    tumblr_inline_mmjhhxkHIC1qz4rgp.jpg

    UN SENTIMENT, UN !

    C’est l’histoire d’un sentiment. Il est là, prêt à éclore. Tout est rassemblé pour qu’il arrive sur le théâtre des opérations. Mais il hésite à sortir, à s’arracher au non-dit, à dire son nom, à s’exprimer; il est réservé, il n’a pas été coaché assez, il aurait dû suivre un stage…

    Il attend trop, les circonstances ne sont plus de son côté, il pourrait manquer son tour, d’autant qu’il n’est pas le seul…. D’autres attendent, d’autres poussent, des méchants, des plus tendres, des attentionnés. Ils ont mieux préparé leur venue, ils sont prêts à passer le cap, à fondre sur la scène, à déclamer leur texte… Voilà, ils passent en meute, ils sont nombreux, ils ont le nombre avec eux! C’est leur heure, ils ne vont pas la manquer, eux ! Même si dans la cohue on ne distinguera pas leur singularité, ce n’est pas grave ; l’important, c’est d’arriver, d’être sorti, avec plein d’air dans les poumons, de hurler son être à la face du monde… Les remerciements, les regrets, ce sera pour plus tard, quand la vie sera en passe d’être consumée, qu’on pourra se retourner sur son passé…

    C’est l’histoire d’un sentiment sans histoire ni commencement.

     

    QUELQU’UN

    Prenez quelqu’un. Extrayez-le de sa famille, de son entourage, de ses proches. Faites-lui croire que son cœur est à prendre, que vous voulez son cœur, que vous voulez tout de lui, sans distinction. L’être humain est crédule, il est prêt à croire à ses manques, à la possibilité d’un nouvel avenir. Il vous croit sur parole et abandonne tout pour se retrouver vierge de tout passé, ouvert au possible.
    Quand enfin il comprend la manœuvre, l’escroquerie mise en place, il fait tout pour vous détruire en retour, c’est de bonne guerre. Sa capacité à vouloir vous détruire est phénoménale.

    Vous accusez le coup mais vous perdez des plumes, beaucoup de plumes. Vous pensez même perdre la vie, l’envie d’envol pour l’avoir perdu, lui. La vie pendant un temps ne vous est plus d’aucun secours. Vous aspirez au néant. Car vous vous êtes pris au jeu, vous l’avez aimé, vous avez cru à votre jeu, à vos mensonges…
    Mais vous vous en sortez. Vous émergez à nouveau. Vous êtes intact en apparence. Vous vous étonnez d’être encore de ce monde, d’avoir survécu. Vous fonctionnez tout pareil comme avant. Le corps est fort. Tout marche à nouveau, tous les organes opèrent. Le foie, les reins, le cœur… Les muscles répondent, la libido est intacte. C’est fabuleux, les ressources vitales dont vous disposez ! Vos capacités de réadaptation sont monstrueuses…

    Une fois de plus, vous estimez votre puissance, vous avez foi en votre capacité à être aimé au-delà de tout. À faire ce que mal vous semble et avec quiconque. À donner, à rendre l’espoir. Cela vous suffit pour l’instant.

    Prenez quelqu’un…

     

  • LE BEAU BLEU ÉBLOUI DE LA NUIT

    01dc6c9e8924a32308f822e928bacd5d.jpgLe beau bleu ébloui de la nuit, un poème d'Eric Allard de 1991, est à lire sur l'excellent blog de Stéphane Chabrières, Beauty will save the world

    Et aussi sur Paperblog

  • Les INCENDIÉS d'ANTONIO MORESCO (Ed. Verdier)

    13332843_1113565728701097_3993885120564707459_n.jpg?oh=8bdd3b565a7bc9c7fe32f07784ab2d71&oe=587BD4F1par NATHALIE DELHAYE

     

     

     

     

    les_incendies.jpgDans le chaos du monde

    Charmée par Fable d'amour et La petite lumière, j'ai attendu impatiemment que paraisse ce troisième livre aux Editions VERDIER. J'ai donc ouvert "Les incendiés" telle un enfant qui a reçu de Père Noël le cadeau tant attendu.

    Un homme fuit tout ce qui l'entoure et croise une jeune femme aux dents en or qui lui annonce avoir mis le feu au monde pour lui.
    Cette phrase bien étrange pourrait résumer l'essentiel de l'histoire. 
    Dès les premières pages, on s'aperçoit que le ton a changé. Beaucoup plus sombre, beaucoup plus glauque, ce livre nous entraîne dans le chaos du Monde avec tout ce qu'il a de plus retors. Arrivent la luxure, la perversion, la cruauté, les armes, le sang, la lutte. "Les incendiés" vont mener bataille seuls contre le reste du monde, déterminés et impitoyables. Effrayant, glaçant souvent, ce périple rappelle notre société actuelle, un monde à feu et à sang, dénonce ses multiples dérives. 

    Mais comme c'est du Moresco, quand même, on tourne certes les pages en grimaçant, mais on prête attention à cette femme et cet homme, au couple insolite qu'ils forment, à ce qui les unit, et à l'histoire d'amour naissante. Un amour exclusif, destructeur, une passion effrénée. Les longues scènes sensuelles sont de toute beauté, tantôt réalistes et crues, tantôt empreintes de tant de délicatesses. Le feu, oui, le feu de la passion dans ce qu'il peut avoir de plus ardent, jusqu'au bout, l'homme qui fuit et la femme aux dents en or ne vivent plus que l'un pour l'autre et veulent brûler ensemble, enlacés, soudés. 

    On oublie le conte et la fable, on entre dans le fantastique. Un livre puissant, mais dur,
    une lecture bousculée par la violence, avec en filigrane cet amour exceptionnel, s'offrant en sacrifice, comme si lui seul pouvait sauver le monde.

    Le livre sur le site des Editions Verdier

    antonio-moresco.jpg

  • LORGNER PAR-DESSUS LE MUR CORÉEN

    arton117866-225x300.jpgpar DENIS BILLAMBOZ

    La littérature nord-coréenne n’encombre pas les rayons des librairies, c’est pourquoi je voudrais vous offrir cette chronique composée après la lecture de deux livres écrits par deux auteurs nord-coréens qui ont approximativement le même âge : Bandi, un écrivain contestataire qui a réussi, avec beaucoup de complice, à faire sortir de Corée du Nord ses nouvelles accusatrices et Baek Nam-Ryong, un auteur plus respectueux des consignes gouvernementales qui laisse cependant soupçonner le poids de la pesanteur du régime sur les familles coréennes. Dans les deux cas, un bon témoignage de la vie en Corée du Nord sous le régime des Kim père et fils.

     

    61z11MsvsfL.jpgLA DÉNONCIATION

    BANDI (1950 - ….)

    Le préfacier présente Bandi comme le Soljenitsyne nord-coréen car comme lui, il a fait sortir ses textes de son pays pour dénoncer la cruauté, l’injustice, la cupidité, du régime dictatorial qui y sévit. En coréen Bandi signifie luciole, c’est le pseudonyme choisi par cet écrivain clandestin, vivant toujours dans la partie nord de la presqu’île, qui essaie de faire comprendre au reste du monde l’étendue de la souffrance de son peuple. Son manuscrit se compose de sept nouvelles dénonçant la dictature autoritaire et cruelle du parti unique au pouvoir et toutes les aberrations du régime. Dans un court prologue en vers, il explique sa démarche :

    « Je vis en Corée du Nord depuis cinquante ans,

    Comme une machine parlante,

    Comme un homme attelé à un joug.

    J’ai écrit ces histoires,

    Poussé non par le talent,

    Mais par l’indignation,

    Et je ne me suis pas servi d’une plume et d’encre,

    Mais de mes os et de mes larmes de sang. »

    Ses nouvelles racontent des faits certainement inspirés d’événements qu’il a vécus ou qu’il a connus, c’est un condensé de toutes les misères qui peuvent s’abattre à tout moment, sans réelles raisons, aveuglément, arbitrairement, sur n’importe quel citoyen qui n’est pas ostensiblement protégé par le régime.

    Un vieux cocher qui vient de recevoir sa treizième médaille, abat l’arbre totem qu’il avait planté dans son jardin en souvenir de son inscription au parti, Il vient brusquement de réaliser que sa vie n’a été qu’un leurre, qu’il a sué sang et eau chaque jour espérant des jours radieux qui ne sont jamais venus, alors qu’il ne peut même pas chauffer sa chambre.

    Un couple doit élever un enfant qui a la phobie des portraits de Karl Marx et du dictateur coréen, ils ne pourront pas longtemps cacher cette lourde tare et devront en assumer les conséquences. « Nous préférons tous mourir et oublier la vie d’ici plutôt que de continuer à vivre ce calvaire ».

    Un homme, devenu mineur contre sa volonté, veut retourner au pays voir sa mère qui se meurt mais l’administration lui refuse le titre de voyage nécessaire. Une longue et cruelle épopée commence alors pour lui.

    Une femme subit les pires tourments pour que le mari qu’elle aime, n’apprenne pas l’indignation qui la frappe parce qu’un membre de sa famille est considéré comme ennemi du régime. L’opprobre est héréditaire en Corée du Nord.

    Une vieille femme abandonne son mari et sa petite-fille coincée dans une foule compressée et affamée pour aller chercher des victuailles, elle est rejointe par le cortège du Grand Leader qui l’invite à bord d’une voiture et la place sous sa protection. Elle est instrumentalisée par la propagande gouvernementale alors que son mari et sa petite-fille son piétinée par la foule affamée. Elle culpabilise d’être la vedette d’une cause qu’elle réprouve et qu’elle n’a pas choisie.

    la%2Bd%25C3%25A9nonciation.jpg

    Tout le monde pleure le Grand Leader décédé, tout le monde feint de pleurer le Grand Leader même ceux qui souffrent cruellement pour une raison plus personnelle. Il est obligatoire de pleurer la mort du Grand Leader. « N’avez-vous pas peur de cette réalité qui transforme les gens du peuple en comédiens hors pair capables de simuler le chagrin à la perfection ? »

    Un technicien de haut niveau est déporté parce que le frère de sa femme a fui au Sud, il travaille comme un forcené pour nourrir la population de la région mais reste le bouc-émissaire qui endossera les incapacités des dirigeants locaux.

    Bandi ne sait pas que depuis longtemps les exactions des régimes communistes totalitaires sont connus de tous, aussi ainsi-t-il vivement pour que nous lisions ses textes en espérant que nous prenions conscience de l’étendue de la souffrance de son peuple.

    « Mais, cher lecteur,

    Je t’en prie, lis-les ! »

    Il n’a pas la plume de Soljenitsyne même si ses nouvelles sont d’excellente facture, il m’a surtout fait penser à quelques auteurs albanais (Helena Gushi-Kadaré, Bessa Myftiu, Ylljet Aliçka,…) qui ont rapportés les exactions d’Enver Hodjai ressemblant étonnamment à celles des Kim père et fils. Les Coréens du sud ont lu ces textes en 2014 et ne sont pas spécialement émus. Je reviendrai sur ce sujet dans une prochaine chronique consacrée à un livre que Benjamin Pelletier a écrit après un séjour d’un an à Séoul. Espérons que l’opinion publique française et européenne sera plus réceptive au message désespéré de cet auteur qui a pris des risques énormes, avec d’autres évidemment, pour nous faire passer ses textes. Accepter la prière de Bandi, lire ses textes, c’est déjà compatir, c’est déjà résister, c’est déjà lutter avec lui et c’est aussi un excellent moment de lecture car ces nouvelles sont très poignantes et très émouvantes.

    « Ce champignon rouge arrachez-le ! Ce champignon toxique, arrachez-le de cette terre, de toute la planète, pour toujours ! »

    Le livre sur le site des Editions Picquier

     

    108856_baek_nam_ryong.jpgDES AMIS

    BAEK NAM-RYONG (1949 - ….)

    « Comment le bonheur des parents peut-il exister sans le bonheur des enfants et de leurs descendants ? » Baek Nam-Ryong posait, déjà en 2011, cette intéressante question qu’on a peu entendue en France lors du récent débat sur les nouvelles formes de famille. Tout ce livre, dans un langage, sobre, clair, dépouillé, expose cette idée centrale en traitant du sujet de la famille, du divorce et de l’éducation des enfants.

    Pour expliciter son avis sur cette question, l’auteur raconte l’histoire du juge Jong qui reçoit dans son cabinet une cantatrice qui veut divorcer, elle veut quitter son mari, tourneur dans une usine, qu’elle a connu quand il est venu installer des machines nouvelles dans l’atelier où elle aussi travaillait à cette époque. Le juge enquête sur la famille pour savoir s’il doit autoriser ce divorce mais surtout pour savoir à qui accorder la garde de l’enfant. Il rencontre ainsi le mari qui lui raconte sa passion pour son métier et comment il a rencontré sa future épouse en lui apprenant l’art du tournage.

    Grâce à son talent, la jeune femme a gravi quelques échelons de l’échelle sociale et ne peut plus supporter que son mari se contente d’un statut de vulgaire ouvrier alors qu’il pourrait suivre des cours pour devenir cadre dans l’entreprise. Le couple se défait progressivement mais l’enfant vit mal le malaise familial ce qui perturbe encore davantage les époux mais aussi le juge pour qui le sort de l’enfant est prioritaire.

    « Le temps avait passé. Il avait vieilli en supportant le mariage et la vie de famille au nom de la réalité, pas pour l’idéal. » Parallèlement à cette affaire, le juge considère l’évolution de son propre couple, son mariage avec une scientifique qui l’abandonne de plus en plus fréquemment avec la charge de surveiller et d’entretenir ses échantillons de plantes qu’elle souhaite adapter dans la région montagneuse d’où elle est originaire. Il confronte les difficultés familiales qu’il a surmontées, et qu’il surmonte encore, à celles de ces deux jeunes qui ne savent pas affronter les aléas de leur existence. Il déploie des efforts considérables pour leur faire comprendre qu’ils peuvent retrouver l’harmonie entre eux et élever leur enfant au sein d’une famille unie et aimante, car si « Les gens ont besoin d’eau, les enfants ont besoin de l’amour de leur père et de leur mère ». Ce texte est un véritable réquisitoire contre le divorce et un plaidoyer en faveur des enfants élevés par leur mère et par leur père, un livre en complet déphasage avec l’actualité nationale et les aspirations de notre société.

    baek_nam_ryong_32711.jpg?1324389693

    Ce texte un peu emphatique, un peu candide, un peu moralisateur, plein de pudeur et de retenue contient aussi beaucoup de tendresse et d’humanité. A travers le regard de ce juge donneur de leçon, c’est le fonctionnement de la société nord-coréenne qu’on aperçoit et qui n’est pas conforme aux clichés habituellement véhiculés même si on peut deviner facilement l’emprise du pouvoir sur la vie personnelle, familiale et sociale des citoyens. « Ce que vous avez fait est un crime. Parce que vous avez entravé l’accomplissement des orientations de la révolution et la politique économique de notre Parti ! Je vais vous faire endosser la responsabilité de votre crime. »

    Le livre sur le site des Editions Actes Sud

    la-denonciation_litterature_0.png

  • MÉMOIRE DE FILLE d'ANNIE ERNAUX

    par LUCIA SANTORO

     

    ob_f3b61a_ectac-memoire-de-fille-pae-annie-ernau.jpg« Il y aura forcément un dernier livre, comme il y a un dernier amant, un dernier printemps, mais aucun signe pour le savoir ».

    Le dernier livre d’Annie Ernaux sera-t-il Mémoire de fille ? Cette question s’impose avec force à l’auteur qui vient de fêter ses 76 ans tandis que la nécessité se fait sentir depuis plusieurs années d’écrire sur « la fille de 58 » dont le souvenir la tourmente.

    Voilà plusieurs années qu’Annie Ernaux tente d’oublier ce pan embarrassant de l’histoire de la jeune femme qu’elle a été. Elle nous le livre ici sans fard avec la distance qui lui est coutumière, laquelle donne toute sa puissance à ses récits. Une note d’intention retrouvée dans ses papiers explique sa démarche : « explorer le gouffre entre l’effarante réalité de ce qui arrive, au moment où ça arrive et l’étrange irréalité que revêt, des années après, ce qui est arrivé ».

    Mais par quel bout prendre ce récit, peut-être l’ultime, qui macère dans les recoins de sa mémoire et de ses carnets intimes ?

    « Aller jusqu’au bout de 1958, c’est accepter la pulvérisation des interprétations accumulées au cours des années. Ne rien lisser. Je ne construis pas un personnage de fiction. Je déconstruis la fille que j’ai été ». C’est donc saisir sans complaisance les aspérités et la brutalité juvénile d’Annie D. car « tout en elle est désir et orgueil ».

    Dans Mémoire de fille, Annie Ernaux replonge dans l’été 1958. C’est à la colonie de S. qu’elle passera sa première nuit avec un homme. Cette expérience bouleversante restera longtemps marquée dans la chair et le sang et aura pour conséquence collatérale de voir s’éteindre les ambitions scolaires de la jeune femme.

    Alors que nous sommes dix ans avant la libération sexuelle, « avoir reçu les clefs pour comprendre la honte ne donne pas le pouvoir de l’effacer ». A 18 ans, Annie D. connaît l’amour, l’impudeur, la flétrissure et l’exclusion mais elle est « fière de ce qu’elle a vécu, tenant pour négligeable les avanies et les insultes ».

    A partir de cette nuit et les deux années qui suivront, une expérience et un savoir nouveau sont acquis qui donneront un grand livre quelque 50 ans plus tard. Annie Ernaux écrit à partir de photos, de lettres écrites à ses amies et d’une mémoire implacable. Mémoire de fille est « en définitive, la démonstration édifiante que, ce qui compte, ce n’est pas ce qui arrive, c’est ce qu’on fait de ce qui arrive ». Une vie, une œuvre.

    Le livre sur le site des Editions Gallimard

    @Gaelle-de-Saint-Seine-630x0.jpg 

  • TOUTES SORTES DE PROFS

    norbert3.jpg

     

    Le professeur de religion hispanique est pris pour un dangereux torero.

     

    Le prof d’histoire de l’homme à travers les nages est mort noyé dans sa baignoire.

     

    La prof de gym tonique est très schweppes même quand elle rote.

      

    À l’examen de masticage, il est interdit de chewingumer dans la bouche du voisin.
     

    Le professeur de conduite de la TEC* est toujours le premier à partir en grève.

     

    Le prof de lavage de carreaux aimerait qu’on lui confie le cours de récurage des cœurs.

     

    Ce professeur de dictature en classe a plusieurs génocides d’étudiants sur la conscience.

     

    Le prof d’étude du milieu est parfois borderline.

     

    Le prof de futur assisté par ordinateur est pécéiste.

     

    Le prof de décoration d’intérieur est un maniaque de la propriété.

     

    prof-fou.jpg

     

    Le prof de lattes n’a pas de règles.

    Le prof de lettres a parfois des bons mots.

    Le prof de lutte parle catch.

    Le prof de lottes pêche ses élèves à la ligne.

    Le prof de litres n’a pas toutes ses capacités.

     

    La prof de François voudrait bien enseigner d’autres prénoms.

     

    La prof de sciences du ventre se regarde souvent le nombril.

     

    La prof de simulation d’orgasmes jouit bêtement.

     

    Le prof de philosophie présocratique n’a pas connu Platon.

      

    Le prof de remédiation est un ancien serial doubleur.

     

    Nombre de prof d’arithmétique sont indéchiffrables !

     

    Le prof de car wash militaire est un ancien laveur de jeeps.

     

    Le prof de violon d’Ingres n’a pas de hobby.

      

    Le prof de coupage de cheveux en quatre est un ancien serial coiffeur.

     

    prof-fou.jpg

     

    Le prof d’histoire des réflexions utilise les miroirs du passé.

     

    Le prof d’hydraulique des chiottes fait des vannes pourries.

     

    Ce prof de lutte contre l’oubli n’a aucun souvenir de son mémoire de fin d’études.

    À l’examen de lavage de cerveaux, il est interdit de trépaner.

     

    Au cours de normalité, il faut penser droit.

     

    Le prof de morale électronique a une inconscience de robot.

     

    Le prof de conduite en état d’ivresse a toujours l’air de sortir d’un accident de la route.


    Le prof de méthode de travail ne sait jamais par quoi commencer son cours.

     

    Le prof de coitus interruptus ne termine jamais ses phrases.

     

    Le prof de ponctuation automobile abuse des points de suspension...

     

    prof-fou.jpg

     

    Le prof de tartinage artistique donne cours sur des toasts de glace.

     

    Le prof d’autonomie n’a pas d’interdiscipline.

     

    Le professeur de dynamique des fosses septiques fait des gaz inertes.

     

    Le prof de traitement de cornée a le compas dans l’œil.

     

    Le prof de mathball ne peut enseigner la technique du ballon rond.

     

    Le prof de fist a le bras long, il finira directeur d’une école d’échangisme.

     

    Le prof de tactique du gendarme est un Bourvil.

     

    Le prof d’élastiques finit toujours par s’écraser (au plafond en faisant de vilaines taches).

     

    Le prof de roulette russe n’a jamais les bons revolvers.

     

    Le prof de doigt commun a toujours le majeur de la main droite dressé.

     

    prof-fou.jpg

    La prof d’air plane.

    La prof d’art plaît.

    La prof d’or pleure la perte de son vernis.



    Le prof de ratissage artistique est l’ancien jardinier de l’école.

      

    Le prof de cosmétologie interplanétaire est un ancien explorateur du maquillage.

      

    Le prof de management d’entreprise a fini directeur d’école de commerce.

     

    Cette économe en chef a quitté l’enseignement pour prendre la direction de la prison.

     

    Quand ce prof de gym s'envoie en l'air, c'est nécessairement en ballon. 

     

    La prof de relation amoureuse aspire à donner cours de gang bang.

     

    Le prof du Jour attend le Grand soir.

    Le prof du Soir dort tout le jour.

    Le prof de Jour et de Soir n’a plus de vie.

     

    prof-fou.jpg

     

    Le prof de bain douche est un ancien maître nageur.

    Le prof de boulimie est un ancien maître mangeur.

    Le prof d’obstruction est un ancien maître gêneur.

    Le prof de torture vocale est un ancien maître chanteur.

      

    Les prof de H, O , M & M , E peuvent-ils ensemble donner cours d’humanité?

     

    Le prof de Ah, s’il peut donner le cours de Eh avec une dérogation, peut-il donner le module de Oh Eh hein bon? Pas sûr!


    Le prof d’économie de marche-pied donne cours au bas de l'escalier.

     

    Le prof de conduite de drones ne peut pas voir la prof de pilotage de cerfs-volants en voilure.

     

    Même le prof de droit parlementaire ne pourra pas prendre sa retraite plus tôt (sauf s’il fait de la politique).

     

    Le prof de pêche à la baleine de parapluie se prend volontiers pour un Moby Dick de la climatologie.

     

    Le prof de mécanique des fruits a attrapé le melon.

     

    Cette star de la pop éducation est morte d’une overdose d'enseignement à l’âge de 27 ans !

     

    Le prof de conduite d'engins de chantiers a été licencié sans préavis.

     

    Le prof de tous les rêves n’est pas encore levé. 

     

     

    cahiers003.gif

     E.A. 

    * Société de transport wallon qui défend au dépôt une meilleure mobilité de ses usagers

     

  • RENTRÉE LITTÉRAIRE: 1ère livraison

    arton117866-225x300.jpgpar DENIS BILLAMBOZ

    Voici trois livres parus dès la mi-août dans trois maisons différentes, j’ai eu le plaisir de les lire tous les trois et de les apprécier tout autant bien qu’ils traitent de sujets très différents. Vincent Jolit évoque la danse comme passion pour rompre avec une histoire dont les héros ne veulent plus. Gilles Sebhan nous offre un autre regard sur la journée sanglante pendant laquelle la police massacra la foule au Caire en 2011. Et, Yukiko Motoya raconte comment les petits riens de la vie grippent souvent la mécanique des bonnes relations entre les amoureux, les amis et tous les autres.

     


    couv-un-ours-qui-danse3.jpgUN OURS QUI DANSE

    Vincent JOLIT

    Editions de LA MARTINIÈRE

    Un roman, trois histoires, trois destinées, trois ruptures, trois vies que l’auteur raconte en parallèle, chapitre après chapitre, trois récits qui n’ont rien en commun si ce n’est la danse. Fiodor, enfant de la balle, né à Saint-Pétersbourg, à l’aube du XX° siècle, au cirque Ciniselli, d’un père bourru dresseur de chevaux qui compte bien voir son fils lui succéder un jour mais le gamin ne pense qu’à la danse qu’il a découverte à travers le pathétique spectacle offert par un montreur d’ours et son plantigrade pataud. Franz, jeune bavarois, fils d’une richissime famille d’industriels ayant soutenu le régime nazi pour préserver son immense fortune, cherche à fuir ce monde nauséeux. Françoise, boiteuse, rapatriée d’Algérie avec sa famille, au début des années soixante à Toulon, veuve depuis peu d’un mari falot et peu aimant.

    Trois personnes qui ne se sont jamais rencontrées, trois personnes qui sont nées à des époques différentes dans des pays différents, trois personnes qui ont un rapport très personnel à la danse. Fiodor a découvert la passion, Franz veut fuir une famille qui lui fait honte et Françoise cherche à oublier son handicap. Et pourtant ces trois personnages ont un problème en commun, elles doivent vivre une rupture : Fiodor doit rompre avec le cirque et un avenir assuré pour vivre sa passion, Franz ne veut pas faire partie d’une famille marquée par la honte et l’infamie et Françoise doit changer de vie si elle veut s’assumer malgré sa claudication.

    vincent.jpg

    Vincent Jolit

    Dans un texte dense, d’une grande empathie, l’auteur emmène le lecteur dans l’introspection de la vie de ces trois individus. Il les plonge au plus profond de leur cœur, de leur âme, de leurs sentiments, de leurs dégoûts, de leurs faiblesses, de leurs forces. Il connait très bien le monde de la danse, assez bien pour en faire le moteur de ce qui peut-être de la renaissance de ces trois êtres en souffrance. Fiodor pourrait exploser dans son art, « Pour lui la danse c’est la vie… Sur scène, lors des répétitions, il retrouve le plaisir, la spontanéité, l’ivresse, une nébuleuse de sensations derrière lesquelles il court depuis sa danse de l’ours. » Franz pourrait oublier le poids que sa famille à mis sur ses épaules. « Il voudrait danser pour se comprendre, danser pour parler de soi et dire des choses sur soi. Des choses qu’il ne sait pas ? Il n’y a pas d’ailleurs, d’autres raisons. » Et Françoise pourrait « Essayer d’être heureuse comme je le suis (elle l’est) ce soir. Danser encore » pour envisager une douce retraite.

    Et pourtant ce livre qui est certainement une ode à la danse, art, moyen de réalisation personnelle, thérapie pour le corps et l’esprit, raison de vivre, est surtout, à mon avis, une leçon de vie. Tout est possible à celui qui ira sans retenue au bout de sa passion, quelle qu’elle soit, pour réaliser ses rêves et trouver sa voie. Et voilà comment avec trois histoires très distinctes l’auteur réussit à construire un véritable roman.

    Le livre sur le site des Editions La Martinière

     

    MartyrsCOUVlight.jpgLA SEMAINE DES MARTYRS

    Gilles SEBHAN

    LES IMPRESSIONS NOUVELLES

    Je ne sais pas si Gilles Sebhan était sur la place Tahrir au Caire, le 28 janvier 2011, quand la police a tiré sur la foule faisant des centaines de victimes, mais on sait que le narrateur à qui il a prêté sa plume pour rédiger ce roman, lui, y était bien. On peut être aussi convaincu que l’auteur connait bien cette ville où il est allé certainement plusieurs fois et qu’il a utilisé ses propres expériences pour mettre en scène ce narrateur venu en ville pour visiter son ami photographe et avec lui découvrir des quartiers méconnus de cette mégapole tentaculaire, arrivant à point nommé pour être plongé dans la révolution égyptienne.

    Le narrateur (Gilles ?) débarque au Caire pour rencontrer son ami photographe, Denis, sous la conduite d’un chauffeur de taxi, Mohamed, beau comme un éphèbe dont il tombe amoureux. Une idylle nait entre le chauffeur de taxi et le visiteur, une idylle qui sombrera quand les émeutes prendront une tournure plus violente et que la police recevra l’ordre de tirer sur la foule, faisant un véritable carnage. Mohamed n’est pas venu au rendez-vous, il n’a pas vu, comme Gilles ( ?), un beau jeune homme s’effondrer sur un pont foudroyé par la mitraille. Les deux amis repoussent leur projet, le narrateur rentre en France où quelques mois plus tard, il reçoit un appel de Denis lui proposant de revenir au Caire pour réaliser un ouvrage sur les martyrs de la révolution.

    sebhangilles.jpg

    Gilles Sebhan (4 x)

    Espérant secrètement retrouver son amant chauffeur de taxi, il accepte la proposition : Denis fera les photos des martyrs, lui écrira les témoignages recueillis après des familles. Cette fois, c’est Mahmoud, l’ami de Denis, qui les guide à la recherche des familles des victimes qu’ils rencontrent dans des quartiers populaires de la ville qu’ils ne connaissaient pas encore. Ils rencontrent des familles dévastées, des familles honorées d’avoir été choisies par Dieu pour bénéficier de l’auréole du martyr et de la rente versée par le gouvernement, des familles qui inventent peut-être leur martyr, des familles qui rentabilisent au maximum la médiatisation de leur malheur. Toute une population qui laisse les deux amis et leur guide un peu interloqués. L’ami français pense avoir compris l’honneur fait par Dieu aux familles des victimes. « Enfin je le comprenais à la très particulière façon dont ceux qui l’avaient connu en parlaient. Il avait été touché par le doigt de Dieu, pour eux, cela semblait d’une telle évidence. » Et, au bout de la quête des familles endeuillées, il finit par douter du véritable sens du mot martyr attribué à ses jeunes assassinés. « Ces martyrs un peu accidentels, puisque la plupart n’avaient pas milité, seraient peut-être aussi des martyrs pour rien. »

    Dans ce roman un peu iconoclaste, Gilles Sebhan sort des sentiers battus par tous ceux qui ont voulu témoigner à chaud sur cet épisode sanglant de la révolution égyptienne. Il porte un regard différent, le regard d’un homme attiré par la beauté des jeunes autochtones, le regard d’un amoureux plongé dans une émeute à laquelle il ne comprend rien. « A vrai dire, je n’y comprenais pas grand-chose, même les slogans des calicots, je ne pouvais les déchiffrer. Pourtant les rapports entre individus, me semble-t-il, ne m’échappaient pas. » Il voit cette révolution comme une manifestation romantique d’un peuple qui ne peut plus supporter son dictateur et qui le crie dans les rues. Il n’a pas compris tous les enjeux politiques, religieux et sociaux qui guident les belligérants. Il comprendra mieux quand une journaliste française leur expliquera les tenants et les aboutissants de cette révolution, il sera alors profondément écœuré, déçu qu’on ait tué sa révolte romantique et ses martyrs d’un autre temps. « Parfois les révélations qu’elle pouvait nous faire me révoltaient. Sous ses mots s’effondraient mon idée romantique de la révolution. Et nos martyrs devenaient un peu sans cause. »

    Un autre regard sur cette révolution, un regard qui nous incite à considérer la difficulté des rapports entre les hommes empêtrés dans des questions de richesse et de pauvreté, de pouvoir, de corruption, de religion … évoquées souvent avec le seul but de nourrir les intérêts de ceux qui les soulèvent. « Où est-elle cette révolution. Les morts je les vois bien. Mais les changements se font attendre. » Mais aussi, en creux, un plaidoyer pour une société où l’amour serait le guide suprême.

    Le livre sur le site sur le site d'Impressions Nouvelles

     

    1507-1.jpgCOMMENT APPRENDRE À S'AIMER

    Yukiko MOTOYA

    Editions PICQUIER

    Yukiko Motoya a fondé une troupe de théâtre pour laquelle elle écrit et met en scène, son roman est fortement marqué par cette formation dans le monde du spectacle. L’intrigue est construite comme dans un opéra en plusieurs actes évoquant des temps différents dans l’histoire de l’héroïne, même si le nombre d’actes est un peu trop élevé pour un opéra. Des temps qui évoquent les âges de Linde, la femme autour de laquelle l’intrigue se déroule, l’adolescence, les fiançailles, l’effritement du couple, la rencontre avec celui qui pourrait remplacer le mari, le retour à la petite enfance pour comprendre la complexité du personnage, le début de la vieillesse, l’achèvement d’un parcours, le résultat d’une vie un peu ratée.

    Chacune des ces époques est matérialisée, comme au théâtre ou à l’opéra, dans une scène : une partie de bowling, un repas (trois fois), un caprice à la maternelle et une embrouille avec un livreur. Ce roman pourrait être adapté au théâtre d’autant plus que l’auteur décrit les différentes scènes avec une grande minutie, soignant les moindres détails du décor et disséquant les plus petits travers comportementaux des différents acteurs du roman.

    default_d38e4f3fd1d0741afcdfc374c115cfff.jpg

    Yukiko Motoya

    A travers cette histoire, Yukiko Motoya cherche à nous montrer que nos difficultés relationnelles proviennent juste de petits agacements, de vétilles, montées en épingle et qu’il suffirait peut-être juste d’un brin de tolérance et de compréhension pour que tout se passe mieux entre les époux et les amis. Linde s’est séparé de son mari, elle subit ses amis plus qu’elle ne les apprécie, elle se chicane régulièrement avec les livreurs et les commerçants, c’est une brave femme mais aussi une enquiquineuse qui gagnerait à améliorer son comportement, elle le sait et s’énerve de ne pas le faire.

    « A une époque, elle était convaincue qu’un jour forcément elle rencontrerait une vraie amitié, mais voilà bien longtemps qu’elle avait abandonné cette idée. Elle ne connaîtrait jamais ce genre d’amitié fascinante. Ces pitoyables êtres devant elles pensaient certainement la même chose qu’elle ». Une petite leçon de vie en commun qui dit qu’il faut savoir tolérer certains petits travers pour pouvoir vivre en bonne harmonie.

    Ce charmant petit roman, plein de délicatesse bien nipponne appartient à la littérature japonaise actuelle, plus orientée vers l’Occident que vers les traditions ancestrales. Pour preuve je préciserai que plusieurs personnages portent un prénom occidental : Joe, Katarina, Tyler, Sue et que celui de l’héroïne Linde est tirée du titre d’une sonate de Schubert.

    Le livre sur le site des Editions Picquier

     

  • Lecture vivante de textes d'ÉRIC ALLARD par le BOX THEATRE à la BIBLIOTHÈQUE de MARCHIENNE-AU-PONT

    Comme en décembre dernier au Museum des Sciences Naturelles de Mons, via Thierry Ries, une équipe du BOX THÉÂTRE sous la direction d'Eryk Serkhyne Delhaye formée d'Anne Lépine, de Lior Desamory, de Véronique Dubois et de Fabien Sansterre, donnera une lecture vivante de textes d'Eric Allard.

    Cela aura lieu, dans le cadre de la 12e FUREUR DE LIRE,

    le SAMEDI 15 OCTOBRE à 18 heures

    à la BIBLIOTHEQUE MARGUERITE YOURCENAR de MARCHIENNE-AU-PONT (dans le beau cadre du Château Bilquin de Cartier) animé culturellement par Serge Budahazi, avec le soutien précieux de Carine-Laure Desguin.

    La lecture sera suivie d'un verre de l'amitié. L'entrée est gratuite.

    14199526_1555813221111223_6408842015463870692_n.jpg?oh=3c835d75bf48d9bd39d3495ed915aed6&oe=58501CE4

    Le blog du BOX THEÂTRE de MONS

    Le site du Bourgeon

    280px-Marchienne-au-Pont_-_Ch%C3%A2teau_Bilquin-de_Cartier_-_01_-_vue_g%C3%A9n%C3%A9rale.jpg

  • ÉRIC ALLARD, Entre hier et demain, sur L'ARDENT PAYS

    ob_245aa2_sector125216.jpgAndré CAMPOS RODRIGUEZ me fait l'honneur et le plaisir de m'accueillir avec cinq textes inédits dans son ARDENT PAYS.

     

    Pour découvrir le blog et les autres invités (Zéno Bianu, Yves Bonnefoy, Rio Di Maria, Sandra Lillo, Jean-Marie Liénard, Didier-Louis Noregral...):

    L'ARDENT PAYS

     

  • PETITE PLAISANCE de DANIEL SOIL (Editions M.E.O.)

    soil-001.jpgLa petite musique de nos existences

    John Kopp, militant communiste polyglotte d’origine suisse envoyé à Tirlemont pour rallier à la cause les travailleurs étrangers, est accusé de sympathie avec le nazisme pour avoir fréquenté une Allemande lorsqu’il travaillait pendant la guerre pour les machines Singer et faisait alors l’aller-retour entre l’Allemagne et la Belgique. Nous sommes en 45 et il est enfermé au fort de Huy en attendant son procès pour collaborationnisme, quand Léa, sa femme, relate dans une manière de défense sa vie avec lui, et leur fils Steff né en 1939…

    De mars 1945 à octobre 78, quatre voix vont se succéder pour rendre compte de cette relation qui mêle aussi René, l’ami avocat du couple, auquel va s’ajouter à Steff, l’enfant de Léa et John, Anke, la fille de l’amie allemande morte dans un bombardement allié à la fin de la guerre.

    Il s’agit de quatre points de vue, un quatuor de voix, sur une relation singulière mais emblématique du XXème siècle qui réunit des êtres qu’au départ rien ne prédestinait à se faire rencontrer et qui vont composer avec ces facteurs leur petite musique et fonder bientôt une famille élargie, recomposée, dirait-on aujourd’hui, sur le territoire suisse.

    René, l’ami qui les accompagne à l'étranger, apporte de l’apaisement dans ses descriptions des paysages et le mode de vie des habitants. Et de la musique car René aime le bel canto ; c’est le poète, le bon génie de la villa Petite plaisance qui donne sur le lac Léman. Si John continue d’être le raisonneur, l’horloger, l’homme d’action, René est le modérateur, le commentateur bienveillant des faits et gestes des membres de la famille, leur guide dans les choix à opérer pour les faire s’épanouir.   

    C’est un livre sur les grandes lignes de l’histoire qui embrouillent nos destinées, alors que nous aurions tendance à nous en croire les acteurs. Un livre aussi sur l’ambiguïté des choses et les interprétations abusives, qui tendent à simplifier la complexité, tant au niveau historique que dans les relations intimes entre les êtres.

    Au sortir de la guerre, l’opinion s’empresse d’accuser John de sympathie avec le nazisme alors que la réalité est plus subtile et moins définissable en termes manichéens.daniel-soil-pp.jpg

    Sur le plan relationnel, au trio amoureux de départ, quand John pendant le conflit fréquente l’Allemande, va succéder un second trio lors de l’installation à Petite Plaisance en Suisse du couple et leurs enfants avec l’ami de la famille, le placide René.

    Sans que cela ne vire jamais au drame, avec beaucoup de pudeur, les différents protagonistes de cette histoire qu’on pourrait trouver troublée, écrivent leur relation singulière sur le blanc de la ville de Tirlemont et de la neige du paysage alpin. Ils instaurent une autre façon de vivre, qui n’a plus la nation comme visée, ni les relations conjugales classiques comme seul but ; ils défendent leurs opinions sans se préoccuper des frontières affectives classiques ou nationales. Ils ont appris au fil des générations et des coups de l’histoire à être davantage maîtres de leur destin, de leurs lignes de cœur.

    Un beau, un très beau roman !

    Éric Allard

    Le livre sur le site des Editions M.E.O. (y compris ce qu'en dit la critique)

    petite-plaisance-cover.jpg

  • POÈMES POUR PETITS ENFANTS

    arton117866-225x300.jpgpar Denis BILLAMBOZ

    Au pays de Tintin, on nous a appris que les livres s’adressaient aux enfants de sept à soixante-dix-sept ans, je pense qu’il en est de même pour les blogs littéraires qui concernent, je l’espère, même ceux qui ont dépassé l’âge limite. J’en suis même convaincu pour Les Belles phrases qui ouvre largement ses lignes à tous ceux qui savent lire. Après avoir un peu gâté les plus âgés, il devenait donc urgent que je propose une chronique pour les plus jeunes. La publication de deux recueils de poésie à destination des enfants, nous sommes évidemment tous des enfants, respectivement par l’ami Éric, Dejaeger pour une fois, et par Chantal Couliou m’a fourni l’occasion de leur proposer les deux textes ci-dessous.

     

    55183.jpgPOÈMES MIGNONS POUR PETITS CAPONS

    Eric DEJAEGER (1958 - ….)

    Je ne sais lequel a enrichi le document de l’autre, la fille a-t-elle commencé à faire des dessins ou le père a-t-il écrit d’abord les textes ? J’aimerais à croire que la jeune femme, se souvenant des dessins réalistes dans toute leur naïveté, chatoyant des couleurs les plus vives, qu’elle s’appliquait (en tirant la langue ?) à garnir son cahier quand elle n’était encore qu’une gamine haute comme trois pommes, a voulu, par affection envers les petits bouts de sa famille, leur offrir quelques uns de ces dessins revisités par sa main désormais plus rompue au dessin publicitaire (mais la publicité aime tellement les enfants).

    Oui j’aimerais à croire que la jeune femme, un peu par nostalgie, beaucoup par affection, a dessiné ces quelques illustrations que le « pépEric » n’a pas pu s’empêcher d’enrichir de quelques mots dont il a le secret. Des textes évidemment courts, même très courts, comme il les affectionne. Mais ces textes ne sont pas seulement des poèmes pour enfants destinés à les initier aux belles lettres, c’est aussi un grand message d’amour et de tendresse de « pépEric » pour ses petits-enfants chéris. J’ai pensé avec beaucoup de nostalgie en lisant :

    « J’ai des moustaches

    Et je m’en mets partout

    Papa devient fou

    Devant tant de taches »

    A la chanson « La petite Josette » d’Anne Sylvestre que mes enfants ont tellement écoutée quand ils étaient, eux aussi, hauts comme trois pommes. Et, comment ne pas rester ému devant ce joli petit poème, c’est tellement mignon, je suis sûr que les petits enfants de « pépEric » diront un jour :AVT_Eric-Dejaeger_7384.jpeg

    « Le haut-de-forme

    De mon pépé

    Est fatigué

    Il faut qu’il dorme »

    Il ne sert à rien que je m’évertue à parler de tendresse et d’affection « pépEric » à tout dit dans sa conclusion :

    « Mes petits-enfants

    Quand ils seront grands

    Reliront ces lignes

    Trouveront les signes

    De mon affection

    De mon attention

    … »

    COURT, TOUJOURS!, le blog d'Éric DEJAEGER

     

    31E7aoPC71L._SX195_.jpgLE CHUCHOTIS DES MOTS

    Chantal COULIOU (1961 - ….)

    Chantal Couliou présente dans ce petit recueil une trentaine de petits poèmes inspirés par la vie d’un enfant, qu’on dirait un peu solitaire,

    « Inlassablement

    Tu observes le globe

    Et d’un océan à l’autre

    Tu navigues

    Ton père à Sydney

    Ta mère à Brest

    Et toi entre les deux

    -Tiraillé –

    ... »

    qui va à l’école et qui meuble son temps en observant son environnement, les petites choses qui l’entourent :moton207.jpg

    « Dans le square

    La balançoire s’ennuie toute seule

    …. »

    « Dans la cour désertée

    Des mouettes rieuses

    Jouent à la marelle »

    Pour mettre ce petit monde de l’enfant en couleur, pour le faire vivre plus concrètement, Chantal Couliou a confié l’illustration de ce recueil à Charlotte Berghman qui a dessiné ces illustrations aux fraîches couleurs pastelles de l’univers de cet enfant. Elle propose des dessins très sobres, un peu naïfs même, qui évoquent bien l’univers d’un petit écolier rêveur.

    Un joli recueil, frais, et comme l’écrit l’auteure elle-même :

    « Une émotion,

    Teintée de poésie

    Devant ce labyrinthe de couleurs,

    Les mots,

    Impossibles à ordonner

    La parole hésite pour dire

    Cet abandon

    Face à la porte de la peinture.

    Silence »

    Que je respecterai…

    Découvrez LE TOUT NOUVEAU SITE des CARNETS DU DESSERT DE LUNE!

  • LES NOUVEAUX DEVOIRS DE L'ÉCOLE

     Devoirs-.jpg

    Il ne se passe pas une semaine, un jour sans qu’un homme ou une femme politique, un sociologue, un psychologue, un assistant social, un animateur de mouvement de jeunesse, un chef scout, un quidam ne déclare ce que devrait être, faire ou devenir l’École, ce bien public. Ce qu’on ne réclame plus de l’Armée, de la Famille, de la Justice, de la Santé, de la Science, de l’Administration voire des Eglises, on le réclame toujours, et davantage, de l’Ecole.

    Mise sous pression, l’Ecole qui peine déjà à respecter ses devoirs les plus élémentaires comme à faire fonctionner l’ascenseur social, en perd la tête et ses pauvres membres, qu’on restreint ou allonge à souhait, qu’on fait marcher au pas des politiques successives en petits soldats bien ordonnés de la cause enseignante, suivant des études savamment orchestrées par des conseilleurs tendancieux.

    Voici quelques « doit » et devoirs de vacances supplémentaires guère plus farfelus et plus infondés que ceux qu’on lit ou entend à longueur de temps! Pas sûr que ceux-ci, comme la masse de ceux qu’on lui impute, ne trouvent à s’appliquer dès la rentrée.

     

    L’école doit se tenir droite sans balancer au pas cadencé des circulaires

    L’école doit boire plusieurs litres d’eau de source par jour

    L’école doit s’endormir et récolter le fruit de son éveil

    L’école doit redevenir le lieu pour le luire ensemble

    L’école doit se laver les pieds dans le pédiluve de l’enfance

    L’école doit se savonner entre les orteils

    L’école doit arrêter de se regarder dans un mouroir

    L’école doit arrêter de se masturber

    L’école doit penser le poids pour peser la pensée

    L’école doit tancer ceux qui lancent des tentes à la tête des jeunes bédouins pâles

    L’école doit arrêter de se panser l’esprit avec des bandes enregistreuses un peu folles 

    L’école doit absorber le sang des buvards et des révolutions de ministère

    L’école doit arrêter de manger ses amendes

    L’école doit arrêter de creuser des trachées artères dans le cœur du pouvoir

    L’école doit rester muette et ne surtout rien trahir de son absence de secret

    L’école doit semer le foutre du savoir

    L’école doit se mesurer aux géants du carnaval et aux nains de la politique

    L’école doit se battre entre tambours et trompettes

    L’école doigt d’honneur et auriculaire gauche des syndiqués

    L’école doit faire sa révolution dans un tonneau vide

    L’école doit faire abstraction de ses absurdités

    L’école doit organiser des contrôles antidopages à l’entrée des salles de massage

    L’école doit être bien comprise pour être bien baisée

    L’école doit obéir au bois et au cercueil

    L’école doit fermer des paupières et ouvrir des centres de vocation spéléologiques

    L’école doit changer son fusil d’épaule et son arme de transmission passive

    L’école doit être gratuite l’été et hors de prix l’hiver

    L'école doit arrêter d'être traduite dans la langue du désespoir

    L’école doit être chaude et sentir la craie fondue

    L’école doit jouer tous les rôles quand la mise en pièces est drôle

    L’école doit poser nue dans les magazines scolaires

    L'école doit faire bander les bancs publics de l'assemblée mobilière

    L’école doit pouvoir s’adopter par les étudiants qui en font la demande trois mois à l’avance

    L’école doit instruire correctement sans faire de taches sociales

    L’école doigt d’honneur et index joliment onglé de la prof de sciences naturelles

    L’école doit garantir quarante heures de repos par semaine

    L’école doit surveiller ses enfants quand ils jouent à la mère

    L’école doit être un lieu de refuge et de naufrage

    L’école doigt d’honneur et annulaire de mariage

    L’école doit s’apprendre par cœur à l’école de la mémoire

    L’école doit se conduire comme il faut jusqu’au lieu de l’accident

    L’école doit marcher dans les signes pour ne pas se faire décrier

    L'école doit accueillir dignement le peuple des Pokémon GO dans ses clapiers cyber

    L’école doit respecter le silence des prêtres, des imans et des funérariums

    L’école doit aborder toutes les réponses avant de se poser la question de sa quiddité

    L’école doit donner la priorité de droite aux évaluateurs alarmistes de ses actions fascistes

    L'école doit privilégier la grammaire du coeur plutôt que l'orthographe des mal pensants

    L’école doit régulièrement évaluer le niveau d’huile de son personnel moteur tournant à bas régime

    L’école doigt d’honneur et index pointant du goître

    L’école doit enfin évaluer en permanence ce qui doit être réalisé dans le cadre de son projet éducatif en accord avec les autorités locales et l’état diarrhéique des ponts et chaussées au moment du bombardement au napalm par les forces opposées à la retransmission du culturel sur les chaînes cryptée et les réseaux sociaux des régions concernées par les pertes d’emploi dans l’administration publique et le relèvement du niveau de sécurité des côtes sablonneuses de la femme au climax de son désir en face d’un inspectoriat des enseignements chargé de mesurer son potentiel érotique en période d’examen des compétences de son programme de fécondation in vivo conçu (le programme !) du Saint Esprit de l'IVG de la non reproduction de l’or du savoir dans les mines du travail scolaire obligatoire brûlant ice qui reste du sanctuaire d’apprentissage des pratiques sadomasochistes le plus proche du domicile du préfet de discipline armé comme il se doit d’une verge électronique relié à sa boîte mail par une laisse en cuir blanc qui (at)tache comme jamais et pour toujours l’apprenant lambda à son maître de conférences chargé d’instruire en masse une meute amorphe d’auditeurs muets sur les inconvénients de l’enseignement toutes mortes closes en période d’arrêt momentané d’explosion des connaissances sur les peaux nues des plagistes en reconnaissance de paternité symbolique ou marquant sur les fronts vierges de toute raison d’apprendre en prison le sceau du songe éclairé tel qu’on le lit encore dans les vieux grimoires de la nuit pédagogique déshabitée sans souci de la ponctuation

  • LE CARNET RETROUVÉ DE MONSIEUR MAX de BRUNO DOUCEY

    13332843_1113565728701097_3993885120564707459_n.jpg?oh=2991f2cd597c323972880374d6cc7d06&oe=57C11FCApar Nathalie DELHAYE

     

     

     

     

     

     

    MaxJacob_72dpi-232x300.jpgHommage d'un Poète à un autre Poète

    Max Jacob, Poète, romancier et peintre mort au camp de Drancy le 5 mars 1944, a payé de sa vie ses origines juives. Pourtant, depuis une quarantaine d'années, il avait la foi catholique, après avoir eu des apparitions, et s'était révélé fervent croyant. 
    Quelques jours après son décès, sa libération du camp avait été accordée.

    Et l'on voudrait aujourd'hui m'arrêter comme juif ? C'est aberrant ! Je ne suis jamais allé à la synagogue. D'ailleurs, il n'y en avait pas à Quimper. Le judaïsme ? Mes parents n'étaient pas croyants. Alors quoi ? D'où vient ma singularité ?

    Bruno Doucey nous offre ici un très bel ouvrage, imagine ce que Max Jacob aurait pu écrire dans ses derniers carnets, le bleu, puis le jaune qui ne le quittera pas, même aux heures les plus tragiques. Des notes, des pensées, une réflexion sur ces tristes événements qui sont troublants. Bruno-Doucey-2012_72dpi%C2%A9Murielle-Szac.jpg

    C'est dans le Loiret où le Poète s'est retiré depuis quelques années qu'il commence à consigner dans ces pages ses craintes et ses douleurs. Sa famille a été grandement touchée par de nombreuses arrestations et il est sans nouvelles de ses proches. Il apprend que sa dernière petite soeur a été arrêtée également, et s'en veut d'être encore là, à son âge (67 ans), voudrait prendre sa place et écrit à certains de ses amis afin qu'ils intercèdent en sa faveur. L'homme pourtant ne se voile pas la face, il se fait discret et attend son heure...

    Inquiétude toujours. J'ai écrit à Jean Cocteau, le pressant d'intervenir auprès de Sacha Guitry pour qu'il s'occupe de ma soeur. Je ferai d'autres lettres s'il le faut. C'est un foyer qu'on ne peut laisser sans braise. J'en crève de chagrin, le coeur saigne ! Je n'ai pas le goût à la littérature et suis incapable de travailler. J'écris des lettres aux puissants pour tenter de sauver ma soeur. Des lettres, des lettres, des lettres ! C'est tout ce que je peux faire. 

    Bruno Doucey fait vivre à nouveau ce Poète qui n'avait de cesse de défendre l'écriture, la poésie, convaincu qu'elle serait porteuse d'espoir.
    Au jeune homme qui serait resté près de lui jusqu'à son dernier souffle, l'auteur lui fait dire :

    Ecrire pour ne pas désespérer. Pour rester debout. Pour garder la tête hors de la fosse où sombrent nos corps. Ecrire pour être libre. Tu sais, petit, la poésie est sacrée lorsqu'elle est le fruit de l'urgence. 

    Quelques lettres authentiques de Max Jacob sont retranscrites dans ces carnets, quelques-unes de ses notes aussi, de ci de là, qui sont en totale harmonie avec l'esprit du livre.

    Le bel hommage d'un Poète à un autre Poète.

    Le livre sur le site des Éditions Bruno Doucey

    Une sélection de poèmes de Max Jacob

    Max-Jacob-dans-domicile-parisien-vers-1940_0_1400_937.jpg

  • COLLE EN SCOTCH

    glue-stick.jpg


    Elle a un stock de scotch et lui, un stick de colle.

    Lui habite à Philadelphie et elle à Las Palmas de Gran Canaria.

    Un océan les sépare et beaucoup de vent marin.

    Un beau matin, ils décident de se rejoindre...

     

    Ils unissent leurs moyens pour jeter un pont entre les USA et les Canaries.

     

    Depuis qu’ils sont à la colle, d’un côté de l’Atlantique à l’autre

    Quand ils sont en pétard, près de se découdre

    Elle lui reproche d’avoir fait plus que lui pour se rencontrer

    Elle avec tout son stock de scotch et lui avec son simple stick de colle.

     

  • LES MOIGNONS (II)

    Les membres

    Quand j’avais encore des membres, je les oubliais partout. Ce n’étaient pas des membres résistants, j’en conviens. Maintenant que je suis un homme-tronc reconnu, je voudrais encore me débarrasser de membres encombrants et je ne peux plus. Il faudrait toujours penser à garder un bras ou une jambe pour la soif.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    Je cache un taureau

    Je cache un taureau mort sous ma couche qui commence à puer le matador en rut.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    La nature est bien faite

    La nature est bien faite. Si bien que je ne résiste pas à l’aimer, de toutes les forces de mon âme et de mon corps, sans fin et sans relâche jusqu’à ce qu’elle réclame pitié pitié pitié… Et que je l’écrase sous la semelle de mon ego démesuré.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    Les montées

    Quand je monte sur ma mouche, je vois le plafond. Quand je monte sur mon canari, je vois le ciel. Quand je monte sur mon cheval à bascule, je vois mon enfance. Quand je monte sur mes grands chevaux, je vois rouge. Quand je monte sur mon éléphant, je vois mon avenir. Quand je monte sur ton ventre, je vois l’arrondi de tes seins. Quand je monte sur ton dos, je vois le vallonné de tes hanches. Quand je monte sur le champ, je vois les épis dans le vent. Quand je monte sur la terre, je vois les courbes de la lune. Quand je monte sur ta tête, je vois les poils dans tes oreilles. Quand je monte sur la tombe de mon père, je vois tout le cimetière. Quand je monte sur ma mère, je me revois à la naissance. D’où tout est parti pour ne jamais revenir.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    Essuie-morve

    Cet homme était essuie-morve du président. Il épongeait tout ce qui coulait du pédoncule de l’Elu de la nation. Pituite et crottes de nez. Il gagnait bonbon mais moins que les nombreux lèche-cul de la raie publique. Il n’y pas de justice salariale au sommet de l’Etat !

     

    stylo-doigt.jpg

     

    La rumeur

    Elle bourdonnait à son oreille, elle martelait dans sa tête, elle résonnait au fond de lui… la rumeur grandissante de son extraordinaire nullité.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    L’échange standard

    J’ai un canif qui a beaucoup servi, coupé çà et là des bras et des têtes, des bas et des hauts de tous âges et de toutes conditions. Le seul rémouleur que j’ai connu, j’ai fait mes premières lames sur lui. Alors j'ai passé cette annonce : Cherche à échanger contre canif exceptionnels états de service dague neuve sortie de l’armurier même sans expérience utile. Pour nombreux génocides tranchants en perspective.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    Les amoureux

    La mer amoureuse du vent rêve de tempête. Le ciel amoureux du feu rêve d’orage. La terre amoureuse d'abysses rêve de volcan. Le gueux amoureux de la gueuze rêve de grenadine.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    Le goût et la couleur

    J’ai une mère bleue et un père dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai un fils noir et une fille dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai un amant blanc et une amante dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai une veste verte et un blouson dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai un kiné rouge et une masseuse à domicile dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai des cheveux gris et des cheveux blonds dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai des dents jaunes et des chicots dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai des points noirs et des points douteux dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai un cercueil acajou et une pierre tombale dont j’ai oublié le coût et la douleur.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    La littérature est bien faite

    La littérature est bien faite. Si bien que je n’ai pas résisté à l’aimer de toutes les forces de mon âme et de mon corps, sans fin et sans relâche jusqu’à ce qu’elle réclame pitié pitié pitié… Le jour où j’ai commencé à publier.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    Une paresse royale

    Ce roi ne voulait plus travailler. Plus de dîner officiel, plus de voyage à l’étranger, plus d’inauguration d’usine d’armement, plus de discours de Noël, plus de visite aux hôpitaux des militaires blessés sur le terrain.

    Il prôna pour ses sujets la paresse, la déscolarisation, la démilitarisation et l’abolition de la peine de mort. Cela mécontenta les directeurs d’école et de prison, les bourreaux de travail et tout le patronat. Une révolution s’ourdit qui mit à la place un général assassin, hyperactif et connaissant uniquement sa table de multiplication par 10 et la conjugaison du verbe voter au présent de l’impératif.

    stylo-doigt.jpg

     

  • LE GARDEUR DE FICTIONS

    screen480x480.jpegDans ce régime pratiquant la diète conteuse, le rationnement fictif voire le jeûne onirique, il ne fallait pas (se) raconter d’histoires ! Et si le besoin, conditionné par des siècles de tradition de palabres, était trop pressant, un lieu était dévolu où on pouvait déposer ses fables et récits. Pour lutter profitablement contre l’appétit incontrôlé de fiction, sous la réglementation expresse d’un médecin des âmes du peuple, autrement dit du pouvoir, de la chimère à dose homéopathique (parfois sous forme de sentences lapidaires) étaient administrée dans le seul souci d’une guérison complète et rapide.

    Un homme absolument dénué d’imagination, strict serviteur du matérialisme en vigueur, en était le gardeur, le vigile complaisant comme le scrupuleux boutiquier. Il consignait  avec le zèle d’un classeur les mille et une relations qui lui étaient données comme l’eût fait un magasinier d’armes à feu ou un détaillant d’articles de pêche. Chaque récit possédait son genre particulier, son numéro d'ordre, sa place dans le grand fichier des récits qu’il tenait à jour avec la précision d’un horloger suisse.

    Après quinze ans de garde, notre homme qui n’avait jamais émis une seule pensée fantaisiste, qui ne se souvenait d’aucun rêve, se mit à songer éveillé, à délirer en plein jour, qui plus est, sur le lieu de son travail obligatoire et sous payé. Il prit peur, s’amenda, alla jusqu’à penser remettre sa démission au motif d’une extrême fatigue voire son cas à la grossière justice de son pays.

    Il n’en fit rien finalement; chaque histoire qu’il se narrait prit place dans son catalogue au même titre que les rares pensées apocryphes que des années de redressement avaient limité à la portion congrue, émanant d’esprits fantasques qui s’en délestaient avant de subir leur peine funeste.

    Mais ses inventions prirent une telle ampleur qu’elles excédèrent les lieux qui leur étaient assignés et qu’il finit par les dispenser dans toutes les boîtes mails des citoyens, sorte de samizdat numérique et journalier. Les récipiendiaires les enregistrèrent, d’abord horrifiés par ces déballages verbaux faits d’insanités spirituelles, de divagations iconoclastes, puis peu à peu reprirent goût à la fiction singulière, au grand roman, au récit épique, à la poésie, toutes choses dont le régime ne voulait plus entendre parler, voir circuler sous forme de volumes dûment imprimés.
    Un grand élan national se porta vers la fiction, un besoin d’imaginaire innerva à nouveau la population entière.  

    Mises de la sorte à l'épreuve, face à l'intensité du soulèvement, les plus hautes autorités du pays ne pouvaient plus faire machine arrrière...

    Tergiversant entre une condamnation à mort exemplaire pour le traître ou une reconnaissance triomphale de son activité subversive, somme toute en accord avec l’aspiration des masses au rêve, à l’utopie, les plus hautes autorités optèrent, après maints débats internes, pour cette dernière solution et instituèrent, en grandes pompes comme il se doit, l’ancien gardeur de fictions GRAND ET UNIQUE DISPENSATEUR DE FICTIONS DU PEUPLE ÉCLAIRÉ.

  • LA MODIFICATION

    14051581_1109140029174732_6371867357910170268_n.jpg?oh=7f290fcb8d1fc1d33dc8a4347f17df1e&oe=584912FB

    Travail littéraire de rentrée

     
    1°) Chercher l'erreur. Consolidez-la par un exemple.

    2°) Trouvez dans le texte de la ministre les mots marquant la condescendance, plus que la condoléance, et relevant du mode communicationnel et compassionnel. Illustrez chacun de vos propos d'un exemple, argumentez.

    3°) Jugez dans la deuxième phrase de l'hommagiste de la pertinence des termes semblait et sans doute qui laissent à penser que l'écrivain préférait le plaisir du partage à l'appétit de découvertes et d'expériences. Pensez-vous de même que l'artiste doit privilégier le partage, l'altruisme au repli sur soi du travail de création? Citez trois dangers qui menacent l'artiste égoïste, coupé du monde, du sens du partage, de l'empathie pour les démunis, du souci de faire profiter ses contemporains de ses acquis et compétences...

    4°) Voici d'autres ouvrages de Michel Butor pour approfondir votre connaissance de son oeuvre: Massage de Pilan, L'emploi du vent, 50 nuances de Degrés, AutoMobile...

    5°) Soulignez en quoi la ministre et tout le gouvernement se fichent comme de leur première lecture de l'oeuvre de Michel Butor.

     

    Lire par ailleurs l'excellent papier de Johan Faerber sur MICHEL BUTOR, Voyageur du Nouveau Roman, sur le site de la foisonnante revue DIAKRITIK

     

  • L'oeuvre MOBILE de MICHEL BUTOR

    3126944504_07f39a2dbc_z.jpg?zz=1Dans Mobile paru en 1962, après un premier séjour de sept mois de l’auteur aux Etats Unis,  Michel Butor entreprend de radiographier le milieu, au sens d’espace, dans lequel naissent les choses et prennent du sens. Il ne raconte pas de souvenirs de voyage et il choisit, dit-il au micro de Pierre Dumayet, « comme forme fondamentale de ce texte non pas la phrase ou le récit mais la nomenclature, la liste parce qu’une phrase, c’est une structure fermée (…) tandis qu’une liste, c’est quelque chose d’ouvert. »

    C’est la vogue des catalogues publiés par les « grands magasins par correspondance ». On y trouve à part quasi égale des caractères romains et des caractères italiques. « Les textes en caractères romains étendent sur l’ensemble des Etats Unis une sorte de réseau et c’est à l’intérieur des mailles de ce réseau que les caractères en italiques vont apporter leurs illustrations. »

    « Les mots imprimés en capitale sont tous des noms de villes. »

    Et de constater qu’un des aspects les plus frappants de ce pays est l’homonymie, autrement dit le même mot désigne des quantités de choses très différentes. Particulièrement pour les villes, ce qui modifie pour Butor les relations entre les mots et les choses. Les villes y ont fréquemment le même nom. Ce qui lui permet une lecture transversale du territoire. Pour concevoir son bouquin, Butor prend la suite des états dans l’ordre alphabétique, puis il cherche de chaque état à l’état suivant quels sont les lieux homonymes. De plus, à l’intérieur de chaque état, ces noms de lieux renvoient à  d’autres états et constituent chaque état comme « un foyer de rayonnement ».

    Marion

    Dans Psychose, le roman original de Bloch, l’héroïne s’appelle Mary mais comme c’était le nom le plus employé en Californie au moment du tournage du film d'Hitchcock, dans lequel les spectatrices auraient pu s’identifier, on préconise au réalisateur de choisir un autre prénom. D’où l’emploi de Marion en place de Mary.

    Dans Mobile, on trouve plusieurs fois l’occurrence Marion qui est donc un nom souvent employé pour désigner notamment des lieux aux Etats-Unis.4987523_7_c165_michel-butor-le-9-mars-2011-a-paris_442f0f08c704081b65bf19541be5d7e5.jpg

    On trouve MARION dans le premier état traversé par le livre. Il sert de tampon entre la CAROLINE DU NORD et la CAROLINE DU SUD après avoir signalé qu’il existe aussi en VIRGINIE

    On retrouve MARION en IOWA, dans le comté de Linn qui renvoie à MARION dans l’ILLINOIS et dans l’INDIANA et dans l’Etat de la Violette.
    MARION revient dans l’état du KANSAS où on le signale aussi à Waupaca, dans le WISCONSIN et dans l’INDIANA

    Là on lit Elle rêve qu’elle se promène seule dans la nuit noire.

    Avant de signaler MARION dans le Kentucky. Sous la mention MARION, on lit des Notes sur l’Etat de Virginie de Thomas Jefferson.

    On n’est pas à la moitié du livre et puis on ne trouve plus trace de MARION.

    Les véhicules de Mobile 

    Mais de nombreuses voitures sont référencées avec une identification de leur propriétaire et qualifiée d’une couleur de fruit ainsi que la vitesse autorisée en miles et d’autres variantes plus anecdotiques, dans un des séries qui efface la réalité des choses. Relevons ici seulement les véhicules conduits par des femmes.

    Il faut attendre l’état de l’ILLINOIS pour découvrir des véhicules conduits par des femmes

    Une énorme Plymouth grise conduite par une vieille Blanche très jaune en robe cassis à pois cerise avec un chapeau à fleurs chocolat (65 miles)

    Une énorme Lincoln jaune rutilante, conduite par une grosse vieille Blanche à robe mangue avec un chapeau à fleurs pistache (60 miles)

    Une Kaiser ananas rutilante, conduite par une jeune Noire presque blanche en robe cerise à pois café (65 miles). 

    Une Chevrolet pistache conduite par une vieille Blanche très brune en robe orange (70 miles)

    Notons que les couleurs sont associées, signale Butor, au mot noir.

    On n’en rencontre plus avant la PENNSYLVANIE

    Une énorme vielle Dooge rouge conduite par une jeune Noire très noire, qui dépasse largement la vitesse autorisée

    A cette occasion on rencontre Marion (en minuscules) comme chef lieu de Grant

    Au TEXAS : une Buik orange conduite par une jeune Blanche très brune en robe mirabelle à pois fraise avec un chapeau à fleurs citron…

    Mobile crée une rupture dans son oeuvre. Si, le Nouveau Roman auquel on a identifié Butor prenait déjà ses distances avec le roman traditionnel et questionnaient les rapports de durée et de distance, malmenant l'idée commune de personnage, ce livre entre essai et poésie questionnant la typographie, l'espace réel et représentatif  (la carte et le territoire), le génie à l'épreuve dans le lieu, signera l'arrêt de son activité romanesque. 

    E.A. 


    Michel Butor pour Mobile (en mars 1962) au micro de Pierre Dumayet

    img_3126mobile.jpg

  • ÉPILOGUE de LOUIS ARAGON chanté par JEAN FERRAT

    ferrat-13.jpg

     

    La vie aura passé comme un grand château triste que tous les vents traversent
    Les courants d'air claquent les portes et pourtant aucune chambre n'est fermée
    Il s'y assied des inconnus pauvres et las qui sait pourquoi certains armés
    Les herbes ont poussé dans les fossés si bien qu'on n'en peut plus baisser la herse

    Quand j'étais jeune on me racontait que bientôt viendrait la victoire des anges
    Ah comme j'y ai cru comme j'y ai cru puis voilà que je suis devenu vieux
    Le temps des jeunes gens leur est une mèche toujours retombant dans les yeux
    Et ce qu'il en reste aux vieillards est trop lourd et trop court que pour eux le vent change

    J'écrirai ces vers à bras grands ouverts qu'on sente mon coeur quatre fois y battre
    Quitte à en mourir je dépasserai ma gorge et ma voix mon souffle et mon chant
    Je suis le faucheur ivre de faucher qu'on voit dévaster sa vie et son champ
    Et tout haletant du temps qu'il y perd qui bat et rebat sa faux comme plâtre

    Je vois tout ce que vous avez devant vous de malheur de sang de lassitude
    Vous n'aurez rien appris de nos illusions rien de nos faux pas compris
    Nous ne vous aurons à rien servi vous devrez à votre tour payer le prix
    Je vois se plier votre épaule A votre front je vois le pli des habitudes

    Bien sûr bien sûr vous me direz que c'est toujours comme cela mais justement
    Songez à tous ceux qui mirent leurs doigts vivants leurs mains de chair dans l'engrenage
    Pour que cela change et songez à ceux qui ne discutaient même pas leur cage
    Est - ce qu'on peut avoir le droit au désespoir le droit de s'arrêter un moment

    J'écrirai ces vers à bras grands ouverts qu'on sente mon coeur quatre fois y battre
    Quitte à en mourir je dépasserai ma gorge et ma voix mon souffle et mon chant
    Je suis le faucheur ivre de faucher qu'on voit dévaster sa vie et son champ
    Et tout haletant du temps qu'il y perd qui bat et rebat sa faux comme plâtre

    Songez qu'on n'arrête jamais de se battre et qu'avoir vaincu n'est trois fois rien
    Et que tout est remis en cause du moment que l'homme de l'homme est comptable
    Nous avons vu faire de grandes choses mais il y en eut d'épouvantables
    Car il n'est pas toujours facile de savoir où est le mal où est le bien

    Et vienne un jour quand vous aurez sur vous le soleil insensé de la victoire
    Rappelez vous que nous avons aussi connu cela que d'autres sont montés
    Arracher le drapeau de servitude à l'Acropole et qu'on les a jetés
    Eux et leur gloire encore haletants dans la fosse commune de l'histoire

    J'écrirai ces vers à bras grands ouverts qu'on sente mon coeur quatre fois y battre
    Quitte à en mourir je dépasserai ma gorge et ma voix mon souffle et mon chant
    Je suis le faucheur ivre de faucher qu'on voit dévaster sa vie et son champ
    Et tout haletant du temps qu'il y perd qui bat et rebat sa faux comme plâtre

    Je ne dis pas cela pour démoraliser Il faut regarder le néant 
    En face pour savoir en triompher Le chant n est pas moins beau quand il décline
    Il faut savoir ailleurs l'entendre qui renaît comme l'écho dans les collines
    Nous ne sommes pas seuls au monde à chanter et le drame est l'ensemble des chants

    Le drame il faut savoir y tenir sa partie et même qu'une voix se taise
    Sachez le toujours le choeur profond reprend la phrase interrompue
    Du moment que jusqu'au bout de lui même le chanteur a fait ce qu'il a pu
    Qu'importe si chemin faisant vous allez m'abandonner comme une hypothèse

    J'écrirai ces vers à bras grands ouverts qu'on sente mon coeur quatre fois y battre
    Quitte à en mourir je dépasserai ma gorge et ma voix mon souffle et mon chant
    Je suis le faucheur ivre de faucher qu'on voit dévaster sa vie et son champ
    Et tout haletant du temps qu'il y perd qui bat et rebat sa faux comme plâtre

    extrait de Les Poètes (1960) Musique de Jean Ferrat


  • CROISIÈRES AMÈRES

    arton117866-225x300.jpgpar Denis BILLAMBOZ

    En cette période estivale où de nombreux lecteurs de ce blog s’offrent une petite croisière dans des mers clémentes et accueillantes, j’ai eu une petite pensée pour ceux qui ont connu la mer dans d’autres circonstances et dans d’autres conditions, la mer qui se déchaîne, gèle, se démonte, agressant les bateaux et terrorisant les hommes… J’ai lu au printemps dernier ces deux ouvrages déjà anciens, quelque peu oubliés, et j’ai pensé qu’ils méritaient d’être mieux connus des lecteurs actuels, je vous propose donc de les découvrir à travers lire les deux chroniques ci-dessous avant, peut-être, de plonger dans les flots tourmentés de ces romans.

     

    LesEffroisDeLaGlaceEtDesTenebresChristophRansmayr.jpgLES EFFROIS DE LA GLACE ET DES TÉNÈBRES

    Christoph RANSMAYR (1954 - ….)

     

    Brrr !!!! Je suis enfin sorti, congelé et terrifié, de l’enfer glacé du Grand Nord et de ce roman où, son auteur, selon une note liminaire, « raconte deux histoires à la fois parallèles et imbriquées, encadrées l’une dans l’autre et constamment reliées par le biais d’un narrateur omniprésent... D’une part, le voyage en 1981 de Joseph Mazzini, personnage fictif vers le cercle polaire arctique et, d’autre part, l’épopée de l’expédition Payer-Weyprecht » qui resta bloquée deux ans an nord de la Nouvelle-Zemble et découvrit en août 1873 la Terre François-Joseph à plus de 79° de latitude nord.

    Ce roman est presque un récit d’expédition, il propose de nombreux textes documentaires évoquant le contexte et l’expédition, il cite notamment de larges extraits des écrits des acteurs mêmes de l’aventure notamment Payer, Commandant de l’expédition sur terre, et Weyprecht, Commandant de l’expédition sur mer, mais aussi de Haller, premier chasseur, et de certains autres membres de l’équipage. Le texte est en majeure partie consacré à la tragique épopée des marins de l’Admiral Tegetthoff qui s’aventurèrent vers des latitudes où personne n’était encore allé, dans des conditions qui peuvent apparaître au-delà de l’extrême. Le voyage de Mazzini occupe relativement peu de place dans le roman et n’est là, à mon sens, que pour apporter une couleur romanesque au texte sans rien ajouter au récit du voyage des aventuriers. Le lecteur s’attache inéluctablement au sort de ces pauvres bougres perdus au milieu de l’immensité la plus hostile avec des moyens techniques encore bien sommaires, frissonne avec eux, souffre avec eux, gèle avec eux, dépérit avec eux, tombe malade, subit la nature dans toute sa furie.

    AVT_Christoph-Ransmayr_5413.jpeg

    Christoph Ransmayr

    Ce texte écrit tout à la gloire de cette expédition austro-hongroise qui reçut un triomphe à son retour mais qui fut bien vite oubliée, certains lui contestant même l’existence des terres découvertes, met en évidence la folie de celui qui conduisit ses troupes au-delà des limites de l’humanité. Mais ceci semble être le propre de tous les grands découvreurs qui moururent en chemin ou découvrirent de nouvelles terres, de nouvelles routes, de nouveaux passages ou encore gravirent des sommets jusque là inaccessibles.

    C’est plus un livre d’aventure qu’un roman même si l’expédition solitaire de Mazzini apporte une touche fictive à ce récit très pragmatique. L’auteur liste même les passagers à bord du bateau, chiens y compris, dresse la biographie des principaux membres à bord, recense les diverses expéditions qui ont essayé de forcer le passage de l’est ou de l’ouest pour rejoindre l’Atlantique et le Pacifique. La note fictive est apportée pour mesurer ce qui fut à l’aune de ce qui aurait pu être. « Ce récit est un procès du passé, un examen attentif, une pesée, une supposition, un jeu avec les possibilités de la réalité. Car la grandeur et le tragique, de même que le ridicule de ce qui s’est passé se mesure à ce qui aurait pu se passer ».

    J’aurais aimé que ce texte souffle un peu plus fort le vent de l’aventure, de l’épopée, on sent bien la météo qui se déchaîne mais le ton reste, à mon avis, trop documentaire, le tourbillon glace, terrorise mais n’emporte pas. Ransmayr reste sur le plan pratique, cherche l’intérêt que peuvent avoir de telles expéditions, s’interroge sur leur sens et leur coût en souffrance et en vies humaines. « Il est temps de rompre avec de telles traditions et d’emprunter d’autres voies scientifiques plus respectueuses de la nature et des hommes. Car on ne saurait servir la recherche et le progrès en provoquant sans cesse de nouvelles pertes en hommes et en matériel ». Et pourtant, il faut toujours un grain de folie, parfois même un gros grain, pour que le monde bouge, avance, regarde derrière les portes, derrière les montagnes, au-delà des mers et des glaces et que les pionniers emmènent l’humanité vers son avenir.

     

    9782844859617_1_75.jpgLE BATEAU-USINE

    Kobayashi TAKIJI (1903 – 1933)

     

    « C’est parti ! En route pour l’enfer ! » Dès la première phrase de ce roman Takiji annonce la couleur, on sait immédiatement où va nous emmener le Hakkô-maru, navire-usine qui quitte le port de Hakodate, un port de l’île de Hokkaido, à la pêche aux crabes dans la Mer d’Okhotsk en défiant les Russes encore ennemis privilégiés du Japon après la guerre russo-japonaise. La vie à bord de ses bateaux est encore pire que dans les mines décrites par Zola. Ces bateaux ne sont pas considérés comme des navires et échappent donc aux lois régissant la vie à bord et tout autant à celles réglementant le travail dans les usines, c’est un véritable espace de non-droit où même le capitaine n’est pas maître à bord, il doit subir le pouvoir de l’intendant représentant de l’armateur et véritable patron à bord après l’empereur. Le Hakkô-maru affronte des tempêtes et des grains que Takiji décrit aussi brillamment que Joseph Conrad quand il dépeint un Typhon en Mer de Chine ou que Francisco Coloane quand il nous entraîne Dans le sillage de la baleine dans les mer du sud. Les bateaux-usines japonais sont des rafiots déglingués, vieux navires hôpitaux ou transports de troupes mis au rebut après la guerre russo-japonaise et transformés, au moindre coût, en navires-usines pour le plus grand profit des capitalistes qui arment ces navires pour la très lucrative pêche aux crabes sans aucune considération pour la vie des très nombreuses personnes employées à bord pour la conduite du navire, la pêche et la fabrication des conserves.

    kobayashi-takiji.jpg

    Kobayashi Takiji

    Ce livre écrit par Takiji en 1929, fut immédiatement interdit et son auteur recherché par la police dans le cadre de la lutte contre les mouvements de gauche fleurissant à cette époque au Japon. Takiji fut donc contraint de se réfugier dans la clandestinité pendant deux ans, il fut finalement arrêté par la police et mourut sous la torture en 1933. La publication, en 2008, dans la presse d’un échange entre deux éminentes figures de la gauche japonaise, évoquant ce livre dans leur propos, provoqua un véritable raz-de-marée littéraire. Ce texte devint alors un classique de la littérature prolétarienne japonaise et fut édité dans de nombreuses langues. Il reste aujourd’hui un ouvrage de référence pour étudier la lutte prolétarienne contre le capitalisme galopant.

    Ce livre a une réelle dimension littéraire, il n’est pas abusif de comparer certains passages, certaines scènes concernant la vie en mer, notamment quand celle-ci est mauvaise, à des textes de Conrad ou de Coloane mais il faut bien admettre que Takiji a écrit ce roman pour démontrer l’emprise du patronat capitaliste sur le sous-prolétariat constituant la main d’œuvre à bord de ses navires et la possibilité pour celui-ci de renverser les rôles en se soulevant, à l’unisson, contre les profiteurs l’exploitant. Il a situé ce manifeste, ce manuel de révolte, sur un navire pour disposer d’un monde clos où les deux forces en présence pouvaient s’affronter sans intervention extérieure, même si un destroyer se mêle un peu de l’affaire. Ce livre servit donc très souvent de manuel de propagande pour le parti communiste auquel appartenait Takiji sans que cela retire quoi que ce soit à sa qualité littéraire.

    Le livre sur le site des Éditions Allia

  • LES ÉCRIVAINS N'EXISTENT PAS de LUC BABA

    13332843_1113565728701097_3993885120564707459_n.jpg?oh=2991f2cd597c323972880374d6cc7d06&oe=57C11FCApar Nathalie DELHAYE

     

     

     

     

     

    13892325_1159135314144138_5943191125363382417_n.jpg?oh=f979e02eadc1fd25af007ffc811ca306&oe=5817D337L'écrivain malheureux

    Etrange titre que celui-ci, suffisamment intriguant pour y prêter quelque attention et se poser quelques questions...

    Lui est écrivain, il vit à Liège avec Martine, dépend d'elle financièrement, puisqu'il ne sait rien faire d'autre : écrire. Mais jusque là rien n'est probant, puisque c'est Martine qui paie le loyer et remplit le frigo, au grand dam de ses parents qui n'aiment pas le parasite.

    "Je suis "auteur".
    Personne, à tout prendre... Eluard était comptable, Jarry marchand de tissus, Laforgue banquier. Verlaine fut militaire. 
    Pas de sot métier, vraiment ? Je me ferais bien passer pour quelqu'un aux yeux de tout le monde, parfois, militaire ou banquier, de passage là par hasard, entre deux ports, perdu, comme tant d'autres, avec l'avantage de le savoir."

    La vie s'écoule paisiblement, et puis un jour, il croise un de ses voisins qui chute dans l'escalier. Il dépose son manteau sur lui,mais l'homme a succombé. Il le récupère, le pose sur ses épaules et sent comme une drôle d'impression, un grand froid l'envahit, la mort qui plane ?
    Ce triste événement a des répercussions insoupçonnables. Certes, chez Martine, c'est confortable, mais ils arrivent au bout de leur histoire. Il prend la mesure de sa triste vie, il s'ennuie, les pages du cahier se noircissent peu. Sans inspiration, las de son existence, il souhaite secrètement partir et finit par le faire, aidé de Martine qui ne le retient pas.

    D'autres cieux, d'autres lieux, il se rend à Ostende qui lui évoque son enfance. Ostende toute grise et triste. La mer ? Il ne lui trouve aucun charme. Il loge dans un hôtel propret mais très modeste, et n'a presque plus le sou. Il se remet en question, prend la plume, écrit douloureusement.

    "Il faut dire que la nuit me verse de la folie à l'intérieur du corps. J'écris, et je sens que les mots sont des parasites plus ou moins accrochés aux parois de mon crâne. J'ai beau faire, ils me peuplent, avec leurs dents qui me mordillent la raison et le fond du regard. Ils me peuplent, et ils se reproduisent. On ne s'en débarrasse jamais."

    Alors il part faire un tour, pour se vider la tête, voir autre chose, regarder les bateaux, rencontrer quelqu'un.
    Pour le coup, il croise Maud, une femme vieillissante un peu paumée, par laquelle il se fait appeler Bob. Un pansement bienvenu.

    Ce livre traite du désamour, de la rupture, aussi de la perte de soi, de la confiance en soi, de l'incertitude.
    Bob déambule tel un zombie dans une ville qu'il sent hostile, les souvenirs qui l'y rattachent ne suffisent plus.

    "A la tombée du jour, le brouillard s'est vissé au port. Le phare tournait de l'oeil, toutes les lampes, les enseignes et les fenêtres allumées laissaient une poussière fine, comme de la craie de couleur, et la cathédrale refroidissait l'âme, avec ses tours grignotées, son air de vaisseau fantôme, sa rosace orangée."

    Cette introspection le rend mélancolique, sa plume se pose quelques fois, mais l'exercice est difficile. Il souffre, devient amer et se sent inutile. pourtant, les épreuves de la vie aideraient à grandir, mais le jeune homme est désabusé, tiraillé par la vie qui ne lui offre pas ce qu'il souhaite, ne pouvant vivre de son art, attiré par une fin précipitée. 
    Beaucoup de poésie dans ces pages, l'écriture de Luc Baba est plaisante, une succession d'images, d'émotions, de sensations diverses qu'il donne en partage au lecteur.

    Le livre sur le site des Éditions Luce Wilquin

    Le blog de Luc Baba

    c761a31d13c6b4ebe4c65ad635c024d0.jpg

  • LA PIRE RENTRÉE LITTÉRAIRE

    trad.pngAvant de tirer une balle de gros calibre dans sa pile de manuscrits de l’année, cet auteur – qui n’avait plus publié depuis un an -  avertit par un mail adressé à tous les éditeurs de sa région du geste qu’il allait commettre le 31 août à 24 heures.

    Jusqu’à ce moment, il consulta sans répit sa boîte mail en guettant une réponse qui sauverait de l’horrible disparition un voire l’entièreté de ses manuscrits.

    À l’heure dite, n’ayant enregistré aucune réaction des éditeurs (au taquet en cette période fébrile), il mit fin à tous ses manuscrits et connut la pire rentrée littéraire de sa vie d’écrivain.