Nouveaux métiers

  • Nouveaux métiers: repasseur de phrases

    Vos phrases présentent de méchants plis, des signes de ponctuation, des parenthèses, des incises, des  mots rares, des ventuosités, elles s’allongent inconsidérément (comme celle-ci). Le repasseur de phrases vous l’étale, vous la rend aussi droite qu’une ligne de chemin de fer ou qu’un cheveu de Kate Moss. Contre un prix forfaitaire, il vous repasse un texte en un coup de paume. Il ne vous reste plus pour faire sensation devant la critique boursouflée qu’à présenter vos ouvrages au gala du beau style, au salon du texte d’apparat, au bal des livres bien. Le repasseur de phrases peut aussi, contre une somme outrancière, vous coacher pour entrer à l’Académie, d’ici vingt ou trente ans.   

  • Nouveaux métiers: éviteur de gros mots

    Les gros mots prolifèrent, dans la bouche des animateurs télé, des hommes politiques et dans celles des tout petits que c’en devient agaçant.
    Mais l’éviteur de gros mots ne pourra pas tout éviter, la première syllabe ne pourra que rarement être sautée. À moins que vous ne soyez passé maître dans l’art de prendre du recul ou ayez passé votre BAC + ZEN. Il vous apprendra à corriger le tir et choisir un mot dit de dérivation. Des exercices pratiques seront proposés.

    Quelques exemples...

    Si votre chef vous fait une remarque désobligeante, vous direz : Il me fait chi…corée.  Si vous renversez le contenu de votre tasse de chicorée sur la chemise de votre chef chicoré, vous direz Mer… credi même si on est un autre jour de la semaine. Mercredi... je devrai m’absenter pour un rendez-vous chez mon dentiste. Si votre épouse vous fait remarquer que décidément vous ne changerez jamais et qu’elle ne vous repassera plus vos jeans taille basse, vous direz : Sa…medi (si vous voulez rester dans le même registre journalier), Sa…nisette, si vous êtes trop énervé. Ou encore Salo…pette (quoique ce mot peut être pris comme un mot-valise). Si votre patron vous refuse le rendez-vous chez le dentiste, vous vous exclamerez, L’en… capuchonné. Ou au pire: L’enfant de salo…pette. S’il vous refuse une augmentation cent fois réclamées, et que vous êtes parti sur une vilaine expression, vous pourrez corriger le tir en route: Le fils de pu…b (ce qui fera plaisir à Jacques Séguéla qui, c’est de notoriété pub-lique, ne voit chez les gens – qui ont des Rolex - que les bonnes choses). Ou Fils de puce, qui n’est pas mal non plus. Puce rabaisse votre interlocuteur fictif sur un ton qui reste plaisant. Si vous n’avez jamais pu encadrer ce mouvement social-rock, vous pouvez dire: Fils de pu…nk. S’ils ont été de vrais punks, il y a peu de chances qu’ils se soient reproduits mais qui sait. Cela nécessite toutefois un bon entraînement car passer du « u » au « un » n’est pas donné à toutes les cordes vocales. L’éviteur de gros mots ne vous évitera pas tout de suite d’avoir des mauvaises pensées (cela nécessite une formation complémentaire), mais il vous mettra sur la voie… de la sagesse. Avec un coaching adéquat, vous serez l’égal d’un Adamo qui, c’est de notoriété publique, n’a jamais proféré un gros mot de sa vie et n’a jamais non plus été punk (sauf erreur de ma part).

    Allez ! À vos cahiers !

     

  • Nouveaux métiers: trampoline pour policiers

    Vous êtes SDF, pauvre, gitan esseulé, Sans papier. Vous avez le dos résistant, les côtes en béton. Un nouveau métier s’offre à vous : trampoline pour policiers en manque de sauterie, terrain de  jeux pour gardiens de sécurité. Vous ne craignez pasde subir des (as)sauts répétés, des brimades sans nom, ceci est un métier fait pour vous. Il ne nécessite aucune formation, préformation… Juste quelques malformations peuvent vous aider à obtenir le job. Ne vous attendez toutefois pas à être rémunéré mais, avec un peu de chances, si vous vous particularisez par votre esprit de soumission, vous serez peut-être remarqué par quelque DRH surmené venu s’amuser avec les hommes en bleu. Après ce stage solide, vous pourrez être embauché dans n’importe quelle société  du Grand Capital pour finir, au bout de l’humiliation, en plein burn-out, par vous suicider sur votre lieu de travail, au terme d’un parcours professionnel et civique (vous ferez l’économie d’une pension de retraite à l’Etat) exemplaire et donné en exemple dans les agences d’intérim du pays aux nombreux sans emploi soucieux de se réinsérer dans le circuit du travail.  


  • Nouveaux métiers: TRANSPORTEUR DE LUMIÈRE

    La lumière est souvent concentrée en quelques rares points du paysage ou du cosmos, c’est un des défauts de notre univers. Et les autres endroits en sont privés. Leurs cris noirs font tache dans le spectre sonore. De sorte que lorsqu’on stationne en ces zones obscures et qu’on veut ouvrir un livre, regarder de près un beau visage, faire la lumière sur un point de pensée, on doit faire des kilomètres. Le transporteur de lumière , aussi appelé égaliseur de lumière, rétablit l’équilibre entre tous ces lieux, de façon qu’un sain éclat diffuse partout de manière égale sans  faire de jaloux. Ainsi celui qui veut lire un livre, décrypter une belle face ou voir plus clair en soi puisse le faire sans se déplacer. Le transporteur de lumière accepte les pourboires en candelas ou, à défaut, en pièces de soleil. En bref, l'égaliseur de lumière repasse derrière le faiseur de lumière, une espèce de fonctionnaire du ciel qui ne brille pas par son énergie. Celui qui exerce la profession ne doit pas forcément être large d’épaules ou inscrit à un club de musculation. Il est même à souhaiter qu’il soit léger comme l’air mais ce n’est pas encore une condition demandée par l’employeur.        

  • Releveur de têtes

    La fatigue, l’accablement, les coups durs de l’existence, la crise permanente, le climat de la planète, les vains (d)ébats,  le sommet de Copenhague, Sarko ou Leterme etc. nous font courber l'échine, et on connaît le dicton : tête baissée, corps en berne. Le releveur de têtes agit avec méthode. En faisant suivre au patient un régime strict qui comporte (grosso modo) les étapes suivantes : apprentissage du nom des nuages (cirrus, cumulus, stratus…), stabilisation des membres inférieurs et affermissement du ventre, cueillette de fruits genre pomme poire cerise (éviter la cueillette des myrtilles, fraises et autres fruits des sous-bois), installation (selon l’orientation ou la déviance sexuelle du patient) de posters de femme d’homme ou d’animal nu au plafond, voire de seins postiche et autres fanfreluches que la décence (et la direction des Skynetblogs.be) nous interdit d’énoncer ici. Au bout de quelques semaines, les effets ne tardent pas à se manifester. Le patient peut à nouveau marcher la tête droite comme un i. De plus il aura une connaissance précise du type de nébulosités et il pourra se prémunir contre les rhumes, grippes et autres angines.

    Seul effet secondaire indésirable constaté jusqu’à présent, certains patients éprouvent des raideurs dans le haut du dos, des contractions des épaules et un gonflement du cou qui ne vont pas toujours sans provoquer des sautes d’humeur mais surtout des hypertrophies de l’ego qui peuvent à terme, on le sait d’expérience, provoquer un rejet social sur le lieu de travail ou dans le milieu familial.  Et c'est  ainsi qu'on en viendrait à se couper la tête.

     

  • Nouveaux métiers (26): tueur de temps

    Le tueur de temps est un métier pour glandeurs et ex-fonctionnaires. Le tueur de temps se contente de rester immobile mais ce n’est pas une obligation, c’est seulement plus spectaculaire : il trucide l’air de rien et sans que jamais personne n’y trouve à redire.

    Il tire profit du contexte, ennuyeux à souhait. Ainsi on verra l’assassin d’instants perpétrer ses crimes en vitrine des magasins ou sur une estrade montée dans la travée centrale des centres commerciaux. La cliente odorante d’Ici Paris XL, le promeneur de chiens de fantaisie, le préretraité de l’enseignement, le chômeur en fin de droit, le demandeur d’asile en attente d’expulsion, l’évadé de la maison de repos, l’écrivain en mal d’inspiration, le futur suicidé de France Télécom (ou Peugeot ou Thalès ou…), l’employé irradié d’Areva ou d’Electrabel, l’élect(rocut)eur déçu de Paul Magnette, le père désoeuvré de Charles Michel, l’ancien colleur d’affiches recyclables des Verts assisteront ainsi en toute impunité à l'exécution en place publique.

    L'assassin peut saler ses meurtres, ne pas se contenter d’une étiration en bonne et due forme, en torturant l'instant, en prolongeant ses souffrances au-delà des convenances temporelles. Il sera rétribué par les nombreux sponsors suisses qui le soutiendront dans ses horribles séries. Enfin, il sera jugé par une cour spéciale qui siégera dans une salle en forme d’horloge. Il écopera en général d’une peine égale au nombre d’instants assassinés.

  • Nouveaux métiers (25): comebacker

    Le comebacker revient toujours ! Même absent, il est celui dont on guette le retour, dont on sait qu’il va revenir. C’est la valeur sûre de l’entreprise, du secteur privé ou public : il n’y en a plus d’autres. Il est là sans être là. Absent, on pressent son retour. Et présent, on sait qu’il va disparaître à nouveau mais bien vite se repointer, avec l’accord des syndicats, la bénédiction des patrons, le soulagement des cellules d'aide à la réinsertion. Le comebacker se situe à n’importe quel niveau de l’ascenseur social : cadre, employé, ouvrier, manœuvre… Même parmi les chômeurs,  on trouve des comebackers : ceux qui perdent leurs allocations et qui les retrouvent au terme d’un stage d’attente ou d’une préformation.

    Le comebacker doit préparer son retour. Un emploi trop tard et son public perdrait patience, il quitterait derechef la période d’attente et il se retrouverait le job dans l’eau.

    Le comebacker joue contre l’oubli. Comme un vieil acteur, un animateur de télé  sur le retour, combien de comebackers sont réapparus au mauvais moment, dans un environnement social modifié, en marge de leur public ; ceux-là on fait un flop et on ne les revit jamais.

    L’activité de comebacker est la plus difficile qui soit mais, quand elle est bien menée, elle procure à ceux qui la pratiquent et leurs inconditionnels une joie sans commune mesure dans les corps de métier stabilisés et, on va dire, passablement ringardisés. 

  • Nouveaux métiers: Suicide mode d'emploi

     

    Pour se faire embaucher par une grande entreprise fraîchement privatisée, le suicidaire qui peut produire des attestations de (presque) réussite en la matière aura plus de chance qu’un velléitaire qui ne met pas ses actes en conformité avec sa dépression, et ils sont nombreux. On comprend dans ce cas que les directeurs du personnel de ces sociétés rechignent à miser leurs euros sur des valeurs aussi peu fiables pour la réputation de leur société, la barre de France Télécom (une entreprise innovatrice) ayant été placée très haut. C’est pourquoi le suicidaire suivra avant sa mise à l’emploi (et bientôt en bière) un stage d’attente au cours duquel des psychologues d’entreprise, des chefs de service retors, et un système de brimades attestés par un DRH spécialisé, assureront la perfectibilité de stagiaire de façon qu’aucun couac ne survienne au moment voulu, ce serait dommage pour l’image de la boîte et de son patron. Une opportunité sans précédent s’offre désormais pour les loosers qui ont la chance de décrocher un job qui sera aussi leur dernier. Ils doivent saisir cette occasion car rien ne dit (hélas) que cette époque bénie durera.

  • Redresseur de flore

    La flore est menacée, des espèces disparaissent toutes les secondes, principalement celles vivant en milieu urbain où se concentrent les pics de corruption. Des espèces d’hommes politiques intègres, des combattants des droits de la pomme, des exploitants du flou de Bruxelles. Le redresseur de flore, d’ascendance baba au rhum, redresse la flore menacée, il libère sur les contrées touchées un gaz à effet de vert qui brouille les autres couleurs et donne du redressage une idée morale. Le redresseur éradique les comportements et techniques à la base de la déprédation de la nature : les canettes qu’on jette sur la chaussée si elles ne sont pas de thé vert, les panneaux électoraux s’ils ne sont pas solaires, les véhicules non électrisés, les maisons proactives, les mauvais trieurs et les ampoules qui laissent à éclairer. Chez lui, le redresseur de flore s’économise, il fume comme un beau page de l’herbe de pâturage et il boit de l’essence de colza sous des pales d’éoliennes. Il n’a rien à se reprocher même s’il cherche beaucoup ; pour sûr qu’il gagnera - fort tard - le paradis des écologistes le Jour du Développement durable.

  • Masseur de langue

    Un peu comme la plante de pied, la feuille de vigne ou le crâne de Bruce Willis, la langue possède une infinité de points sensibles en liaison avec le reste du corps. Le massage de langue se pratique avec les pouces et les index, exceptionnellement avec le majeur de la main droite. Palpation, malaxation, tirage, c’est volontiers brutal mais très vite profitable. De façon à amener ensuite de la douceur, de la délicatesse partout. On peut opérer le massage   après nappage de miel ou huiler avec du Saint Emilion grand cru. Si le massé est coquet, il pourra demander un bout de langue en biseau avec léger retroussis. Le massage de langue terminé, le propriétaire de la bouche se sent régénéré, il parle plus fort et déblatère davantage sur ses semblables. Il tourne des phrases plus virulentes, lance des saillies plus pointues. En d’autres termes, il sera plus à même de rendre toutes les subtilités de langage dans l’art de proférer des méchancetés.

    Il pourra aussi crier à pleins poumons lors des manifestations organisées contre le patronat pourri, brailler du Robert Cogoi* en maison de repos, reprendre du Bénabar en chœur ou encore siffler l’Halleluia d’Haendel en toute impunité. Ou encore fêter connement les hommages nombreux rendus à Sœur Sourire.  

    Signalons enfin qu'il est formellement interdit au masseur, pendant ses heures de travail, d'user d'autre chose que des doigts. 

     

    * chanteur belge des années 60, rival éphémère de Salvatore Adamo

  • Chanteur de fond d'écran

    Pour qui possède un bel organe, à l’heure du numérique, voici un véritable métier d’avenir. Le chanteur de fond d’écran intervient de manière concertée ou sauvage (dans un premier temps) sur votre écran d’ordinateur.

     

    Selon vos goûts, il vous chantera du Cabrel, Distel, Duteil, Brel, Bruel, Faudel, Bretelle (tous les chanteurs en  el), du vieux chanteur de rock façon Plant, Jagger, Bowie, Gilmour, Mc Cartney, Clapton, Elton - ils sont légion quoiqu’en voie d’extinction -, du chanteur en ouh ouh façon Bonou, Sardou, Calou, Murout, Garou, Camillou, Miou-Miou, Mansout, Sinatrou...; du chanteur folklorique type Caradec, Miossec, Julian (Charlotte), Florent (Pagny), Lenorman, Brillant, Fabian (Lara), Goldman, Lalanne… ; du chanteur en ah ah ah : Tina, Héléna, Carla, Marka, Lara (Catherine)… ; du chanteur en une lettre: A, M… ; du chanteur à  redoublement de lettre: Tété, Bébé, Cucul… les chanteurs sans voix (reposants), les chanteurs à texte (même mal tapés). Et bien sûr les chanteurs DCD, très courus sur le Web et partout ailleurs.

     

    Dès que vous voulez l’interrompre, le chanteur de fond d’écran s’éteint, il quitte son lieu de travail. Avantage certain, le chanteur de fondécran (en un mot pour économiser une lettre, la d, et son apostrophe, qui peut servir à d’autres usages même si la présente incise en aura coûté plus d’une) ne s’incruste pas contrairement aux chanteurs ordinaires dont certains ne quittent la scène qu’à leur mort - les chanteurs en o(u)r façon Gainsbourg, Salvador, Aznavour - accédant alors à l’immortalité dont ils rêvaient depuis toujours (Je me voyais déjà dans l’au-delà la la la… )

     

    Ndlr :Le chanteur de fond d’écran est à distinguer du chanteur de fond, qui chante sans arrêt durant des heures, devant un public comme hypnotisé voire carrément endormi au mépris de l’électricité (donc du dérèglement climatique), des techniciens, et de la femme de ménage, son balai à la main. Le prototype du chanteur de fond, celui qui a comme qui dirait lancé le genre, est un ancien tennisman de fond (de court) que tout le monde reconnoahtra.

     

  • Gardien de bisons

    Métier quasi disparu depuis la furie massacreuse de Buffalo Bill. Heureusement il reste les Buffalo Grill où les gardiens de cinquième génération, recuits certes, peuvent surveiller de près le précieux barbecue.

  • Gardien de vison

    Le gardien de vison est précieux lors des dîners en ville, des soirées dansantes huppées. Sans quitter d'une semelle la pièce maîtresse, il éloigne les importuns, les empêcheurs de s’habiller en vison. Si la fourrure a besoin de quelque chose, il se précipite, il ne compte pas ses efforts, il redouble d'attention de telle sorte que, lorsque sa propriétaire le retrouve après avoir bu, dansé, embrassé ou beaucoup parlé, le vison ne lui semble pas altéré  par l’absence : au contraire, elle retrouve un vison revivifié, empli de neufs ferments. Le gardien de vison prend place, rentré à la maison, dans le placard le plus proche de la penderie chic où reposera son gagne-pain.

    (à suivre)

  • Gardien de visions

    Vous avez des visions : des saints et des seins, des femmes fées ou des hommes faits princes, des pièces d'or, des trésors d'étoiles... Mais vos visions ne durent pas, leur écho se dissipe vite. Le gardien de visions vous les garde au frais, au-dessus de l'obscurité ambiante. Dans la nuit du quotidien, vos visions continuent de lancer leurs feux pendant que vous vaquez à vos petites occupations, à vos espoirs routiniers, à vos bouleversements minuscules... Et quand, à bout de la période de travail obligatoire ou de vacances exténuantes, vous faites appel au gardien de visions, elles sont là avec tous leurs effets restés intacts, leur pouvoir de vous transporter dans un monde imaginaire et hautement accueillant. Enfin, vous pouvez jouir de vos visions en toute liberté et jeter les déchets au gardien qui saura en faire bonne image.

     

    (à suivre)

  • Écrivain industriel

    L’écrivain industriel travaille pour des maisons d’édition cotées en bourse, des filiales de groupes financiers. Il est soumis à de grosses cadences : pas le temps de penser, juste la pause pour les besoins naturels, les sorties autorisées sous surveillance éditoriale. L’écrivain industriel est payé au nombre de mots, pas au nombre d’idées. Il produit des livres à la chaîne où les mots semblent flotter entre deux phrases, ils ne sont là que pour porter le récit, le relancer. Comme ses livres se lisent vite, il doit produire en série. Il ne compte plus ses lecteurs qui sont pris dans la masse.


    Il se démarque de l’écrivain amateur ou artisanal qui va à son rythme, publie peu ou à compte d’auteur, vend à la famille, aux amis, aux collègues de travail qui achètent ses livres comme on prend, sans regarder, le produit pour une bonne œuvre : un bic, un calendrier ou, jadis, un porte-clé.


    L’écrivain industriel passe à la télé, l’écrivain amateur (ses livres !) passe au pilon. C’est demain que l’écrivain artisanal aura sa revanche. Les enfants de l’écrivain artisanal ressortiront l’objet d’un tas informe de papiers couverts de poussière dans un grenier obscur en s’écriant : "J’en ai un, j’en ai un !" Alors que les pièces de l’écrivain industriel n’auront depuis longtemps plus la moindre valeur, le nom de l’auteur  étant passé à la trappe de l’histoire littéraire. Et si par hasard il s’en trouve un dans le caniveau, tombé de la benne à ordures, personne, par honte d’être vu, ne s’abaissera pour le ramasser.

  • Sculpteur d'air

    On connaît les sculptures de sable, les sculptures de glace, on connaît moins les sculptures d’air.

    Elles fleurissent çà et là, et par  temps clair, au-dessus des plaines à la fin de l'hiver. Seulement elles restent invisibles et personne ne peut les voir à l’œil nu. Il faut les imaginer là on voudrait prendre leur empreinte, fixer ses pointillés dans le paysage, les déposer au gré de ses regards sur l’horizon ou entre ciel et terre. Les figurer juste en dessous de la nappe nuageuse, en suspension sur le souffle des oiseaux...

    Le sculpteur d’air n'a besoin pour tout outil qu’un peu de rêve,  une bonne dose de chimères et d'un ciseau très fin n’altérant que la surface de la masse pneumatique. Si la sculpture d’air nécessite un diplôme universit-air, des apprentis sans qualification mais dotés d’un bon sommier en plumes d’oie sauvage ont réalisé des sculptures fabuleuses qui ont pris place dans l’histoire de l’air.


    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    Hold time, M. Ward

  • Déplaceur d'objets

    Vous hésitez entre plusieurs orientations professionnelles ; vous ne savez plus quoi faire de votre journée, entre les rediffusions de La Nouvelle Star et les propositions d’amis sur Facebook ; vous avez un talent caché que vous évitez, par pudeur naturelle, de mettre en avant... Devenez déplaceur d’objets chez les richards, les rois de la finance, les ploucs qui accumulent les bimbeloteries. Combien l’univers familier avec ses objets indéboulonnables nous pèse et qu’on ne sait plus modifier. Si vous les volez, vous ferez d’une pierre deux coups: vous enrichirez votre patrimoine de nouvelles pièces vintage et vous débarrasserez le plancher d’origine d’un objet devenu excédentaire chez son inconsolable et illusoire propriétaire.

    S’il possède des connaissances de base en informatique, le déplaceur d’objets pourra aussi bouger les icônes couverts de poussière numérique qui s’enracinent dans un coin de la page d’accueil de votre inamovible pc.

  • rassembleur de regards

    Les particules de regard se concentrent principalement, on le sait, auprès de certaines images qui font le bonheur des fonds d’écran: femmes nues, belles carrosseries, couchers de soleil, chats, chiens, fleurs, plages, montagnes …. Certaines  même, cumulant divers motifs, aimantent un tel nombre de particules que leur vue en devient rebutante, produisant comme une allergie à leur égard et, à terme, une obtruction grave de la vision.

    Le rôle du rassembleur de regards sera non seulement de ramasser les nombreux regards épars mais aussi de désengorger les concentrations trop fortes de façon à uniformiser la masse  globale et obtenir une répartition uniforme sur toutes les matières réfléchissantes. Les risques de dérèglements optiques ayant atteint un seuil critique, on a observé sur la terre de nombreux cas de tremblements ou d’explosions d’images après bombardement de cette poussière subtile sur les surfaces photosensibles. L’avenir de la vue sur la terre dépendra, à coup sûr, de la faculté de travail des rassembleurs de regards  

  • testeur de texte

    Le testeur de texte travaille en amont du lecteur employé par une maison d’édition. Parfois certains lecteurs retraités assurent le job. Même si, par malchance, ils n’ont jamais rien lu de valable durant leur carrière, ils pourront faire profiter de leur expérience l’apprenti-écrivain voire l’écrivain confirmé qui doute toujours.

    Comment les essais ont-ils lieu ?

    Le testeur de texte reçoit le texte sur la tronche trois fois de suite.

    1°/ S’il supporte la volée complète sans rechigner, c’est que le texte est bon.

    2°/ Si, après le premier coup, il renonce à son salaire, c’est que le texte est mauvais (et vous ne payez rien à le savoir).

    3°/ Si le texte est moyen, le testeur de texte empochera son émolument et fera Mouais bon, ce qui, dans le langage sommaire du testeur de texte veut dire que l’écrit est à chier mais que le testeur de texte a une famille d’analphabètes à nourrir.

    Les frais occasionnés par les services du testeur de texte sont remboursés – depuis peu - par l’association pour la défense des éditeurs (in)dépendants. 

  • compteur d'amis sur Facebook

    Vous faites et refaites les comptes : votre quorum d'amis sur Facebook n'est plus atteint. Il en manque bien un, mais lequel? Un émissaire du réseau social le plus couru vous est aussitôt envoyé (on expérimente les possibilités de le télécharger sur votre bureau) qui épluchera vos comptes et  identifiera l'ami renégat parti, qui sait, augmenter le nombre d’amis sur un autre profil, ce qui serait regrettable. Le compteur d’amis peut, contre un supplément versé à votre opérateur, intervenir auprès du parjure pour connaître les raisons de son désistement et, s’il le faut, user de tout son poids (menace de radiation à vie du réseau, interdiction de Youtube, Myspace et autres mesures de torture mentale) pour la réintégration de l’ami retors. Décidément Facebook pense à tous.

  • compteur de gilles

    Lors des fêtes folkloriques locales, le compteur de gilles (rétribué par le SNPM, le Syndicat National de la Police Masquée) relève le nombre de bonshommes empaillés qui se dandinent en grelottant avec une espèce de  panier rempli de plumes sur la tête. Si, ayant trop bu de champagne le compteur de gilles se retrouve affalé sur le bitume, il peut compter le nombre d’oranges qui filent dans les airs ou s’écrasent sur sa face rosie. Il divisera par dix douzaines pour obtenir le nombre moyen de gilles présents durant la manifestation pédestre contre l’augmentation du prix des agrumes en période préprintannière. Si le compte est bon, le compteur de gilles obtiendra son passeport pour Rio.

     

    Lire aussi la recette du pâté de gille à la mode de Binche, sauce orangée de Jean-Pol Thomas:

    http://74.125.77.132/search?q=cache:UXa1GZOgxvYJ:www.leoscheer.com/manuscrits/jean-pol-thomas-recettes/pdf.php+kilos+d%27orange+par+jour+gilles&hl=fr&ct=clnk&cd=5&gl=be

  • compteur de... (fin de la 1ère série)

     

    1.5. compteur de bouchons

    Lors des fêtes grandioses, les bouchons sautent dans tous les sens sans que personne n’en tienne le décompte, tout le monde ne pensant, et c’est loyal en la circonstance, qu’à festoyer. L’intérimaire qui exercera cette fonction doit avoir l’œil vif et mobile car il devra embrasser du regard des envols dispersés aux quatre coins cardinaux, et c’est peu dire. Une erreur d’un bouchon peut être fatale à son avancement dans la profession. Une erreur de deux le rétrograderait automatiquement au rang d’ouvreur de bouteilles… de Schweppes.
     

    1.6. compteur de Souchons

    En période de sortie d’un album du chanteur full sentimental, compter le nombre des apparitions souchonesques vous sortira de la torpeur engendrée par le battage médiatique. Le comptage de Souchons (qui, soit dit en passant, prolifère dans le règne animal : on a dernièrement identifié un ours qui se réclamait de ce patronyme*) ne rapporte rien mais il est un moyen commode de chanter le temps.

     

     * pour les ignares en matière souchonesque, un des fils chanteurs d’Alain, a pris le pseudo d’Ours.  

     

    Deux liens pour me faire pardonner ce crime de lèse-majesté :

    ♫  Rive gauche :

    http://www.youtube.com/watch?v=AhYRIbGVNl0

    ♫  Putain ça penche :

    http://www.youtube.com/watch?v=EGuf84uN2MI&feature=channel

     

  • Compteur de... (suite)

    1.3. compteur de houblon

    Le compteur de houblon compte les bières qui passent d’un côté du comptoir à l’autre. Le barman lui met un pot chaque fois qu’il en a recensé mille. Quand le compteur de houblon atteint le nombre de 36 000, il est alors nécessaire d’opérer à son remplacement, la marge d’erreur devenant trop importante.

     

    1.4. compteur de Ah bon

    Le compteur de Ah bon est particulièrement utile lors des concentrations de naïfs exposés à des assauts de savoir à sens unique de la part de messieurs et mesdames je-sais-tout. Le compteur de Ah bon permettra, dans un premier temps, de prendre la mesure de l’ignorance du naïf, ensuite de relativiser la vraisemblance des connaissances ou nouvelles volontiers sensationnelles dont il a été victime en les confrontant aux faits impudemment rapportés.

      

    Attention, le compteur de Ah bon se différencie du compteur de « a bon » proclamés dans un français approximatif par des personnes concluant de la sorte que l'existence leur est favorable. L’aboniste fait précéder son expression favorite de son prénom ou de celle d’une personne de ses connaissances dont il pense qu’elle partage son optimisme en toute chose.

    Ainsi on pourra entendre, aux plus hauts sommets de la monarchie ou de la république, des « Albert a bon », « Elio a bon » ou encore « Nicolas a bon », « Carla a bon »…

     

    (à suivre)

     

  • Compteur de...

    « On peut tout compter à condition d’y mettre les formes »

    Pythalès

    « On ne finit jamais de compter »

    mon banquier

    Pour les arithméticiens invertis, les comptables licenciés d’une boîte retorse, ceux ne qui ne pensent qu’en chiffres, voici des nouveaux métiers susceptibles de combler leurs attentes.

     

    1.1. Compteur de moutons

    De nombreuses personnes, quoique insomniaques, en ont ras la laine de compter chaque nuit blanche les moutons : ils paieraient cher pour trouver quelqu’un qui se chargerait de les compter à leur place tandis qu’ils vaqueraient à leurs idées noires en toute tranquillité.

     

    1.2. Compteur de boutons

    Les adolescents éprouvent les pires réticences à compter leurs boutons d’acné (quoique certains s’en délectent). Le compteur de boutons, muni de son boulier (éventuellement du bouclier, fort utile en la circonstance) dénombre les éruptions cutanées et les renseigne sur un graphique. A l’aide d’un portable de poche et de son logiciel Excel, il peut chaque matin et chaque soir livrer l’évolution, graphique à l’appui, de la maladie juvénile à l’intention de l’ado boutonneux. 

     

    Attention, pour certaines peaux érythémateuses, le compteur de boutons devra posséder les lois de probabilités et des connaissances dans le domaine du calcul et intégral et de la Théorie du chaos.   

     

    Signalons que le compteur de bubons est une spécialité de ce nouveau métier.

     

    (à suivre)

  • Chasseur de fakirs

    Le fakir est en voie d'extinction. Il est temps de retrouver les derniers spécimens afin de les confiner dans des réserves protégées, de les héberger dans des environnements délétères à souhait : pièce au sol clouté, lit de verre brisé, canapé de braises. Le fakir est un exemple pour nos sociétés de citoyens plaintifs, se lamentant sans cesse sur la baisse de pouvoir d'achat, la montée du prix de l'essence, leurs conditions de travail ou la non ponctualité des transports en commun, ou encore sur la pourtant judicieuse iniquité salariale. Et pestant, par le biais des syndicats maudits, à l'annonce de la moindre réforme, des salutaires plans de rigueur, des saines délocalisations...

    Il est temps de revaloriser le statut du fakir, de rallumer sa flamme, de le monter en épingle sur un tapis d'aiguilles rouges. Signalez les fakirs qui hibernent, se cachent comme des chiens malades pour mourir faute de n'être plus considérés à leur juste valeur. Offrez-leur de quoi (couteaux, clous, lames, pilons) souffrir dans la  paix et la joie pour les récompenser de leur exemplaire abnégation.

  • trayeur

    Au  moment où le trader n’a plus la cote, où il galvanise les rancœurs d’une génération d’ultralibéralistes déçus, le trayeur renvoie au passé et au travail manuel, à la sensualité du manipulateur de pis, de l’extracteur de lait.

    Ne fais pas trader, entend-on de plus en plus dans la bouche parentale à l’intérieur des villas cossues du front de mer ou des banlieues chics. Pour ton Noël, je ne t’achèterai pas l’Adam Smith illustré mais une vachette nourrie au maïs transgénique.   

  • Homme-souche

     

    Après les hommes-troncs, est venu le temps des hommes-souches (David Pujadas ayant été le présentateur de transition) dans les journaux télévisés. Surtout en présence de dirigeants forts mais pas très grands qui occupent l’espace télévisuel comme leur jardin, l’homme-souche ne fait pas ombrage. Il est comme arrêté dans sa croissance. On l’entend, on le devine, mais il s’efface derrière les hommes politiques qu’il présente. Cela nous épargnera les mimiques compatissantes, attristées ou amusées, les jeux de bouche ou de regard lors du défilé quotidien des images du monde.

    L’homme-souche sera forcément discret, suffisamment court sur pattes mais possédant toutefois un bel organe – vocal, s’entend. Car il ne faudrait pas que le spectateur, après avoir augmenté le cadrage de son téléviseur, pousse aussi le son. Attention, l’homme-souche n’est pas comme l’homme de radio. Exceptionnellement on laissera l’homme-souche se développer et devenir un présentateur de belle taille, pour annoncer notamment les faits divers, les nouvelles d’Outremer*, la météo hivernale, la page spectacles ou encore le Lot(t)o : tous les sujets, dirons-nous, de basse futaie.     

     

    * Je suis toujours étonné du peu de cas qui est fait dans les jt français des nouvelles en provenance des territoires d'Outremer.

    Rue 89 souligne à juste titre ce déni dans l'intervention présidentielle comme dans les questions des journalistes.

    http://www.rue89.com/2009/02/06/la-guadeloupe-nest-pas-la-priorite-de-nicolas-sarkozy

     

  • Fils (fille) d'homme (de femme) politique

    Pour qui ne sait rien ou quoi faire dans la vie, et au lieu de choisir la carrière pénible d'avocat d'assises, d'assistant universitaire, de chômeur en fin de droit, de psychologue d'entreprise, d'enseignant du plein exercice ou d'ouvrier du bâtiment, l'enfant d'homme (au sens large) politique a son destin tout tracé devant lui. La vie politique, telle que relayée par les médias, nous donne de nombreux exemples accablants de ce dont ils sont capables. Les plus habiles arrivent vite à nous faire oublier leur parent mais c'est un effet de brouillage familial consubstantiel à ce cas de figure. Certains, par crainte du ridicule (on les comprend !), hésitent encore à franchir le pas. Rappelons-leur que, partout ailleurs, les examens et autres rites de passage seront de rigueur et qu'il n'y aura pas d'électeurs gogos prêts à voter, les yeux fermés, pour un nom, une allégeance au titre familial.

    Le fils ou la fille d'homme politique doit faire fi de ses scrupules, il doit aller de l'avant, sans oublier l'auteur de ce bon conseil (qui, comme tout le monde, rame dans la vie de tous les jours) quand il aura remplacé son papa ou sa maman chérie en haut de l'affiche électorale.

     

  • Le démarreur de phrase

     

    Le démarreur de phrase est une spécialisation du coaching littéraire, il s’adresse aux écrivains en panne. Le démarreur de phrase intervient lors des longs hivers littéraires quand l’inspiration du romancier, du nouvelliste s’est fait la malle au soleil et qu’il risque de manquer la rentrée, faute de matériel à proposer à son éditeur attitré et impatient. Le démarreur vient avec ses idées qu’il tente de faire coller à celles de l’auteur malade : plusieurs essais sont parfois nécessaires, plusieurs tentatives de raccordement. Si la flamme ne prend pas, le démarreur de phrase se met aux commandes et allume le texte ; sur sa lancée, il peut enflammer tout un paragraphe voire un chapitre (si le démarreur reçoit un complément de salaire) que l’écrivain en titre poursuivra grâce aux ficelles du métier.

     

    Le démarreur de phrase intervient le plus généralement chez des écrivains confirmés mais il peut aussi mettre le pied à l’étrier à des écrivains débutants et même novices. Une seule phrase bien placée pourra déclencher le processus, planter les germes d’une carrière féconde d’écrivain, à succès ou non, selon que l’intéressé est ou non télégénique. Cependant on connaît peu de démarreurs de phrases à avoir obtenu le Goncourt. Ce boulot, comme celui de nègre, rapportant trop et vous évitant les inconvénients d’une carrière au grand jour qui vous limite souvent à un seul style alors que le démarreur maîtrise tous les genres : polar noir ou blanc, poésie rock-rauque, auto science-fiction, littérature rare, crade, crabe…

    Idéal donc pour les écrivains en herbe qui ne pensent pas forcément à prendre racine dans la profession.

  • Le rafistoleur de silence

    Le silence est fragile. Un simple murmure, un clapotis de crapaud, un glouglou de goulot, un froissement de feuille et il se brise. Alors on appelle les secours. Les grands moyens sont parfois nécessaires. Aux grands maux les grands remèdes, comme on dit. Un haut cri, un vrombissement d'A180, un coup de Clash, Motorhead ou autres Sex Pistols et un silence à la Delerm, à la Françoise Hardy ou à la Benjamin Biolay s'impose. Si le maître en vide intersidéral a bien travaillé, un silence d'or coûtant toutefois les yeux de la tête d'un Marceau au mieux de son mime s'installe bientôt. Le silence est rétabli. Bien arrimé sur ses bases, il tiendra longtemps, à l'abri des éclats de voix et des pétarades royales. Le rafistoleur de silence peut reprendre ses activités mutiques jusqu'à la prochaine perturbation sonore.