Textes et aphorismes de Denis BILLAMBOZ

  • JUSTE UN PETIT SOURIRE (Souvenir d'Axionov) par DENIS BILLAMBOZ

    Juste un petit sourire

    (souvenir d’Axionov)

     

    La_vache_qui_rit.jpg

     

    A l’heure du fromage

    Il entonna la chevauchée des Vaches qui rient

     

    @@@

     

    Un ténia égaré

    Cherchait à rentrer à bon porc

     

    @@@

     

    Avec son crâne d’œuf

    Il entretenait une poule

    Et draguait des cocottes

     

    @@@

     

    Il était irascible en permanence

    Un vrai sérial colère

     

    @@@

     

    Mou comme une endive braisée

    Un (héma)tome sur les bras

    Il avait été piqué

    Par un chicon d’bougnat

     

    @@@

     

    Pour récolter des belles tomates rouges

    Il faut avoir la main verte

     

    @@@ 

     

    youhavetobekiddingme.jpg

     

    Les Américains votent bientôt

    Je crains qu’ils se Trump encore

     

    @@@

     

    La fabrique de skis a dérapé

    En changeant de direction

     

    @@@

     

    Dire que les Chinois ont inventé la poudre

    Est un peu abusif.

    Ils n’ont inventé

    Ni la poudre d’escampette

    Ni la poudre aux yeux

    Ni la poudre de ris (de veau)

     

    @@@

     

    Survivant de Sajarevo :

    sauvé d’une sale salve slave

     

    @@@

     

    g760.jpg

     

    A la Monnaie

    J’ai vu une pièce

    Qui ne vaut pas un kopeck

     

    @@@

     

    Elle se croyait chic

    Mais n’était que négligée

    Dans sa jupe qui plisse partout

     

    @@@

     

    Il avait la gueule de bois

    Il avait mangé des noix d’acajou

     

    @@@

     

    Son numéro de charme

    Avait laissé l’écuyère de bois

     

    @@@

     

    Kim-Jong-Un.jpg

     

    Devise coréenne :

    Honni Kim mal y pense

     

    @@@

     

    Les moines à la chasse

    Burent le calice jusqu’à l’hallali

     

    @@@

     

     Ayant mené une vie vertueuse

    Il s’était grâcement enrichi

     

    @@@

     

    Animaux-Insectes-Abeille-455318.png

     

    L’abeille de Cadix

    Fait le miel de l’amour

    Tique tique ail ail

     

    @@@

     

    Il touchait le fond

    Il n’avait pas touché ses fonds

     

    @@@

     

    Mort vivant :

    En vie sans envie

     

    @@@

     

    Il rêvait de publier un roman noir

    Dans la Collection Blanche

     

    @@@

     

    Il recherchait le meilleur

    Il trouva le mec plus ultra

     

    @@@

     

    Souffrant de vague à l’âme

    Il eut un malaise vagal

     

    @@@

     

    A ceux voulant pacifier

    Il ne faut pas s’y fier

     

    @@@

     

    Ce con il ne gagnait jamais

    Il finissait toujours second

     

    @@@

     

    Elle lui refusa un petit bonheur

    Ce n’était pas sa bonne heure

     

    @@@

     

    pourquoi-vache-rit-tire-langue-L-1.jpeg

     

    Il disait qu’elle était mauvaise langue

    Il ne l’avait même pas essayée

    Il ne l’avait même pas goûtée

     

    @@@

     

    Les vieilles familles

    Ne sont pas toujours

    Des familles de vieilles

    Quoique… !

     

    @@@

     

    216x0

     

    La macroéconomie

    N’est pas une économie de maquereaux

    La Maqueron économie non plus

    Quoique… ?

     

    @@@

     

    Porté sur l’alcool

    Il picolait sec

    Des vins doux

     

    Fotolia_33237649_Subscription_XXL.jpg

  • PAS SÉRIEUX de Denis BILLAMBOZ

    APHORISMES 

     

    Pour son joyaux anniversaire

    Il lui offrit un diamant

     

    719852_3UPDRQLDXQ3N2QCC1WPS4PNCK7L8ZU_13-4_H191550_L.jpg

    @@@

     

    Elle l’invita pour la forme

    Il accepta pour ses formes

     

    @@@

     

    Les bas c’est plus raffiné que les collants

    C’est évident

    Ca bas de soie

    b82ad933.jpg

    @@@

     

    Son commerce se développant

    Il transféra son affaire

    Dans le quartier de La Défonce

     

    @@@

     

    J’ai assisté à un grand match de « Voilà Ball »

    Les deux intervenants se sont livrés une belle joute

    Ils s’adressaient des balles de « voilà » en rafale

    Devant un tel déferlement, le jury déclara le match nul

    Voilà !

     

    @@@

     

    A la cour du Prince

    Un jeune troubadour

    Confondit un haut de page

    Avec un rot de page

    Son lai en fut gâché

    Comme lait caillé

     

    @@@

     

    Belles et putes : diaboliques !

     

    @@@

     

    Pour les séduire

    Il prescrit du fer aux nonnes

     

    @@@

     

    Ses jours étant comptés

    Il régla la taxe de ses jours

     

    @@@

     

    La main de ma sœur

    Est aussi efficace

    Que la main de masseur

    Pour soulager les crampes

     

    @@@

     

    Elle était vraiment peu sexy

    C’était miction impossible

     

    @@@

     

    Devant la statue d’une Vierge allaitante

    Une vierge et ses tantes

    Glissent un cierge en la fente

     

    viergeallaitant.jpg

    @@@

     

    Il y avait ball trap au village

    L’orchestre pétaradait

     

    @@@

     

    Vingt cons, vingt culs

    Convaincus

    Que le vin cuit

    A vaincu les morpions

    Qui l’eut cru ?

     

    @@@

     

    Il ne faut pas confondre

    Branler du chef

    Et

    Se masturber les neurones

     

    @@@

     

    Dans le Doubs nous avons quelques sites célèbres

    Dont le Saut du Doubs

    Très belle cascade

    Sur la frontière suisse

    Ce qui a permis à un parlementaire

    Cet oiseux calembour

    En parlant de l’un de nos députés

    Il le surnommait :

    Le Sot du Doubs (sic)

    la-cascade-du-saut-du-doubs-visorando-166.jpg

    @@@

     

    De voyage en Irlande

    Je pensais bien manger

    Mais dans un pays de « Mc » et « d’O’ »

    Ce n’est pas évident

    220px-McDonald's_sur_Times_Square.JPG

    @@@

     

    Militaire dans la trouée de Bâle

    Ne craignant pas les trous de balles

    Il se prenait pour Asdrubal

     

    @@@

     

    Dans mon quartier

    On peut payer en liquide

    Au noir

    On peut payer en poudre

    En blanche

     

    @@@

     

    Il avait attrapé une maladie pas nette

    La coquelouche

     

    @@@

     

    Elle lui avait posé un lapin assaisonné

    Un lapin d’épices

     

    Lapin-en-pain-d-epices-39-0c.jpg

    @@@

     

    Il s’est cassé une dent

    En croquant un piercing

    Dans du lard gothique

     

    $_35.JPG

    @@@

  • DÉCADENCE suivi de SOIR NOIR par DENIS BILLAMBOZ

    DÉCADENCE

     

    Vague bleue

    Vague rose

    Marée marine

    Marée noire

     

    Le pays rugit

    Le pays s’avilit

    Le pays se liquéfie

    Le pays est puni

     

    Ils n’ont pas servi

    Ils se sont servis

    Ils voulaient être aimés

    Ils ne savaient pas aimer

     

    Noyés dans la décadence

    Ils ont connu la déchéance

    Laissant le pays en déshérence

    Pauvre France

     

    13798859.jpg

     

    SOIR NOIR 

     

    Vague bleue

    Vague rose

    Marée marine

    Marée noire

     

    Déferlent les flots

    Coulent les mots

    Inondent les pages

    Remplissent les plages

     

    Les urnes parlent

    Le peuple s’alarme

    Les élus se défilent

    Nos enfants se méfient

     

    C’est la France

    Qui entre en décadence

    Oubliant son histoire

    Un soir de désespoir

     

    133196-drapeau-une-jpg_43466.jpg

  • CHOUCHOU suivi de SOLITAIRE par Denis BILLAMBOZ

    une-femme-se-douche-11282560aziaf.jpg?v=1 

    CHOUCHOU

     

    Chouchou

    Je me douche

      

    Attends

    La mi-temps

     

    Chouchou

    Je me couche

      

    Un moment

    Juste un instant

      

    Chouchou

    Y a une mouche

     

    Fais du vent

    En chantant

     

    Chouchou

    Embrasse-moi sur la bouche

      

    Le temps

    De me laver les dents

      

    Chouchou

    Je me touche

     

    J’entends

    Je sens

     

    Oh mon petit chat

    Tu dors déjà

     

    duckiediamsg_1.jpg

     

    SOLITAIRE

     

    Joue contre-jour

    Jour après joue

    Joue après jour

    Jour contre joue

     

    Jouer pour jouer

    Jouer pour jouir

    Jouet pour jouer

    Jouet pour jouir

      

    Parée d’un bijou

    Elle a osé un jeu

    Avec son joujou

    Jeu pas pour deux

     

    Plaisir sans joie

    Plaisir dégoût

    Plaisir sans émoi

    A jeter à l’égout

  • DEBORDEMENT suivi de PAROLES EN L'AIR, par Denis BILLAMBOZ

    Débordement

     

    Je suis rempli de motsiinstallationurbaine_rivieredelivres_c_aliciamartinthumb_0.jpg

    Et je n’ai rien à dire

    J’ai trop de mots

    Ils m’étouffent

    Ils m’asphyxient

     

    Je les sue

    Je les pleure

    Je les bave

    Je les pisse

    Je les éjacule

     

    Je les jette sur la feuille

    Je les abandonne en vrac

    Je pisse de la copie

    J’écris un livre

    Un livre à succès

     

     

     

    Paroles en l’air

     

    Il a pris la parole2705399776_4.gif

                               Il pérore

    Ses mots s’envolent

                               Dans le désordre

    Ils carambolent

                               Comme lutins retors

    En folle farandole

                              Qui déborde

    Ils s’affolent

                             Se tordent

    Se dérobent

                             Sèment le désordre

    Propulsent la parabole

                             Dans le décor

    Déforment les paroles

                            Les dévorent

    Altèrent les symboles

                            Comme des butors

     

    Les membres n’ont rien compris

                            Les membres ont approuvé

    Les membres n’ont pas d‘avis

                           Les membres ont voté

    Il a pris la parole

                           Ils n’ont pas compris

    Il a péroré

                           Ils ont voté

    Ainsi va le monde

                           En une folle ronde

  • COULEURS suivi de COULEURS FUTURES par Denis BILLAMBOZ

    Couleurs

     

    Et jaune et rouge

    Et bleu et vert

    Brillent et scintillent

     

    Et rouge et jaune

    Et vert et bleu

    Poudroient et chatoient

     

    Et jaune et rouge

    En un mélange

    Croque l’orange

     

    Et bleu et vert

    Dans la cuvette

    Joue à la violette

     

    Et joue les couleurs

    Pour le bonheur

    De tous les barbouilleurs

     

    Larmes de joie

    Flaveurs de délice

    Saveur du plaisir

     

    puzzle-artstones-kandinsky-jaune-rouge-bleu.jpg

    Kandinsky, Jaune, rouge, bleu, 1925

     

    Couleurs futures

      

    Peste brune

    Peste noire

    Péril jaune

    Armée rouge

    Vague bleue

    Vague rose

    Marée noire

    Marée marine

     

    Elle est en couleur notre histoire

    Couleurs de déboires

    On nous laisse le noir

    Comme seul espoir

     

    On a perdu la peinture

    Pour teinter notre futur

    Pour le faire reluire

    Notre avenir est obscur

     

    Mais nous serons meilleurs

    Si nous trouvons dans les fleurs

    Toutes les couleurs

    De notre bonheur

     

    tumblr_n90ljqJRxw1thzqz4o1_1280.jpg

    Rothko, Rouge lumineux sur noir, 1957

  • ECRIRE suivi de MOTS TUS, par DENIS BILLAMBOZ

    Ecrire

      

    Ecrire ?

    Pourquoi ?

    Pour qui ?

     

    J’ai écrit

    Bien ? Mal ?

    Je ne sais

     

    Publier ?

    Pourquoi ?

    Pour qui ?

     

    Serai-je lu ?

    En ai-je envie ?

    Puis-je affronter le lecteur ?

      

    Questions inutiles

    Les éditeurs m’ignorent

    Qu’importe

     

    De toute façon

    Je n’ose

    Montrer ma prose

     

    Alors ?

    J’écrirai encore

    Pour moi !

     

    7453321_memory-in-memoriam-valdoff-2013-60x60-b.jpg

     

    Mots tus

      

    Je déborde de mots

    Et ma page reste blanche

    Je n’ai aucun maux

    A graver sur la planche

     

    Mes amours sont heureuses

    Sans être passionnées

    Mes amitiés sont joyeuses

    Sans être exaltées

     

    Je n’en veux pas à la terre entière

    Je ne veux pas refaire le monde

    De mes douleurs je sais me satisfaire

    J’accepte que la terre reste ronde

     

    Je ne sais que faire de mes mots

    Je ne sais que leur confier

    Je mène la vie des gens normaux

    Qui n’ont rien à raconter

     

    C’est ce que pensent mes amis

    Mais mes grandes douleurs sont muettes

    Et pour ne pas déclencher un tsunami

    Je range mes mots dans ma musette

     

    7453306_solution-valdoff-2013-30x40-b.jpg

    Les peintures sont de VAL D'OFF 

  • C'EST LOUCHE suivi de ROUSSE, par Denis BILLAMBOZ

    oeil-levre-bouche.jpg

     

    C’est louche

      

    Elle louche

    De la bouche

    C’est louche

      

    Elle prend sa douche

    En babouche

    C’est louche

      

    Pas farouche

    Elle ouvre sa couche

    C’est louche

      

    Elle découche

    Avec un manouche

    C’est louche

     

    Figé comme souche

    Je ne la touche

    C’est louche

     

    Fine mouche

    Elle fait la fine bouche

    Attend la bonne touche

     

    Le gars pas louche

    Qu’elle mettra dans sa couche

    Pour le bouche-à-bouche

     

    Maquillage-levres-bouche-oeil-Sandra-Holmbom-3.jpg

     

    Rousse

     

    Elle était rousse

    Comme la brousse

    Que le soleil éclabousse

     

    Elle projetait le feu

    De ses cheveux

    Aux yeux de tous les gueux

     

    Elle allumait le regard

    Des pauvres gars

    Qu’elle laissait hagards

     

    Elle attisait les braises

    Cachées dans leurs braies

    Pour qu’ils la baisent

     

    Elle était incendie

    Elle était envie

    Elle était la vie

     

    il_570xN.720814131_f0zm.jpg

  • MON TRAIN DE VIE suivi de MA POUPÉE, par Denis BILLAMBOZ

    88b613c8f0c13de0b9fb35db276d363f_large.jpeg

    Mon train de vie

     

    Mon train ralentit

    Il a perdu son élan

    Il ne sait que faire

    De son fer

    Il déraille

    Son cholestérol

    Sa triglycémie

    Débordent

    Il quitte sa voie

    Il a besoin de médicaments

    De repos

    Le pauvre TGV

    Est devenu TER

    Bientôt il sera bon

    Pour la voie de garage

     

     rail2.jpg

     

    Ma poupée

     

    Des yeux pétillants

    Un sourire attendrissant

    Des bras et des jambes

    Qui gigotent fébrilement

     

    Elle m’a conquis

    Ma petite poupée

    Elle m’a soumis

    En esclavage

     

    Demain elle sera femme

    Hôtesse otage

    Du monde infâme

    Que je lui laisse en héritage

     

    2511a808aeff0f423778c27379f485ea_large.jpeg

  • DIVAGATIONS de Denis BILLAMBOZ

    934731b862082image1.jpg

     

    Elle s’endormit sur la plage

    Elle s’était trompée

    Elle avait mis ses lunettes de sommeil

    A la place de ses lunettes de soleil

     

     

    @@@

     

     

    Il avait des activités louches

    Variées

    Avariées

     

     

    @@@

     

     

    Jean Jouvenel des Ursins

    N’était pas Cadurcin

    Ni amateur d’oursins

    Mais l’homme saint

    Qui réhabilita la pucelle

    Moralité :

    Parfois il vaut mieux avoir affaires

    Aux Ursins

    Qu’au bon Dieu

     

     

    @@@

     

     

    Il décida de se payer un bon restau

    Il y avait :

    De la quiche

    Des bécassines

    De la dinde

    Et des tranches de cake 

    Mais seulement dans la salle !

     

     

    @@@

     

     

    Le maître presse sa soumise

    « Allez, allez,

    C’est l’heure de pâtir ! »

     

     

    @@@

     

     

    Pharaon le voua aux gémomies

     

     

    @@@

     

     

    Maire de Pau

    II a été élu de peu

    Un vrai coup de pot

     

     

    @@@

     

     

    Un vieux résistant racontait

    Que le Maréchal Pétrain

    Avait roulé les Français dans la farine

     

     

    @@@

     

     

    Cardiaque, il avait subi

    Une grève du cœur

     

     

    @@@

     

     

    Il avait enregistré

    « Etoile des neiges »

    Chez Savoie de son maître

     

     

    @@@

     

     

    Les énarques désorganisent le pays

    Autour de pôles d’incompétence

     

     

    @@@

     

     

    Il avait juste les moyens

    De se payer

    Un vin d’appellation d’origine incontrôlée

     

     

    @@@

     

     

    Loue appartement

    A part

    Appartenant

    Apparemment

    A un tenant à part

     

     

    @@@

     

     

    Son chameau blatère

    Alors que lui déblatère

    …Sottement

     

     

    @@@

     

     

    Il l’embrasse

    Comme le soleil

    Embrase le soir

     

     

    @@@

     

     

    Après une bagarre acharnée

    A coups de pied dans le cul

    L’un consulta le podologue

    L’autre le proctologue

     

     

    @@@

     

     

    Elle était la fille

    De la mouche du coche

    Qui avait fréquenté

    La couche du moche

    Un lourd héritage

     

     

    @@@

     

     

    Un avion à rédaction

    Ecrit dans le ciel

    Une histoire linéaire

     

     

    Blog-Sydney06554.jpg

     

     

    Royal chirurgien

    Il eut le grand honneur

    D’admirer

    Les Boyaux de la Couronne

     

     

    @@@

     

     

    Je ne supporte plus mon dermatologue

    Chaque fois que je le vois

    J’ai des boutons

    Et je dois le consulter

     

     

    @@@

     

     

    Un proctologue et un médecin légiste

    Examinaient attentivement

    Un trou de balle

    Mais pas le même

     

     

    @@@

     

     

    On pêche le loup dans la Manche

    Le bar en Méditerranée

    Et les loubards dans certains quartiers

     

     

    @@@

     

     

    Il a accompli un pèlerinage

    Au Mont Saint Missel

     

     

    @@@

     

     

    Les Américains ont conservé

    Pendant longtemps

    Le cinéma noir et blanc :

    Une salle pour les Noirs

    Une salle pour les Blancs

     

     

    @@@

     

     

    Ce soir c’est ripaille

    Paille pour mon cheval

    Paëlla pour moi !

     

     

    @@@

     

     

    Certains égyptologues prétendent

    Que le pharaon Toutankharton

    N’était qu’un pharaon de papier

     

     

    @@@

     

     

    Son popaul people

    Ne voulait fréquenter

    Que des aristos chats

     

     

    @@@

     

     

    Pour développer son trafic

    En Afrique

    Un aigrefin embaucha

    Un homme de pagne

     

     

    @@@

     

     

    Timide il a quitté sa gangue

    Pour entrer dans un gang

     

     

    @@@

     

     

    Un acrobate voulait apprendre

    Les arts du cirque

    Trop fainéant

    Il a fini

    Lézard du cirque

     

    Cali.jpg

  • MA NUIT suivi d'INSOMNIE de Denis BILLAMBOZ

    Ma nuit

     

    Noire

                                                 Elle colle aux doigts

              Impénétrable

                                               Elle éteint les yeux

          Inquiétante

                                                     Elle étouffe les bruits

          Elle m’isole

                                               Dans ses ténèbres

                Elle m’enferme

                                                  Dans son absence

                    Elle est mon amie

                                           Ma maîtresse

                       Elle est mon refuge

                                             Mon autre moi

                   Elle m’emportera

                                                     Sur son cheval noir

          Voir la lune

                                                             Sa compagne d’infortune

     

    W00083639.jpg

     

    Insomnie

      

    Bière blanche

    Nuit blanche

      

    Poudre blanche

    Nuit blanche

      

    Galbe d’une hanche

    Nuit blanche

      

    Fête blanche

    Nuit blanche

      

    Page blanche

    Nuit blanche

     

    Encre blanche

    Page blanche

     

    Nuit blanche

    Journée blanche

    Misère noire !

     

    nuit-blanche.jpg

  • ÇA PIQUE!

    88957_300.jpgpar Denis BILLAMBOZ

    Tout le monde le sait depuis toujours, les cactus, ça piquent et c’est sans doute pour cette raison que Jean Philippe Querton a ainsi baptisé, un mot qu’il ne doit pas beaucoup apprécier, sa petite maison d’édition qui publie principalement des livres qui grattouillent, qui chatouillent, qui démangent, qui dérangent, … Pour ma chronique de cette quinzaine, j’ai décidé de rendre hommage à cette petite maison courageuse et engagée qui a fait de la littérature un art de vivre, et de bien vivre, en défendant la liberté sous toutes ses formes, surtout celle de dire ce que l’on pense quand on a envie de le penser. A tout seigneur tout honneur, je vous propose donc un titre du maître des lieux, Jean Philippe Querton lui-même et un autre d’un des flibustiers qui fait partie de sa joyeuse troupe : Georges Elliautou.

     

    squelettes-couverture-26082014.jpg?fx=r_550_550SQUELETTES AU HARAS

    Jean Philippe QUERTON (1960 - ….)

    Je sors encore tout ébouriffé de ce recueil d’aphorismes, avec Querton ça décoiffe, il dit les choses comme elles sont ou comme il les pense sans détours, sans fausse pudeur, sans circonvolutions inutiles et superfétatoires. Il traque l’absurdité, jongle avec les incongruités vocabularistiques et les occurrences littéraires étonnantes ou désopilantes. Anarchiste gourmet, amateur de bon vin comme des belles filles et des bons mots, Il empile les aphorismes, les calembours, les idées saugrenues pour dénoncer la bêtise ambiante, le bon sens oublié, pour le simple plaisir de faire des bons mots, pour narguer le bourgeois bien pensant, pour épater ses amis… J’ai souri, j’ai pouffé, j’ai ri, je me suis délecté, j’ai trouvé ce recueil bien trop petit, je suis arrivé à la fin bien trop vite. J’avais encore envie de déguster, de me régaler, de me marrer…

    Mais je me console en me disant que la collection créée par Jean-Philippe Querton, « Les p’tits cactus », dans sa propre maison « Cactus inébranlables éditions » me fournira encore de jolis textes jubilatoires et d’autres bons mots. L’auteur-éditeur a en effet regroupé au sein de sa maison un équipage capable d’affronter n’importe quel temps. « Ce groupe et ce quarteron possèdent un savoir-faire limité et expéditif, mais ils ne voient et ne connaissent la nation et le monde que déformés au travers de leur frénésie. Leur entreprise ne peut conduire qu'à un désastre national… ». Euh, non Mon Général, vous vous trompez de troupe, celle de Querton n’a rien à voir avec ce quarteron de généraux, ce ne sont que des joyeux drilles qui ne pensent qu’à vivre et à bien vivre en faisant rire les autres pour leur rendre la vie plus agréable !2c68a58d-d4f8-4d33-9198-1121774ae027_original.jpg?maxheight=380&maxwidth=568&scale=both&format=jpg

    Faites comme moi, en zigzaguant entre les squelettes (les illustrations sont judicieusement choisies), cette cure de bonne humeur, buvez à la source de jouvence - « pour ce que rire est le propre de l’homme » disait le poète - et dégustez les épisodes loufoques du « conte à la con », avant de vous recueillir devant l’épitaphe du maître des lieux :

    « Dans le fond de mon verre de Chimay bleue, traîne une certitude : celle qu’un jour, il y en aura une dernière.

    Alors, pour éviter de boire l’ultime, je me précipite vers la suivante.

    Et ça marche.

    La preuve ! »

     

    ssds-couverture-18082014.jpg?fx=r_550_550SANS ME SOUCIER DE DESCENDRE DU SINGE

    Georges ELLIAUTOU

    Ce recueil d’aphorismes est comme ce livre que l’auteur glisse dans son recueil, il « descend de son rayon, s’approche de la fenêtre, ouvre ses pages, respire le grand air de la vie », de la vie avec toutes ses contradictions, ses contraintes, ses aberrations, ses stupidités, ses turpitudes, … tous ses travers que l’auteur dénonce à coups de mots, de bons mots. Les aphorismes d’Elliautou ne sont pas obus qui explosent et détruisent, non, ils sont plus insidieux, plus subtiles, ils piquent, griffent, infectent, polluent, insinuent, dénoncent toute la connerie de notre bonne société, Ils sont comme un bon verre de Bergerac : ils sont chics, leur robe brille et scintille sous le soleil, leur arôme est fin et subtile mais attention ils peuvent empoisonner, ou au moins faire tourner la tête. Et, quand ont les boit, il faut les déguster, ils peuvent séduire, flatter, tout en râpant un peu les joues juste pour se faire mériter. Celui que ne se méfiera pas tombera alors dans leurs rets où il restera prisonnier pendant un certain temps.arton12-123x150.jpg

    « La page vierge s’offrit au poète », il la prit pour dénoncer les bondieuseries qui voilent « la femme pour violer sa liberté », les militaires qui « dès la fin de la guerre … préparèrent la suivante », les couples conventionnels qui « se marièrent un jour de suie » et les despotes qui « très sournoisement … rayèrent la liberté des tablettes ». Il abusa aussi de son obligeance servitude pour commettre quelques exploits rhétoriques, quelques calembours sur tout et n’importe quoi, ou presque, et une petite gâterie sous forme de brèves de comptoir.

    Et avec lui chantons « jusqu’à plus soif des chansons à boire » !

    11021113_10206073471584676_3455340512278122743_n.jpg?oh=6807219fff66b31c3748b74b2ca93449&oe=55BF44A2&__gda__=1439024583_fdf53d40f855dc387cf20e76be9ee800

    Le site des Cactus Inébranlable éditions

    La page Facebook du Cactus

  • MES MOTS MOCHES suivi de LES MOTS REBELLES / Denis BILLAMBOZ

    mes-mots-pleurent.jpg

     

    Mes mots moches

     

    Mes mots moches

    Je les dépose

    Au fond de ma poche

    Ils reposent

    Avant que je les décoche

    A ceux qui osent

    Comme des cloches

    Dire des choses

    Qui reprochent

    Qui imposent

     

    Dans ma sacoche

    Ils s’ankylosent

    Et s’effilochent

    Alors je les expose

    Aux fantoches

    Qu’ils indisposent

    Petites choses

    Dures comme roche

    Belles comme rose

    Fortes comme mailloche

     

    Les_mots_de_Melanie_Laurent_Chanteuse_Paroles_En_t-attendant_chanson_integrale.preview.png

     

    Les mots rebelles

     

    Euh… euh…

    Les mots s’accrochent

    Euh… euh…

    Ils refusent le désordre

    Euh… euh…

    Ils font la grève du zèle

      

    Le propos est confus

    Le discours est touffu

    Le message est incompréhensible

    Les auditeurs sont insensibles

     

    Ils simulent l’attention

    Ecoute avec affectation

    Mais ils sont partis ailleurs

    Dans un monde meilleur

      

    Personne n’a suivi

    Tous partagent son avis

    Chacun lui donne son accord

    Il est midi, il est temps de clore

     

    Les mots sont têtus

    Pour être entendus

    Ils exigent le respect

    Et refusent l’à peu près

      

    des-maisons-dessinees-uniquement-avec-des-mots11.jpg

    + de dessins de Thomas Broome avec des mots 

  • RÉFORME INFORME suivi de CHÔMAGE / Denis BILLAMBOZ

    Réforme informe

      

    Grande ébullition

    Les régions sont en fusion

    Vaines discussions

    Oiseuses démonstrations

    Folles élucubrations

    Grande confusion

    Totale incompréhension

      

    Dissolution

    Constitution

    Fusion

    Absorption

    Vaste question

    Dont nous débattions

     

    Bouillie de réflexions

    Infusion de région

    Improbable potion

     

    carte-region.png

     

     

    Chômage

      

    Nez rouge

    Joues rouges

    Yeux rouges

    Litre de rouge

    Au fond d’un bouge

      

    Pas d’courage

    Plus la rage

    Débrayage

    Largage

    Chômage

     

    Sans envie

    Ramolli

    Avachi

    Détruit

    À vie !

     

    Chom-Regions.jpg

  • COCU XÉNOPHOBE suivi de LE GRUTIER, de Denis BILLAMBOZ

    Cocu xénophobe

      

    Il n’aimait pas son voisin

    C’était un étranger

    Il avait pourtant couché avec sa voisine

    Une étrange beauté étrangère

    Il avait fait tout ce qu’il avait pu

    Pour qu’il soit reconduit

    D’où il était venu

    Sans sauf-conduit

      

    Allez zou le cocu aux Balkans !

     

    D’un air narquois

    Sa femme l’observait

    Pensant à part soi

    Qu’il devrait

    En la matière

    Rabaisser son caquet

    Et se satisfaire

    D’un plus discret

      

    Allez zou tous les cocus aux balcons !

     

    Il eut ainsi limité le risque

    A un vulgaire rhume

    Bien de chez nous

     

     

    la-grue-du-marais-poitevin-poster.jpg?1348830624

     

    Le grutier 

     

    Vol de grues

    Le soir sur les grues

    Le grutier est indifférent

     

    Vol de grue

    Au coin de la rue

    Le grutier est innocent

      

    Vol de grues

    Au parc Bellevue

    Le grutier est mécontent

      

    Etreinte de grue

    Un jour sous la grue

    Le grutier est consentant

     

    images?q=tbn:ANd9GcRa8Xw29z1WRDX77yrllA7u-kIcaztqHrsO_YeUDjDEOT5xGZPMyw

     

    La photo centrale est de Ludovic Walsh 

    La photo du fond est un selfie

  • COMME ÇA VIENT par Denis BILLAMBOZ

    Petit-Rat-Op%C3%A9ra.jpg

     

    Le petit rat de l’opéra

    Fit

    Son petit rot de l’apéro

     

    @@@

     

    Une trogne vermeille

    Bête à manger du foin

    Rubicon quoi

      

    @@@

      

    En vacances au Pays de gale

    Il souffrit de démangeaison

     

    @@@

     

    Un menteur V8

    Incroyable

     

    @@@

     

    Avant de s’estomper

    Il m’avait estampé

    Me refilant une estampe

    Nipponne ni bonne

     

    @@@

     

    Trop gourmands, ils n’ont pas su éviter l’embûche de Noël

     

    @@@

     

    Ils ont chanté Noël

    En chœur

    De tout cœur

    Et à plein cœur

     

    @@@

     

    Un cruciverbiste a été blessé

    En pleine tête

    Par des mots fléchés

     

    @@@

     

    Il n’a pas fréquenté l’université

    Mais il était tout de même

    Licencieux es lettres

     

    @@@

     

    Elle souleva sa jupe

    Il lui avait laissé

    Un joli pourvoir

     

     

    11015217_688692404574762_8289487423715033208_n.jpg?oh=f847142bb2d9f439e918cd43cd016422&oe=55B429C7

    Photo Alain Laboile 

     

    Une opération à l’œil

    Çà ne coûte pas cher

     

    @@@

     

    Ce siècle avait deux ans

    Déjà Napoléon spéculait

    … au Palais Grognard

     

    @@@

     

    Elle l’avait enchaîné

    Il était déchaîné

     

    @@@

     

    Elle est morte Elisabeth

    Babeth s’en va en terre

     

    @@@

     

    Lui n’a pas lu le sien

    Il a lu Lucien

     

    @@@

     

    Je n’ai toujours pas compris la différence

    Entre une confédération et une fédération

    Et pourtant ça à l’air tout con

     

    @@@

     

    Quand le Che quitta Cuba

    Castro pensa très fort :

    « Che Guevara

    Que débarras »

     

    @@@

     

    J’ai été nourri

    Au régime Chancel

     

    @@@

     

    Jean Jacques reste Debout

    Michel Droit

    Mais Jacques Chancel

     

    @@@

     

    Pompier artiste

    Peint paon !

    Peint pont !

     

    @@@

     

    Occis mort

    N’est pas un oxymore

     

    @@@

     

    Une paire de filles sans père,

    Au pair,

    S’en vont amères à la mer

    Sans leur mère

    Restée à Mamers :

     

    Sans père ni mère

    On reste amer

    Même à la mer

     

    @@@

     

    Un soupirant

    Glissa par le soupirail

    Pour câliner sa chatte

     

    @@@

     

    Mon père avait

    Des copains de guerre

    Des copains de captivité

    Moi j’essaie de me faire

    Des copains de paix

    Des copains de liberté

     

    @@@

     

    Si les maquereaux vivent du pain de fesse

    Les dames pipi survivent du pain des pisses

     

    @@@

     

    Le clergé me rappelle

    Que je peux acquitter

    Le denier du culte :

    L’appeau du culte

     

    @@@

     

    Déchet

    De chais

    Fait

    Peu d’effet

     

    @@@

     

    L’amante religieuse

    Ne dévore

    Que les boules de son chapelet

     

    @@@

     

    La prise de la pastille

    Fut homérique

    La pilule était amère

     

    @@@

     

    A l’Hôtel Maquignon

    On marchande les prébende 

     

    @@@

     

    Ils ont lavé Maria

    Elle récitera un Ave Maria

    Et un Pater Noster

    Vous l’avez Maria

     

    @@@

     

    Il faut laver l’opprobre

    Dans l’eau propre

     

    @@@

     

    Les alsachiens ne sont pas tous

    Des bergers allemands

     

    @@@

     

    Bonne comme du bon pain

    La mie a épousé

    Une vieille croûte

     

    @@@

     

    Tous les Léon

    Ne sont pas des camés

     

    @@@

     

    Pas nécessaire de connaître la chanson

    Pour être grand échanson

     

    oh-petit-rat-opera_3ex0x_3ib2tt.jpg

  • AULX PERDUS, SAINT-HUBERT & HISTOIRE DE CLOU ET VIS / Denis BILLAMBOZ

    Aulx perdus

    Comment accoucher d’un appétissant aïoli quand on a perdu prématurément les aulx ? On peut toujours essayer de peler l’oignon pour remplacer l’ail mais le risque est grand de pleurer seulement pour quelques aulx évaporés, mieux vaut alors que la cuisinière aille au lit, gratter son oignon sous la couette pour protéger ses yeux des grandes eaux.

    Moralité : On gratte plus souvent l’oignon que l’ail au lit quand on a perdu prématurément les aulx.

    ail-tetes-pi-L-AIL-2TETE-1080x780.jpg

     

    Saint Hubert

    Un jour de chance Saint Hubert fut invité sans son chien à la chasse, une chasse au gibier d’eau. Il quitta prestement sa chère châsse pour habiter sa chair pendant que, du haut de sa chaire, le chanoine chantait un chant en l’honneur des chasseurs sachant chasser sans leur chien (c’est depuis ce jour que cette fameuse expression est utilisée dans les exercices de diction). Enfin en chair et en os, le saint homme rejoignit les chasseurs chantant les louanges des chasseurs chassant sans chien. La chasse fut chanceuse, la forêt était giboyeuse, et les chasseurs rentrèrent chargés de chair à rôtir sur le champ, avant le chant du coq, car notre saint devait rejoindre sa châsse avant le chant de mâtine. Mais quand il quitta sa chair pour réintégrer sa châsse, il l’a trouva occupée par un autre saint.

    Moralité : Tant va le saint à la chasse d’eau qu’il peut perdre sa châsse 

     

    s-hubert.jpg

     

    Histoire de Clou et Vis

    Un clou fou saturé des coups sur le cou leva le verrou et fila comme un coucou dans le trou d’une vis vicieuse lassée des sévices de son écrou. Il la courtisa, lui promit froufrous, bisous, sous, choux, joujoux et même genoux et cailloux, la vis comprit ses visées et avisa vite, elle ne voulait ni d’un gourou, ni d’un grigou et encore moins d’un hibou ou d’un matou plein de poux, elle ne souhaitait pas être, peu ou pou, la nounou d’un vieux clou tout mou se prenant pour le manitou de son trou.

    Moralité : Lavisse connait mieux Clovis que Clou et Vis, et s’il n’a pas saisi les sévices du clou et de l’écrou on sait désormais qu’une vis même vicieuse défend son trou contre les clous mous.

    vis-et-des-clous_21161115.jpg

  • FILLE DE JOIE & FILLE EN COLÈRE, par Denis BILLAMBOZ

    Fille de joie

     

     

    Un Trompe-la-joie

    Pensait que ce n’était pas la joie

    Mais sa fille nageait dans la joie

    Elle s’en donnait à cœur joie

    Elle sautait de joie

    Ne se sentait plus de joie

    Elle laissait le rabat-joie

    Dans sa vie sans joie

    C’était une fille de joie

    Qui apporte la joie

    Elle respirait la joie

    De vivre la joie

    O fille de joie

    Partage ta joie

    Avec les sans joie

    Et laisse le rabat-joie

    Dans sa vie sans joie

     

    image-65425.jpg

     

    Fille en colère

     

    Fille en colère

    Garde bon caractère

    Ne laisse pas la fureur

    Investir ton cœur 

     

    J’éteindrai le feu

    De tes yeux

    Je dévorerai le rouge

    De ta bouche

      

    Je serai le compagnon

    De ton pardon

    Je serai le tuteur

    De ton bonheur

     

    Tu seras mon égérie

    Mon bon génie

    Tu seras mon démon

    Ma déraison

      

    Nous croquerons la vie

    Avec envie

    Nous brûlerons la chandelle

    Et ses étincelles

     

    Nous serons Amour

    Pour toujours

     

    309569989_183c52d16e_m.jpg

  • AFFREUX FREUX suivi de ODIEUX, par Denis BILLAMBOZ

    Affreux freux

    (Une fable de la mare aux oiseaux)

      

    Par un soir glacé

    Le Roi des freux

    Etait très agacé

    Malgré l’extinction des feux

    A l’étage en-dessous

    Les pies jacassaient

    Riant de tout leur saoul

    Elles l’importunaient

    Elles osaient blasphémer

    Le Dieu des cieux

    Le Grand Emplumé

    Qui ne supportait ni les jeux

    Ni l’indécence des rires

    Il fallait les faire taire

    Au silence les réduire

    Pour ne pas distraire

    La faune céleste

    De sa mission pieuse

    Pour que tous restent

    Dans la ligne religieuse

    Alors le Roi des freux

    Lança sa malédiction

    Des corbeaux affreux

    Furent chargés de l’exécution

    Des pies tapageuses

    Pour clouer le bec

    De cette volière scandaleuse

    Tenir les insoumis en échec

    Mais ces pauvres cons

    N’avaient pas compris

    Qu’en tuant les bouffons

    On ne vainc aucun ennemi

    Alors la troupe entière

    S’élança dans la nuit

    Pour un hommage funèbre

    Charmant le dieu des cieux

    Navré d’être l’élu

    De corbeaux et freux

    Complètement obtus

    Rien que des affreux

     

    1004009-Freux.jpg

     

    Odieux

      

    Chut chut

    Moins de bruit

    Laissons la brute

    Faire le chahut

     

    Le dahu

    N’a jamais mordu

    Il a toujours perdu

    Celui qui le poursuit

      

    L’hurluberlu

    Comme m’as-tu-vu

    Fait parler de lui

    Juste pour le bruit

      

    S’il continue

    On lui bottera le cul

     

    che-sia-il-dahu.jpg

  • DES MILLES FAçONS DE MOURIR suivi de TOURNE LA ROUE, par Denis BILLAMBOZ

    Des mille façons de mourir

     

    Courir à sa perte

                                          Une autre façon de mourir

    Pourrir de l’intérieur

                                         Une autre façon de mourir

    Partir pour toujours

                                            Une autre façon de mourir

    Sortir de la route

                                         Une autre façon de mourir

    Ecrire son testament

                                        Une autre façon de mourir

    Fourbir le couteau de l’assassin

                                       Une autre façon de mourir

    Sourire kabyle

                                      Une autre façon de mourir

    Pétrir une fesse défendue

                                      Une autre façon de mourir

    Revêtir un linceul

                                      Une autre façon de mourir

    Souffrir mille morts

                                    Une autre façon de mourir

    Subir un sort fatal

                                 Une autre façon de mourir

    Mourir pour mourir

                                  Une autre façon de mourir

     

    Mourir de rire

                                La plus belle façon de mourir

                     Les Mousquetaires de Charlie

                                    Vous m’avez fait mourir de rire

     

    charlie-hebdo-des-gars-hilares.jpg

     

    Tourne la roue

      

    Tourne la roue

    La roue de mes jours

    La roue de la vie

    La roue de la mort

    La roue de mon sort

      

    Elle dira ma vie

    Elle dira ma mort

    Ma vie sans lendemain

    Ma mort un jour lointain

    Ma fin peut-être demain

     

    Tourne la roue

    La roue de la vie

    La roue de la mort

    La roue de mes jours

    De mes jours comptés

     

    J’ai été

    Je suis encore

    Je serai peut-être

    J’aurai été

    Je serai à jamais

     

    Tourne la roue

     

    nabolo-philosophie-pi%C3%A8ge-quotidien.jpg

  • EN VRAC, les aphorismes de Denis BILLAMBOZ

    RTEmagicC_P-Opera.jpg.jpg

     

    Comme dit mon pâtissier

    L’opéra ce n’est pas de la tarte

     

     

    @@@

     

     

    Il était clown baudruche

    Au cirque Plein d’Air

     

     

    @@@

     

     

    Rumeur

    Tumeur

    Des mœurs

    Douleur

    Des cœurs

     

     

    @@@

     

     

    Il voulait gagner des millions

    Il a joué à Bigmalion

    Il était le plus faible maillon

    Il resté comme un couillon

     

     

    @@@

     

     

    Il lui a imposé le voile

    Elle a mis les voiles

     

     

    @@@

     

     

    Elle l’a rencontré sur la Toile

    Il l’a mise dans ses toiles

     

     

    @@@

     

     

    J’ai envoyé ma lettre

    Au Père Noël

    Autant en emporte l’Avent

     

     

    @@@

     

     

    Chaque 1° novembre

    En mémoire des écrivains disparus

    Je lis un texte de Jean Philippe Toussaint

     

     

    @@@

     

     

    Au cinéma les hirondelles

    Vont toujours voir

    Le retour des six cognes

    Les poulets restent entre volatiles

     

     

    @@@

     

     

    Shocking !

    Il avait confondu l’Union Jack

    Avec l’oignon de Jacques

     

     

    @@@

     

     

    Cette cuillère à œuf

    N’est pas à eux

     

     

    @@@

     

     

    Elle était jeune

    Elle était belle

    Chaude comme la braise

    Elle cherchait un bel âtre

    Pour abriter sa flamme

     

     

    @@@

     

     

    Parole de canut :

    « Chacun pour soie ! »

     

     

    @@@

     

     

    Obtenir un blanc seing

    Ne donne pas toujours le droit

    De palper un sein blanc

     

    le-sein-blanc-1b523d04-e07c-4eb9-81e2-4a3b31b936b6.jpg

     

    @@@

     

     

    Il est né le rurbain

    Quand l’habitat urbain

    A rencontré l’Eugénie rurale

     

     

    @@@

     

     

    Une large aréole

    Comme l’auréole

    D’un saint

    Sur son sein

     

     

    @@@

     

     

    Dans sa boutique

    Il vendait

    Des objets antiques

    Mais en toc

     

     

    @@@

     

     

    L’artisanat dard

    Est souvent piquant

    Parfois vénéneux

     

     

    @@@

     

     

    Il voulait battre le record de l’heure

    Il surpassa surtout le record de leurres

     

     

    @@@

     

     

    Les corbeaux avaient déclaré

    La guerre des freux

     

     

    @@@

     

     

    Il était le héraut du comte

    Il portait son écu

    Il était le héros de la comtesse

    Il palpait son cul

     

    comtesse_4eme_cover.jpg

     

    @@@

     

     

    Rouge

    Il a vécu ce que durent les rouges

    L’espace d’un grand soir

     

     

    @@@

     

     

    Son gynéco lui a mis le pied à l’étrier

    … et même les deux !

     

     

    @@@

     

     

    Le burn out

    N’a rien à voir

    Avec l’exhibition

    De l’appareil génital

     

     

    @@@

     

     

    Elle voulait s’envoyer en l’air

    Sans léviter

    Il a préféré l’éviter

     

     

    @@@

     

     

    Il avait beaucoup d’admiration

    A son envers

     

     

    @@@

     

     

    Certains footballeurs

    Tirent plus souvent

    Aux putes

    Qu’au but

     

     

    @@@

     

     

    Pour certains l’eau mise au pastis

    C’est de l’homéopathie

     

     

    @@@

     

     

    Né devin il a fini en bière

     

     

    @@@

     

     

    Ils l’ont élu pour servir

    Il s’est copieusement servi

     

     

    @@@

     

     

    Son chevalier servant

    N’était qu’un chevalier errant

    Courant au devant

    Des plus beaux devants

     

     

    @@@

     

     

    Son détracteur était lent

    Mais puissant

    Il carburait au diesel

     

     

    @@@

     

     

    Elle était à tu et à toit

    Avec son couvreur

     

     

    @@@

     

     

    Elle était noyée

    Dans une histoire à dormir debout

    Il lui a proposé

    Une séance de couche à couche

     

     

    @@@

     

     

    Un pin peint

    Ne ressemble en rien

    A un pain peint

     

     

    @@@

     

     

    Si les Diables Rouges gagnent

    Ce n’est pas par hasard

    Seulement par Hazard

      

     

    1461544673_ID3241538_28_hazard2_bega_145309_01YLW5_0.JPG

  • BONNE ANNÉE précédé de PÈRE NOËL, deux textes de Denis BILLAMBOZ

    traineau-du-pere-noel_4646536.jpg

    Père Noël

     

    Rennes épuisés

    Traineau éculé

    Le Père Noël est désespéré

    Ses poches sont vides

    Les traits livides

    Il pense aux mains avides

    Qu’il ne pourra remplir

    Les enfants vont l’agonir

    Il préfère fuir

    Loin, très loin

    Car lui il sait bien

    Que c’est la fin

     

    Depuis bien longtemps

    Il ne croit plus Père Noël d’antan

     

    kH722s7eSkiQrEGE1Evk3An83yk.jpg

     

    Bonne année

      

                                      Encore une nouvelle année

                                      Une bonne année

                                             Avec de bonnes guerres

                                             Avec de belles arnaques

                                       Pleine de cruauté

                                       Pleine de cynisme

                                              Les forts triompheront encore des faibles

                                              Les riches ruineront encore les pauvres

     

     

                                       Encore une nouvelle année                                   

                                       Encore une bonne année

                                              Avec des paillettes

                                              Avec des flonflons

                                        Pour occulter la douleur

                                        Pour cacher la misère

                                               Les forts prospéreront encore

                                               Les riches flamberont encore

     

                                         Les pauvres espéreront une bonne santé

                                         Les pauvres rêveront d’être moins pauvres

     

    pere-noel-arrive.jpg

  • J'AI VOULU VOIR L'AMÉRIQUE + SUR LE MISSISSIPI / Denis BILLAMBOZ

    flash.jpg

     

    J’ai voulu voir l’Amérique

      

    Je n’ai vu que quelques arpents

    Suffisamment pourtant

    Pour voir que tout y est grand

    Même les gens sont imposants

      

    Chaque ambition trouve sa place

    Il y a toujours assez d’espace

    Pour caser une nouvelle audace

    Peu importe sa surface

      

    Les voitures sont moins grosses

    Les personnes sont plus grosses

    Que dans mes rêves de gosse

    Et beaucoup de choses sont fausses

     

    L’Amérique est profonde

    Comme le nombril du monde

    Les campagnes sont fécondes

    Ouvertes aux âmes vagabondes

     

    Les villes sont trépidantes

    La marchandise est abondante

    Les foules sont dévorantes

    L’Amérique est envoûtante

     

    Mais l’Amérique ne marche plus

    Elle prend voiture et bus

    Elle souffre de tous les abus

    Elle étouffe dans le superflu

     

    -paddle-wheel-steamer-in-new-orleans-carl-purcell.jpg

     

    Sur le Mississipi

      

    Sur les rives du Mississipi

    Old man river

    Vieux marin rêveur

    D’un œil assoupi

    Regarde les barges

    Monstres rugissant

    Remontant le courant

    Alourdies de leur charge

      

    Nostalgique il se souvient

    Des majestueux steamers

    Soufflant leur vapeur

    Chantant leur chemin

    C’était un autre temps

    Où la trompette de Louis

    Chatouillait les ouïes

    Ouvertes à tous les vents

      

    C’était un autre temps

    Le jazz swinguait à bord

    Natchez était le grand port

    Autant en emporte le vent

     

    ferry_boat_of_the_paddle_boat.jpg

  • ACADIENS... CAJUNS + NEW ORLEANS par Denis BILLAMBOZ

    the-mural-default.jpg

     

    Acadiens…cajuns

      

    Ils étaient partis Acadiens

    Occupants indésirables

    D’un pays par eux façonné

    Pour être jetés Cadiens

    Sur les terres instables

    D’un marais inhospitalier

    Je les ai rencontrés Cajuns

    Hôtes amicaux et affables

    N’ayant jamais oublié

    Leurs lointains cousins

    De la patrie natale

    Dans la liesse retrouvés

    Désormais Américains

    Citoyens respectables

    Ils appellent notre amitié

    Sous la statue d’Evangeline

    Icône inaltérable

    D’un peu peuple « dérangé »

     

    o-NEW-ORLEANS-facebook.jpg

     

    New Orleans

      

    Souffle gars

    Souffle ta musique

    Pour ceux qui sniffent

    Dans les rues

     

     

    Souffle gars

    Souffle tes trilles

    Pour ceux qui cuvent

    Dans les bars

     

     

    Souffle gars

    Souffle tes rips

    Pour ceux qui dorment

    A la belle étoile

     

     

    Souffle New Orleans

    Souffle ton blues et ton jazz

    Pour ceux qui oublient

    Leur misère sous tes cieux

     

     

    Souffle steamer

    Souffle ta vapeur

    Pour raconter aux touristes

    L’histoire du Mississipi

     

     

    Souffle ta musique

    Souffle ta vapeur

    Souffle ta brise fraîche

    Pour que Katerina plus jamais ne souffle

     

     

    Illustration: L'Arrivée des Acadiens en Louisiane par Robert DAFFORD

  • BRUXELLES + VOYAGE FUTILE, par Denis BILLAMBOZ

    Bruxelles

      

    Place de Brouckère

    Place Sainte Catherine

    Place de la Bourse

    Grand-Place

    Bruxelles me tends ses places

    M’attire dans ses tavernes

    Où mes amis m’accueillent

    Bière

    Moules

    Frites

    Moules-frites

    Bière

    Bière encore

    Bruxelles chancelle

    Les livres attendront

    Ce soir c’est fête

    Fête à Bruxelles

    Faite avec mes amis

     

    grand-place-de-bruxelles-visoterra-36039.jpg

     

    Voyage futile

      

    Je manquais d’entrain

    Je devais mon rompre mon train-train

    J’ai pris le train

      

    Le TGV pour la capitale

    Une évasion vitale

    Pour ma santé mentale

     

    J’aime les halls de gare

    L’odeur du départ

    Les voyageurs qui s’égarent

      

    J’aime traîner à l’hôtel

    Vautré dans la flanelle

    Sans penser à la bagatelle

     

    J’ai flâné dans les avenues

    A perte de vue

    J’ai respiré les rues

     

    Je n’ai rien fait

    Je me suis distrait

    J’étais satisfait

     

    Voyage inutile

    Evasion puérile

    Satisfaction futile

     

    Petit plaisir de la vie

     

    1264446926_small.jpg

  • APHORISMES de Denis BILLAMBOZ

    Il était heureux

    Il était amoureux

    Il était amourheurheu

     

     

    @@@

     

     

    Il travaillait en Allemagne

    Il venait en France

    Dépenser son argent de Boche

     

     

    @@@

     

     

    Les partenaires locaux

    Ne sont pas forcément

    Des associés lowcoast

     

     

    @@@

     

     

    Il avait perdu la boule

    En jouant à la pétanque

    Elle avait perdu une poule

    En jouant avec l’abbé Tang

    Ils étaient perdus dans la foule

    Au bord de l’étang

     

     

    @@@

     

     

    Il était submergé

    Il ne pouvait pas émerger

    Il se contentait d’émarger

     

     

    @@@

     

     

    Il faisait des frasques

    Dans un zoo du Pays Basque

    Le gibbon de Bayonne

     

    whitegibbon.jpg

     

     

    Le pays était en souffrance

    On lui avait administré

    Des médiocres

     

     

    @@@

     

     

    Pour son film muet

    Il avait invité Fred Astaire

    Juste pour embrasser Esther

     

     

    @@@

     

     

    Depuis qu’elle était plus corpulente

    Elle était encore plus lente

     

     

    @@@

     

     

    Un assassin sain

    N’est pas pour autant un saint

     

     

    @@@

     

     

    Il achetait du pétrole

    De la Mer Noire

    A Bakou

    Pas cher

     

     

    @@@

     

     

    Il était smart

    Il avait un QI d’endive

    Un chic con quoi !

     

     

    l-endive-marrante.jpg

     

     

     

    Sa bourse était dégonflée

    Elle manquait d’air

    Plate comme une bouse

     

     

    @@@

     

     

    Dans un bar échangiste étranger

    La langue peut-être un barrage rédhibitoire

     

     

    @@@

     

     

    Il avait un coup dans l’aile

    Il n’obtint rien d’elle

     

     

    @@@

     

     

    Le pochtron s’installa au fourneau

    Cuisina une tarte aux poireaux

    Un plat de potirons

    Un vrai repas de poivreau

     

     

    @@@

     

     

    Croire la promesse d’un politicien

    Confier ses économies à un banquier

    C’est comme laisser une pucelle à un Cauchon

     

     

    @@@

     

     

    Il voulait visiter l’Ecosse

    Elle aimait les Corses

    Ils sont partis dans les Causses

     

    @@@

     

     

    Certains Canadiens

    Trouve que la Dion

    Elle vole bas !

     

    398775252_small.jpg

  • QUAND MÈRE LUT + ROUGEUR DU SOIR, par Denis BILLAMBOZ

    Quand mère lut

      

    Quand mère lut

    Que « Mona lisait »

    Le marchand livrait

    Tous les livres

    En bonne lectrice

    Elle acheta une lettre triste

    Comme le Bateau ivre

    Une lettre qu’on délivre

    Sous l’emprise du délire

    A ceux qui n’aiment pas lire

    A ceux qui ne lisent

    Que des sottises

    Leur carte d’électrice

    Ou leur facture d’électricité

     

    Elle adressa cette lettre

    Avec une odelette

    A son amie Odette

    Qui ne lisait que des recettes

     

    B84F3147-4570-4F1E-A1EE-F74982614F8E.jpeg

     

    Rougeur du soir

     

    C’était un soir

    Accoudée au comptoir

    Elle buvait un petit noir

    Son regard noir

    Disant ses déboires

     

    Son désespoir

    Faisait peine à voir

    Je l’invitai à s’asseoir

    Pour avec moi boire

    A un nouvel espoir

     

    Rouge prête à choir

    Elle osa me croire

    Elle était en mon pouvoir

     

    Rougeur du soir

    Espoir !

     

    Mes-petits-bonheurs_5407.jpg

  • KYOTO + 3 SOEURS, par Denis BILLAMBOZ

    Kyôto

      

    Cerisiers en fleurs

    Jeune fille en fleur

    Kawabata bonheur

      

    Tradition bafouée

    Artisanat boudé

    Yasunari désabusé

      

    Temples rutilants

    Forêts luxuriantes

    Kawabata exubérant

      

    Touristes pressés

    Production banalisée

    Yasunari excédé

      

    Fêtes rituelles

    Kimono traditionnel

    Kawabata solennel

      

    Kyôto est à Kawabata

    Kawabata est à Kyôto

    Pour l’éternité

     

    20070504.MAG000000433_15794_1.jpg

     

    Trois soeurs

      

    Trois sœurs

    Trois cœurs

    Trois destins

    Trois chagrins

    Trois sœurs

    Trois malheurs

      

     Trois sirènes

    Trois écrivaines

    Trois talents

    Qui hurlent dans le vent

    Trois misères

    Pour Jeanne Eyre

     

    Trois jeunes fées

    Trois proies épiées

    Par la mort vorace

    Sans pitié pour leur grâce

    Trois statues de grès

    Pour Agnès Grey

      

    Charlotte, Emily, Anne

    Divines Brontë

     

    260px-Painting_of_Bront%C3%AB_sisters.png

  • DIALOGUE DE SOURDS + L'ÉNARQUE, par Denis BILLAMBOZ

    Dialogue de sourds

      

    - Tu as regardé la télé hier soir ? 

    - Oui, ils sont vraiment nuls 

    - Surtout celui qui a un nom de Boer dans l’équipe de Hollande 

    - Montebourg ? 

    - Non, un non de boer pas un nom de bled 

    - Je ne vois pas 

    - Ah, j’y suis Van der Nieuwenhuizen

    - Mais je ne le connais celui-là, il est ministre de quoi ? 

    - Il n’est pas ministre, il est ouvreur 

    - Ouvreur de quoi ? 

    - Mais tu as regardé quoi ?

    - Ben une émission politique, je ne sais pas son nom

    - Ah je comprends moi j’ai regardé le rugby

     

    planet10.jpg

     

    L’énarque

      

    Costume sombre

    Cravate stricte

    Lunette de notaire

    Il trône à la tribune

    Prêche la bonne parole

    Assène sa vérité

    Dicte sa morale

     

    Moi, j’ai perdu le fil

    De sa bonne parole

    Je n’écoute plus son blabla

    Ce discours formaté

    Je le connais par cœur

    Il n’y a rien de nouveau

    Dans la langue de bois

      

    Mais lui on l’écoute

    Il est énarque

    Il a toujours raison

      

     une-affaire-d-ena,M16159.jpg

  • MON QUARTIER + ENNUI ENNUIS de Denis BILLAMBOZ

     Mon quartier

      

    Il était beau mon quartier

    Il chantait des airs inconnus

    Il était brun, il était blond

    Il sentait bon l’aventure

      

    Il a perdu ses couleurs

    Il est triste, il est sombre

    Les corbeaux hantent ses rues

    Il pue l’intégrisme à plein nez

      

    Seule la blanche des dealers

    Accroche son sourire

    Dans ce monde obscur

    De la religion trop pure

     

    Tout le monde a peur

    Chacun se cache

    Sous une barbe

    Sous un voile

      

    Il était gai mon quartier

    Il est triste mon quartier

    Il était vivant mon quartier

    Il sent la mort mon quartier

     

    maison-de-banlieue.jpg

     

    Ennui ennuis

      

    Le temps passe

                lentement

    Se délasse

                       tranquillement

    Se prélasse

                    douillettement

     

    Je vois le ciel

       pâlir

    J’entends la pluie

                   S’enhardir

    Je m’ennuie

                A mourir

     

    Encore un jour

                 De grisaille

    Un autre jour

                 Sans travail

    Mon amour mon amour

                          Je suis sur la paille

      

    daniel-bouzard-portrait-banlieue.jpg

    Photos de Daniel Bouzard

    http://www.galerie-photo.com/daniel-bouzard.html