LES MOIGNONS / E. ALLARD

  • BOUDDHA et autres textes mous

    LES MOIGNONS (VII)

    240_F_2179574_9zsb8ejqffZsCN7o7I2UxdjLnc4t4O.jpg

    Bouddha

    Le Bouddha est un homme-tronc comme les autres. Il a fait le deuil de ses membres, de tout mouvement associé, de préhension comme de déplacement. Il a intégré la notion de mouvement: il roule pour lui-même. On ne verra jamais un Bouddha tracer vers le marchand de journaux, vers son bureau ou le club de fitness. Ayant atteint l’éveil en semblant n’avoir pas dormi mille nuits d’affilée, il semble enraciné dans sa position de lotus jusqu’à la fin des temples. Il sommeille assis, il rêve éveillé. S’il s’élève, ce n’est pas de plus de quelques centimètres du sol. Le Bouddha dort et parle en dormant. Il raconte ses rêves et ses rêves font loi. C'est une sorte d’analyste froid, qui note et empoche. Parfois il jette ses membres à qui en veut. Il rit sous cape en voyant ses adeptes essayer de les saisir au vol, prendre toutes les postures de la lévitation.

    Le Bouddha est un homme-tronc comme les autres. Il soigne, il polit ses moignons. Et qu’on ne vienne surtout pas l’empoigner !

     

     

    figurine-resine-bouddha-42-cm.jpg

     

    Les maîtres

    Le maître des horloges ne maîtrise pas tous les temps. Le maître des clés s’est fait tromper par une serrure. Le maître des ambassades n’a pas prise sur le pays entier. Le maître du suspense se lasse des intrigues. Le maître des bains ne supporte pas les jacuzzis. Le maître des rires ne supporte pas qu'on s'esclaffe. Le maître des enterrements mourra un jour. Le maître des emportements s’est laissé embarquer par le courant. Le maître des accents porte un chapeau. Le maître des identités ne sait plus qui est qui, qui il est, qui quoi qu’est-ce. Le maître des fentes ne connaît pas toutes ses failles. Le maître des peines d’amour souffre d’infidélité chronique. Le maître des textes n’aime pas celui-ci (qui l'en blâmerait?). Le maître de la conduite sans points n’a pas de suspension.

    figurine-resine-bouddha-42-cm.jpg

     

    Les mers

    Il collectionne les mers, il en a des centaines. Des roses, des vertes, des mal peintes, des bien dessinées. Des rondes, des en cube, des très froides, des toutes chaudes, des qui descendent les montagnes, des qui montent au ciel. Des normales qui font des vagues et de l’écume, des spéciales qui font du lait et des légumes comme vaches ou jardins. Des quelconques en forme d’œuf ou de poire, des plus curieuses en forme de coquilles ou d’autos tamponneuses. Des qui piquent ou qui sonnent, des qui font des peluches ou la fine bouche. Des effacées, des extravagantes, des un peu sottes, des carrément givrées. Des grosses, des fines, des puantes, des parfumées. Mais celle qu’il préférait, c’est sa mer noire aux reflets nacrés, celle qu’il prend au petit déjeuner avec des brassées de pain complet léger et des sucres comme des banquises fondant au soleil.

     

    figurine-resine-bouddha-42-cm.jpg

     

    La motte

    Quand je pars en exploration dans une motte de beurre, j’en ai pour ma journée. Une motte de beurre, on n’en a jamais fait le tour; il reste toujours quelque chose à découvrir: une pente à descendre, un versant à escalader, un boyau à découvrir, un grain de sel à détailler, une mollesse qui ne ressemble à aucune autre mollesse, un jaune très jaune, un filet zébré tirant étrangement vers le blanc de la crème de lait baratté qui a sa source dans la vache et le fermier qui la  trait avec toute la poigne de l’homme avide de prendre son plaisir là où il s’en trouve. Point à la ligne et retour à la ferme.

     

    figurine-resine-bouddha-42-cm.jpg

     

    Rêver dur

    Je fais des rêves durs qui font mal à mes nuits. Je dois avoir un problème de transfert onirique. Je devrais changer mon système d’interprétation des songes. Au matin, j’ai des douleurs de crâne, je peine à réaliser que c’est le jour. Je marche sur des fantasmes.  Je piétine des chimères. J’écrase un ou l’autre cauchemar. J’irréalise, je m’illusionne, j’imagine des rêves mous aux claires formes qui glisseraient de la nuit au jour comme une ombre chère. Je pleure, je crie, je suis malheureux comme une pierre mais rien n’y fait. Je fais toujours des rêves durs comme un calcul sur la tombe d’un aérolithe. Comme un moellon sur la stèle d’un galet. Comme une épave de paquebot sur le cénotaphe d’une baleine.

     

    240_F_2179544_RqAG9TqbpaKiwCixqaTrFG9FzFqwgZ.jpg

  • LES MONTS CHAUVES et autres textes à la hauteur

    LES MOIGNONS (VI)

    01.jpg

    Les monts chauves

    Elle aime les monts chauves chauds, les brûlants du crâne, les pétant-le-feu-par-la pointe et s’écoulant par les tempes. Elle se fait un œuf sur le plat de la tête d’un de ses amants puis, de la langue, lui décrasse l’occiput, tout le front en contournant les yeux vers les pavillons d’oreille pour lui lécher le cérumen fondu puis descendre vers les trous de nez dont elle siphonne la morve séchée. Elle ne supporte pas d’avoir un sourcil fumé sur la langue ni le contact du gluant de l’œil cramoisi. Elle atterrit par mégarde sur les lèvres qui sont déjà roides. Pouah, fait-elle, en crachant un après l’autre les morceaux de blanc d’œuf qui lui restent de son repas sur les cimes. Les coqs à la coque refroidissent plus vite que les poules à la coule après avoir été chauffés à blanc, surtout s’ils plastronnent au sommet d’un volcan, pouffe-t-elle entre ses dents noircies. 

     

    1_RtGqb.jpg

     

    Ce que n’est pas la grammaire

    La grammaire n’est pas une dame âgée à la douceur un peu âcre, c’est une jouvencelle au profond décolleté et qui sent la ponctuation.

    La grammaire n’est pas une chanson douce, c’est une plage de hard rock avec une envolée de violons virgules.

    La grammaire n’est pas une vieille chaussette à passefiler sur un oeuf à repriser, c’est un gant de toilette qui vient d’éponger une peau de pêche en suspension.

    La grammaire n’est pas un chien écrasé dans le journal du matin, c’est un fait divers printanier sur le chant exclamatif du pinson.

    La grammaire n’est pas une parenthèse oubliée sur un barrissement d’éléphant, c’est une couverture de velours recouvrant le bruit d’un frottement de brins de balais sur le chabada d’une peau de caisse claire.

    La grammaire n’est pas que fanfreluches, fifrelins & fleurs de cactus entre deux coquilles, elle est aussi aiguilles de pin, pommes d’api et piqûres d’ivres points de crochet. 

     

    traditionnel-oeuf-a-repriser-en-bois.jpg

     

    La barbe

    La terre se laisse pousser la barbe depuis toujours. Elle fait aujourd’hui la longueur de dix mille circonférences terrestres. Lors d'un prochain refroidissement climatique, elle pourra s’en servir comme d’un lasso pour attraper un astre de feu.

     

    1_RtGqb.jpg

     

    L'étang

    Je tends l'étang à la verticale de la raison. Puis j’attends que les poissons du doute tombent. C’est ma technique de pêche aux idées et n’essayez pas de m’en faire changer!

     

    1_RtGqb.jpg

     

    L'homme qui voulait devenir fou

    L'homme qui voulait devenir fou de bondage s'éprit d'une femme folle à lier. 

     

    capture-d_ecc81cran-2016-04-13-acc80-17-45-03.png?w=1200

     

    Les citrons

    Avec le presse-agrumes, je presse les citrons de tes seins. Tu en prends ombrage et me désigne d’un doigt de pied sévère la vasque à melons, là, à côté du compotier sur lequel j’ai  déposé mon plantureux postérieur.

     

    citron-jus-de-citron.jpg

     

    Souffleur de verre du dimanche

    Ce souffleur de verre de la messe du dimanche souffle des vases pieux aux formes catholiques. On les remplit d’eau savonneuse et les enfants du catéchisme lâchent des bulles en forme de Jésus-Marie-Joseph que des tireurs du peloton d'exécution de la messe du dimanche crèvent comme des païens avides de sphères fraîches. Les enfants touchés par les balles adventices donnent leur sang pour l’eucharistie des accidentés de la foi perdant leur croyance à grand flots.

     

    1_RtGqb.jpg

     

    Le cycle

    Le sang est dans la neige. La neige est dans le cœur. Le cœur est dans le vent. Le vent est dans le ciel. Le ciel est dans la gorge. La gorge est dans la poule. La poule est dans la fleur. La fleur est dans le fusil. Le fusil est dans le songe. Le songe est dans l’oiseau. L’oiseau est dans l'oeuf. L'oeuf est dans le temps. Le temps est dans l’espoir. L’espoir est dans la mer. La mer est dans le seau.  Le seau est dans le vide. Le vide est dans l’espace. L’espace est dans la vie. La vie est dans le sang.

     

    kqcjhhgievs.jpg&h=450&w=728

     

    La disparition de la pensée

    La disparition de la pensée eut lieu en plein jour. A l’insu de tous ceux qui m’aimaient malgré ma bêtise.

     

    2015-09-28-1443477328-7401238-eggstumblr.gif

     

    Au sommet de la montagne

    Au sommet de la montagne, il y a une lampe de chevet. Un deltaplane. Un lit à une place. Un tweet de Donald Trump. Un disque de cold wave. Un livre d’opérette. Un texte sans q. Quelque chose pour écrire. Une machette dans la main d’une fille à la langue coupée. Un torero sur un toro. Une mouche froide. Un réfugié suisse. Un alpiniste de paille. Une vache entre deux amis du lait. Une aurore en train de se lever (et qui bâille). Un peu d’eau tombée de la neige (et qui s'est fait mal). Une ballerine aux pieds nus (sur un piedestal). Un chien près de s’envoler. Un permaculteur sur un cheval à bascule. Un bain à bulles. Un tendre mot. Un avilissement. Une planche de salut. Une clé sans porte. Une descente de vessie qui se prépare. Un lanceur d’alerte incendie. Un récupérateur d’échos avec une chambre à air. Une fonte des rêves. Une pipe sans fourneau ni tuyau. Un humoriste au creux de la blague. Un froid de canard. Une moule de Noël. Un fluide glacial. Un début d'aphorisme. Un abcès crevé. Une description sans objet. Un vade-mecum pour spéléologue égaré. Une corde raide et un pendu des hauts-chemins.

     

    chulu-west.gif

    + de Moignons ici 

    à suivre...

  • LES MOIGNONS (V): DE PRÈS, DE LOIN...

    ce-tatoo-en-etoile-a-ete-personnalise-par-des-mots-et-un-effet-relief_125005_wide.jpg

    L’école dans les étoiles

    Malgré les extraordinaires progrès des engins spatiaux de ramassage scolaire, en cette rentrée 2046, pour se rendre à l’école sur cette étoile entièrement vouée à l’éducation, les étudiants mettaient chaque journée de classe quand même encore trois ans (quand la route n’était pas encombrée).

     

     

    240px-Echinaster_sepositus_Linosa_092.jpg

     

    Ascendants atomiques

    Quand mon père était encore jeune, il allait cueillir des champignons nucléaires sur l’atoll de Bikini. C’est là qu’il rencontra ma mère qui avait un physique accordé aux maillots deux pièces. Ils mélangèrent leurs nucléons pour former un noyau radioactif. Je n’ai aucun souvenir de mes père et mère emportés très vite par une leucémie express qui ne leur a pas permis de voir pousser le légume que je suis devenu, à la peau mousseuse couverte d’excroissances d’un beau blanc faisant penser à de délicats bolets.

    Mais quand je vois les femmes en burkini qui s’accouplent avec des hommes en uniforme et képi sur les plages de nos littorals, je n’ose imaginer l’état de leur descendance…

     

    240px-Echinaster_sepositus_Linosa_092.jpg

     

    Je bois

    Je bois tout ce qui se boit. Des chutes de gouttière, des cuves de mazout, des piscines d’eau chlorée. Des rivières d’encre, des mers de sable, des coulées de lave brûlante. Je n’arrête pas de boire et de plus en plus. Surtout quand j’ai avalé des planètes et une grosse étoile.

     

    240px-Echinaster_sepositus_Linosa_092.jpg

     

    De près, de loin...

    Ce peintre voulait rendre la nature au plus près. Mais la nature se rebellait et le refoulait à quinze cents mètres au bas mot de la surface du sol. D’où il ne pouvait plus bien détailler la complexion des fourmis rouges ni des pétales de rose. D'où il peint depuis la nature du ciel et des étoiles, de laquelle il s’est sensiblement rapproché. 

     

    240px-Echinaster_sepositus_Linosa_092.jpg

     

    Centre-ville

    Une fois le centre-ville vidé de ses occupants, il n’y eut plus qu’à le charger massivement de matière fissile, d'os hautement comestible et d’attirer les chiens, tous les chiens éoliens de la périphérie.

     

    240px-Echinaster_sepositus_Linosa_092.jpg

     

    École du soir

    Il n’est pas rare de voir cette prof d’analyse de rêve donnant cours dans une école du soir passer la nuit avec un étudiant à vérifier les conclusions de l’une ou l’autre expérimentation onirique pratiquée in vivo.

     

    240px-Echinaster_sepositus_Linosa_092.jpg

     

    Briser la glace

    Je  déteste les gens qui veulent illico briser la glace. Puis, quand on veut reprendre ses distances, on a toutes les peines du miroir

     

    240px-Echinaster_sepositus_Linosa_092.jpg

     

    L’homme qui ne supportait pas les déplacements

    L’homme qui ne supportait pas les déplacements ouvrit une agence de voyages.

     

    240px-Echinaster_sepositus_Linosa_092.jpg

     

    Des puits et puis après

    Les œuvres de cet artiste ne sont faites que de puits. De puits et toujours de puits. C’est un artiste sériel qui cherche la profondeur.

     

    240px-Echinaster_sepositus_Linosa_092.jpg

     

    Le ciel des étoiles

    - J’aime le ciel des étoiles tatouées de ton dos, dit l’explorateur de la peau.
    - J’ai aussi des araignées cachées, dit le corps à moitié découvert.

     

    240px-Echinaster_sepositus_Linosa_092.jpg

     

    Une mouche

    Je suis une mouche qui s’est posée sur ta bouche, on connaît le refrain. L’air de rien, je me suis introduit à l’intérieur où j’ai eu le temps de me mêler à ta salive, de sentir le contact de tes dents, la douceur de tes gencives… Tout cela a fabriqué les armes de mon massacre.

    Et tu rejeté mon cadavre comme un malpropre même si j’ai eu le temps de connaître la force de ton souffle mêlée à ton crachat. Si je t’ai dégoûtée autant c’est parce que tu ne me connaissais pas.

    Mais comment aurais-je pu me faire connaître de toi autrement ?

     

    a69a72af.gif

  • J'AI DES DONS

    dons.jpg

    J’ai des dons pour la violence, dit l’homme au loup.

    J’ai des dons pour l’enfance, dit le loup à l’enfant.

    J’ai des dons pour le rire, dit l’enfant au clown.

    J’ai des dons pour l’intime, dit le clown à l’artiste.

    J’ai des dons pour la notoriété, dit l’artiste à l’homme public.

    J’ai des dons pour la comédie, dit l’homme public au comédien.

    J’ai des dons pour la solitude, dit le comédien au navigateur solitaire.

    J’ai des dons pour l’insularité, dit le navigateur à l’île.

    J’ai des dons pour le silence, dit l’île à l’oiseau.

    J’ai des dons pour l’immensité, dit l’oiseau à l’étoile.

    J’ai des dons pour la lumière, dit l’étoile au visage.

    J’ai des dons pour l’histoire, dit le visage au souvenir.

    J’ai des dons pour les mathématiques, dit le souvenir au nombre.

    J’ai des dons pour la naissance, dit le nombre au nombril.

    J’ai des dons pour la réjouissance, dit le nombril à la fête.

    J’ai des dons pour le jeu, dit la fête au croupier.

    J’ai des dons pour l’accoutumance, dit le croupier à la veine.

    J’ai des dons pour le sang, dit la veine au cœur.

    J’ai des dons pour la connaissance, dit le cœur au livre.

    J’ai des dons pour la vague, dit le livre à la mer.

    J'ai des dons pour le sable, dit la mer au désert.

    J’ai des dons pour l'isolement, dit le désert au geôlier.

    J’ai des dons pour la confession, dit le geôlier au prêtre.

    J’ai des dons pour la névrose, dit le prêtre au psychanalyste.

    J’ai des dons pour la soumission, dit le psy à la soumise.

    J’ai des dons pour le miaulement, dit la soumise au chat.

    J’ai des dons pour les liens, dit le chat à l’ami.

    J’ai des dons pour l’inconstance, dit l’ami à l’homme politique.

    J’ai des dons pour la guerre, dit l’homme politique au militaire.

    J’ai des dons pour le hululement, dit le militaire au loup.

    J’ai des dons pour l’humanité, dit le loup à l’homme.

      

  • LES MOIGNONS (IV): LES HONNEURS et autres textes de pacotille

    ob_380977348d26a0ffe069e26b526cf5cd_medailles.jpg

     

    Les honneurs 

    Quel honneur de se faire croquer par un crocodile dans une mare aux canards! Quel honneur de se faire casser par une carrosserie dans un grand prix automobile ! Quel honneur de se faire piquer par un aspic dans un panier de charmeur de serpent ! Quel honneur de se faire grignoter par un rongeur dans une cage à rats ! Quel honneur de se faire bourrer par un bourrin dans un enclos d’ânes ! Quel honneur de se faire découper par un équarisseur dans une chambre froide ! Quel honneur de se faire guillotiner par un gai bourreau dans une révolution de carnaval ! Quel honneur de se faire noyer par une naïade dans un Spa de province ! Quel honneur de se faire toréer par un torero dans une arène au soleil ! Quel honneur de se faire prier par un prieur dans un monastère bénédictin! Quel honneur de se faire plumer par un oiseau de basse-cour dans une cage à poulet ! Quel honneur de se faire introniser à la confrérie des lécheurs d’huiles locales par des gros bonnets aux mains grasses dans une académie de bazar! Quel honneur, je vous le demande?

     

    205108P1030816.jpg

     

    La croix 

    Cette femme n’aimait que les hommes en croix, à en croire ses amants. Elle ne jubilait qu’à les voir crucifiés, avec ou sans clou, à en croire ses amants. Puis elle leur faisait subir mille souffrances et humiliations de son cru, à en croire ses amants. Elle les déposait ensuite de la croix et les consolait dans des scènes dignes des plus émouvantes pietàs, à en croire ses amants. Elle pleurait tant que les hommes au contact de ses joues trempées sur leur poitrine jouissaient comme jamais, à en croire ses amants.  

     

    P01_01407366.jpg

     

    Un rêve 

    Chaque jour, au réveil, depuis bientôt soixante ans, je dépose mon rêve de la nuit précédente sur ma table de chevet. Pour le retravailler au soir venu car je ne le trouve jamais assez beau.

     

    P01_01400014.jpg

     

    L’arbre à chevaux 

    Ce garçon aimait, le soir, après son travail aux écuries, s’allonger sous l’arbre à chevaux.

    De les voir se balancer doucement au-dessus de sa tête le faisait rêver à des galopades échevelées, à des chevauchées au galop. Cela le reposait de son boulot de palefrenier.

    Quand ils étaient bien mûrs, il en décrochait un et le montait au pas pour commencer, au trop pour finir... Puis il les replaçait sur leurs branches pour les laisser pourrir.

     

    m6bpMJrbeTQbNniO8Pfc22Q.jpg

     

    La pire provocation 

    Et si la pire provocation était aujourd’hui de fumer du porc à la barbe d’un salafiste végane et vapotant?

     

    611_84045_214.jpg

     

    Le professeur martyr 

    Ce professeur martyr de l’enseignement finit pas obtenir son effigie sur la croix dans le hall de l’établissement catholique où il avait souffert son calvaire d'enseignant

     

    $(KGrHqZ,!lIE-lWQkBCBBPqk4LWdRQ~~60_35.JPG

     

    Dans une autre vie 

    Dans une autre vie, je t’aurais déshabillée sous la lune. Dans une autre vie, je t’aurais aimée toute la nuit. Dans une autre vie, je me serais couché à tes côtés. Dans une autre vie, j’aurais détaillé chacun de tes grains de beauté. Dans une autre vie, j’aurais baisé tous tes tatouages et leurs alentours. Dans une autre vie, j’aurais retouché tes lèvres avec ma langue. Dans une autre vie, je t’aurais emmenée dans les étoiles. Dans cette vie-ci, je ne sais même pas sortir de mon lit quant le réveil sonne... 

     

    ancien-porte-plume-ou-porte-stylo-personnage-militaire-_57.jpg

     

    Le bic 

    Pendant quatre-vingt-treize ans il avait cherché le bic qui le ferait commencer à écrire... En planant au-dessus de son corps, il l’aperçut enfin à travers un demi-brouillard comateux. C’était le bic du médecin qui s’apprêtait à rédiger son acte de décès.

     

    il_340x270.490031369_3sga.jpg

     

    La fin d’un rêve

    Sur cet immeuble trônait un rêve. S’il restait invisible durant le jour, à la la nuit venue, il brillait de tous ses feux. Quand un Airbus 380 en partance pour les Îles le percuta sur le coup de minuit avec ses 525 passagers, le rêve s’en alla en fumée...

     

    P01_01005482.jpg

     

    Les anecdotes 

    Après un échange de propos anodins sur le temps qu’il faisait et l’état de notre société, cette personne me raconta des anecdotes sur son front et sur ses oreilles, sur son nez et sur sa bouche, sur ses bras et sur ses mains. Puis elle m’en conta sur ses seins, qui dataient de son adolescence, et sur son nombril, qui remontaient bien avant. Elle m’en narra une sur son sexe et une autre sur son trou du cul. Elle m’en dit plus d’une sur ses genoux, sur ses cou-de-pied, sur ses deux majeurs et sur son gros orteil droit. Son corps était une mine d’histoires inépuisable, une réserve de micro-récits en puissance…

    Après l’avoir écoutée pendant une bonne heure, devant mon silence ébahi, elle me demanda si je n’avais pas une anecdote à raconter. Pour la première fois, elle me regarda à ses pieds et dut bien constater qu’en tant qu’homme-tronc de naissance, ma réserve d’histoires était considérablement diminuée.

     

    (à suivre)

  • LES MOIGNONS (III): LA FEMME-TRONC et autres textes démembrés

    Image43--640x480-.jpg

    La femme-tronc 

    La femme-tronc a ses adeptes. Rien de plus logique, si on y pense. Quand on fait l’amour à une femme pleine de branches, celles-ci nous ennuient plus qu’autre chose. Le houppier, le feuillage, ce n’est pas ce qu’on vise dans la femme. La ramure empêche plus qu’elle ne favorise l’accession à l’essence de la femme, à son fût. Puis la femme-tronc est moins lourde même si elle vaut son pesant d’organes. La femme-tronc est l’avenir de l’homme des bois.

     

     

    images?q=tbn:ANd9GcRX7OwGH6pgDr4E3c2CqB_SLOMeCwqwCOYqwLEuhWiQd9psvtt0

     

    Le bouquet 

    Je t’ai acheté un bouquet de têtes pressées. Décapitées du matin. Après son travail à l’aube, le bourreau compose des arrangements délicats très appréciés des amoureux fous.

     

    images?q=tbn:ANd9GcRX7OwGH6pgDr4E3c2CqB_SLOMeCwqwCOYqwLEuhWiQd9psvtt0

     

    Fous-moi, fouette-moi !

    Fous-moi, fouette-moi tant que tu peux, je te veux tout en moi!, lui serinait le roi, nu, à quatre pattes, devant son majordome qui peinait à enfoncer à l’intérieur du royal postérieur quoi que ce fût.
    Je ne te plais donc point, lui repartit le roi, l’anus en larme, l’œil injecté d’une vilaine goutte de sang.
    Le fion du Petit Prince m’inspire davantage, reconnut le majordome qui toutefois ne désespérait pas de combler pleinement de même son vieux roi ventripotent.

     

    images?q=tbn:ANd9GcRX7OwGH6pgDr4E3c2CqB_SLOMeCwqwCOYqwLEuhWiQd9psvtt0

     

    L’attente 

    Cet homme attendait le temps à l’abribus depuis une éternité quand un aimable gnome vint lui annoncer que le temps était en grève.

     

    images?q=tbn:ANd9GcRX7OwGH6pgDr4E3c2CqB_SLOMeCwqwCOYqwLEuhWiQd9psvtt0

     

    Flûte ! 

    Flûte j’ai oublié mon pipeau chez le marchand d’instruments à vent, et maintenant le vent est passé !

     

    images?q=tbn:ANd9GcRX7OwGH6pgDr4E3c2CqB_SLOMeCwqwCOYqwLEuhWiQd9psvtt0

     

    Le pélican (à Roland Jaccard) 

    J’ai un bec de pélican, je plonge dans les eaux de la Seine et je rapporte sur les berges des corps de jeunes filles se baignant que j’emporte tel le Roland Jaccard de la Piscine Deligny. Mais elles crient, se débattent, me repoussent et finissent par sauter à l'eau en hurlant que je ne serai jamais Roland Jaccard. On m’enlève mon bec de pélican et on me rejette à ma vie de rat musqué dans les égouts de Paris (qui ne valent pas les palaces de Lausanne) d’où je n’aurais jamais dû sortir.

     

    images?q=tbn:ANd9GcRX7OwGH6pgDr4E3c2CqB_SLOMeCwqwCOYqwLEuhWiQd9psvtt0

     

    Je plais 

    Je plais à mon pharmacien comme j’ai plu à ma nourrice. Je plais à ma femme comme j’ai plu à son amant. Je plais à mon père comme j’ai plu à mon prof de gym. Je plais à mon gendre comme j’ai plu à mon banquier. Je plais au temps présent comme j’ai plu au temps jadis. Je plais au ciel comme j’ai plu à la terre entière. Je plais au sang comme j’ai plu à la bière. Je plais au centre comme j’ai plu à la périphérie. Je plais au hasch comme j’ai plu à l’héro. Je plais aux lignes comme j’ai plu aux plans. Je plais aux plantes comme j’ai plu aux pierres. Je plais au soleil comme j’ai plu à la pluie… On ne plaît jamais assez !

     

    images?q=tbn:ANd9GcRX7OwGH6pgDr4E3c2CqB_SLOMeCwqwCOYqwLEuhWiQd9psvtt0

     

    Le volcan 

    Le volcan s’est éteint et ma lave est tombée en poussière. C’était une lave artificielle et un volcan de pacotille. Comme toutes mes éruptions.

     

    images?q=tbn:ANd9GcRX7OwGH6pgDr4E3c2CqB_SLOMeCwqwCOYqwLEuhWiQd9psvtt0

     

    L’armoire 

    J’ai une armoire remplie d’éléphants. Que je n’ai jamais ouverte car je ne saurais quoi en faire. J’ai une peur bleue des trompes grises.

    images?q=tbn:ANd9GcRX7OwGH6pgDr4E3c2CqB_SLOMeCwqwCOYqwLEuhWiQd9psvtt0

     

    Le clou

    Ce sculpteur de clous qui voyait grand en sculpta, une nuit, un qui atteignit la lune. Ensuite, d’un petit coup de marteau, il la cloua au ciel.

     

    rustynail.jpg

     

    La Femme tronc, peinture à l'huile (30 x 40) de Daniel Wuilmet, 2012

  • LES MOIGNONS (II)

    Les membres

    Quand j’avais encore des membres, je les oubliais partout. Ce n’étaient pas des membres résistants, j’en conviens. Maintenant que je suis un homme-tronc reconnu, je voudrais encore me débarrasser de membres encombrants et je ne peux plus. Il faudrait toujours penser à garder un bras ou une jambe pour la soif.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    Je cache un taureau

    Je cache un taureau mort sous ma couche qui commence à puer le matador en rut.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    La nature est bien faite

    La nature est bien faite. Si bien que je ne résiste pas à l’aimer, de toutes les forces de mon âme et de mon corps, sans fin et sans relâche jusqu’à ce qu’elle réclame pitié pitié pitié… Et que je l’écrase sous la semelle de mon ego démesuré.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    Les montées

    Quand je monte sur ma mouche, je vois le plafond. Quand je monte sur mon canari, je vois le ciel. Quand je monte sur mon cheval à bascule, je vois mon enfance. Quand je monte sur mes grands chevaux, je vois rouge. Quand je monte sur mon éléphant, je vois mon avenir. Quand je monte sur ton ventre, je vois l’arrondi de tes seins. Quand je monte sur ton dos, je vois le vallonné de tes hanches. Quand je monte sur le champ, je vois les épis dans le vent. Quand je monte sur la terre, je vois les courbes de la lune. Quand je monte sur ta tête, je vois les poils dans tes oreilles. Quand je monte sur la tombe de mon père, je vois tout le cimetière. Quand je monte sur ma mère, je me revois à la naissance. D’où tout est parti pour ne jamais revenir.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    Essuie-morve

    Cet homme était essuie-morve du président. Il épongeait tout ce qui coulait du pédoncule de l’Elu de la nation. Pituite et crottes de nez. Il gagnait bonbon mais moins que les nombreux lèche-cul de la raie publique. Il n’y pas de justice salariale au sommet de l’Etat !

     

    stylo-doigt.jpg

     

    La rumeur

    Elle bourdonnait à son oreille, elle martelait dans sa tête, elle résonnait au fond de lui… la rumeur grandissante de son extraordinaire nullité.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    L’échange standard

    J’ai un canif qui a beaucoup servi, coupé çà et là des bras et des têtes, des bas et des hauts de tous âges et de toutes conditions. Le seul rémouleur que j’ai connu, j’ai fait mes premières lames sur lui. Alors j'ai passé cette annonce : Cherche à échanger contre canif exceptionnels états de service dague neuve sortie de l’armurier même sans expérience utile. Pour nombreux génocides tranchants en perspective.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    Les amoureux

    La mer amoureuse du vent rêve de tempête. Le ciel amoureux du feu rêve d’orage. La terre amoureuse d'abysses rêve de volcan. Le gueux amoureux de la gueuze rêve de grenadine.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    Le goût et la couleur

    J’ai une mère bleue et un père dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai un fils noir et une fille dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai un amant blanc et une amante dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai une veste verte et un blouson dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai un kiné rouge et une masseuse à domicile dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai des cheveux gris et des cheveux blonds dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai des dents jaunes et des chicots dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai des points noirs et des points douteux dont j’ai oublié le goût et la couleur. J’ai un cercueil acajou et une pierre tombale dont j’ai oublié le coût et la douleur.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    La littérature est bien faite

    La littérature est bien faite. Si bien que je n’ai pas résisté à l’aimer de toutes les forces de mon âme et de mon corps, sans fin et sans relâche jusqu’à ce qu’elle réclame pitié pitié pitié… Le jour où j’ai commencé à publier.

     

    stylo-doigt.jpg

     

    Une paresse royale

    Ce roi ne voulait plus travailler. Plus de dîner officiel, plus de voyage à l’étranger, plus d’inauguration d’usine d’armement, plus de discours de Noël, plus de visite aux hôpitaux des militaires blessés sur le terrain.

    Il prôna pour ses sujets la paresse, la déscolarisation, la démilitarisation et l’abolition de la peine de mort. Cela mécontenta les directeurs d’école et de prison, les bourreaux de travail et tout le patronat. Une révolution s’ourdit qui mit à la place un général assassin, hyperactif et connaissant uniquement sa table de multiplication par 10 et la conjugaison du verbe voter au présent de l’impératif.

    stylo-doigt.jpg

     

  • LES SPHÈRES SONT LES SEULES PERFECTIONS QU'IL NOUS RESTE et autres nanofictions

    LES MOIGNONS (I)

     

    Le citron sera pressé; c'est ainsi que le jus coulera. 

    Géo Norge

     

    Les moignons

    Cet homme n’était pas heureux avec des moignons. Ce qu’il avait toujours voulu, c’était devenir un homme-tronc bien lisse, bien rasé aux jointures.

     

    homme_tronc-tshirt.jpg

     

    Ne nous voilons pas la face

    Ne nous voilons pas la face ! Le ciel est gris et d’ici une heure ou deux il fera tout à fait noir. J’aimerais savoir par où sortir avant la nuit. Je ne supporte pas l’odeur des étoiles.

    1-bille-baleine-bille-en-verre-multi-chiffonnade-43-mm-billes-en-verre.jpg 

    La Dame en noir

    Par amour pour moi, la Dame en noir a promis de se vêtir de violet, indigo, bleu, vert, jaune, orange, rouge et même couleur chair. Elle ne sait pas que je suis aveugle.

    bille-pack-ciel.jpg

    Trompé par une corne

    Trompé par une corne, qui l'eût cru? Pensa fugitivement ce matador au moment où elle l'embrocha comme un vulgaire morceau de boeuf.

    activity-_0072_How-can-you-lift-a-marble-off-a-table-without-touching-it-with-your-hands_6939ee3319d88914a934fee4f6280239.jpg

    Ma plume est violente

    Ma plume est violente. Elle est tirée de l’oiseau taché du sang de ta gorge.  J’ai aimé ta gorge comme personne. Plus fort que ton cul, plus fort que ton con, c’est dire. Mais pouvais-je te laisser égorger par quelqu’un d’autre ?

    1-bille-en-verre-girafe-espagnole-16-mm-billes-en-verre.jpg

    Les sphères sont les seules perfections

    Les sphères sont les seules perfections qu'il nous reste. Qu’on les appelle boules, billes, globes ou melons, elles constituent l'unique possibilité d’ébranler nos certitudes. Qu’on les appelle arêtes, droites, dieux ou destins.

    activity-_0072_How-can-you-lift-a-marble-off-a-table-without-touching-it-with-your-hands_6939ee3319d88914a934fee4f6280239.jpg

    Mollusques et gallinacés

    Quand le bon poulpe croise le coq candide, il lui propose de partager un café serré avec du sucre de canne puis de filer ensemble comme des tourteaux à la pêche aux écrevisses.

    bille-art.jpg

    Tout le monde peut se tremper

    Il n’y a pas de mal à prendre un bain au lieu de prendre un pain, à prendre sa douche au lieu de la mouche : tout le monde peut se tremper !

    images?q=tbn:ANd9GcRspK9Ukg06TafDB_Na8itZLL-Ij_I7twV7fWgeGbWA93hWZAdA 

    Mon coeur

    Mon cœur se tord pour toi, lui dis-je.

    Pas assez, me répond-elle. Il reste du sang.  

    AUk4QkQAPkjZ7KwVEuIS_g-7xDw.png

    Les entreprises

    Dans toute entreprise d’escalade, il faut ralentir la cadence. Dans toute entreprise meurtrière, il faut ménager sa cruauté. Dans toute entreprise d’anéantissement, il faut penser à se détruire soi d’abord.

    images?q=tbn:ANd9GcR0j18FMJstLsTLfi70maNtlgyRngUUhiZ0RgRkuYuoX2jX6BeE

    La mer

    La mer, je ne sais pas ce qu’elle a. Plus je m’en approche, plus elle s’éloigne. C’est une mer timide, une mer farouche. Quand j’étais enfant, elle m’accueillait dans ses bras après m’avoir attiré. Les mers vieillissent mal aujourd’hui.

    il_570xN.956868148_1eru.jpg 

    La poésie au sommet

    La poésie avait enfin atteint les cimes. Quand elle voulut descendre, aucun lecteur ne consentit à lui prêter un parapente. La poésie doit rester au sommet ! Tel était le leitmotiv du peuple qui depuis la vallée aimait contempler ses versants inaccessibles. Mais la poésie était assez haut pour savoir comment rejoindre le ras des pâquerettes. Et elle se jeta dans le vide de la littérature.

    21-billes-sauve-la-planete-1-balle-rebondissante-mappemonde-.jpg